Passage à Rome

 

Un billet modeste cette semaine, car je suis présente sur le carnet Devenir Historien-n-e pour parler d’histoire du fait religieux.

J’ai passé la semaine dernière à l’Ecole Française de Rome, à écouter diverses communications portant sur le fait religieux et le genre. Nous avons beaucoup voyagé : du féminisme catholique aux mouvements de femmes musulmanes, en passant par la place des femmes dans le renouveau religieux chinois ou encore le genre ufologique dans le mouvement raëlien, ce fut très rafraîchissant ! J’ai été heureuse d’échanger sur mon sujet – notamment avec Anne Jusseaume, qui travaille sur les rapports entre le corps, le genre et la conversion au XIXe. Je suis ravie d’avoir eu cette opportunité donnée par l’EFR de vivre en groupe pendant cinq jours : nous avons pu prendre le temps de discuter, de créer des liens, d’échanger nos questions et nos problèmes, entre jeunes chercheurs mais aussi avec des chercheurs confirmés. J’ai récolté de multiples conseils et pistes de travail, ainsi que l’assurance que l’approche que je proposais était pertinente : on a souvent besoin d’être rassuré quand on est jeune thésard…

Il faut ajouter que Rome est une ville magnifique ; je vais d’ailleurs déposer un dossier de candidature pour une bourse d’un mois : plusieurs chercheurs m’ont conseillé d’aller jeter un œil dans les archives secrètes vaticanes, dans lesquelles je pense pouvoir trouver des informations sur certains des directeurs spirituels que j’étudie.

 Cette semaine a donné un nouvel élan à ma recherche, une nouvelle motivation dont j’avais bien besoin après avoir passé les semaines précédentes à résoudre divers problèmes administratifs. Devant la difficulté de trouver un rythme de travail, j’en avais presque oublié le plaisir immense de la recherche !

 


Une réflexion sur « Passage à Rome »

  1. Après Paris, Rome est sans doute la ville où je me suis senti le plus proche ! Son histoire, son architecture mais également son élégance et le temps qu’il y fait correspondent assez bien à ce que j’aime.
    Finalement, ce goût de « trop peu » qui ressort de ton billet était un mal pour un bien puisqu’il est à l’origine d’une prochaine démarche pour t’installer là-bas pour quelques temps… quelle chance !! C’est Rome tout de même !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *