Des soldats et des pierres. Le mémorial de la Seconde Guerre mondiale à Washington

En voyage à Washington pour le congrès annuel des French Historical Studies, j’en ai profité pour faire un peu de tourisme et aller me promener du côté du Capitole et des mémoriaux de guerre.

Voici quelques réflexions nées de cette promenade sous la pluie. Attention : je ne suis pas du tout spécialiste d’histoire des mémoires, d’histoire des guerres ou encore d’histoire des États-Unis ; ce billet paraîtra donc sans doute d’une grande naïveté à beaucoup. N’hésitez pas à donner vos éclairages en commentaire !

Le principal mémorial, celui de la Seconde Guerre Mondiale, est le premier qui se présente quand on relie le Capitole au Lincoln Memorial en traversant le National Mall :

Monument d’entrée dans le mémorial de la Seconde Guerre mondiale

La première chose qui frappe, c’est le gigantisme de l’ensemble architectural ; c’est un immense parc arboré, ponctué de fontaines, qui constitue l’écrin des monuments.

Vue du mémorial

Ces lieux de mémoire sont ancrés dans un espace investi par le pouvoir, passé et présent : dix minutes de marche mènent au mémorial Lincoln, quinze à la Maison Blanche, vingt-cinq au Capitole. En marchant dans ce parc, on mêle ainsi différentes strates de l’histoire américaine, et le lieu où l’on honore la mémoire des soldats est extrêmement proche du lieu où l’on décide des nouvelles guerres. On circule entre passé et présent, ce qui produit un curieux effet de juxtaposition pour la voyageuse étrangère ; il ne me viendrait pas à l’esprit de placer sur le même plan une visite au mémorial de Péronne et à l’Elysée.

Mémoire des Etats-Unis, mémoire du monde

On entre ensuite, littéralement, dans le mémorial ; c’est un monument composé de deux massifs : d’un côté le mémorial du Pacifique, de l’autre l’Atlantique.

Mémorial du Pacifique

De chaque côté, chaque état est représenté par une colonne surmontée d’une couronne. Sur les murs sont gravés toutes sortes d’extraits de discours. Des rappels de la barbarie de l’ennemi (Pearl Harbor), des invitations au souvenir, des précisions sur la participation des femmes et des différents états.

Gravure sur un mur

Le monument met en scène une communauté engagée dans un combat eschatologique et valorise une vision particulièrement manichéenne du conflit :

Sur le monument est inscrit « to restore freedom and to end tyranny ». C’est un élément important du monument : le récit présente les soldats américains comme les sauveurs du monde dans son ensemble, contre un ennemi barbare. Ils ne pouvaient pas gagner cette bataille, et pourtant ils l’ont fait – explique une gravure sur le pan « Pacifique » du monument. Ce n’est donc pas seulement une mémoire nationale qui s’élabore ici, mais un récit eschatologique qui place les soldats américains au coeur du destin de l’humanité.

Qui honorer ?

Cela n’empêche pas de détailler les différents groupes qui ont participé à cette bataille contre la « barbarie ». Chaque état possède sa propre colonne ; l’ensemble de ces colonnes construit la cohérence du monument et la limite avec l’extérieur. En sus des états, les femmes sont mentionnées :

« this was a people’s war »

Cette citation est très intéressante car elle montre toute l’ambiguïté de l’hommage rendu aux femmes : elles sont des citoyens (!) comme les autres mais doivent cependant être mentionnées à part. La guerre, nous dit-on, déjoue les catégories de réflexion habituelles : « everyone was in it ».

De même, plusieurs pays amis sont représentés, comme les Philippines.

Chacun est ainsi invité à observer la communion autour d’une cause, le salut de l’humanité. Mais la configuration même du monument crée une sensation que je n’avais pas expérimentée lors de précédentes visites dans des mémoriaux.

La mémoire au présent : arpenter le monument

Tout est fait pour qu’on se sente impliqué. Respecter la mémoire des soldats tombés se traduit par exemple par le respect de la fontaine ou de la pelouse :

Panneau devant la fontaine

Le petit geste d’incivilité (marcher sur la pelouse) est assimilé à une insulte à la mémoire des soldats. De même, la scénographie du monument invite à comprendre tous les aspects de la guerre. Des scènes de la guerre quotidienne et concrète sont gravées sur les côtés :

Pardon pour la qualité photo 🙂

Cette identification passe aussi par la lecture des textes gravés, qui sont pour beaucoup des discours prononcés à des moments décisifs des guerres. Cette lecture nous oblige à nous mettre à la place de ceux et celles qui les ont d’abord entendus.

Enfin, ce sont des lieux très vivants – en tout cas le jour où j’y suis allée. Il y avait là deux associations de vétérans venus déposer des couronnes :

Les couronnes

 

Le groupe était très reconnaissable puisqu’ils portaient des tshirts et casquettes d’associations :

Leur présence, et le dépôt des couronnes, a modifié le comportement des gens sur place. Cela a donné lieu à une sorte d’attroupement autour d’eux, et fait émerger une émotion collective – plusieurs personnes pleuraient en les regardant. La foule ne cessait de les photographier.

Je me suis demandée de quels vétérans il s’agissait, puisque les combattants de 1945 sont maintenant de plus en plus rares. On m’a répondu que ces vétérans avaient surtout combattu au Vietnam, dont le mémorial est lui aussi à quelques centaines de mètres. Ainsi, des anciens combattants venus voir le mémorial de la guerre vécue sont ensuite allés animer l’hommage aux camarades de l’autre guerre.

Cela m’a beaucoup donné à penser sur mon propre rapport à la mémoire, et aux mémoires des guerres en particulier. C’est la première fois que j’ai expérimenté un sentiment de proximité avec ces personnes, dans leur émotion, ce qui paraît tout de même un comble tant le récit proposé est simpliste dès lors qu’on adopte un point de vue d’historienne.  La présence des vétérans sur place a sans doute été pour beaucoup dans la transformation de masses de pierre traversées de discours eschatologiques en réalité humaine de la souffrance, de la perte et de la fierté.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *