L’établi

En janvier 2013,  je m’interrogeais sur ce carnet : « Comment naissent les idées ? »

Si le processus reste très largement mystérieux, j’aimerais revenir sur cette question à partir des deux années passées à travailler sur ma thèse. Je crois que j’ai trouvé quelques idées – et j’ai réfléchi à la manière dont elles ont émergé.

Elles sont d’abord nées de lectures. Nos idées naissent de celles des autres. Elles nous aident à forger notre outil, le marteau nécessaire pour frapper le clou (les sources). Lire permet de créer son établi :

Le plus étonnant, c’est son établi. Un engin indéfinissable, fait de morceaux de ferrailles et de tiges, de supports hétéroclites, d’étaux improvisés pour caler les pièces, avec des trous partout et une allure d’instabilité inquiétante. Ce n’est qu’une apparence. Jamais l’établi ne l’a trahi ni ne s’est effondré. Et, quand on le regarde travailler pendant un temps assez long, on comprend que toutes les apparentes imperfections de l’établi ont leur utilité. (…) 

Chercher des outils, c’est s’inventer un établi, un établi de notions et de concepts qui sont des moyens de comprendre notre matériau et de l’interroger. Il peut être hétéroclite : je mobilise par exemple des petits morceaux de sociologie ou de science politique, des éléments de linguistique, des problématiques littéraires. Ma recherche reflète les lectures qui m’ont marquée tout au long de l’accumulation des fiches. De tout cela naissent des liens, des échos.

Ce livre me donne le maillon qui me manquait pour penser le lien entre politique et charité.
Celui-ci m’offre un cadre pour réfléchir à la direction de conscience comme lieu de construction d’un rapport à soi (Merci Foucault)
Celui-là confirme une intuition un peu fragile que je n’osais pas avancer.
Etc.

Les idées naissent aussi de nos problèmes. Ou plutôt des tentatives de résolution. Quand nous sommes devant un paradoxe, une résistance, nous sommes contraints à créer des modèles d’explication qui tiennent -plus ou moins- la route. Parce que nous avons envie de comprendre.

Mes idées naissent du temps, des idées des autres et des questions que je (me) pose.

 

(1) L’établi, Robert Linhart, p 156


Une réflexion au sujet de « L’établi »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *