Les adieux à l’oiseau bleu

Longtemps, j’ai utilisé Twitter avec un grand enthousiasme. J’ai ouvert mon premier compte en 2007 ; j’y partageais mes joies de supportrice de football, mes histoires de cuisine et mes intérêts d’étudiante. Quand j’ai commencé ma thèse en 2012, mon compte était dans le vague, entre le personnel et le public : il faut dire que nous n’étions pas encore si nombreux·ses. Les abonné·es de la première époque se sont alors progressivement éloigné·es, puisque mon propos était de plus en plus lié aux questions de sciences humaines et sociales. Mon fil a commencé à ressembler à une petite « salle des profs » virtuelle, et l’entraide a alors été très précieuse tout au long de mon parcours doctoral. Ma thèse n’aurait pas été la même sans les échanges sur le réseau ; je n’aurais pas été la même sans les échanges sur le réseau. Dix ans de vie à bavarder sur un oiseau bleu, c’est long.

Il y a eu une première période de doute à la fin de l’été 2016. Avec l’augmentation du nombre d’abonné·es, je ne me sentais plus du tout libre d’écrire, et la question de la réception de mes tweets m’inquiétait de plus en plus. Un matin, j’ai rédigé un tweet idiot au sujet des événements corses. C’était maladroit, stupide ; un mouvement d’humeur d’un quai de gare de 6h du matin. Une demi-journée plus tard, ce tweet était en une d’un article de Slate, servant une démonstration autour de l’idée que « même les chercheurs n’échappent pas aux clichés ». Bon. J’ai fini par supprimer le premier compte et ses archives, pour repartir plus sereine.

J’ai ensuite repris ma rédaction de thèse, et, à nouveau, Twitter a été un appel d’air, un lieu de partage, très tourné vers les doctorant·es. Le compte est à nouveau monté en visibilité, jusqu’à un fil d’humeur que je destinais surtout aux collègues, au sujet de la nomination de Stéphane Bern sur une mission du patrimoine. Ce fil, que je pensais totalement anodin, a été repris sur divers médias et j’ai gagné cinq cent abonnés supplémentaires en une semaine. À nouveau, les effets de la visibilité ont commencé à se sentir : du harcèlement dès que j’utilise une écriture neutre (« inclusive »), des gens qui défendent l’honneur de Bern, des tweets montés en épingle à tout propos, le sentiment que des formes de bienveillance ont disparu, que l’on oublie les personnes derrière leur écran. L’immense majorité des abonné·es est bien sûr bienveillante ; mais lorsque ces dernier·es relaient mes propos, le seuil de visibilité – donc de harcèlement possible – est dépassé beaucoup plus vite et démultiplie le risque.

Ces dernières semaines, dans la foulée de ma soutenance de thèse, j’ai cherché un peu plus de calme, loin des sollicitations diverses. Je me suis éloignée un temps du réseau où je suis d’habitude très active. Je me suis aperçue que Twitter ne me manquait pas beaucoup. Depuis quelques temps, remonter mon fil et mes mentions devient une sorte de roulette dont je ne sais jamais vraiment dans quel état je vais sortir. La pesanteur dépasse désormais la joie de retrouver les ami·es du réseau ; l’afflux d’informations, les micro-violences quotidiennes me semblent désormais trop présentes pour continuer à évoluer sereinement sur le réseau. Pourtant, j’accorde une importance centrale à Twitter dans mon travail, que ce soit pour la veille ou la diffusion, ne serait-ce que de ce carnet. J’y ai longuement réfléchi.

Mais il est temps que je vous quitte. Je ne suis pas très loin puisque ce carnet continue à vivre. Mon compte @ccaro_ligne va se transformer et devenir un compte de veille et de diffusion, pour garder un lien – ténu, certes. Je veux désormais choisir plus précisément ce que je lis. Je suis très triste d’écrire ces lignes au moment même où le réseau attire de plus en plus de chercheur·es. Au moment même où, pour le projet « Goût de l’archive numérique », je dois rédiger un chapitre sur l’utilité scientifique de Twitter.

Je remercie ceux et celles qui ont contribué à construire des échanges aussi passionnants pendant toutes ces années – pour ces personnes, ces adieux ne sont qu’un au-revoir. Je vous souhaite de les poursuivre avec l’enthousiasme et la générosité qui vous caractérisent – et de ne pas avoir trop vite à faire vos adieux à l’oiseau bleu.


2 réflexions sur « Les adieux à l’oiseau bleu »

  1. Je suivais votre fil twitter avec curiosité et sympathie. Il m’a permis de découvrir votre domaine de recherches qui m’a beaucoup intéressé et de lire votre passionnante thèse. Pour tout cela, merci. Je suis sensible à vos raisons de vous éloigner de ce réseau social et je pense qu’à votre place j’aurais fait pareil. Effectivement la bienveillance n’est pas la caractéristique de Twitter. Je vous souhaite de connaître de grandes satisfactions dans votre carrière universitaire. Bien à vous.

  2. Madame, j’ai été l’un de vos étudiants lorsque j’étais en L1, j’ai adorez votre cours sur le sujet « Français-se des villes, français-se des champs: 1815-1914 ». Dans l’histoire contemporaine, je n’ai jamais aimé que le XXe siècle, les guerres mondiales, etc. Mais votre cours m’a fait changer de point de vue, j’ai appris à aimer les matières et périodes qui me laissaient indifférent, j’ai réalisé que l’histoire n’était pas juste le récit d’événements militaires, mais relater les évolutions des communautés humaines, rendre compte de leurs us & et coutumes, ect.
    Je viens d’apprendre pour votre compte twitter et la pression que vous subissez, et je pense que fermer votre compte twitter reviendrait à céder aux ignares, à ces harceleurs demeurés. Fermez votre compte, et vous offrirez la victoire à ceux qui vous harcèle, pour citer Churchill « si vous traversez l’enfer, surtout continuer d’avancer ».
    Il est impossible de dialoguer avec ce genre de personnage, ils ne connaissent qu’une seule forme de liberté d’expression et d’opinion, celle qui va dans leur sens, qui les arrange.
    Votre compte twitter est une véritable source d’inspiration et d’enseignement pour les jeunes étudiants et jeunes étudiantes qui vous suivent. Twitter est un peu la planète virtuelle, elle est à tout le monde, chaque compte est un pays, chaque hashtag est une communauté internationale, et les nations ou communautés internationales virtuelles qui méritent de fermer, sont celles qui répandent des idéologies racistes, islamophobes, homophobes, etc. On gère sa nation comme on l’entend, tant que cela est bénéfique et utile, et qu’on ne fait pas d’ingérence chez les autres en voulant leur inculquer nos propres valeurs et idéologies.

    PS: je m’excuse d’avance des fautes d’orthographe.

    Bonne continuation,

    Cordialement,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *