Archives de catégorie : Coulisses

Soutenance de thèse le 29 septembre à Lyon

Cher.e.s collègues, cher.e.s ami.e.s,

Je suis heureuse de vous annoncer la soutenance de ma thèse de doctorat d’histoire contemporaine, intitulée

La direction de conscience au XIXe siècle (France, 1848-1914). Contribution à l’histoire du genre et du fait religieux

Elle se tiendra le 29 septembre à 14h, à l’Institut des Sciences de l’Homme, à Lyon (14, avenue Berthelot), en salle Élise Rivet (4e étage du bâtiment). Je vous invite ensuite à partager un pot qui sera organisé dans la cafétéria de l’Institut des Sciences de l’Homme, au rez-de-chaussée. Je vous remercie de me confirmer votre présence à cette adresse : caroline.muller@univ-reims.fr .

Composition du jury :

 

Guillaume Cuchet, Professeur d’histoire contemporaine, Université de Paris Est Créteil, rapporteur

Bruno Dumons, Directeur de recherches CNRS, LARHRA, directeur de thèse

Carol E. Harrison, Professeure d’histoire contemporaine, Université de Caroline du Sud, examinatrice

Manuela Martini, Professeure d’histoire contemporaine, Université Lyon 2, examinatrice

Denis Pelletier, Directeur d’études à l’École Pratique des Hautes Études, examinateur

Rebecca Rogers, Professeure en histoire de l’éducation, Université Paris Descartes, rapporteure

Résumé de la thèse :

La direction de conscience est une pratique catholique qui connaît un nouveau succès dans la seconde partie du XIXe siècle. Dans ce cadre, femmes et hommes détaillent à leur directeur leur vie personnelle et les mouvements de leur âme, à des fins de moralisation et de progression spirituelle. Pour l’Église catholique, c’est l’un des vecteurs de transmissions d’un système de valeurs qui place les femmes au cœur de la régénération morale de la France, en les transformant en agents de conversion de leurs familles. Le renouveau de la direction de conscience constitue ainsi une réponse pastorale au projet de reconquête de la société française par l’Église catholique, dans un contexte de contestation de ses prérogatives. Les projets des personnes dirigées ne peuvent cependant se résumer à ceux de leurs directeurs : la direction de conscience donne accès à des ressources concrètes et symboliques qui permettent d’aménager les normes de genre. Le directeur est sollicité pour jouer le rôle d’intermédiaire et d’arbitre de la vie conjugale des couples des élites pour qui la discrétion des échanges est primordiale. Le rôle du directeur dépasse ainsi largement la régulation des pratiques de dévotion, fonction qui lui est donnée par les manuels de piété. Si les directeurs s’acquittent de ce travail d’encadrement spirituel jusqu’aux années 1880, les attentes des personnes dirigées s’infléchissent ensuite vers une demande d’accompagnement dont la dimension spirituelle s’affaiblit, ce qui fait naître des conflits. Cette transformation de la pratique de la direction de conscience doit être reliée à l’évolution générale des « techniques de soi » (Foucault) et notamment au développement de la médecine psychologique.

Un été sans la thèse

À l’heure ou chacun·e s’apprête à partir en vacances, quelques mots – peut être un peu personnels – de la façon dont s’écoule le temps entre le rendu de mon manuscrit et la soutenance prévue pour septembre. Comme beaucoup d’ami·es me l’avaient dit, ce n’est pas tous les jours très simple.

Il y a certes l’immense soulagement de ne plus minuter sa vie : je me rends compte maintenant à quel point mes mois étaient rythmés par des « passages » de sous-partie, partie, chapitre. Au mois de décembre, il n’y avait plus « lundi, mardi, mercredi… » mais « sous-partie 1, sous-partie 2, relecture chapitre 5 ». Cette sorte « d’arithmétique des jours » s’était insinuée jusque dans ma manière de comptabiliser le temps utile et inutile. Soulagement donc, joie et exaltation des longues tâches terminées. Je dois d’ailleurs préciser qu’on met du temps à réaliser que c’est terminé ; corps et cerveau ne répondent pas tout de suite à l’injonction de se détendre et de se reposer.

Mais ce soulagement est mêlé d’émotions plus ou moins discernables et définissables ; une forme d’intense fatigue intellectuelle. J’ai constaté avec surprise mon incapacité totale, pendant de longues semaines, à lire véritablement un article de plusieurs pages, alors que je sautais littéralement d’un concept à l’autre trois semaines plus tôt en rédigeant. Le sentiment que toute capacité de concentration s’était brutalement envolée. S’ajoute à cela une forme de vide, d’inquiétude de l’avenir ; et si je n’avais plus d’idées ? Et si l’énergie ne revenait pas ? L’entourage demande : que vas-tu faire maintenant ? … Au moment où ce « maintenant » n’est pas encore très clair dans la tête. La perspective d’avoir à gravir, plus tard, d’autres montagnes, intervient au moment même où l’on commence à peine à prendre conscience du paysage au sommet de la première.

Le plaisir revient cependant depuis quelques jours. J’ai rendu mon travail il y a trois mois. Je n’arrive toujours pas à me relire, ni à entamer un article. Mais je recommence à apprécier de lire, tranquillement, sans chronomètre, sans balayer l’introduction et la conclusion à toute vitesse. Il est temps maintenant de prendre des vacances lointaines pour achever de reprendre son souffle.

Je reviens en septembre pour vous parler de mes projets et, sans doute, … de ma soutenance. D’ici là, je vous souhaite un bel été.

 

P.S. : En attendant, je parle d’amour sur Mondes sociaux et d’antiféminisme sur le blog de la bibliothèque santé de Paris.

Un déjeuner d’historien·nes après l’élection de D. Trump

Toujours à Washington au Congrès des French Historical Studies, je voudrais partager avec vous un moment très intéressant du séjour : un déjeuner, hier midi, autour de la question de l’intervention des historien·nes dans la sphère publique. Je sais que c’est un sujet qui travaille beaucoup la communauté historienne française en ce moment, et j’ai pensé qu’un petit aperçu des préoccupations de nos camarades américains s’intégrerait bien dans nos réflexions.

Le principe est le suivant : tout le monde déjeune et, au moment du dessert, la conversation s’engage entre deux invités choisis. Cette année, c’était Jonathan Judaken et Robert Zaretsky. Tous les deux sont historiens mais aussi très actifs dans le journalisme.

La discussion est partie du constat d’une crise traversée par les sciences sociales. J’ai retrouvé là des échos des problématiques françaises : de plus en plus d’universités sont administrées par des dirigeants qui, je cite, « n’ont jamais mis les pieds dans une salle de classe ». L’autre question soulevée immédiatement a été celle des financements publics : les universités publiques sont désormais massivement financées par des fonds privés, à hauteur de 90% des budgets pour certaines. Enfin, la dernière question est celle qui a retenu l’attention du public : comment, en ces temps de crise, jouer un rôle dans la sphère publique et faire mieux comprendre l’importance de la recherche et de l’enseignement universitaire ?

Je m’étonnais de l’extrême concentration de la salle. Ma voisine m’a alors glissé : « tout le monde ici est profondément traumatisé par l’élection de Trump et nous nous sentons tous un peu responsables ». Il est vrai que les discussions qui ont suivi étaient marquées par une volonté très forte de trouver des solutions pour réinvestir d’autres espaces que l’université. Robert Zaretsky a alors proposé des pistes, soulignant que jusqu’alors les historien·nes répondaient peu à ses sollicitations pour des articles ou compte-rendu. Beaucoup, a -t-il expliqué, refusent d’écrire pour la presse car il y a « un livre à finir » ou d’autres urgences dans un contexte universitaire très concurrentiel. La conversation s’est ensuite orientée vers les « social media » et il a invité la salle à se saisir de nouveaux formats d’écriture, tels que Snapchat, Twitter ou Facebook. Il a donné des chiffres qui ont provoqué un murmure : un article académique est lu en moyenne par dix personnes, un billet de blog scientifique par plusieurs centaines. Il a aussi évoqué les bibliothèques et librairies locales qui sont en demande « d’experts », capables d’animer des rencontres avec le public. Pour lui, il y a désormais un « impératif moral » de changer nos pratiques et de s’investir auprès d’un public plus large.

La discussion a ensuite été élargie à la salle. Plusieurs remarques et critiques ont été formulées. Les étudiants ont d’abord fait remarquer que personne ne les forme aux nouveaux modes d’écriture. L’intervenant a alors souligné qu’il avait proposé des ateliers à plusieurs facs qui ont toutes refusé. Il y a donc un décalage entre les exigences d’apprentissage d’une autre langue, plus adaptée à un public large, et des formations qui en restent à l’écriture académique. D’autres questions ont été posées : « d’accord pour utiliser les social media, mais comment alors mener une recherche de fonds avec un téléphone qui n’arrête pas de sonner et de clignoter ? » ; la chercheuse soulignait la difficile compatibilité entre la tranquillité nécessaire au temps long de la réflexion et l’immédiateté de ces supports. Une autre remarque a concerné la violence qu’on peut expérimenter dès lors qu’on expose son travail sur le Web. Enfin, une dernière intervention s’interrogeait sur la possibilité ou non de diffuser toute forme de recherche : comment rendre intéressants des sujets parfois très pointus et lointains ? Est-ce que toute recherche a un intérêt pour le public ?

Au delà des critiques et questions, l’ensemble de ces échanges donnait à voir une inquiétude et une forme de culpabilité, tout autant qu’un désir de résister et de donner un nouveau sens au travail universitaire. J’ai l’impression que la communauté historienne américaine expérimente un temps de questionnements profonds sur ses pratiques, qui se traduit par ce type d’exercice réflexif. Bien évidemment, cela a aussi retenu mon attention en raison de l’importance des nouvelles technologies dans ce débat, immédiatement présentées comme des solutions possibles pour construire des ponts avec le grand public.