Le Saulchoir

 

Je souhaitais dire quelques mots du Saulchoir, l’un de mes lieux de travail, d’où provient une partie de mon corpus. Il me semble que cette bibliothèque gagnerait à être mieux connue de la communauté scientifique. Il s’agit d’un des points névralgiques des activités intellectuelles de l’ordre dominicain, situé à Paris, dans le 13e arrondissement (1)

Le Saulchoir est une bibliothèque d’études, mais aussi un centre d’archives dont les fonds pourraient être mieux exploités par les chercheurs.

Pour ma part, j’y ai trouvé des corpus de correspondances d’une richesse extraordinaire, parfaitement conservés grâce au travail des archivistes de l’ordre. Ces fonds « du for privé » concernent des personnalités très diverses. Cela tient à l’insertion des frères dominicains dans le monde et à la densité des échanges épistolaires qu’ils ont entretenu.

Je développerai ici l’exemple du fonds du père Janvier (2). On y trouve des lettres de Charles Maurras dont il est intime; d’Hubert Beuve-Méry, mais aussi de la plupart des membres de l’élite parisienne, catholiques ou non. Il était aussi parfaitement intégré au monde des revues et des journaux: plusieurs dossiers concernent des articles ou des polémiques autour d’articles de presse, en plus des lettres reçues des éditeurs et maisons d’édition. Le fonds offre aussi des sources privilégiées pour l’étude des milieux d’Action française, dont le père Janvier est une des figures; la pochette « Léon Daudet » est particulièrement volumineuse. L’univers des catholiques engagés en politique est bien représenté : on trouve par exemple un dossier « Jacques Piou » conséquent.

Une partie importante du fonds est composé de lettres de laïcs « ordinaires », inconnus. Pour poursuivre sur le fonds Janvier, que j’ai exploré pendant plusieurs jours, des dossiers complets d’hommes et de femmes ont été conservés. Ils ont écrit au père Janvier pour avoir un avis, pour demander un appui, pour solliciter une médiation. Ce type de fonds est exploitable dans des recherches des plus variées: histoire et sociologie des sexualités, du couple, de l’éducation, des associations, et bien sûr histoire religieuse et histoire des mentalités.

La numérisation des inventaires des archives est en cours. Par ailleurs, leurs fonds sont en perpétuel accroissement, notamment par l’entrée des papiers personnels de François Chavanes, Antoine Lion, Jean-Michel Pelfrène, Couvent Saint-Abraham, Christian Duquoc, Jean-Claude Sagne, François Martin, André Duval, Ambroise-Marie Carré …et d’autres personnalités.

C’ est aussi un lieu de documentation dynamique (3), qui intègre des collections intéressantes pour qui travaille sur le fait religieux et/ou le genre. Le fonds « Genre en Christianisme » propose un fonds de près de 2000 titres : livres, revues spécialisées et travaux universitaires sur les thématiques religieuses, féministes et sociétales relevant de toutes disciplines (théologie, sociologie, études de genre, histoire, linguistique). Ce fonds comprend en particulier un nombre important d’ouvrages anciens ou en langue étrangère difficilement accessibles en France aujourd’hui. Ce fonds bibliographique est ouvert aux étudiants/es, chercheurs/es, et à celles et ceux que ces thèmes intéressent.

D’autres projets sont en cours, comme le Dictionnaire des Dominicains français. C’est un projet développé sur trois ans (automne 2011/automne 2014). Il s’agit de produire un Dictionnaire exhaustif des dominicains français, depuis Lacordaire jusqu’au début des années 1970. Il sera consultable en ligne, gratuitement. Ce travail témoigne du dialogue entre chercheurs universitaires et religieux: le comité de rédaction et le comité scientifique sont mixtes. Le projet est piloté par deux chercheurs CNRS, et un partenariat a été établi avec le CNRS qui hébergera le dictionnaire sur Cléo.

Malheureusement, le Saulchoir est financé principalement par des fonds privés, dont l’Association des Amis de la Bibliothèque du Saulchoir. Les subventions publiques sont minces. Cet état de fait s’explique en partie, à mon avis, par la méconnaissance du grand public, et du public universitaire, de la richesse des fonds qui y sont conservés. J’espère donc que ce modeste billet vous aura donné envie d’aller y jeter un oeil, et pourquoi pas d’en parler autour de vous aux chercheurs que cela intéresserait !

Vous trouverez d’autres informations sur le site du Saulchoir.

(1) 43 Bis Rue de la Glacière 75013 Paris

(2) Le père Janvier (1860-1960) est un des directeurs que j’étudie

(3) Bien sûr, le Saulchoir est aussi un centre d’études incontournable en sciences religieuses, théologie ou philologie. D’autres fonds sont plus spécifiques (Istina)
saulchoir_bibv2

 

© Ordo Praedicatorum 2012 – Tous Droits Réservés


3 réflexions au sujet de « Le Saulchoir »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *