Hyrule, enfin

J’ai terminé ma thèse.

Je devrais donc revenir habiter ces lieux de façon plus intensive, dès lors que j’aurai retrouvé un peu de souffle. Je voulais vous remercier, lecteurs et lectrices de ce carnet, d’avoir suivi mon parcours depuis 2012.

Souvent, dans les difficultés, vous adresser quelques mots m’a allégée ou m’a redonné du coeur à l’ouvrage. Ce carnet a pleinement intégré mon travail de recherche, tout comme vos soutiens, remarques, commentaires. Merci donc pour tout cela, la bienveillance et l’enthousiasme. Je ne sais pas encore ce que deviendra ce carnet, un jour ou l’autre il lui faudra quitter la catégorie « carnet de doctorante » dans le catalogue. Ce qui est certain par contre c’est que je ne cesserai pas d’écrire ici, de revenir dans cet atelier.

Le bon laboureur, a dit – ou à peu près – Péguy, aime les labours et les semailles autant que les moissons.

Marc Bloch, Apologie pour l’histoire ou Métier d’historien, p.14.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *