Archives de catégorie : Lectures

La noblesse du pauvre ? A propos des classes sociales dans la comtesse de Ségur

Comme si on était voleur pour quelques méchantes bouteilles de vin, quelques gâteaux et autres friandises ! Ils en mangent bien, eux ! Pourquoi donc n’en mangerions-nous pas aussi ?

Dans Le dîner de mademoiselle Justine, la comtesse de Ségur met en scène des domestiques qui se préparent un somptueux dîner en puisant dans les deniers de leurs maîtres. C’est l’occasion pour l’auteure de développer un propos de la domesticité, sous-tendu par une manière particulière d’envisager les classes sociales et leurs relations.

Maîtres et domestiques. Une place pour chacun

La question de la domesticité, et plus généralement du lien entre maître – maîtresse et serviteurs est une véritable obsession dans l’oeuvre de la comtesse de Ségur. Cela renvoie d’ailleurs à une préoccupation quotidienne lisible dans sa correspondance. C’est au XIXe siècle qu’émerge le lieu commun de la « difficulté à se faire servir », c’est-à-dire à trouver de bons domestiques. Les élites sont sans cesse à la recherche de cuisinier·es, de bonnes d’enfants, de palefreniers. Ce turn-over des domestiques dans les grandes maisons s’expliquerait, selon la comtesse, par les mauvaises habitudes contractées par les domestiques dans le temps consécutif à la Révolution française qui aurait provoqué un effondrement moral. C’est à relier bien sûr à la réorganisation des relations sociales provoquée par la proclamation de l’égalité de tous et l’abolition des privilèges ; de tels propos reflètent la panique morale suscitée par ces changements au sein de la noblesse.

Les ouvrages sont traversés de ces figures de bons et mauvais domestiques. Dans Le dîner de mademoiselle Justine, le mauvais domestique est voleur, gourmand et hypocrite ; pire encore, il voudrait avoir le mode de vie et le confort des maîtres ; c’est le sens du propos de Sidonie  : « Pourquoi donc n’en mangerions-nous pas aussi ? ». Hilaire est doux, obéissant et travailleur : il incarne dans la pièce le bon domestique, contrepoint de Jules, Justine et Sidonie. [attention spoilers ] Le dîner s’achève par l’entrée des maîtres dans la chambre des domestiques et le flagrant délit de leur forfait ; tous sont sévèrement punis.

Punis de quoi ? Me-suis-je interrogée. C’est un point amusant : tout au long de ce blâme contre la mauvaise domesticité, je n’ai cessé de prendre parti pour Sidonie et Justine là où la comtesse attend certainement des lecteurs et lectrices la condamnation des agissements des domestiques décrits. C’est dire tout l’écart de perception qui peut exister entre elle et nous.

Pour la comtesse de Ségur, chacun·e doit rester à la place qui lui a été donnée par sa naissance. Elle rejoint ici la vision catholique des relations sociales, qui est formalisée et diffusée en 1891 dans Rerum Novarum, l’encyclique de Léon XIII :

Le premier principe à mettre en avant, c’est que l’homme doit accepter cette nécessité de sa nature qui rend impossible, dans la société civile, l’élévation de tous au même niveau. Sans doute, c’est là ce que poursuivent les socialistes. Mais contre la nature, tous les efforts sont vains. C’est elle, en effet, qui a disposé parmi les hommes des différences aussi multiples que profondes ; différences d’intelligence, de talent, de santé, de force ; différences nécessaires d’où naît spontanément l’inégalité des conditions. Cette inégalité d’ailleurs tourne au profit de tous, de la société comme des individus. La vie sociale requiert dans son organisation des aptitudes variées et des fonctions diverses, et le meilleur stimulant à assumer ces fonctions est, pour les hommes, la différence de leurs conditions respectives.

Les antagonismes de classe naissent lorsque riches et pauvres oublient les devoirs qu’ils  doivent se rendre :

Parmi ces devoirs, voici ceux qui regardent le pauvre et l’ouvrier. Il doit fournir intégralement et fidèlement tout le travail auquel il s’est engagé par contrat libre et conforme à l’équité. Il ne doit point léser son patron, ni dans ses biens, ni dans sa personne. Ses revendications mêmes doivent être exemptes de violences et ne jamais revêtir la forme de séditions. Il doit fuir les hommes pervers qui, dans des discours mensongers, lui suggèrent des espérances exagérées et lui font de grandes promesses qui n’aboutissent qu’à de stériles regrets et à la ruine des fortunes. 

Quant aux riches et aux patrons, ils ne doivent point traiter l’ouvrier en esclave; il est juste qu’ils respectent en lui la dignité de l’homme, relevée encore par celle du chrétien. Le travail du corps, au témoignage commun de la raison et de la philosophie chrétienne, loin d’être un sujet de honte, fait honneur à l’homme, parce qu’il lui fournit un noble moyen de sustenter sa vie. Ce qui est honteux et inhumain, c’est d’user de l’homme comme d’un vil instrument de lucre, de ne restituer qu’en proportion de la vigueur de ses bras. 

Le conflit entre classes n’est que la conséquence de l’oubli par chacun des devoirs qui lui sont propres. La comtesse défend ce modèle paternaliste en mettant en scène de bons maîtres qui prennent soin de leurs domestiques, et leurs serviteurs au sens large. La critique n’épargne pas les riches ; bien au contraire, ce sont eux qui font l’objet des passages les plus durs, car la comtesse estime qu’ils n’ont pas d’excuses lorsqu’ils se comportent en mauvais maîtres.

Mais, parmi les devoirs principaux du patron, il faut mettre au premier rang celui de donner à chacun le salaire qui convient. Assurément, pour fixer la juste mesure du salaire, il y a de nombreux points de vue à considérer. Mais d’une manière générale, que le riche et le patron se souviennent qu’exploiter la pauvreté et la misère, et spéculer sur l’indigence sont choses que réprouvent également les lois divines et humaines. Ce serait un crime à crier vengeance au ciel, que de frustrer quelqu’un du prix de ses labeurs. « Voilà que le salaire que vous avez dérobé par fraude à vos ouvriers crie contre vous, et que leur clameur est montée jusqu’aux oreilles du Dieu des armées »

Dans l’oeuvre de la comtesse de Ségur, les maîtres bâtissent des maisons, financent des noces et l’installation des jeunes couples. La conclusion de la Fortune de Gaspard montre l’idéal à atteindre dans la concorde :

M. Féréor, amélioré par exemple et la tendresse de son fils et de sa fille, devint la providence du pays, après en avoir été l’oppresseur. Mina obtint sans peine que les ouvriers eussent leur dimanche entièrement libre. Ils n’en travaillèrent que mieux, et reçurent souvent des gratifications qu’ils méritaient et dont ils furent reconnaissants. Tout le pays changea d’aspect : les cafés se fermèrent faute de pratiques ; l’église devint trop petite pour la population qui s’y pressait. On ne trouvait plus dans la commune un seul individu qui ne fît pas ses pâques et qui ne sût lire. Gaspard établit, par le conseil de Mina, pour l’usine et le village, une bibliothèque considérable et composée de livres instructifs, intéressants et amusants. Les autres propriétés de Gaspard jouirent des mêmes avantages ; la misère y était inconnue.

Ce discours sur la concorde sociale repose aussi sur la valeur spirituelle accordée à la pauvreté ; si les classes existent et que la mobilité sociale n’est pas souhaitable, cela ne signifie par pour autant que le pauvre soit toujours un « inférieur ». C’est toute l’ambivalence du propos.

La noblesse du pauvre

 

FÉLICIE, étonnée. — C’est impossible ce que tu dis là. Tes égaux, des paysans ignorants ! des gens qui ne savent rien, qui travaillent à la terre !

GERTRUDE, avec animation. — S’ils travaillent, c’est pour gagner leur vie, pour faire vivre leurs familles, pour élever leurs enfants. S’ils sont ignorants, c’est qu’ils n’ont eu ni le temps ni les moyens de savoir. Ils en ont d’autant plus de mérite à être bons, à remplir leurs devoirs ; bien plus de mérite que nous, qui tenons du bon Dieu de quoi vivre, et les moyens de nous instruire de nos devoirs.

FÉLICIE. — Mais tu es folle, Gertrude ! Où as-tu trouvé ces idées bizarres ?

GERTRUDE. — Je les ai trouvées dans l’Évangile, dans les paroles et les exemples de Notre-Seigneur et des apôtres, dans les Vies des saints, dans le catéchisme. C’est là que j’ai appris à voir des frères dans tous les hommes et à aimer en eux, non pas leurs richesses et leurs gloires, mais leurs vertus.

Ce dialogue tiré de Diloy le chemineau met en scène deux personnages de jeunes filles qui incarnent deux façons d’envisager la relation au pauvre ou au serviteur. La comtesse de Ségur y défend l’égalité de tous dans l’Évangile. Ce type de passage s’intercale bien souvent entre le rappel des écarts entre les classes et le respect dû aux maîtres, ce qui produit un effet curieux. La comtesse de Ségur combat énergiquement l’idée que la noblesse de coeur dépendrait de la position sociale, et invite à plusieurs reprises le lecteur et la lectrice à voir au-delà de ces hiérarchies pour identifier les « vrais » chrétiens, qui peuvent tout aussi bien être paysans, domestiques ou marquises.

Dans Pauvre Blaise, la comtesse de Trémilly propose à Blaise de prendre en charge son éducation et d’assurer son entretien à la condition que celui-ci s’éloigne de son fils et de son mari. Blaise refuse. Elle s’exclame alors :

Ce refus est singulier, se dit-elle ; je lui offre tout un avenir… et il ne l’accepte pas… Il a même rejeté mes propositions avec une certaine indignation… C’est dommage que tout cela vienne d’un fils de portier… Ce serait beau et noble dans une classe plus élevée… Je commence pourtant à comprendre l’empire qu’il exerce sur mon mari et sur mes enfants… En vérité, j’ai moi-même été presque convaincue, presque attendrie… Me serais-je trompée ? Serait-il vraiment le beau et noble coeur que me dit mon mari ?… Mais non ! impossible ! Un fils de portier… C’est absurde !…

Le comte de Trémilly témoigne la même surprise :

Ce pauvre enfant de portier a les sentiments élevés d’un prince, la science d’un savant, la générosité, la charité d’un saint.

Pour autant, le « bon pauvre » est celui qui n’oublie jamais son statut. Lorsque le comte veut lui offrir des vêtements raffinés à l’occasion de sa première communion, il répond :

BLAISE. — Oh non ! non, Monsieur le comte, pas pareil, pas si beau ! ce ne serait pas bien, voyez-vous. Le serviteur ne doit pas se vêtir comme le maître.

Un peu plus loin, il décrit ses projets :

Je n’ai besoin de rien ; je ne veux pas sortir de ma condition, ni mener la vie d’un paresseux ; je gagnerai mon pain comme a fait mon père, et, avec l’aide du bon Dieu, j’arriverai à la fin de ma vie sans avoir jamais vendu ni mon coeur ni ma conscience.

Voilà l’attitude exemplaire : n’aspirer à rien d’autre que vivre chrétiennement à la place donnée par Dieu. On peut d’ailleurs noter que les personnages aspirant à l’ascension sociale sont traités avec sévérité. Dans la Fortune de Gaspard, le froid Gaspard, devenu industriel, oublie les devoirs dus à ses parents paysans. La comtesse de Ségur souligne le coût de l’ascension sociale, ce qui n’est pas sans faire penser aux travaux récents de Chantal Jacquet sur les transclasses :

Le dîner fut bon, mais il n’y eut pas de gaieté. Gaspard avait perdu l’habitude de rire ; Lucas se sentait gêné ; les parents étaient mécontents de l’attitude un peu hautaine de Gaspard qui les dominait par son intelligence hors ligne, et par toute sa position de monsieur et de millionnaire, tandis qu’ils restaient cultivateurs simples et grossiers comme devant. Après le dîner, Gaspard voulut encore sortir avec Lucas, mais la voiture vint le chercher. Il se hâta de faire ses adieux à ses parents et à son frère, et monta dans son coupé avec joie et empressement.

Le rôle du pauvre est aussi de convertir le riche, par l’exemple de sa piété. C’est Blaise qui convertit la famille de Trémilly : le comte se rend à l’église et communie à la surprise générale des paroissiens. Tout l’ouvrage peut ainsi se lire comme une apologie de la valeur spirituelle de la pauvreté. La hiérarchie chrétienne des individus ne recoupe par la hiérarchie des positions. Pour autant, c’est le respect de sa place qui permet d’accéder à l’élévation spirituelle. Pauvre Blaise s’achève ainsi :

Jamais Blaise ne perdit le respect qu’il devait à ses maîtres, qui étaient en même temps ses meilleurs amis.

Comment faire tenir ensemble la valeur du pauvre et l’impossibilité pour lui d’être récompensé par l’amélioration de son sort ? Comment faire pour valoriser les personnages d’une très grande vertu dans la mesure ou il convient de défendre l’inégalité des conditions ? C’est tout le rôle du personnage du « bienfaiteur ».

Le personnage du bienfaiteur ou la résolution littéraire du paradoxe

 La figure du bienfaiteur traverse toute l’oeuvre de la comtesse. Tout à coup, au grand étonnement du lecteur et de la lectrice, un mystérieux homme riche intervient  dans l’intrigue et couvre de cadeaux le « bon » personnage du récit. Il s’agit d’Abel dans Jean qui rit et Jean qui pleure ; ou de monsieur Georgey dans Le mauvais génie. Tous deux rencontrent fortuitement des personnages de condition sociale modeste auxquels il s’attachent. Abel s’occupe du bon Jean, domestique à Paris ; monsieur Georgey de Julien, orphelin – et leur permettent de vivre dans des conditions matérielles très satisfaisantes, récompense de leur vertu et de leur piété.

Ce recours à la figure du bienfaiteur me semble répondre à deux nécessités. Du point de vue de la construction du récit, cela sert à tirer d’affaire des personnages mal engagés, à introduire du suspense. Pourquoi cette nécessité d’introduire du suspense ? Dans un univers où les hiérarchies sociales ne peuvent et ne doivent pas bouger, une véritable amélioration de la situation d’un personnage ne peut pas venir de lui-même mais de la générosité d’un riche. A nouveau, cela ne signifie pas que celui qui reçoit les bienfaits doit considérer le bienfaiteur comme un égal. En grandissant, Jean apprend à témoigner sa reconnaissance avec élégance :

Peu à peu les restes de dehors villageois et naïfs disparurent. En prenant de l’expérience et de l’âge, Jean fut plus maître de ses sentiments ; il aima autant mais avec moins d’expansion ; il apprit à contenir ce que l’inégalité des conditions pouvait rendre ridicule ou inconvenant vis-à-vis de ses maîtres et des étrangers ; il ne baisa plus les mains de M. Abel ; il ne se mit plus à genoux ; il le regarda moins affectueusement et moins souvent ; mais, dans son coeur, c’était la même ardeur, le même dévouement, la même tendresse.

La nostalgie d’un monde perdu ?

Le monde que nous donne à voir la comtesse de Ségur est empreint d’une forme de nostalgie à l’égard d’un système de relations sociales qu’elle juge en voie de disparition ; un monde dans lequel le conflit n’existe pas. On y lit aussi des inquiétudes liées à l’émergence de nouvelles élites, qui viennent menacer la noblesse terrienne en imitant les pratiques nobiliaires. Elle critique par exemple la grande bourgeoisie enrichie par le commerce. Dans Jean qui rit, Kersac, autre figure de bienfaiteur, dit sa gêne face à l’attitude des Amédée dont la fille épouse le frère de Jean :

KERSAC. — Tu as bien raison. Et puis, vois-tu, les Amédée, c’est parisien, commerçant parisien ; ça se moque des bonnes gens comme moi, un campagnard, un fermier, qui n’a pas d’habit ni de gants. Ça ne se dit pas, mais ça se devine.

À plusieurs reprises, la comtesse de Ségur suggère l’image d’un paradis perdu. Ce paradis est incarné par la grande propriété terrienne, du château à la campagne, du domaine dans lequel maîtres et serviteurs vivent en bonne intelligence, à l’abri de l’impiété et de l’immoralité nées de l’urbanisation et de l’industrialisation qui s’accélère dans la seconde partie du dix neuvième siècle. Lire la comtesse de Ségur aide à comprendre tout à la fois les fantasmes et inquiétudes de la noblesse face à ces changements sociaux, mais aussi l’espoir d’un retour à un ordre ancien. A défaut, le catholicisme est présenté comme le seul système idéologique permettant d’empêcher le délitement de la société.

[Comtesse de Ségur] De l’usage légitime et illégitime du fouet

Les ouvrages de la Comtesse de Ségur sont très riches pour l’historien·ne qui s’intéresse à la seconde partie du XIXe siècle : ils permettent de voir le monde à travers les yeux d’une aristocrate qui cherche à faire œuvre de pédagogie et à transmettre un système de valeurs. Cette pédagogie, tournée vers les enfants, l’oblige à forcer le trait et à simplifier les situations sociales qu’elle présente : l’analyse en est facilitée.

Cette auteure n’est pas inconnue des sciences humaines : je dois ici signaler un ouvrage (que je n’ai pas encore lu) qui a reçu le prix Mnémosymne : La Comtesse de Ségur ou l’art discret de la subversion, par Maialen Berasategui. J’ai aussi croisé l’oeuvre de la comtesse dans les travaux de Sophie Heywood, lorsque je me suis penchée sur les modèles de genre proposés aux jeunes enfants dans le cadre de ma thèse. La relecture systématique de cet été m’a permis de dégager des points saillants du propos de la Comtesse, que je voudrais ici contextualiser et éclairer à l’aide de ce que nous savons aujourd’hui de l’histoire du XIXe siècle. Vous pouvez lire l’intégralité des ouvrages en ligne, et ainsi retrouver tous les passages cités.

Les contemporains ont retenu de la Comtesse de Ségur son engagement contre les violences corporelles « éducatives » à l’égard des enfants. La seconde partie du XIXe siècle voit la floraison de multiples débats au sujet des modèles éducatifs ; les pédagogues se posent la question de la légitimité de l’usage du fouet, notamment dans les institutions collectives comme les pensionnats. Au premier abord, l’auteure semble effectivement condamner la violence éducative. À plusieurs reprises, le fouet est présenté comme le résultat d’un échec parental, d’une impuissance à transmettre la bonne conduite par la douceur, vertu chrétienne par excellence. Dans les Petites filles modèles, le tempérament colérique de Sophie est attribué à la violence de sa mère madame Fichini, qui ne cesse de la battre injustement. Dès lors qu’elle s’installe chez ses petites voisines, elle s’adoucit :

Sophie était depuis quinze jours à Fleurville ; elle se sentait si heureuse, que tous ses défauts et ses mauvaises habitudes étaient comme engourdis.

L’auteure en profite pour nous présenter un modèle de punition qu’elle juge plus juste : le cabinet de pénitence, c’est-à-dire une pièce dans laquelle l’enfant est isolé jusqu’à ce qu’il regrette ses fautes.

Pendant ce temps, Sophie, restée seule dans le cabinet de pénitence, pleurait, non pas de repentir, mais de rage ; elle examina le cabinet pour voir si on ne pouvait pas s’en échapper : la fenêtre était si haute que, même en mettant la chaise sur la table, on ne pouvait pas y atteindre ; la porte, contre laquelle elle s’élança avec violence, était trop solide pour pouvoir être enfoncée. Elle chercha quelque chose à briser, à déchirer : les murs étaient nus, peints en gris ; il n’y avait d’autre meuble qu’une chaise en paille commune, une table en bois blanc commun ; l’encrier était un trou fait dans la table et rempli d’encre ; restaient la plume, le papier et le livre dans lequel elle devait copier. Sophie saisit la plume, la jeta par terre, l’écrasa sous ses pieds ; elle déchira le papier en mille morceaux, se précipita sur le livre, en arracha toutes les pages, qu’elle chiffonna et le mit en pièces ; elle voulut aussi briser la chaise, mais elle n’en eut pas la force et retomba par terre haletante et en sueur. Quand elle n’eut plus rien à casser et à déchirer, elle fut bien obligée de rester tranquille. Petit à petit, sa colère se calma, elle se mit à réfléchir, et elle fut épouvantée de ce qu’elle avait fait. « Que va dire Mme de Fleurville ? pensa-t-elle, quelle punition va-t-elle m’infliger ? Car elle me punira certainement… Ah bah ! Elle me fouettera. Ma belle-mère m’a tant fouettée que j’y suis habituée. N’y pensons plus, et tâchons de dormir… »

Les personnages d’enfants maltraités sont nombreux. Dans François le Bossu, la petite Christine est battue par sa bonne Mina qui lui vole tous les jours son petit-déjeuner ; la comtesse dénonce l’indifférence et l’inattention des parents qui ne prennent conscience de la situation qu’à l’issue de longs mois de maltraitance. Enfin, Un bon petit diable est tout entier consacré à décrire la relation violente entre Charles et la mère Macmiche, sa tutrice :

Enhardie par sa soumission, elle prit une baguette et lui donna un coup fortement appliqué, puis deux, puis trois, sans que Charles fît mine de résister ; elle profita de cette docilité si nouvelle pour abuser de sa force et de son autorité ; elle le jeta par terre et lui donna le fouet en règle, au point d’endommager sa culotte, déjà en mauvais état. Charles supporta cette rude correction sans proférer une plainte, « Va-t’en, mauvais sujet, s’écria-t-elle quand elle se sentit le bras fatigué de frapper ; va-t’en, que je ne te voie pas ! »

La violence reçue altère le caractère :

CHARLES. — Eh ! mon Dieu oui ! Cette méchante, abominable femme me rend méchant moi-même. C’est vrai, Juliette : avec toi, je suis bon et je n’ai jamais envie de te jouer un tour ou de me fâcher ; avec ma cousine, je me sens mauvais et toujours prêt à m’emporter.

Il est donc clair que plusieurs ouvrages critiquent durement la violence éducative.

Seulement, à y regarder de plus près, on se rend compte que toutes les violences ne sont pas illégitimes. Bien au contraire, la violence est présentée comme un moyen de réformer certains caractères : ceux des femmes, et ceux des enfants des milieux populaires. Dénoncer la violence exercée sur les enfants des élites ne revient pas à dénoncer toutes les violences. Cette vision est perceptible par des propos parfois très allusifs. Dans Histoire de la princesse Rosette, un conte de fée, on punit les méchantes princesses en les mariant à des hommes violents d’une classe sociale inférieure :

j’ai changé leurs riches costumes en ceux de pauvres paysannes, et je les ai mariées sur-le-champ avec deux palefreniers brutaux qui ont mission de les battre et maltraiter jusqu’à ce que leur coeur soit changé, ce qui n’arrivera sans doute jamais.

On peut difficilement être plus explicite : la violence conjugale est un outil de « correction » des femmes : cela renvoie ici à la conception catholique de la violence dans le mariage, qui est permis tant qu’elle n’est pas gratuite ou cruelle. Cette manière d’envisager la violence conjugale est ici transmise via un conte destiné aux très jeunes enfants.

De même, la violence est permise, voire encouragée, quand il s’agit d’enfants des milieux populaires. Des personnages incarnant le modèle du « bon » paysan et domestique (j’y reviendrai dans un prochain billet) estiment que le fouet peut être légitime. Pauvre Blaise met en scène la relation entre Jules, fils de comte, et Blaise, fils de portier. Jules accuse injustement Blaise ; et le comte M. de Trénilly s’engage à faire punir Blaise :

Nous verrons bien cela, dit M. de Trénilly, profondément irrité. Je l’obligerai bien vite de tout rendre, et je lui ferai donner le fouet par son père.

Si le portier refuse de battre son fils, il estime cependant qu’il n’hésiterait pas si cela était légitime :

ANFRY. — Monsieur le comte n’aurait pas besoin de me le recommander, s’il s’était rendu coupable de méchanceté, de calomnie, de mensonge. Si je voyais mon fils dans une aussi triste voie, je l’en arracherais par la force de mon propre mouvement.

Les nobles se mêlent parfois directement de la punition des enfants de leurs domestiques. Dans les vacances, le père de Paul rend visite aux parents de jeunes hommes ayant rossé Relmot, un enfant du voisinage, pour s’assurer de leur punition. C’est toute l’inquiétude de Paul :

« Que je suis donc malheureux de n’avoir pas été avec vous ! dit Jean en frémissant de colère. Avec quel bonheur je vous aurais aidés à rosser ces méchants garçons ! J’espère bien que mon oncle n’oubliera pas les visites qu’il a promises aux parents, pour faire donner une bonne correction à ces mauvais garnements. — Oh ! papa ne l’oubliera pas, s’écria Jacques. Pauvre Relmot ! nous irons le voir, n’est-ce pas, Paul ? »

Cela témoigne de la persistance d’une culture du châtiment corporel qui « formerait » le caractère, principalement dans les classes populaires, et dans les relations hiérarchiques, à l’exemple de celles qui lient maître et apprenti. Anne-Marie Sohn montre dans Sois un homme (2009) que la violence exercée sur les jeunes garçons recule très lentement sous le Second Empire.

Ainsi, il convient de nuancer l’image d’un combat uniforme de la Comtesse de Ségur contre les violences éducatives. Si elle condamne les violences qu’elle juge excessives, il n’en reste pas moins qu’elle n’abandonne pas l’idée que donner le fouet peut avoir une utilité. Elle semble estimer cependant que cette efficacité n’est valable que dans certaines catégories de la population, et dans certains schémas de relation : la domination du mari sur l’épouse, ou encore l’éducation des enfants du peuple, et surtout des garçons.

dans les semaines à venir sur le carnet

De retour d’un mois passé à Cuba,  j’ai eu le plaisir de renouer avec de longues sessions de lectures, dans les bus – le pays est grand – et pendant les heures chaudes de la journée. J’avais emporté avec moi un bon stock de romans en tout genre, dont les oeuvres complètes de la Comtesse de Ségur (vive la liseuse électronique !)

Du côté des livres « XIXe siècle », j’ai lu la Vie de Jésus de Renan (1863) dont je vous parlerai bientôt. J’aime beaucoup évoquer ce livre avec les étudiant·es car la polémique qui a suivi sa publication éclaire bien le « climat » émotionnel et intellectuel du temps. J’ai aussi dévoré l’intégralité des oeuvres de la Comtesse de Ségur , correspondance éditée comprise (my mother had me tested) Toutes ces lectures dont j’avais un souvenir d’enfant m’ont permis de profiter de mes vacances tout en gardant le plaisir du travail d’analyse.

Je me proposais ainsi de vous soumettre une série de billets concernant ces lectures amusantes et quelquefois ennuyeuses ; ce pauvre Blaise est désespérant . Les intrigues de la Comtesse sont d’excellents points de départ pour réfléchir à la société française du XIXe siècle. Nous verrons quels fils nous pouvons en tirer pour l’histoire sociale, l’histoire culturelle et l’histoire du genre. A venir donc, pêle-mêle : quatre billets sur la comtesse de Ségur, un sur Renan, et le traditionnel billet de rentrée évoquant les projets scientifiques et pédagogiques 2017-2018. A très bientôt !