[Comtesse de Ségur] De l’usage légitime et illégitime du fouet

Les ouvrages de la Comtesse de Ségur sont très riches pour l’historien·ne qui s’intéresse à la seconde partie du XIXe siècle : ils permettent de voir le monde à travers les yeux d’une aristocrate qui cherche à faire œuvre de pédagogie et à transmettre un système de valeurs. Cette pédagogie, tournée vers les enfants, l’oblige à forcer le trait et à simplifier les situations sociales qu’elle présente : l’analyse en est facilitée.

Cette auteure n’est pas inconnue des sciences humaines : je dois ici signaler un ouvrage (que je n’ai pas encore lu) qui a reçu le prix Mnémosymne : La Comtesse de Ségur ou l’art discret de la subversion, par Maialen Berasategui. J’ai aussi croisé l’oeuvre de la comtesse dans les travaux de Sophie Heywood, lorsque je me suis penchée sur les modèles de genre proposés aux jeunes enfants dans le cadre de ma thèse. La relecture systématique de cet été m’a permis de dégager des points saillants du propos de la Comtesse, que je voudrais ici contextualiser et éclairer à l’aide de ce que nous savons aujourd’hui de l’histoire du XIXe siècle. Vous pouvez lire l’intégralité des ouvrages en ligne, et ainsi retrouver tous les passages cités.

Les contemporains ont retenu de la Comtesse de Ségur son engagement contre les violences corporelles « éducatives » à l’égard des enfants. La seconde partie du XIXe siècle voit la floraison de multiples débats au sujet des modèles éducatifs ; les pédagogues se posent la question de la légitimité de l’usage du fouet, notamment dans les institutions collectives comme les pensionnats. Au premier abord, l’auteure semble effectivement condamner la violence éducative. À plusieurs reprises, le fouet est présenté comme le résultat d’un échec parental, d’une impuissance à transmettre la bonne conduite par la douceur, vertu chrétienne par excellence. Dans les Petites filles modèles, le tempérament colérique de Sophie est attribué à la violence de sa mère madame Fichini, qui ne cesse de la battre injustement. Dès lors qu’elle s’installe chez ses petites voisines, elle s’adoucit :

Sophie était depuis quinze jours à Fleurville ; elle se sentait si heureuse, que tous ses défauts et ses mauvaises habitudes étaient comme engourdis.

L’auteure en profite pour nous présenter un modèle de punition qu’elle juge plus juste : le cabinet de pénitence, c’est-à-dire une pièce dans laquelle l’enfant est isolé jusqu’à ce qu’il regrette ses fautes.

Pendant ce temps, Sophie, restée seule dans le cabinet de pénitence, pleurait, non pas de repentir, mais de rage ; elle examina le cabinet pour voir si on ne pouvait pas s’en échapper : la fenêtre était si haute que, même en mettant la chaise sur la table, on ne pouvait pas y atteindre ; la porte, contre laquelle elle s’élança avec violence, était trop solide pour pouvoir être enfoncée. Elle chercha quelque chose à briser, à déchirer : les murs étaient nus, peints en gris ; il n’y avait d’autre meuble qu’une chaise en paille commune, une table en bois blanc commun ; l’encrier était un trou fait dans la table et rempli d’encre ; restaient la plume, le papier et le livre dans lequel elle devait copier. Sophie saisit la plume, la jeta par terre, l’écrasa sous ses pieds ; elle déchira le papier en mille morceaux, se précipita sur le livre, en arracha toutes les pages, qu’elle chiffonna et le mit en pièces ; elle voulut aussi briser la chaise, mais elle n’en eut pas la force et retomba par terre haletante et en sueur. Quand elle n’eut plus rien à casser et à déchirer, elle fut bien obligée de rester tranquille. Petit à petit, sa colère se calma, elle se mit à réfléchir, et elle fut épouvantée de ce qu’elle avait fait. « Que va dire Mme de Fleurville ? pensa-t-elle, quelle punition va-t-elle m’infliger ? Car elle me punira certainement… Ah bah ! Elle me fouettera. Ma belle-mère m’a tant fouettée que j’y suis habituée. N’y pensons plus, et tâchons de dormir… »

Les personnages d’enfants maltraités sont nombreux. Dans François le Bossu, la petite Christine est battue par sa bonne Mina qui lui vole tous les jours son petit-déjeuner ; la comtesse dénonce l’indifférence et l’inattention des parents qui ne prennent conscience de la situation qu’à l’issue de longs mois de maltraitance. Enfin, Un bon petit diable est tout entier consacré à décrire la relation violente entre Charles et la mère Macmiche, sa tutrice :

Enhardie par sa soumission, elle prit une baguette et lui donna un coup fortement appliqué, puis deux, puis trois, sans que Charles fît mine de résister ; elle profita de cette docilité si nouvelle pour abuser de sa force et de son autorité ; elle le jeta par terre et lui donna le fouet en règle, au point d’endommager sa culotte, déjà en mauvais état. Charles supporta cette rude correction sans proférer une plainte, « Va-t’en, mauvais sujet, s’écria-t-elle quand elle se sentit le bras fatigué de frapper ; va-t’en, que je ne te voie pas ! »

La violence reçue altère le caractère :

CHARLES. — Eh ! mon Dieu oui ! Cette méchante, abominable femme me rend méchant moi-même. C’est vrai, Juliette : avec toi, je suis bon et je n’ai jamais envie de te jouer un tour ou de me fâcher ; avec ma cousine, je me sens mauvais et toujours prêt à m’emporter.

Il est donc clair que plusieurs ouvrages critiquent durement la violence éducative.

Seulement, à y regarder de plus près, on se rend compte que toutes les violences ne sont pas illégitimes. Bien au contraire, la violence est présentée comme un moyen de réformer certains caractères : ceux des femmes, et ceux des enfants des milieux populaires. Dénoncer la violence exercée sur les enfants des élites ne revient pas à dénoncer toutes les violences. Cette vision est perceptible par des propos parfois très allusifs. Dans Histoire de la princesse Rosette, un conte de fée, on punit les méchantes princesses en les mariant à des hommes violents d’une classe sociale inférieure :

j’ai changé leurs riches costumes en ceux de pauvres paysannes, et je les ai mariées sur-le-champ avec deux palefreniers brutaux qui ont mission de les battre et maltraiter jusqu’à ce que leur coeur soit changé, ce qui n’arrivera sans doute jamais.

On peut difficilement être plus explicite : la violence conjugale est un outil de « correction » des femmes : cela renvoie ici à la conception catholique de la violence dans le mariage, qui est permis tant qu’elle n’est pas gratuite ou cruelle. Cette manière d’envisager la violence conjugale est ici transmise via un conte destiné aux très jeunes enfants.

De même, la violence est permise, voire encouragée, quand il s’agit d’enfants des milieux populaires. Des personnages incarnant le modèle du « bon » paysan et domestique (j’y reviendrai dans un prochain billet) estiment que le fouet peut être légitime. Pauvre Blaise met en scène la relation entre Jules, fils de comte, et Blaise, fils de portier. Jules accuse injustement Blaise ; et le comte M. de Trénilly s’engage à faire punir Blaise :

Nous verrons bien cela, dit M. de Trénilly, profondément irrité. Je l’obligerai bien vite de tout rendre, et je lui ferai donner le fouet par son père.

Si le portier refuse de battre son fils, il estime cependant qu’il n’hésiterait pas si cela était légitime :

ANFRY. — Monsieur le comte n’aurait pas besoin de me le recommander, s’il s’était rendu coupable de méchanceté, de calomnie, de mensonge. Si je voyais mon fils dans une aussi triste voie, je l’en arracherais par la force de mon propre mouvement.

Les nobles se mêlent parfois directement de la punition des enfants de leurs domestiques. Dans les vacances, le père de Paul rend visite aux parents de jeunes hommes ayant rossé Relmot, un enfant du voisinage, pour s’assurer de leur punition. C’est toute l’inquiétude de Paul :

« Que je suis donc malheureux de n’avoir pas été avec vous ! dit Jean en frémissant de colère. Avec quel bonheur je vous aurais aidés à rosser ces méchants garçons ! J’espère bien que mon oncle n’oubliera pas les visites qu’il a promises aux parents, pour faire donner une bonne correction à ces mauvais garnements. — Oh ! papa ne l’oubliera pas, s’écria Jacques. Pauvre Relmot ! nous irons le voir, n’est-ce pas, Paul ? »

Cela témoigne de la persistance d’une culture du châtiment corporel qui « formerait » le caractère, principalement dans les classes populaires, et dans les relations hiérarchiques, à l’exemple de celles qui lient maître et apprenti. Anne-Marie Sohn montre dans Sois un homme (2009) que la violence exercée sur les jeunes garçons recule très lentement sous le Second Empire.

Ainsi, il convient de nuancer l’image d’un combat uniforme de la Comtesse de Ségur contre les violences éducatives. Si elle condamne les violences qu’elle juge excessives, il n’en reste pas moins qu’elle n’abandonne pas l’idée que donner le fouet peut avoir une utilité. Elle semble estimer cependant que cette efficacité n’est valable que dans certaines catégories de la population, et dans certains schémas de relation : la domination du mari sur l’épouse, ou encore l’éducation des enfants du peuple, et surtout des garçons.


3 réflexions au sujet de « [Comtesse de Ségur] De l’usage légitime et illégitime du fouet »

  1. Votre post est très intéressant. Je me demande en même temps si le combat de la Comtesse Ségur n’est pas dans un certain sens contre le fouet injuste tout en acceptant le fouet appliqué de manière juste, y compris pour les enfants de la haute société. Dans ce cas, son a priori serait peut-être que les enfants de basse extraction (et surtout les garçons) méritent plus fréquemment le fouet appliqué de manière juste, de même que les femmes le méritent parfois de leur mari, alors que les enfants de la haute société le méritent moins souvent, de par leur meilleure éducation, tout en le méritant et le recevant parfois sans que cela ne pose problème.

    Ce qui m’amène à penser cela sont les deux passages suivants, l’un extrait des Malheurs de Sophie et l’autre du Général Dourakine.

    Dans Les Malheurs de Sophie, lorsque Sophie commet un vol, Madame de Réan juge tout à fait justifié de la fouetter :

    « Et, comme Sophie restait sans bouger, Mme de Réan lui prit la main et l’entraîna malgré sa résistance dans le salon à joujoux. Elle se mit à chercher dans les tiroirs de la petite commode, dans l’armoire de la poupée ; ne trouvant rien, elle commençait à craindre d’avoir été injuste envers Sophie, lorsqu’elle se dirigea vers la petite table. Sophie trembla plus fort lorsque sa maman, ouvrant le tiroir, aperçut tous les objets de sa boîte à ouvrage, que Sophie avait cachés là.
    Sans rien dire, elle prit Sophie et la fouetta comme elle ne l’avait jamais fouettée. Sophie eut beau crier, demander grâce, elle reçut le fouet de la bonne manière, et il faut avouer qu’elle le méritait. »

    Il semble donc ici que le fouet appliqué par une mère (aimante) à sa fille soit non seulement acceptable, mais amplement mérité.

    Dans le Général Dourakine, Madame Papofski est sévèrement fouettée (et la Comtesse de Ségur présente cela comme tout à fait légitime), justement parce qu’elle voulait injustement fouetter ses paysans :

    « Malgré sa résistance, Madame Papofski fut enlevée par ces hommes robustes qu’elle n’avait pas aperçus, et entraînée dans un salon petit, mais d’apparence assez élégante. Quand elle fut au milieu de ce salon, elle se sentit descendre par une trappe à peine assez large pour laisser passer le bas de son corps ; ses épaules arrêtèrent la descente de la trappe ; terrifiée, ne sachant ce qui allait lui arriver, elle voulut implorer la pitié des deux hommes qui l’avaient amenée, mais ils étaient disparus ; elle était seule. A peine commençait-elle à s’inquiéter de sa position, qu’elle en comprit toute l’horreur, elle se sentit fouettée comme elle aurait voulu voir fouetter ses 270 paysans. Le supplice fut court, mais terrible. »

    Est-ce que cette analyse vous paraît pertinente ? Je serais très intéressé de savoir comment vous la positionnez par rapport à la vôtre.

  2. Du coup je me demande s’il y a une raison sociale à la violence exercée sur Jules Vallès (ou plutôt sur le narrateur de L’Enfant) par sa mère. Parce que celle-ci est une paysanne? De l’autre côté, les hommes de l’institution scolaire battent leurs élèves, en épargnant cependant ceux dont les pères occupent les plus hautes positions sociales. Peut-être n’est-ce pas seulement pour ménager leurs intérêts, mais aussi, en effet, parce que les violences physiques sont perçues comme légitimes quand elles sont au service de l’ordre établi et qu’elles s’exercent contre celles et eux que l’on considère comme des menaces.

    1. Oui, je pense que c’est exactement cette logique. Il y en a une autre sur la classe : l’idée que les enfants des élites sont « délicats » de santé (et d’esprit) et qu’ils supportent moins les violences. Il y a tout un discours là dessus dans la critique des collèges

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *