De l’usage tactique de la direction de conscience

Depuis que j’ai commencé à travailler sur la direction de conscience, je suis sans cesse confrontée aux problématiques de la liberté et de la contrainte. La direction de conscience est une pratique de pouvoir : le directeur de conscience relaie un discours qui assigne à chacun une place et un rôle. Par exemple, il relaie un modèle de féminité défini par la maternité et une forme de conjugalité fondée sur le dévouement et l’obéissance. Son pouvoir est légitimé par le caractère spirituel de l’autorité qu’il détient. Il est un des éléments du dispositif qui assure la reproduction d’une certaine configuration de genre. De leur côté, les dirigé-e-s ne cessent de jouer avec les « failles » du « pouvoir propriétaire », d’après l’expression de Michel de Certeau. Ils semblent faire un usage tactique de la direction de conscience :

La tactique n’a pour lieu que celui de l’autre. Aussi doit-elle jouer avec le terrain qui lui est imposé tel que l’organise la loi d’une force étrangère. Elle n’a pas les moyens de se tenir en elle même, à distance, dans une position de retrait, de prévision et de rassemblement de soi : elle est mouvement « à l’intérieur du champ de vision de l’ennemi » comme le disait von Bülow, et dans l’espace contrôlé par lui. (…) Il faut utiliser, vigilante, les failles que les conjonctures particulières ouvrent dans la surveillance du pouvoir propriétaire. Elle y braconne. Elle y crée des surprises. Il lui est possible d’être là où on ne l’attend pas. Elle est ruse. En somme, c’est un art du faible1. 

La direction de conscience est un lieu d’exercice de ces tactiques. Le « fort » est celui qui est en situation de pouvoir effectif. Le « faible » est celui qui subit la contrainte. Ce dernier ne cesse de jouer des « failles » de la direction de conscience. Les dirigé-e-s se servent de cet espace à d’autres fins que celles définies par l’institution : ils investissent le lien de préoccupations qui n’ont rien à voir avec ce qui était prévu. Le progrès spirituel y devient bien souvent secondaire.

Les tactiques sont des procédures qui valent par la pertinence qu’elles donnent au temps – aux circonstances que l’instant précis d’une intervention transforme en situation favorable, à la rapidité de mouvements qui changent l’organisation de l’espace, aux relations entre moments successifs d’un « coup », aux croisements possibles de durées et de rythmes hétérogènes2

Ces « circonstances » exploitées par les dirigé-e-s peuvent être de différents types. La possibilité d’échanger avec le directeur par correspondance élargit la liberté des dirigé-e-s concernant les sujets qu’ils veulent aborder, car la parole n’est pas immédiatement silenciable. Ensuite, ils ont l’assurance qu’un secret complet sera maintenu autour de leurs échanges. Enfin, le directeur de conscience est tenu d’assurer la continuité de la relation : sauf cas très grave, on ne peut changer de guide spirituel. Le prêtre ne peut pas rompre le lien même si la personne dirigée ne suit pas ses conseils – même si la personne dirigée refuse de respecter le modèle de la direction de conscience.

C’est un « bon[s] tour[s] du ‘faible’ dans l’ordre établi par le ‘fort’ « .

[1] Michel de Certeau, L’invention du quotidien, 1. Arts de faire,  Gallimard, Paris, 1990, p. 61.

[2] ibid, p. 65.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *