Archives par mot-clé : thèse

L’an II de la thèse

 

Sur le modèle du billet de François-Ronan Dubois  qui m’avait beaucoup plu, je me propose ici d’établir une sorte de programme de l’année universitaire à venir. Maintenant que j’ai trouvé ma boussole, il s’agit de marcher dans la bonne « direction » ….

Fouiller les archives

Il me reste encore de nombreux fonds à consulter. Je sais que je devrai arrêter mon enquête d’ici la fin de l’année, sous peine de me noyer dans la masse documentaire. J’essaie de diversifier mon corpus et de trouver des correspondances qui sortiraient de l’aristocratie parisienne. Je pense donc aller voir de plus près des cotes repérées aux archives départementales du Rhône, et terminer mes investigations dans des fonds privés de famille. C’est ce que je préfère dans le travail de recherche : je serai bien triste lorsqu’il faudra accepter que mon corpus est clos.

S’organiser

C’est une des leçons de cette première année : sans organisation et méthode, l’accumulation d’informations devient rapidement ingérable. J’ai donc choisi de travailler avec une base de données, qui m’aidera à interroger mon corpus. J’ai aussi compris qu’il faut être très rigoureux dans la description des fonds que l’on voit aux archives, sous peine d’être complètement perdu six mois plus tard.

Ecrire/communiquer

L’année s’annonce riche en participation à des événements scientifiques. Ecrire une communication est pour moi l’occasion de formaliser ma pensée, de vérifier si l’argumentaire est cohérent, de compléter les blancs de ma recherche, de me forcer à aborder des problèmes que j’ai des difficultés à traiter. Dans les mois qui viennent, il faudra donc :

Þ Réfléchir à la relation entre l’épistolaire et la construction des rapports de genre, dans la direction de conscience. Cela me permettra de travailler sur le caractère spécifique de ma source et les problèmes liés (colloque Ecrire, Bologne)

Þ Dans la même perspective, j’aborderai « l’historique » de la pratique de la direction de conscience, en comparant ses modalités au XVIIe siècle et au XIXe siècle : en quoi le lien entre directeur et dirigé s’est transformé ? (Séminaire Sacrés Liens ! EHESS)

Þ Revenir plus systématiquement sur la question des « modèles de genre » en contexte catholique, et particulièrement essayer de comprendre comment les hommes catholiques construisent et perçoivent leur « virilité » dans le dialogue avec le directeur de conscience (séminaire Efigies, Paris)

Þ Travailler à nouveau l’histoire de la pratique de la confession, très liée à la direction de conscience ; pour mieux saisir l’articulation des deux pratiques, mais aussi pour m’obliger à réinscrire dans mes recherches l’histoire des spiritualités, que j’ai tendance à éviter car je ne me sens pas assez solide (séminaire Religions et croyances…EHESS)

Enseigner

Une autre année d’enseignement s’ouvre à présent, en partie débarrassée des angoisses des débuts ( !). Je serai ravie de retrouver les salles de cours pour trois modules différents. Je dispenserai à nouveau un cours de culture générale en licence d’administration publique ; j’aime beaucoup cet enseignement car il me confronte à des étudiants qui ne viennent pas des mêmes univers que moi, qui ont d’autres lectures, une autre vision de l’université. C’est très enrichissant !

D’autre part, je m’occuperai d’un TD d’histoire de la vie politique française en première année de science politique ; ce sera l’occasion de vérifier que je n’ai pas oublié la méthode du commentaire de texte de l’agrégation ! Je ressentais le besoin, depuis quelques mois, de travailler à nouveau mes repères en histoire générale 1875-1958 : je pense que ce cours sera aussi utile aux étudiants qu’à leur professeur.

Enfin, j’espère que le séminaire de socio-histoire des sexualités pourra s’ouvrir à Sciences Po Lyon, car le programme d’études établi avec Anne Verjus m’enthousiasme beaucoup ; je n’ai d’ailleurs pas oublié mon sujet puisque nous travaillerons par exemple sur les lettres de catholiques à l’abbé Viollet dans les années 1930.

 

boussole

 

Image :           Martin Fisch         

Licence CC 

Ce que je sais du doctorat

Aujourd’hui, un billet un peu différent des autres, qui servira peut être à ceux qui veulent se lancer dans l’aventure de la thèse 🙂

j’aime beaucoup les listes, alors en voici une:

« Ce que je sais du doctorat après une année de thèse »

 

Le doctorant :

 

enseigne…

 

1. Il prépare ses cours : il réfléchit, se documente, fait des photocopies, écrit des mails à ses collègues, essaie de comprendre les maquettes des formations ;

2. Il corrige ses copies : il établit des barèmes, remplit des listings de notes, calcule des moyennes et cache son paquet de copies quand l’un de ses étudiants passe dans la bibliothèque ;

3. Il donne ses cours, et apprend à les donner, donc fait des erreurs et angoisse régulièrement ; une fois qu’il est moins nerveux, il y prend du plaisir !

4. Il répond aux mails des étudiants à n’importe quel sujet : orientation, problèmes administratifs, absence, questions liées au cours, …demandes aberrantes… Il babysitte les L1 avec un sens aigu du devoir ;

5. Chaque année, il discute avec le rectorat et ses 8000 bureaux ;

 

cherche…

 

5. Il passe de longues heures dans les bibliothèques, centres d’archives, sur le terrain, en entretien, à la machine à café

6. Il lit, lit, lit toute la bibliographie qui concerne son sujet (il essaie) ; prend des notes et établit des fiches ; oublie ce qu’il a lu et refait trois fois la même fiche ;

7. Il tente de s’organiser : il achète des classeurs et télécharge Zotero, se renseigne sur les outils de veille en ligne ; est terrifié à l’idée qu’un incendie puisse détruire… ses données ;

8. Il écrit : son cahier de thèse, ses idées, sa thèse quand il rédige, des mails, des mails, des mails….

9. Il traite des données : statistiques, logiciels plus ou moins compliqués, transcriptions ; il y gagne une belle paire de lunettes !

 

découvre son univers professionnel…

 

10. Il propose des interventions à des colloques ou journées d’étude

11. Il écrit ses interventions, bien souvent l’avant veille car le doctorant est organisé (voir point 7)

12. Il voyage pour aller parler de sa thèse et manger des glaces en Italie

13. Il essaie de décoder les règles non écrites de l’université: qui apprécie qui, quel sujet éviter, les questions de hiérarchie et de pouvoir ; il commet des maladresses bien sûr !

14. Il échange avec ses collègues, teste ses hypothèses et raconte ses vacances

 

cherche… à s’inscrire à la fac :

 

15. Il chasse les signatures

16. Il écrit des mails

17. Il demande des courriers et poursuit son directeur de recherche jusqu’au fond du Nicaragua pour cela

18. Il essaie de ne pas paniquer à l’idée de ne pas être inscrit avant… mars

 

Et…Il écrit des billets de carnet pour le raconter !

 

 

PS : on me souffle que je dois préciser : « Et il assomme son entourage à toute heure du jour ou de la nuit avec ses recherches »

 

 

 

 

étape

Ce carnet dort depuis quelques semaines pour plusieurs raisons : les congés, mais aussi un déménagement à organiser, et une connexion internet qui tarde à se mettre en place. Cela ne veut pas dire que la thèse est en sommeil : je m’occupe ces temps-ci d’un rapport d’étape.  Ce n’est absolument pas une obligation, cela dépend des directeurs et des structures de recherche. J’ai choisi d’en écrire un car j’ai besoin de reconstituer le fil de cette première année de travail. Le doctorat a parfois un aspect tellement « dispersé » (enseignements, recherche, animation scientifique) que la mise à plat de la réflexion des douze derniers mois me paraît salutaire, pour retrouver la cohérence de ma démarche. Cela peut aussi aider à se rassurer ; je ne sais pas si c’est le lot commun des thésards, mais il m’est difficile de mesurer la productivité de mon travail, car les idées et les intuitions les plus riches ne se développent pas forcément lors des périodes de labeur les plus intenses. J’essaie donc de montrer d’où je suis partie, et ce vers quoi je chemine. Bien entendu, le chemin est bien tortueux, les zones de brouillard nombreuses, les ornières dangereuses. A défaut d’avoir vraiment trouvé la route, il me semble que cette première année m’a permis de construire ma boussole. C’est déjà bien ?

 

Je reviens aux alentours du 15 août : nous parlerons de sexualité au confessionnal[1], puis des formules de politesse dans les lettres de direction de conscience, et de ce qu’elles disent des relations entre épistoliers.

 

Je vous souhaite de bonnes vacances, et vous dit à très bientôt !



[1] Je suis certaine que vous repasserez par ici avec une telle annonce 🙂