Archives de catégorie : Coulisses

Les adieux à l’oiseau bleu

Longtemps, j’ai utilisé Twitter avec un grand enthousiasme. J’ai ouvert mon premier compte en 2007 ; j’y partageais mes joies de supportrice de football, mes histoires de cuisine et mes intérêts d’étudiante. Quand j’ai commencé ma thèse en 2012, mon compte était dans le vague, entre le personnel et le public : il faut dire que nous n’étions pas encore si nombreux·ses. Les abonné·es de la première époque se sont alors progressivement éloigné·es, puisque mon propos était de plus en plus lié aux questions de sciences humaines et sociales. Mon fil a commencé à ressembler à une petite « salle des profs » virtuelle, et l’entraide a alors été très précieuse tout au long de mon parcours doctoral. Ma thèse n’aurait pas été la même sans les échanges sur le réseau ; je n’aurais pas été la même sans les échanges sur le réseau. Dix ans de vie à bavarder sur un oiseau bleu, c’est long.

Il y a eu une première période de doute à la fin de l’été 2016. Avec l’augmentation du nombre d’abonné·es, je ne me sentais plus du tout libre d’écrire, et la question de la réception de mes tweets m’inquiétait de plus en plus. Un matin, j’ai rédigé un tweet idiot au sujet des événements corses. C’était maladroit, stupide ; un mouvement d’humeur d’un quai de gare de 6h du matin. Une demi-journée plus tard, ce tweet était en une d’un article de Slate, servant une démonstration autour de l’idée que « même les chercheurs n’échappent pas aux clichés ». Bon. J’ai fini par supprimer le premier compte et ses archives, pour repartir plus sereine.

J’ai ensuite repris ma rédaction de thèse, et, à nouveau, Twitter a été un appel d’air, un lieu de partage, très tourné vers les doctorant·es. Le compte est à nouveau monté en visibilité, jusqu’à un fil d’humeur que je destinais surtout aux collègues, au sujet de la nomination de Stéphane Bern sur une mission du patrimoine. Ce fil, que je pensais totalement anodin, a été repris sur divers médias et j’ai gagné cinq cent abonnés supplémentaires en une semaine. À nouveau, les effets de la visibilité ont commencé à se sentir : du harcèlement dès que j’utilise une écriture neutre (« inclusive »), des gens qui défendent l’honneur de Bern, des tweets montés en épingle à tout propos, le sentiment que des formes de bienveillance ont disparu, que l’on oublie les personnes derrière leur écran. L’immense majorité des abonné·es est bien sûr bienveillante ; mais lorsque ces dernier·es relaient mes propos, le seuil de visibilité – donc de harcèlement possible – est dépassé beaucoup plus vite et démultiplie le risque.

Ces dernières semaines, dans la foulée de ma soutenance de thèse, j’ai cherché un peu plus de calme, loin des sollicitations diverses. Je me suis éloignée un temps du réseau où je suis d’habitude très active. Je me suis aperçue que Twitter ne me manquait pas beaucoup. Depuis quelques temps, remonter mon fil et mes mentions devient une sorte de roulette dont je ne sais jamais vraiment dans quel état je vais sortir. La pesanteur dépasse désormais la joie de retrouver les ami·es du réseau ; l’afflux d’informations, les micro-violences quotidiennes me semblent désormais trop présentes pour continuer à évoluer sereinement sur le réseau. Pourtant, j’accorde une importance centrale à Twitter dans mon travail, que ce soit pour la veille ou la diffusion, ne serait-ce que de ce carnet. J’y ai longuement réfléchi.

Mais il est temps que je vous quitte. Je ne suis pas très loin puisque ce carnet continue à vivre. Mon compte @ccaro_ligne va se transformer et devenir un compte de veille et de diffusion, pour garder un lien – ténu, certes. Je veux désormais choisir plus précisément ce que je lis. Je suis très triste d’écrire ces lignes au moment même où le réseau attire de plus en plus de chercheur·es. Au moment même où, pour le projet « Goût de l’archive numérique », je dois rédiger un chapitre sur l’utilité scientifique de Twitter.

Je remercie ceux et celles qui ont contribué à construire des échanges aussi passionnants pendant toutes ces années – pour ces personnes, ces adieux ne sont qu’un au-revoir. Je vous souhaite de les poursuivre avec l’enthousiasme et la générosité qui vous caractérisent – et de ne pas avoir trop vite à faire vos adieux à l’oiseau bleu.

Le jour où je suis devenue docteure

Deux semaines se sont maintenant écoulées depuis le jour de ma soutenance, le vendredi 29 septembre. Je commence à y penser moins, les contours des souvenirs deviennent plus flous. Je suppose que c’est un signe qu’il est temps d’y revenir et de partager quelques impressions de cette belle journée.

Les jours précédents n’avaient pas particulièrement été reposants : après les cours, j’ai sauté dans le train le mercredi après-midi pour rejoindre Lyon, où j’animais une séance de séminaire le lendemain. J’avais fait le pari que cela m’éviterait de me paralyser en pensant à ce qui m’attendait le vendredi. C’était une bonne idée : cela m’a permis d’échanger avec plusieurs collègues qui m’ont beaucoup rassurée, et les débats m’ont occupé l’esprit. La soirée a ensuite été détendue : on ne dira jamais assez l’importance des amis dans ces moments là !

Le réveil du vendredi a été moins serein : l’air de Lyon a la fâcheuse habitude de provoquer des allergies, et ce jusqu’en septembre. Un comprimé d’anti-histaminique plus tard, j’ai relu mon exposé, modifié quelques mots, survolé un chapitre de livre. Je me suis préparée une feuille d’auto-recommandations à conserver sous les yeux.

mes notes

Mais c’était déjà l’heure d’aller préparer la salle et accueillir mes parents qui apportaient les victuailles du pot. Le stress est monté brusquement pendant le déjeuner : j’ai laissé mes proches et je me suis isolée une demi-heure sur les quais du Rhône Je n’arrivais plus à articuler un mot. À partir de ce moment, la concentration a pris le dessus. J’ai des souvenirs vagues, je vois des visages, je salue, et, très vite, il faut s’asseoir et commencer l’exposé.

J’ai eu la sensation d’entrer véritablement dans la soutenance après la seconde intervention. J’ai commencé à comprendre que je n’avais rien à craindre, c’est-à-dire que l’écoute était bienveillante, intéressée ; en d’autres termes que mon manuscrit avait déjà fait mes preuves. Dans ces conditions, j’ai pu dépasser l’angoisse du cérémonial pour plonger dans les discussions, qui ont abordé tous les points qui me tenaient à coeur ; les questions de méthode, la place du blog, la réflexion sur l’écriture, le lien entre l’histoire du genre et l’histoire du catholicisme, l’interdisciplinarité. Le temps a fui. J’ai pris conscience qu’on approchait de la fin de la soutenance quand Denis Pelletier, président, a pris la parole pour le dernier exposé. C’est aussi à ce moment que j’ai à nouveau perçu la présence du public – dont j’ai totalement occulté les mouvements – et les rires parfois ! – pendant près de 3h40. Tandis que j’émergeais doucement, le jury s’est retiré pour délibérer.

Quelques minutes plus tard, j’étais docteure et très heureuse.

merci Christophe pour les photos !

Mes parents avaient pris en charge l’organisation du pot : j’ai pu tranquillement (!) bavarder avec les amis, collègues, proches venus assister à la soutenance. Je dois avouer que le pot fut une expérience étrange : on voit se mêler toutes sortes de cercles de sa vie qui restent d’habitude nettement cloisonnés. On va de l’un à l’autre, échangeant quelques mots, rassemblant ses idées, essayant de ne pas avoir l’air trop distraite quand un membre du jury revient sur une question posée deux heures plus tôt. On tente de ne pas se laisser dominer par la fatigue, l’émotion … et les bulles.

Le pot bien mérité

 

Pour ceux et celles qui voudraient lire quelques passages des débats, plusieurs twittos ont tenté un live-tweet sous le mot-dièse #consciences. Il faudrait que je m’attelle à créer un storify « souvenirs de soutenance ». Je tiens à remercier tous ceux et celles qui m’ont envoyé des mots d’encouragements et de félicitations – vous avez tous contribué à transformer cette journée en un beau moment. Pour les absent·es, en attendant la mise en ligne de la thèse, je joins à ce billet mon exposé de soutenance.

Je souhaite bon courage à ceux et celles qui se préparent au grand saut en cette saison. Je peux désormais relayer en toute connaissance de cause le meilleur conseil qu’on m’ait donné : profitez-en.

 

1er semestre 2017-2018

 

Ce billet vise à proposer un petit point de planning des activités scientifiques et enseignantes prévues pour le premier semestre 2017-2018. Comme d’habitude, le programme est dense – d’autant que ma décharge d’un tiers a pris fin : je retrouve un service à 384 heures TD pour l’année, sans compter les heures supplémentaires.

J’ai identifié deux priorités pour cette année : mener le plus sereinement possible ma première année de candidatures à des postes de maîtres/maîtresses de conférences ; achever deux articles mis en chantier l’année dernière. Le travail de fond sera plutôt mené au second semestre dans la mesure où les douze premières semaines sont des tunnels d’enseignements (22 heures hebdomadaires…)

Ces deux objectifs m’ont poussée à ralentir le rythme des communications scientifiques. Certains événements sont encore à ajouter à l’agenda mais je n’ai pour le moment qu’une seule séance de séminaire prévue, dans Regards croisés sur la petite enfance, le 1er février 2018. J’y parlerai de la question de la parentalité dans la discussion avec les directeurs de conscience.

Je co-organise plusieurs manifestations encore en cours de montage, et notamment une journée sur masculinités et religions en Europe avec Anthony Favier dans le cadre du LabEX EHNe.

Du côté des manifestations « grand public », j’interviendrai dans le Festival des Bisqueers Roses à Reims le 11 novembre, pour une conférence sur les signes du genre, puis le 30 janvier dans le cadre de Mardi Debout à la BU de Reims, pour une présentation plus générale des réflexions des sciences sociales et humaines sur la notion de genre.

Les activités de formation ne seront pas en reste : je reprends, pour la troisième année consécutive, le « kit de démarrage de la thèse » à l’université Paris 13 le 27 octobre. J’irai ensuite parler d’écriture de la thèse au séminaire Visa pour la thèse de l’ED 483, à Lyon, le 25 novembre.

Voici pour l’essentiel les événements prévus jusqu’en février. J’ai bon espoir de glisser un séjour en archives en janvier. Les premiers semestres de PRAG se traduisent toujours par la mise entre parenthèses du travail scientifique de fond. C’est un rythme à trouver ! Ce carnet devrait donc se faire discret dans les semaines à venir. J’ai beaucoup d’idées mais peu de temps – comme de nombreux carnetiers et carnetières. Je prévois cependant un billet sur la soutenance : ça y est, je suis docteure !