Le deuil de la vérité

Je viens de finir d’élaborer une première version de mon plan de thèse.
Cette entreprise de mise en ordre de mes idées, de mise en récit de mon travail des deux dernières années a du travailler en moi les dernières semaines, d’où un curieux rêve cette nuit.

J’étais dans une pièce très lumineuse, qui ressemblait à une salle d’attente, mais complètement vide. Je me tenais debout. J’attendais. J’attendais qu’on vienne me donner « la vérité », la vérité qui m’occupe en ce moment, à savoir : comment s’articulent les questions de genre, de politique et de religion au XIXe siècle. Comment ça marche. Qui joue quel rôle, quelles sont les causes et les conséquences. Qui de la poule ou de l’oeuf.
J’attendais donc avec impatience qu’on vienne me délivrer et me révéler, enfin, ce que je cherche à tâtons depuis maintenant plusieurs années.
Une grande explication finale, finie, simple, claire comme la salle d’attente.
Une image du XIXe siècle comme un puzzle dans lequel chaque pièce aurait retrouvé sa place au lieu du fouillis de mon cerveau.
Mais personne n’est jamais venu et je me suis réveillée vers quatre heures du matin, me disant décidément que la thèse rend fou…

Et puis ce matin je pensais à nouveau à ce rêve en essayant de comprendre ce qui avait pu le produire.
On a tous beaucoup lu sur la « science » et ses limites. L’histoire de l’Histoire n’est jamais finie, toujours en constante réévaluation et réécriture, en ajustement. Aucun chercheur ne peut prétendre détenir « la » vérité sur son objet, tout juste peut-il proposer un schéma d’explication qu’il juge le moins erroné possible.
Et pourtant.
Pourtant quelque chose résiste en moi – en nous je suppose ? – et refuse d’admettre que je ne toucherai jamais à « la vérité ». Même si elle n’existe pas. Il y a cette frustration de l’incomplétude, de l’impossibilité de tout comprendre, de tout embrasser dans un seul regard. J’avais établi rationnellement cette impossibilité ; je crois que je suis maintenant en train de l’éprouver.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *