Etudier le masculin catholique : projets pour décembre

Je suis de retour d’un très intéressant colloque organisé à l’université Paris 8 au cours duquel mon camarade Anthony Favier et moi-même avons présenté une communication sur les pistes d’étude qu’il faudrait suivre pour réfléchir à la place du fait religieux dans la construction des masculinités au XIXe et XXe  siècles. J’ouvre aujourd’hui une série de billets qui cherchera à explorer la construction du masculin catholique au XIXe siècle : je passe aux travaux pratiques, en quelque sorte !

 

Paradoxalement, les hommes ne sont pas un objet d’études nouveau, puisque toute l’histoire de l’humanité a jusqu’à une période très récente été écrite au seul masculin… C’est de l’homme sexué et non pas universel dont il s’agit ici, dont la masculinité, loin d’être naturelle, est socialement et historiquement définie de 1789 à nos jours. Ce sont l’histoire des femmes, l’histoire des sexualités, et plus récemment les recherches et études lesbiennes et gays, qui ont permis l’émergence d’une histoire des hommes et des masculinités, une histoire résolument plurielle, tant la masculinité ne va pas de soi, tant elle n’est pas « naturelle », pas plus que la féminité, toutes deux variables selon les époques et les aires géographiques, et sensibles aux différences de classe, d’orientation sexuelle, de race ou de religion. [1]

 

Pour comprendre les spécificités de la (des ?) masculinités en contexte catholique, je mobiliserai, comme d’habitude, mon corpus de lettres et de journaux personnels. J’essaierai aussi de reprendre plus systématiquement les manuels de bonne conduite destinés aux jeunes hommes. Je donnerai à voir plusieurs points de vue : la voix des mères sur l’éducation de leurs fils, la voix de l’étudiant qui écrit à l’aumônier, la voix du père de famille qui évoque ses cas de conscience avec son directeur. Ce sera l’occasion de mettre à l’épreuve une intuition : l’inscription dans une confession particulière a un effet sur les modèles de genre et façonne la construction du masculin.

 

Je vous propose donc de me suivre dans un cycle au cours duquel je m’attacherai à ces différents « moments » et lieux de construction du masculin : l’enfance, l’adolescence, la fondation d’un foyer, la famille.


[1] Régis Revenin et Alain Corbin, Hommes et masculinités de 1789 à nos jours : Contributions à l’histoire du genre et de la sexualité en France, Paris, Autrement, 2007, Introduction.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *