Archives de catégorie : Enseigner

« Combien de temps tu y passes ? » Petites réflexions sur les outils numériques.

Lors de l’université d’été de Ferney-Voltaire ces derniers jours, j’ai présenté, avec ma collègue Hélène Falavard, un certain nombre d’outils numériques pour la recherche en histoire. Nous avons notamment parlé de l’usage possible de Twitter ou de Storify, des carnets Hypothèses. Lors de conversations informelles, j’ai aussi évoqué Zotero ou Netvibes.

Une question est souvent revenue : « mais combien de temps tu y passes ? »

Qui voulait dire en réalité  : combien de temps tu y perds ?

Cela m’a un peu fait réfléchir sur mes usages du numérique et je voulais partager ces quelques réflexions – qui constituent une forme de réponse provisoire à ces objections.

A quoi ressemble une journée classique de thésarde connectée pour moi ? Cela dépend bien sûr du type de tâche à effectuer, mais essayons tout de même d’y voir plus clair.

D’abord, j’ouvre Libre Office, Bean ou Scrivener, mes trois outils d’écriture. Personne ne conteste plus désormais l’usage du traitement de texte et son utilité – je passe donc très vite.

En parallèle, je lance Zotero. Il n’est plus possible pour moi de m’en passer tant le logiciel a intégré mes pratiques de recherche. J’y répertorie mes notices bibliographiques bien sûr, mais aussi mes notes de lecture, les pdf des articles, mes cours, mes papiers, les pages web utiles, tout ce qui me semble devoir être mémorisé, classé, archivé. Quel est le temps que j’y passe/perds ? Il s’agirait plutôt de comptabiliser le temps que j’y gagne : si on estime que l’opération simple d’écriture d’une référence bibliographique prend une petite minute, et qu’un clic sur le bouton Zotero prend trois secondes – je vous laisse calculer le temps sauvé pour un bon millier de références. Il faudrait ajouter tout le temps économisé à ne pas chercher dans mes dossiers les fiches de lecture ou une référence grâce à l’outil de recherche de Zotero ; le temps économisé aussi dans l’écriture d’un article puisque Zotero permet de citer automatiquement dans les notes de bas de page. Le seul bémol possible serait d’estimer que la facilité de collecte des informations peut nous conduire à en collecter trop.

Plus problématique, l’outil Twitter. Le temps passé sur le réseau est difficilement quantifiable car je le laisse souvent en arrière plan quand je travaille – et aussi parce que c’est un outil que je rattache autant à ma vie personnelle qu’à ma vie professionnelle. Comment donc estimer l’utilité immédiate ? Je ne cherche plus à mesurer la rentabilité ; cela n’a d’ailleurs jamais été le projet quand j’ai commencé à twitter. Je sais simplement qu’il y a là une communauté qui est devenue très importante dans mon environnement de travail, un lieu d’entraide et de partage permanent qui m’accompagne au quotidien. Comme des collègues virtuels, en somme.

Netvibes est plus directement lié au travail de recherche. J’y passe peu de temps : je vérifie deux fois par semaine les nouveautés des flux RSS que je suis. Pour mettre en place ma veille scientifique, j’ai consacré une journée en début de thèse au repérage des principales revues et fils à suivre qui sont désormais tous regroupés. On voit qu’il y a là, une fois de plus, du temps gagné : un coup d’oeil permet d’avoir une vision d’ensemble des nouvelles publications et manifesations, plutôt qu’un long chemin numérique passant par tous les sites.

Enfin, le carnet Hypothèses. La perspective de la perte de temps est le reproche le plus courant, que ce soit le temps de lecture ou le temps d’écriture. Une fois de plus, tout dépend de l’usage de l’outil et de la façon dont on l’envisage. Mon propre carnet a intégré ma pratique de recherche au même titre que le carnet papier. Ce n’est pas un « à côté » un « plus » par rapport à mes autres activités : j’en ai besoin pour réfléchir, comme d’autres ont besoin d’un carnet papier ou d’un journal de recherche. C’est d’ailleurs le principal lieu de mise en forme de mes questionnements méthodologiques. Pour ce qui concerne la lecture des carnets hypothèses, je considère qu’il est essentiel de se tenir au courant des réflexions et des avancées des autres, de la communauté des sciences sociales dans son ensemble. J’ai donc rapidement tranché la question de la perte de temps. Cela fait partie de mon travail – et je dirais même plus, cela m’aide à comprendre – et à aimer – mon propre travail.

Corpus en ligne – liste collaborative

Préparant hier un cours d’introduction aux humanités numériques pour mes étudiants de L2-L3, j’ai commencé à chercher une liste synthétisant les corpus de sources mis en ligne. J’ai alors posé la question à Twitter qui, comme d’habitude, s’est révélé précieux. Voici donc le résultat de l’investigation collective, qui pourra être utile. Merci à tous !

Je remercie particulièrement Matthieu de Oliveira (@MatthieudeO) dont le support de cours constitue la majeure partie de cette liste, complétée à l’aide des suggestions des utilisateurs de Twitter.

Cette liste est collaborative et toute suggestion est la bienvenue, par mail ou dans les commentaires.

1) Dictionnaires et encyclopédies en ligne

Dictionnaires d’hier et d’aujourd’hui : http://www.lexilogos.com/francais_langue_dictionnaires.htm

Le Centre national de ressources textuelles et lexicales : http://www.cnrtl.fr/

Le Trésor de la langue française informatisé : http://atilf.atilf.fr/tlf.htm

Le Dictionnaire des parlementaires français depuis 1789 (base Sycomore) : http://www.assemblee-nationale.fr/histoire/biographies/index.asp

Le dictionnaire des Dominicains : http://dominicains.revues.org/

2) Les bibliothèques numériques

La Bibliothèque nationale de France : http://www.bnf.fr/ et sa plateforme Gallica : http://gallica.bnf.fr/

Voir également ses expositions virtuelles : http://expositions.bnf.fr/

Google books : https://books.google.fr/books

La Bibliothèque numérique de Roubaix : http://www.bn-r.fr

Europeana http://www.europeana.eu/portal/

La Bibliothèque numérique de la BM de Lyon, Numelyo http://numelyo.bm-lyon.fr/

3) Les portails de revues scientifiques/historiennes

– Persée : http://www.persee.fr

– Cairn : https://www.cairn.info/

– Revues.org : http://www.revues.org/

4) Corpus de sources en ligne

Patrimoine numérique – Catalogue des collections numérisées http://www.numerique.culture.fr/pub-fr/index.html

Criminocorpus, portail sur l’histoire de la justice, des crimes et des peines http://www.criminocorpus.cnrs.fr/

Sources médiévales : http://www.menestrel.fr/spip.php?article903

Sources du XIXe siècle : le projet Nines http://www.nines.org/

Institut de recherche et d’histoire des textes (plus particulièrement médiévaux) http://www.irht.cnrs.fr/ et ses bases de données associées

Medium : Base de données sur les manuscrits dont l’IRHT possède une notice, un microfilm ou une reproduction photographique. Les fiches des manuscrits donnent des indications de contenu : ces informations ne constituent pas un catalogage scientifique, mais proviennent soit du catalogue général des manuscrits (CGM), soit des fiches signalétiques des sections de l’IRHT, soit des bibliothèques. La base contient 76 000 références de manuscrits. http://medium.irht.cnrs.fr

Jonas : Répertoire des textes et des manuscrits médiévaux d’oc et d’oïl ; notices de manuscrits ; fichiers bibliographiques de la section romane de l’IRHT http://jonas.irht.cnrs.fr

Pinakes : Tradition manuscrite des textes grecs antérieurs au XVIe siècle, recensant 200 000 fiches en 2008, les témoins de la tradition manuscrite de 13 000 œuvres, soit près de 40 000 manuscrits conservés dans 1300 bibliothèques du monde entier http://pinakes.irht.cnrs.fr

Budé : Budé rassemble des informations concernant la transmission des œuvres antiques et médiévales par les manuscrits et les imprimés anciens pour une période qui couvre la fin du Moyen Âge et la Renaissance http://bude.irht.cnrs.fr

CartluR : Répertoire des cartulaires médiévaux et modernes : base de données évolutive (et donc dans l’état actuel relativement incomplète voire lacunaire), dédiée aux cartulaires manuscrits. L’aire couverte au géographique : principalement la France et la Belgique ; au chronologique : de la naissance du genre au Moyen Âge à la fin de l’Ancien Régime, soit du IXe au XVIIIe s. http://www.cn-telma.fr/cartulR/

Liber Floridus : Manuscrits enluminés des bibliothèques Sainte-Geneviève et Mazarine de Paris http://liberfloridus.cines.fr

Enluminures : Manuscrits enluminés des bibliothèques de France (hors BnF et bibliothèques de l’enseignement supérieur) http://www.enluminures.culture.fr

Catalogue de manuscrits liturgiques : Notices de manuscrits liturgiques médiévaux et modernes conservés en France, en particulier ceux ne figurant pas dans les catalogues du chanoine Leroquais http://www.cn-telma.fr/liturgie/

Les chartes médiévales : Plusieurs centaines de milliers de chartes datant de la France médiévale subsistent encore. Dispersées entre de nombreux fonds d’archives et de bibliothèques, inédites ou publiées dans de nombreux recueils et travaux, elles sont difficiles d’accès et n’ont, depuis plus de deux siècles, plus fait l’objet d’une recension systématique. La base de données offre la possibilité d’interroger plusieurs milliers d’entre elles, couvrant de nombreuses régions françaises, et presque toutes antérieures à 1300. http://www.chartae-galliae.fr/

L’école des Chartes : http://www.enc.sorbonne.fr/ et ses bases de données associées (le plus souvent accessibles via un identifiant spécifique) http://www.enc.sorbonne.fr/bases-de-donnees.html . La base de données des anciens chartistes http://theses.enc.sorbonne.fr/sommaire155.html

Archives européennes

Portail européen des archives : https://www.archivesportaleurope.net/fr/home

Europe et histoire de l’intégration européenne

Le site du CVCE: http://www.cvce.eu/

Archive of European Integration (Pittsburgh): http://aei.pitt.edu – archives plus institutionnelles que le CVCE. Il y a aussi de la littérature grise.

Médiathèque de la Commission de l’UE: http://ec.europa.eu/avservices/index.cfm?sitelang=fr

Les Archives historiques de l’UE ont numérisé certaines sources : http://www.eui.eu/Research/ArchivesHistoriquesDeUE/Index.aspx

La banque centrale européenne a publié les archives du comité des gouverneurs : https://www.ecb.europa.eu/ecb/history/archive/agendas/html/index.fr.html

Pas spécifiquement histoire de l’intégration européenne, il y a European history primary sources (EHPS), un portail recensant des collections en ligne sur l’histoire de l’Europe: http://primary-sources.eui.eu/ (initié par Serge Noiret et Gerben Zaagsma).

Archives françaises

Pour les archives françaises voir : http://www.archivesdefrance.culture.gouv.fr/ressources/en-ligne/

Archives numérisées de Paris http://canadp-archivesenligne.paris.fr/

Les bases de données relevant des Archives nationales http://www.archivesdefrance.culture.gouv.fr/ressources/bases-de-donnees/

Arcade : achat d’œuvres d’art par l’État, 1800-1969 http://www.culture.gouv.fr/documentation/arcade/pres.htm

Archim : images numérisées de documents d’archives http://www.culture.gouv.fr/documentation/archim/accueil.html

Arno : actes du Minutier central, années 1551, 1751, 1761 et 1851 http://www.archivesnationales.culture.gouv.fr/arn/

Étanot : état des notaires de Paris et leurs archives, du XVe siècle à nos jours http://chan.archivesnationales.culture.gouv.fr/sdx-222-chan-etanot/etanot/

Étarep : état des répertoires des notaires de Paris du XVIe siècle à nos jours http://www.archivesnationales.culture.gouv.fr/chan/chan/etarep/accueil.html

Léonore : dossiers de titulaires de la Légion d’Honneur, 1800-1976 http://www.culture.gouv.fr/documentation/leonore/leonore.htm

Les dossiers scolaires des Polytechniciens sont disponibles http://www.bibliotheque.polytechnique.edu/accueil/patrimoine/ressources-en-ligne/archives-numerisees/archives-numerisees-6558.kjsp

Nat : dossiers de naturalisations, de changements de noms, de titres, 1814-1853 http://www.archivesnationales.culture.gouv.fr/arn/

Priam 3 : inventaire des versements d’archives conservés à Fontainebleau http://www.culture.gouv.fr/documentation/priam3/pres.htm

Prof : provisions d’offices, 1720-1755 http://www.archivesnationales.culture.gouv.fr/arn/

5) Les ressources iconographiques (images fixes et mobiles) et sonores

Les manuscrits enluminés de la BnF http://mandragore.bnf.fr/html/accueil.html

Fonds photographiques conservés dans les services publics d’archives : http://daf.archivesdefrance.culture.gouv.fr/sdx-23b1-20090531-daf-pleade-2/pl/search-form.xsp?id=BORA_Photo

L’Histoire par l’image (1789-1939) : http://www.histoire-image.org/

L’Institut national de l’audiovisuel (INA) : http://www.ina.fr/

Deux bases de données mettant ligne des sources enregistrées sur le terrain :

Telemeta (CREM, LESC, MAE) : http://archives.crem-cnrs.fr

Ganoub, phonothèque de la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme :http://phonotheque.mmsh.huma-num.fr

6) Ressources locales

La Base images de l’IRHiS : http://irhis.recherche.univ-lille3.fr/BasesAccueilPhrasea.html

La Base Hommes du Nord de l’IRHiS : http://irhis.recherche.univ-lille3.fr/BasesAccueilHommesNord.html

Les Monuments aux morts : http://monumentsmorts.univ-lille3.fr/

Mise en ligne de documents du fonds patrimoine de la Ville de Clermont-Ferrand http://www.bibliotheques-clermontcommunaute.net/page/overnia-bibliotheque-numerique-patrimoine

7) Sites institutionnels offrants des ressources

Le Château de Versailles : http://www.chateauversailles.fr/homepage

Le Musée du Louvre : http://www.louvre.fr/llv/commun/home.jsp

Le Palais Bourbon : http://www.assemblee-nationale.fr/histoire/visite/

La Cité de l’immigration : http://www.histoire-immigration.fr/

Une autre liste suggérée:

http://pireh.univ-paris1.fr/wiki/doku.php?id=repertoire_de_sources_en_ligne

Ce que je sais du doctorat

Aujourd’hui, un billet un peu différent des autres, qui servira peut être à ceux qui veulent se lancer dans l’aventure de la thèse 🙂

j’aime beaucoup les listes, alors en voici une:

« Ce que je sais du doctorat après une année de thèse »

 

Le doctorant :

 

enseigne…

 

1. Il prépare ses cours : il réfléchit, se documente, fait des photocopies, écrit des mails à ses collègues, essaie de comprendre les maquettes des formations ;

2. Il corrige ses copies : il établit des barèmes, remplit des listings de notes, calcule des moyennes et cache son paquet de copies quand l’un de ses étudiants passe dans la bibliothèque ;

3. Il donne ses cours, et apprend à les donner, donc fait des erreurs et angoisse régulièrement ; une fois qu’il est moins nerveux, il y prend du plaisir !

4. Il répond aux mails des étudiants à n’importe quel sujet : orientation, problèmes administratifs, absence, questions liées au cours, …demandes aberrantes… Il babysitte les L1 avec un sens aigu du devoir ;

5. Chaque année, il discute avec le rectorat et ses 8000 bureaux ;

 

cherche…

 

5. Il passe de longues heures dans les bibliothèques, centres d’archives, sur le terrain, en entretien, à la machine à café

6. Il lit, lit, lit toute la bibliographie qui concerne son sujet (il essaie) ; prend des notes et établit des fiches ; oublie ce qu’il a lu et refait trois fois la même fiche ;

7. Il tente de s’organiser : il achète des classeurs et télécharge Zotero, se renseigne sur les outils de veille en ligne ; est terrifié à l’idée qu’un incendie puisse détruire… ses données ;

8. Il écrit : son cahier de thèse, ses idées, sa thèse quand il rédige, des mails, des mails, des mails….

9. Il traite des données : statistiques, logiciels plus ou moins compliqués, transcriptions ; il y gagne une belle paire de lunettes !

 

découvre son univers professionnel…

 

10. Il propose des interventions à des colloques ou journées d’étude

11. Il écrit ses interventions, bien souvent l’avant veille car le doctorant est organisé (voir point 7)

12. Il voyage pour aller parler de sa thèse et manger des glaces en Italie

13. Il essaie de décoder les règles non écrites de l’université: qui apprécie qui, quel sujet éviter, les questions de hiérarchie et de pouvoir ; il commet des maladresses bien sûr !

14. Il échange avec ses collègues, teste ses hypothèses et raconte ses vacances

 

cherche… à s’inscrire à la fac :

 

15. Il chasse les signatures

16. Il écrit des mails

17. Il demande des courriers et poursuit son directeur de recherche jusqu’au fond du Nicaragua pour cela

18. Il essaie de ne pas paniquer à l’idée de ne pas être inscrit avant… mars

 

Et…Il écrit des billets de carnet pour le raconter !

 

 

PS : on me souffle que je dois préciser : « Et il assomme son entourage à toute heure du jour ou de la nuit avec ses recherches »