étape

Ce carnet dort depuis quelques semaines pour plusieurs raisons : les congés, mais aussi un déménagement à organiser, et une connexion internet qui tarde à se mettre en place. Cela ne veut pas dire que la thèse est en sommeil : je m’occupe ces temps-ci d’un rapport d’étape.  Ce n’est absolument pas une obligation, cela dépend des directeurs et des structures de recherche. J’ai choisi d’en écrire un car j’ai besoin de reconstituer le fil de cette première année de travail. Le doctorat a parfois un aspect tellement « dispersé » (enseignements, recherche, animation scientifique) que la mise à plat de la réflexion des douze derniers mois me paraît salutaire, pour retrouver la cohérence de ma démarche. Cela peut aussi aider à se rassurer ; je ne sais pas si c’est le lot commun des thésards, mais il m’est difficile de mesurer la productivité de mon travail, car les idées et les intuitions les plus riches ne se développent pas forcément lors des périodes de labeur les plus intenses. J’essaie donc de montrer d’où je suis partie, et ce vers quoi je chemine. Bien entendu, le chemin est bien tortueux, les zones de brouillard nombreuses, les ornières dangereuses. A défaut d’avoir vraiment trouvé la route, il me semble que cette première année m’a permis de construire ma boussole. C’est déjà bien ?

 

Je reviens aux alentours du 15 août : nous parlerons de sexualité au confessionnal[1], puis des formules de politesse dans les lettres de direction de conscience, et de ce qu’elles disent des relations entre épistoliers.

 

Je vous souhaite de bonnes vacances, et vous dit à très bientôt !



[1] Je suis certaine que vous repasserez par ici avec une telle annonce 🙂


3 réflexions sur « étape »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *