De quelques difficultés archivistiques

De retour d’un séjour en archives à Paris, je souhaite vous soumettre quelques réflexions sur les problèmes archivistiques que l’on peut rencontrer lorsque l’on travaille à partir de sources conservées dans des fonds privés, en particulier si l’on s’intéresse à des questions jugées « intimes », au centre de mon sujet de thèse.

Les difficultés que je vais évoquer ne sont pas, bien sûr, spécifiques à mon travail et bien d’autres historiens y sont confrontés.

Il peut d’abord s’agir de lacunes strictement matérielles.

L’essentiel de mon corpus est composé de correspondances. Dans la majorité des cas, je dispose seulement des lettres de l’un des deux correspondants. Par chance, le XIXe siècle a la passion des biographies de prêtres et de moines : en réunissant la documentation nécessaire à la rédaction de ces récits, les biographes font souvent appel à l’entourage de la personne concernée pour obtenir des lettres originales à citer. Il est donc rare que je n’aie aucune trace de l’échange épistolaire ; si les lettres sont en général restituées aux propriétaires, il reste au minimum des copies et des fragments dans les dossiers ayant servis à constituer la biographie.

Les correspondances conservées ne sont jamais complètes. Du moins, j’ai rarement la possibilité de vérifier qu’elles sont complètes. De multiples facteurs expliquent cela : les déplacements des correspondants, qui mènent à la dispersion des missives ; la destruction des lettres jugées trop intimes qu’on ne veut pas transmettre à sa famille ; ou plus simplement la perte. Philippe Lejeune écrit à ce sujet :

Un des grands dangers, en histoire, c’est de perdre la conscience des trous, de tout ce qu’on ne connaît pas, et de rationaliser des corpus tronqués. A des degrés divers, c’est inévitable. Je pense que c’est arrivé à beaucoup de chercheurs, mais on ne s’en vante pas : vous rassemblez votre corpus, vous faites votre étude, vous la publiez, et patatras, une pièce supplémentaire arrive après la bataille, change la face du problème et ridiculise vos généralisations…D’où la nécessité d’essayer d’avoir les séries les plus complètes, et de garder à l’esprit l’histoire de votre corpus, de ne pas croire que ce qu’on a sous les yeux, c’est la réalité.[1]

Ces manques matériels m’ont poussée à redéfinir les bornes chronologiques de ma thèse. A partir de l’entrée en guerre de 1914, la plupart de mes acteurs se déplacent : prêtres et moines se font aumôniers militaires, les hommes partent au front, les femmes des élites rejoignent des résidences éloignées de leurs réseaux habituels. Si l’on ajoute à cela la désorganisation du réseau postal, il effet, il devient extrêmement difficile, pour ne pas dire impossible, de savoir ce que deviennent les correspondances entamées avant la guerre. Devant le manque de sources, j’ai donc choisi d’arrêter mon étude à 1914.

D’autres obstacles sont liés aux choix humains : choix des contemporains de l’écriture des lettres, choix ensuite de ceux qui ont conservé les correspondances.

A la mort d’un membre d’ordre religieux, ses papiers personnels sont triés et conservés ; j’ai été frappée de voir à quel point, dès les années 1840, les congrégations et les ordres semblent avoir une conscience aigue de la valeur patrimoniale des écrits de leurs membres tout en cherchant à protéger ces papiers d’yeux indiscrets. Lorsque les lettres sont fragiles, elles sont copiées. La copie peut alors être l’occasion de torsion de sens, de suppression de passages jugés gênants. Plus ennuyeux encore pour l’historien, le conservateur peut décider d’éliminer certaines lettres. Un véritable tri est ainsi effectué au fil des années, au gré des inventaires successifs et des questions considérées comme brûlantes. J’ai cherché à consulter cette semaine la correspondance d’une personnalité catholique de premier plan : une note ancienne indiquait que tout ce qui touchait à l’intimité et à la famille avait été supprimé. Des pans entiers des lettres ont été découpés, rendant le fonds inutilisable pour qui s’intéresse à la vie privée de ce personnage.

Un dernier ensemble de difficultés concerne l’accessibilité de ces fonds. Il faut d’abord pouvoir les repérer : si les principaux sont assez connus, comme le fonds du Saulchoir ou les archives jésuites de Vanves, il existe une multiplicité de petits fonds qui correspondent à la multiplicité des congrégations et autres organisations religieuses. Ils ne sont pas toujours accessibles : il manque parfois le personnel nécessaire pour vous accueillir, entretenir et communiquer les documents – dans un contexte de problèmes économiques mais aussi de raréfaction et de vieillissement des personnels religieux. A l’intérieur même de ces fonds, il est parfois délicat de mener une recherche car les inventaires peuvent être incomplets, rendant invisibles des corpus passionnants qu’on ne peut ainsi découvrir que par hasard. Enfin, on peut refuser de vous communiquer des documents, par souci de protection de l’intimité et des affaires de conscience de la famille religieuse concernée.


[1] Philippe Artières et Dominique Kalifa, Histoire et archives de soi, Paris, CREDHESS, coll. « Sociétés et représentations », n˚ 13, 2002, p. 97.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *