Archives par mot-clé : thèse

La mesure de la liberté 4/4

Après un mois d’absence, il est temps de revenir à l’écriture hebdomadaire sur ce carnet.Pour ces retrouvailles, je vous propose de clore la série de billets sur la vicomtesse d’Adhémar et son directeur spirituel l’abbé Frémont. Il est l’heure de dresser un modeste bilan de cette série qui s’achève. Rappelons l’interrogation initiale :

 « Dans cette série de billets, j’aimerais évoquer ces figures d’hommes qui gravitent autour des épistolières : quels pouvoirs cherchent-ils à exercer ? Quelle en est l’image donnée par les femmes dans les lettres à leur directeur ? Quelles attitudes adoptent-elles face à la multiplicité des injonctions qui pèsent sur elles ? Quel est le poids du directeur spirituel au sein de ces pouvoirs masculins ? »

 Si la montée en généralité s’avère toujours périlleuse à partir d’une monographie, il faut s’y essayer tout de même. Quelles pistes de réflexion pouvons nous tirer de la correspondance de la vicomtesse d’Adhémar ?

 Tout d’abord, cette correspondance souligne la richesse des lettres de direction en tant que sources : le manque d’intérêt des historiens pour ces documents me laisse perplexe. Peut-être que cela tient au fait que ce sont des lettres « religieuses », ou perçues comme telles. Pourtant, ce matériau permet d’aborder les thématiques les plus diverses : l’histoire du couple, des sexualités, des associations, du féminisme catholique, de la famille, des élites, et bien entendu des spiritualités et dévotions. La vicomtesse d’Adhémar prend la plume pour évoquer sa foi et sa conscience, mais bien plus souvent pour parler de son quotidien, de ses lectures, de ses enfants, des événements politiques. La question religieuse ne constitue que le cadre, la légitimation de l’échange. Les lettres de l’abbé Frémont nous montrent une carrière en construction, ses intrigues et ses difficultés ; les réponses aux questions posées par sa dirigée aident à comprendre sa perception du masculin et du féminin, les fondements de cette perception et ses effets dans sa relation aux femmes et aux hommes de son entourage. Il me semble également que ce type de source serait utile pour une histoire des masculinités, encore très peu développée en France. Nous n’avons pas l’habitude de solliciter les papiers personnels des hommes inconnus, considérant que l’essentiel de leur vie est dans les affaires publiques. L’histoire du genre aurait beaucoup à gagner à se pencher de plus près sur ces écrits d’hommes, qui déjouent la polarisation classique homme/sphère publique – femme/sphère privée, par ailleurs critiquée depuis longtemps. Les lettres d’hommes dirigés que j’ai pu consulter m’ont poussée à complexifier ma compréhension des catégories de « masculin » et « féminin », tant elles apparaissent fluides et changeantes sous la plume masculine.

 Cette correspondance m’a aussi fait prendre conscience d’un questionnement central de ma thèse : le pouvoir et la liberté. J’oscille entre deux manières d’envisager les situations.

 On peut considérer que la direction de conscience est une pratique qui offre un espace de liberté aux femmes. La vicomtesse d’Adhémar trouve dans l’abbé Frémont un confident autorisé et légitime, à qui elle peut parler de tout ce qui lui tient à cœur, jusqu’au plus intime. Elle aborde avec lui des sujets qu’elle ne pourrait pas aborder en société, car ce serait malvenu : la politique, par exemple. J’ai trouvé de nombreuses allusions aux critiques de son entourage vis à vis de son intérêt pour ces sujets. Elle trouve aussi dans son directeur un soutien dans des initiatives désapprouvées par son mari. En définitive, la direction spirituelle est un espace où elle peut affirmer une identité différente, à l’abri des contraintes et pressions sociales. D’autre part, le lien avec le directeur spirituel affaiblit l’autorité que d’autres hommes exercent sur elle (son époux et son confesseur, comme on l’a vu). On serait alors dans une perspective de « christianisme tactique » pour reprendre les termes de Linda Woodhead :

« Les pratiques religieuses tactiques se développent donc et prospèrent dans des espaces réservés aux femmes, qui bénéficient de la protection d’une religion dominée par les hommes, tout en échappant à un contrôle direct. Ces groupes ne peuvent jamais s’affranchir entièrement de l’autorité religieuse parce que leur existence même en dépend. »[1]

 La vicomtesse d’Adhémar développe ces « pratiques religieuses tactiques » :

« Des études ciblées continuent de montrer comment les femmes utilisent le christianisme d’Église à des fins souvent très éloignées des intentions et des enseignements de la hiérarchie officielle, dominée par les hommes.»

Le cadre de la direction de conscience apparaît largement détourné au profit d’échanges dans lesquels le progrès spirituel n’est plus qu’un objectif mineur. Dans cette perspective, le concept « d’agentivité » ou agency m’est très utile pour étudier la marge de manœuvre des individus dans un système contraint. Ici, la créativité des femmes les pousse à construire des espaces de liberté à l’intérieur même des systèmes d’autorité qui pèsent sur elles. C’est peut être là que réside une des explications à la question posée par Buerman et Van Osselaer dans un article extrêmement riche[2]

 « Why did women continue to be attracted by a form of Christianity which had such a conservative influence on society in Europe and which was a decisive factor in the preservation of the patriarchy? »

 Cela ne doit pas faire oublier que ces libertés ne sont que des libertés relatives, dans le sens où tous les choix ne sont pas possibles. Si la vicomtesse joue de sa proximité avec son directeur spirituel pour évoquer avec lui les difficultés de sa vie conjugale, il n’est jamais question pour elle d’en changer le schéma. Elle en reste à l’épanchement, et l’abbé à l’empathie. C’est là que l’on rejoint l’autre pôle de ma réflexion : la direction spirituelle est une pratique qui, à bien des égards, renforce le patriarcat en légitimant les rôles de genre et les hiérarchies.

 Le directeur de conscience détient un pouvoir qui l’autorise à donner des conseils précis, qui doivent être suivies par le/la dirigé-e. Il exerce une forme de contrôle sur les consciences et les corps : c’est toute la croisade de Michelet dans Du prêtre, de la femme, de la famille. Une des questions de ma thèse est de peser ce pouvoir du clergé sur les femmes, au delà des fantasmes des anticléricaux[3]. Dans la correspondance qui nous intéresse, il me semble que ce pouvoir est réel : la vicomtesse applique les préceptes que lui donnent son directeur, aussi bien en ce qui concerne ses lectures que l’attitude à adopter vis à vis de son mari et de ses enfants. C’est pour cela que l’on peut considérer que le christianisme est aussi « consolidateur » :

 « Une religion peut tout d’abord contribuer pleinement à l’ordre sexué existant et servir à reproduire et à légitimer l’inégalité entre les sexes, pour ses membres ou ceux qui se placent dans son orbite (religion « consolidante ») »[4]

 Les échanges entre l’abbé et la vicomtesse doivent aussi être lus dans cette perspective. Le discours du directeur spirituel vise toujours à justifier ou expliquer l’ordre établi, jamais à le questionner. On trouve également une insistance sur les rôles que chacun doit respecter, rôles voulus par Dieu.

 30 juin 1885.

« Ne fatiguez pas votre imagination à vous demander ce que Dieu pense de vous ni quel sera votre avenir ; votre cœur maternel doit vous servir ici de base (…) Ne songeons, nous, qu’à jouer noblement le rôle qui nous est échu ; vous, Madame, en aimant votre mari et vos enfants »

 Cette vision est très largement partagée par les contemporains, qu’ils soient religieux ou non. Cependant, contrairement aux laïcs, les directeurs de conscience ont les moyens de peser directement sur les activités et les mentalités des femmes et des hommes qu’ils guident. Leur discours conservateur se double d’un contrôle du quotidien des femmes. C’est cela qui nous autorise à parler de « religion consolidante » pour évoquer le catholicisme de la seconde partie du XIXe siècle.

 Dans cette perspective, intégrer le fait religieux paraît indispensable à toute étude qui viserait à comprendre l’évolution des rôles genrés et des modèles de masculinité et féminité. Il faut parvenir à tenir ensemble deux approches : la religion ouvre des espaces de liberté aux femmes, mais elle est aussi un vecteur de conservation des inégalités de genre :

« La religion influence non seulement les comportements culturels mais détermine les possibilités offertes aux femmes et les contraintes qu’elles subissent, mesurables à la proportion de filles parmi les enfants scolarisés, le taux d’alphabétisation des femmes adultes, le recours à la contraception, l’indice de développement lié au genre du PNUD, les débouchés professionnels des femmes et leur présence dans la représentation parlementaire, par exemple » [5]

100_2174

 

 

[1] Woodhead L, « Les différences de genre dans la pratique et la signification de la religion », Trav. Genre Soc. Travail, Genre et Societe, 2012, vol. 27, no 1, pp. 33‑54.

[2] Tine Van Osselaer et Thomas Buerman, « Feminization Thesis: A Survey of International Historiography and a Probing of Belgian Grounds », Revue d’histoire ecclésiastique., 2008, vol. 103, no 2, p. 497.

[3] Qui sont parfois très amusants : voir Rouquette, l’Alcôve et le confessionnal (dispo sur Gallica)

[4] Woodhead L, « Les différences de genre dans la pratique et la signification de la religion », op. cit.

[5] INGELHART Ronald et NORRIS Pippa, 2003, Rising Tide. Gender Equality and Cultural Change Around the World, Cambridge, Cambridge University Press.

 

Comment naissent les idées ?

 

Outrenoir © Pierre Soulages 

 

Comment naissent les idées ? [1]

 Si je m’éloigne quelque temps de la vicomtesse d’Adhémar et de ses lettres à l’abbé Frémont, c’est parce que je ressens le besoin de rendre plus transparente ma démarche, et ses difficultés. Dans l’à propos du carnet, j’écrivais en août, comme un acte de naissance :

« Acquis de conscience. Pour partager les acquis de ma thèse sur la direction des consciences, les questionner et les enrichir par le dialogue. »

Il me semble que je peux aujourd’hui revenir sur cette idée de « partage des acquis », car les quelques mois de recherche qui ont passé ont fait naître des réflexions par rapport à ce projet initial.

Il est certain que des « acquis » ne se construisent pas en quatre mois (si tant est qu’on les construise définitivement un jour…)

Au fondement de mon projet de recherche, une intuition : l’étude de la pratique de la direction spirituelle me permet d’en savoir plus sur la société du second XIXe siècle, et plus particulièrement sur les rapports de genre et leur construction. Dans cette perspective, la question centrale est celle du pouvoir : de quelle nature est le pouvoir du directeur de conscience ? Comment l’exerce-t-il ? Sous quelles conditions ? Comment femmes et hommes s’en accommodent-ils ? Qu’est ce que ce type de relation nous dit des représentations du masculin et du féminin que les protagonistes ont intégré ? Qu’est ce que la pratique de la direction spirituelle « fait » aux mentalités du temps ?

 De cette série de questions est né le besoin et l’envie d’en savoir plus.

Mais ce besoin d’en savoir plus ne nous dit rien sur la façon d’en savoir plus.

 On m’a dit récemment : « Quand tu auras bien entamé la bibliographie, il faudra dépouiller les archives, mais ça, tu sais faire, tu l’as appris ».

 Ouille.

 Oui, j’ai appris. J’ai appris des techniques pour faire « parler » une source, pour la critiquer. J’ai appris qu’un historien a des règles à respecter quand il prétend produire un savoir [2]. Mais tout cet apprentissage nous laisse bien démuni quand on doit commencer à poser ses propres questions.

Cela tient peut être à mon objet d’étude, qui a été très peu questionné. Mais je pense que la cause de ce vertige est plus profonde et se résume finalement à la question suivante : comment naissent les idées ?

 C’est à dire : comment, d’une foule de documents de toutes sortes, émergent les idées neuves qui sont au cœur de nos découvertes ?

 Je crois que c’est un véritable problème inhérent au début de toute recherche[3]. Alors, plutôt que de présenter les « acquis » de ma recherche, je préfère aujourd’hui évoquer le long chemin qui mènera à leur formation[4].

J’ai donc commencé par lire, par lire beaucoup. Ma bibliographie est très variée : histoire religieuse, histoire du genre, histoire des femmes, histoire sociale, littérature, sociologie, anthropologie, science politique… J’absorbe des masses d’informations venues de lieux disciplinaires et de traditions multiples. La lecture des sources occupe une autre partie de mon temps ; pour cela, je pioche dans diverses boîtes à outils : j’emprunte des éléments à la psychologie, à la sociologie, à l’analyse du discours, à la philosophie aussi. C’est une première difficulté : comment lire des sources sans savoir exactement quelles questions poser ? C’est vouloir peindre sans pinceaux ni peinture.

Ce va-et-vient permanent entre la source et les lectures est une des solutions que j’ai trouvé pour forger mes outils. Je pressens que cela commence à fonctionner, mais c’est un processus très lent. Par exemple, j’ai lu récemment Ethique protestante et esprit du capitalisme [5], et les relations qui peuvent exister entre les principes spirituels et l’existence quotidienne se sont subitement éclairées. Cependant, mon esprit lutte pour en extraire un élément directement applicable à mon objet de recherche, malgré la conviction intime que je suis au cœur de mon sujet [6]. J’entrevois l’apport extrêmement riche que cette lecture pour ma thèse, sans parvenir à mettre consciemment le doigt [7] dessus. Pour d’autres lectures, cesser de chercher a été la solution : plusieurs semaines plus tard, j’ai relu un texte et eureka ! Mon cerveau avait établi la connexion entre l’outil et le matériau.

 L’ensemble de ce processus de construction de liens et de passerelles est lent et laborieux, et j’ai l’impression qu’il échappe en grande partie à la conscience. Cette dimension « passive » est assez difficile à admettre, d’autant qu’elle ne correspond pas à l’image de l’historien-artisan travaillant à son établi. C’est pour cela que la tenue d’un journal de recherche est essentielle pour moi: l’écriture régulière de bribes d’idées, nées du croisement des lectures et du murmure des sources, permet de garder en mémoire toutes ces petites traces qui, un jour, feront peut-être naître la grande Idée.


[1] Du titre de la conférence donnée par Karol Beffa et Cédric Villani au collège de France le 29 novembre 2012.

[2] Citer précisément ses sources, les croiser, éviter l’anachronisme, (…)

[3] Problème partagé par de nombreux jeunes chercheurs.

[4] Je l’espère !

[5] Max Weber.

[6] Un passage du journal de Jules Renard me semble dire exactement ce ressenti : « Ma tête est comme une basse-cour. Quand j’appelle les idées poules pour leur donner du grain, ce sont les idées canes, oies ou dindes, qui accourent. » (extrait de son journal 1893 – 1898)

[7] La pensée ?

Passage à Rome

 

Un billet modeste cette semaine, car je suis présente sur le carnet Devenir Historien-n-e pour parler d’histoire du fait religieux.

J’ai passé la semaine dernière à l’Ecole Française de Rome, à écouter diverses communications portant sur le fait religieux et le genre. Nous avons beaucoup voyagé : du féminisme catholique aux mouvements de femmes musulmanes, en passant par la place des femmes dans le renouveau religieux chinois ou encore le genre ufologique dans le mouvement raëlien, ce fut très rafraîchissant ! J’ai été heureuse d’échanger sur mon sujet – notamment avec Anne Jusseaume, qui travaille sur les rapports entre le corps, le genre et la conversion au XIXe. Je suis ravie d’avoir eu cette opportunité donnée par l’EFR de vivre en groupe pendant cinq jours : nous avons pu prendre le temps de discuter, de créer des liens, d’échanger nos questions et nos problèmes, entre jeunes chercheurs mais aussi avec des chercheurs confirmés. J’ai récolté de multiples conseils et pistes de travail, ainsi que l’assurance que l’approche que je proposais était pertinente : on a souvent besoin d’être rassuré quand on est jeune thésard…

Il faut ajouter que Rome est une ville magnifique ; je vais d’ailleurs déposer un dossier de candidature pour une bourse d’un mois : plusieurs chercheurs m’ont conseillé d’aller jeter un œil dans les archives secrètes vaticanes, dans lesquelles je pense pouvoir trouver des informations sur certains des directeurs spirituels que j’étudie.

 Cette semaine a donné un nouvel élan à ma recherche, une nouvelle motivation dont j’avais bien besoin après avoir passé les semaines précédentes à résoudre divers problèmes administratifs. Devant la difficulté de trouver un rythme de travail, j’en avais presque oublié le plaisir immense de la recherche !