Un déjeuner d’historien·nes après l’élection de D. Trump

Toujours à Washington au Congrès des French Historical Studies, je voudrais partager avec vous un moment très intéressant du séjour : un déjeuner, hier midi, autour de la question de l’intervention des historien·nes dans la sphère publique. Je sais que c’est un sujet qui travaille beaucoup la communauté historienne française en ce moment, et j’ai pensé qu’un petit aperçu des préoccupations de nos camarades américains s’intégrerait bien dans nos réflexions.

Le principe est le suivant : tout le monde déjeune et, au moment du dessert, la conversation s’engage entre deux invités choisis. Cette année, c’était Jonathan Judaken et Robert Zaretsky. Tous les deux sont historiens mais aussi très actifs dans le journalisme.

La discussion est partie du constat d’une crise traversée par les sciences sociales. J’ai retrouvé là des échos des problématiques françaises : de plus en plus d’universités sont administrées par des dirigeants qui, je cite, « n’ont jamais mis les pieds dans une salle de classe ». L’autre question soulevée immédiatement a été celle des financements publics : les universités publiques sont désormais massivement financées par des fonds privés, à hauteur de 90% des budgets pour certaines. Enfin, la dernière question est celle qui a retenu l’attention du public : comment, en ces temps de crise, jouer un rôle dans la sphère publique et faire mieux comprendre l’importance de la recherche et de l’enseignement universitaire ?

Je m’étonnais de l’extrême concentration de la salle. Ma voisine m’a alors glissé : « tout le monde ici est profondément traumatisé par l’élection de Trump et nous nous sentons tous un peu responsables ». Il est vrai que les discussions qui ont suivi étaient marquées par une volonté très forte de trouver des solutions pour réinvestir d’autres espaces que l’université. Robert Zaretsky a alors proposé des pistes, soulignant que jusqu’alors les historien·nes répondaient peu à ses sollicitations pour des articles ou compte-rendu. Beaucoup, a -t-il expliqué, refusent d’écrire pour la presse car il y a « un livre à finir » ou d’autres urgences dans un contexte universitaire très concurrentiel. La conversation s’est ensuite orientée vers les « social media » et il a invité la salle à se saisir de nouveaux formats d’écriture, tels que Snapchat, Twitter ou Facebook. Il a donné des chiffres qui ont provoqué un murmure : un article académique est lu en moyenne par dix personnes, un billet de blog scientifique par plusieurs centaines. Il a aussi évoqué les bibliothèques et librairies locales qui sont en demande « d’experts », capables d’animer des rencontres avec le public. Pour lui, il y a désormais un « impératif moral » de changer nos pratiques et de s’investir auprès d’un public plus large.

La discussion a ensuite été élargie à la salle. Plusieurs remarques et critiques ont été formulées. Les étudiants ont d’abord fait remarquer que personne ne les forme aux nouveaux modes d’écriture. L’intervenant a alors souligné qu’il avait proposé des ateliers à plusieurs facs qui ont toutes refusé. Il y a donc un décalage entre les exigences d’apprentissage d’une autre langue, plus adaptée à un public large, et des formations qui en restent à l’écriture académique. D’autres questions ont été posées : « d’accord pour utiliser les social media, mais comment alors mener une recherche de fonds avec un téléphone qui n’arrête pas de sonner et de clignoter ? » ; la chercheuse soulignait la difficile compatibilité entre la tranquillité nécessaire au temps long de la réflexion et l’immédiateté de ces supports. Une autre remarque a concerné la violence qu’on peut expérimenter dès lors qu’on expose son travail sur le Web. Enfin, une dernière intervention s’interrogeait sur la possibilité ou non de diffuser toute forme de recherche : comment rendre intéressants des sujets parfois très pointus et lointains ? Est-ce que toute recherche a un intérêt pour le public ?

Au delà des critiques et questions, l’ensemble de ces échanges donnait à voir une inquiétude et une forme de culpabilité, tout autant qu’un désir de résister et de donner un nouveau sens au travail universitaire. J’ai l’impression que la communauté historienne américaine expérimente un temps de questionnements profonds sur ses pratiques, qui se traduit par ce type d’exercice réflexif. Bien évidemment, cela a aussi retenu mon attention en raison de l’importance des nouvelles technologies dans ce débat, immédiatement présentées comme des solutions possibles pour construire des ponts avec le grand public.


Une réflexion au sujet de « Un déjeuner d’historien·nes après l’élection de D. Trump »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *