Des écrits personnels et de l’historien (3): « Il y a dans ce moment une chose que je désire »

Travailler avec des écrits personnels, c’est travailler avec des diaristes qui cherchent à cacher certaines de leurs pensées au possible lecteur indélicat. Cependant, ce n’est pas la seule logique qui pousse les auteurs à faire silence. L’auto-censure joue aussi un grand rôle dans le choix de ce dont ils veulent parler. Je vous propose de revenir une dernière fois aux journaux de jeunes filles du XIXe siècle.

Je cherche à comprendre les blancs, à écouter les silences, à interpréter les non-dits.

Les diaristes interrogent leur légitimité à aborder certains sujets. Elles ont l’impression de transgresser les principes moraux, de trahir leur éducation en s’intéressant à des thèmes interdits. Ce qui ne les empêche pas d’écrire tout de même ! Soline Pronzat de Langlade écrit que « La politique ne doit pas être l’objet des méditations d’une femme » 1 … au bas d’une page consacrée à la critique des révolutionnaires français. Marie-Edmée Pau se discipline de la même façon : « Je perds mon temps, mon papier et ma réputation de jeune fille bien élevée » 2. On voit donc que les diaristes ne peuvent s’empêcher de s’exprimer, mais elles délégitiment leur parole ensuite, car le statut de jeune femme leur interdit de s’exprimer sur ces sujets. Une jeune femme ne doit pas d’intéresser à la vie politique, qui est affaire d’hommes. Ces prescriptions touchent d’autres thèmes : il est par exemple malvenu de contester les décisions parentales, notamment en matière de mariage. Pourtant, on entend en sourdine leurs voix s’élever. Il faut être attentif à ces murmures discrets, aux indices de leurs révoltes.  Elles livrent à demi-mot leur malaise dans leur journal, à défaut de pouvoir l’aborder avec leurs proches. Louise Lafargue 3 a accepté, sous la pression familiale, de se marier avec un homme qui ne lui plaît pas : le champ lexical qu’elle emploie est celui du « devoir », du « dévouement ». Elle ne conteste jamais directement la décision de ses parents, mais la manière dont elle parle de cette union est révélatrice de sa peine. Evoquant le mariage et les logiques qui poussent les familles à unir leurs enfants, elle écrit : « Mais je parle d’une chose qui ne me regarde en aucune façon… ». Plusieurs jeunes femmes se dénient de cette façon le droit d’avoir un regard sur leur avenir conjugal ; mais la révolte existe et ne peut être qu’incomplètement étouffée. Elles cherchent à se taire, sans y parvenir totalement. Ces bribes sont des indices, petits cailloux semés au milieu des récits de bals, pour se remémorer leur état d’esprit à un moment précis. J’essaie de suivre ces petits cailloux pour comprendre leur cheminement.

D’autres sujets sont véritablement tabous : ils font pas l’objet d’interdictions explicites dans les manuels de morale, car il ne viendrait jamais à l’esprit des diaristes de les aborder, tant ils sont perçus comme inconvenants. Par exemple, le corps n’existe pas : on peut décrire le visage, la toilette et l’allure, mais jamais la réalité du corps adolescent et de ses transformations. De tout mon corpus, Claire Pic est la seule à évoquer, une seule fois, à mots couverts, ces réalités physiologiques : « J’aurais préféré partir plus tôt, pour des raisons qui ne s’écrivent pas » 4. Pour des raisons qui ne s’écrivent pas. Le corps ne s’écrit pas. De même, l’amour ne s’écrit pas. Les sentiments affleurent, mais restent souvent hermétiques pour le lecteur. Les diaristes taisent le nom des jeunes hommes qui leur plaisent. Elles usent d’un langage codé. « Il y a dans ce moment une chose que je désire » nous dit Caroline Brame 5. Caroline Duméril 6 parle de son bien-aimé en…anglais, peut-être parce qu’elle est la seule de sa famille à maîtriser cette langue ? Des recoupages attentifs permettent quelquefois de percer le mystère. Au fil de la lecture, on découvre qui se cachait derrière les initiales ; quel était l’objet du chagrin de la jeune femme ; pourquoi elle semblait si troublée la veille.

L’écriture des diaristes est ainsi traversée par de multiples silences, « blancs » riches de sens. Ces blancs peuvent aussi être concrets : les jeunes femmes se relisent, se corrigent, effacent ce qu’elles jugent être inapproprié. Des pages sont arrachées, d’autres raturées, des noms biffés. Bien souvent, elles ferment leur journal à la veille de leur mariage, et le cahier est voué à l’oubli ou à la destruction. Manière de dire que les dizaines, voire les centaines de pages patiemment rédigées, n’étaient que bavardages inutiles. Je me heurte alors au définitif silence final, dernière énigme laissée par la diariste.

 

1. Soline écrit entre 1833 et 1836.

2. Marie-Edmée écrit entre 1859 et 1871.

3. Louise rédige son journal de 1864 à 1871

4. Claire Pic rédige son journal entre 1862 et 1866.

5. Caroline écrit dans les années 1860.

 


3 réflexions au sujet de « Des écrits personnels et de l’historien (3): « Il y a dans ce moment une chose que je désire » »

  1. 1853, l’apparition de la Vierge, n’est ce pas ? (vérification faite, 1858). Ce serait bien un moment clé du basculement, la question qui vient après c’est : comment l’Eglise perçoit-elle que par le culte marial, elle va revenir dans les consciences de ses fidèles ? Comment s’est opérée cette rencontre entre l’entreprise de reconquête des esprits et les populations ? et last but not least, évidemment, comment mesurer l’effet de cette reconquête ? je pense comme toi que l’hypothèse est valable et non seulement valable, mais susceptible d’apporter des éclairages très importants sur l’évolution des moeurs.

  2. Caroline, très intéressant papier, qui amène à se demander de quand datent les extraits que tu cites. C’est important de situer ces journaux dans le XIXème. Notes-tu un basculement dans ces discours sur le corps avant et après 1848 (ou 1830) ?

    1. Merci de me demander de préciser, pour d’obscures raisons, les notes de bas de page ne sont pas passées, je les ai donc rajoutées manuellement.
      Philippe Lejeune fournit dans son étude sur les journaux de jeunes filles un éclairage très intéressant. Il dégage deux périodes pour le corpus qui m’intéresse: les journaux de jeunes filles « romantiques » entre 1830 et 1850 et les journaux « ordre moral » 1850-1880. Il y aurait ainsi plusieurs modèles de journaux de jeunes filles selon les époques. Je pense que c’est très pertinent en ce qui concerne le rapport au corps: j’ai l’impression que les journaux de la fin de la période sont encore plus discrets dans l’évocation du corps ou de l’amour. Le modèle de la jeune fille pudique, virginale, n’atteint pas son apogée avant les années 70, ce que l’on sent dans les journaux, de mon point de vue. A mon sens, il faut mettre cela en relation avec l’évolution des spiritualités, et le développement de cultes à la Vierge par les congrégations d’enfants, dits « Enfants de Marie ». Mais on trouve des traces de « dérivatifs »: par exemple, l’utilisation d’un vocabulaire charnel pour parler d’amour divin, le thème de « l’union mystique » ou de « l’amour brûlant ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *