Historien, historienne, autre ?

Ce billet fait suite à une série de réflexions soulevée par le projet de Franziska Heimburger et de ses étudiants, qui travaillent sur la représentation des historiens.

En partant de mon expérience, je voudrais dire quelques mots du poids que peuvent avoir les représentations de la discipline dans la façon dont nous concevons nos identités de chercheur.

Je n’ai jamais aimé l’historiographie. Je me suis beaucoup interrogée sur les motifs de ce rejet, quand les camarades autour de moi trouvaient cela passionnant. Cela tient peut-être d’abord au fait que le principe de l’historiographie me terrifie: je peine à maîtriser les repères essentiels de l’histoire, alors comment intégrer le fait qu’ils soient mouvants et interrogeables ? Peut-être faut-il alors reformuler le problème: l’historiographie m’intéresse, mais je n’aime pas le malaise diffus qu’elle crée en moi.

Les grands textes des maîtres historiens me fascinent. J’ai lu et relu Marc Bloch, Paul Ricoeur et Paul Veyne, comme des bréviaires. Je sors toujours de ces lectures impressionnée, assommée, mal à l’aise. Je n’ai identifié les raisons de ce malaise qu’extrêmement récemment: je n’ai jamais réussi à m’identifier aux portraits d’historiens brossés par ces auteurs. J’ai cherché d’autres manières de présenter le métier d’historien: rien n’y fait, je ne m’y retrouve jamais.
C’est pour cela que j’apprécie beaucoup la démarche de Franziska Heimburger et de ses étudiants: ils mettent en lumière le « decorum » de tout historien « académique », et font sentir l’aspect normatif de ces mises en scène.

Je me sens face aux grands textes comme je sens face aux couvertures PUF : décalée, illégitime. La différence est pourtant de taille: si les portraits des manuels semblent surrannés, les discours de la méthode restent d’actualité et posent les normes de la construction de toute connaissance historique. Me voilà donc à négocier avec moi-même face aux réflexions brillantes de Marc Bloch: suis-je une historienne si je ne me sens pas capable d’atteindre le même niveau de réflexion ? Suis-je une historienne si je ne me reconnais pas dans le miroir qu’il me tend ?

 

Miroir

 

 

 

http://www.flickr.com/photos/40869403@N00/242601149

Found on flickrcc.net

Creative Commons Attribution 2.5 License


3 réflexions sur « Historien, historienne, autre ? »

  1. J’ai beaucoup aimé lire Marc Bloch… cela me rappelle ma formation universitaire. J’étais en lettres modernes, mais j’avais un ami (aujourd’hui décédé) qui était chercheur en histoire, un vrai passionné, mais aussi un puriste: il ne cessait de me reprocher mon dilettantisme et la légèreté avec laquelle je considérais les recherches en science humaine…

    1. Bonjour,

      Je vous remercie de votre commentaire.
      J’aime aussi beaucoup Marc Bloch… mais je crois que je l’aimerais encore plus si je n’étais pas historienne 🙂

  2. Une angoisse bien légitime. D’autant plus que le portrait de l’historien brossé par les auteurs correspondent bien souvent à des historiens « aguerris » ayant, pour ainsi dire, une vision synthétique de ce qu’est l’histoire.

    Nous autres pauvres thésards, n’avons, au mieux, de visions synthétique que de notre objet précis de recherche, parfois de son champ, mais c’est rare.

    En même tps, il ne faut pas oublier la tautologie de base : est historien celui qui fait de l’histoire, et non pas l’inverse. Et c’est parce qu’il a passé d’historien à haute dose que le maître est capable d’avoir cette vision synthétique, qui nous semble si impressionnante.

    Avant de fréquenter l’AELAC (l’Association pour l’Etude de la Littérature Apocryphe Chrétienne) je n’osais imaginer leurs membres. En particulier Éric Junod, qui a synthétisé le tournant épistémologique des années 80 (dans mon domaine). Et pourtant à les croiser, on se rend compte qu’il ne sont somme toute que des hommes (un peu des femmes).

    Pour en revenir à ta question de base « Suis-je une historienne si je ne me reconnais pas dans le miroir qu’il me tend ? » je crois qu’elle est double :
    – suis-je historienne si je n’arrive pas à leur niveau de méta-analyse.
    – suis-je historienne si je ne reçois pas pour moi leur niveau de méta-analyse.

    Pour le second point, je dirais : oui, si tu arrives à saisir pourquoi leur meta-analyse est importante, y compris lorsque tu est le nez dans le guidon. Et puis, si tu n’arrive pas à leur niveau, c’est parce que eux, privilège de l’âge, t’ont fauché l’herbe sous le pied … et rien ne te dit que dans un mois, deux ans, cinquante ans tu ne renouvellera pas l’épistémologie historique comme il l’ont fait.

    La seconde question est plus complexe. Je dirais que si tu ne reçois pas leur niveau de meta-analyse parce que tu a de bonne raison de le faire, alors tu fais aussi de le meta-analyse de haut niveau … et tu peux légitimement te qualifier d’historienne.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *