Le jour où je suis devenue docteure

Deux semaines se sont maintenant écoulées depuis le jour de ma soutenance, le vendredi 29 septembre. Je commence à y penser moins, les contours des souvenirs deviennent plus flous. Je suppose que c’est un signe qu’il est temps d’y revenir et de partager quelques impressions de cette belle journée.

Les jours précédents n’avaient pas particulièrement été reposants : après les cours, j’ai sauté dans le train le mercredi après-midi pour rejoindre Lyon, où j’animais une séance de séminaire le lendemain. J’avais fait le pari que cela m’éviterait de me paralyser en pensant à ce qui m’attendait le vendredi. C’était une bonne idée : cela m’a permis d’échanger avec plusieurs collègues qui m’ont beaucoup rassurée, et les débats m’ont occupé l’esprit. La soirée a ensuite été détendue : on ne dira jamais assez l’importance des amis dans ces moments là !

Le réveil du vendredi a été moins serein : l’air de Lyon a la fâcheuse habitude de provoquer des allergies, et ce jusqu’en septembre. Un comprimé d’anti-histaminique plus tard, j’ai relu mon exposé, modifié quelques mots, survolé un chapitre de livre. Je me suis préparée une feuille d’auto-recommandations à conserver sous les yeux.

mes notes

Mais c’était déjà l’heure d’aller préparer la salle et accueillir mes parents qui apportaient les victuailles du pot. Le stress est monté brusquement pendant le déjeuner : j’ai laissé mes proches et je me suis isolée une demi-heure sur les quais du Rhône Je n’arrivais plus à articuler un mot. À partir de ce moment, la concentration a pris le dessus. J’ai des souvenirs vagues, je vois des visages, je salue, et, très vite, il faut s’asseoir et commencer l’exposé.

J’ai eu la sensation d’entrer véritablement dans la soutenance après la seconde intervention. J’ai commencé à comprendre que je n’avais rien à craindre, c’est-à-dire que l’écoute était bienveillante, intéressée ; en d’autres termes que mon manuscrit avait déjà fait mes preuves. Dans ces conditions, j’ai pu dépasser l’angoisse du cérémonial pour plonger dans les discussions, qui ont abordé tous les points qui me tenaient à coeur ; les questions de méthode, la place du blog, la réflexion sur l’écriture, le lien entre l’histoire du genre et l’histoire du catholicisme, l’interdisciplinarité. Le temps a fui. J’ai pris conscience qu’on approchait de la fin de la soutenance quand Denis Pelletier, président, a pris la parole pour le dernier exposé. C’est aussi à ce moment que j’ai à nouveau perçu la présence du public – dont j’ai totalement occulté les mouvements – et les rires parfois ! – pendant près de 3h40. Tandis que j’émergeais doucement, le jury s’est retiré pour délibérer.

Quelques minutes plus tard, j’étais docteure et très heureuse.

merci Christophe pour les photos !

Mes parents avaient pris en charge l’organisation du pot : j’ai pu tranquillement (!) bavarder avec les amis, collègues, proches venus assister à la soutenance. Je dois avouer que le pot fut une expérience étrange : on voit se mêler toutes sortes de cercles de sa vie qui restent d’habitude nettement cloisonnés. On va de l’un à l’autre, échangeant quelques mots, rassemblant ses idées, essayant de ne pas avoir l’air trop distraite quand un membre du jury revient sur une question posée deux heures plus tôt. On tente de ne pas se laisser dominer par la fatigue, l’émotion … et les bulles.

Le pot bien mérité

 

Pour ceux et celles qui voudraient lire quelques passages des débats, plusieurs twittos ont tenté un live-tweet sous le mot-dièse #consciences. Il faudrait que je m’attelle à créer un storify « souvenirs de soutenance ». Je tiens à remercier tous ceux et celles qui m’ont envoyé des mots d’encouragements et de félicitations – vous avez tous contribué à transformer cette journée en un beau moment. Pour les absent·es, en attendant la mise en ligne de la thèse, je joins à ce billet mon exposé de soutenance.

Je souhaite bon courage à ceux et celles qui se préparent au grand saut en cette saison. Je peux désormais relayer en toute connaissance de cause le meilleur conseil qu’on m’ait donné : profitez-en.

 

1er semestre 2017-2018

 

Ce billet vise à proposer un petit point de planning des activités scientifiques et enseignantes prévues pour le premier semestre 2017-2018. Comme d’habitude, le programme est dense – d’autant que ma décharge d’un tiers a pris fin : je retrouve un service à 384 heures TD pour l’année, sans compter les heures supplémentaires.

J’ai identifié deux priorités pour cette année : mener le plus sereinement possible ma première année de candidatures à des postes de maîtres/maîtresses de conférences ; achever deux articles mis en chantier l’année dernière. Le travail de fond sera plutôt mené au second semestre dans la mesure où les douze premières semaines sont des tunnels d’enseignements (22 heures hebdomadaires…)

Ces deux objectifs m’ont poussée à ralentir le rythme des communications scientifiques. Certains événements sont encore à ajouter à l’agenda mais je n’ai pour le moment qu’une seule séance de séminaire prévue, dans Regards croisés sur la petite enfance, le 1er février 2018. J’y parlerai de la question de la parentalité dans la discussion avec les directeurs de conscience.

Je co-organise plusieurs manifestations encore en cours de montage, et notamment une journée sur masculinités et religions en Europe avec Anthony Favier dans le cadre du LabEX EHNe.

Du côté des manifestations « grand public », j’interviendrai dans le Festival des Bisqueers Roses à Reims le 11 novembre, pour une conférence sur les signes du genre, puis le 30 janvier dans le cadre de Mardi Debout à la BU de Reims, pour une présentation plus générale des réflexions des sciences sociales et humaines sur la notion de genre.

Les activités de formation ne seront pas en reste : je reprends, pour la troisième année consécutive, le « kit de démarrage de la thèse » à l’université Paris 13 le 27 octobre. J’irai ensuite parler d’écriture de la thèse au séminaire Visa pour la thèse de l’ED 483, à Lyon, le 25 novembre.

Voici pour l’essentiel les événements prévus jusqu’en février. J’ai bon espoir de glisser un séjour en archives en janvier. Les premiers semestres de PRAG se traduisent toujours par la mise entre parenthèses du travail scientifique de fond. C’est un rythme à trouver ! Ce carnet devrait donc se faire discret dans les semaines à venir. J’ai beaucoup d’idées mais peu de temps – comme de nombreux carnetiers et carnetières. Je prévois cependant un billet sur la soutenance : ça y est, je suis docteure !

Soutenance de thèse le 29 septembre à Lyon

Cher.e.s collègues, cher.e.s ami.e.s,

Je suis heureuse de vous annoncer la soutenance de ma thèse de doctorat d’histoire contemporaine, intitulée

La direction de conscience au XIXe siècle (France, 1848-1914). Contribution à l’histoire du genre et du fait religieux

Elle se tiendra le 29 septembre à 14h, à l’Institut des Sciences de l’Homme, à Lyon (14, avenue Berthelot), en salle Élise Rivet (4e étage du bâtiment). Je vous invite ensuite à partager un pot qui sera organisé dans la cafétéria de l’Institut des Sciences de l’Homme, au rez-de-chaussée. Je vous remercie de me confirmer votre présence à cette adresse : caroline.muller@univ-reims.fr .

Composition du jury :

 

Guillaume Cuchet, Professeur d’histoire contemporaine, Université de Paris Est Créteil, rapporteur

Bruno Dumons, Directeur de recherches CNRS, LARHRA, directeur de thèse

Carol E. Harrison, Professeure d’histoire contemporaine, Université de Caroline du Sud, examinatrice

Manuela Martini, Professeure d’histoire contemporaine, Université Lyon 2, examinatrice

Denis Pelletier, Directeur d’études à l’École Pratique des Hautes Études, examinateur

Rebecca Rogers, Professeure en histoire de l’éducation, Université Paris Descartes, rapporteure

Résumé de la thèse :

La direction de conscience est une pratique catholique qui connaît un nouveau succès dans la seconde partie du XIXe siècle. Dans ce cadre, femmes et hommes détaillent à leur directeur leur vie personnelle et les mouvements de leur âme, à des fins de moralisation et de progression spirituelle. Pour l’Église catholique, c’est l’un des vecteurs de transmissions d’un système de valeurs qui place les femmes au cœur de la régénération morale de la France, en les transformant en agents de conversion de leurs familles. Le renouveau de la direction de conscience constitue ainsi une réponse pastorale au projet de reconquête de la société française par l’Église catholique, dans un contexte de contestation de ses prérogatives. Les projets des personnes dirigées ne peuvent cependant se résumer à ceux de leurs directeurs : la direction de conscience donne accès à des ressources concrètes et symboliques qui permettent d’aménager les normes de genre. Le directeur est sollicité pour jouer le rôle d’intermédiaire et d’arbitre de la vie conjugale des couples des élites pour qui la discrétion des échanges est primordiale. Le rôle du directeur dépasse ainsi largement la régulation des pratiques de dévotion, fonction qui lui est donnée par les manuels de piété. Si les directeurs s’acquittent de ce travail d’encadrement spirituel jusqu’aux années 1880, les attentes des personnes dirigées s’infléchissent ensuite vers une demande d’accompagnement dont la dimension spirituelle s’affaiblit, ce qui fait naître des conflits. Cette transformation de la pratique de la direction de conscience doit être reliée à l’évolution générale des « techniques de soi » (Foucault) et notamment au développement de la médecine psychologique.

Histoire(s) de direction de conscience au XIXe siècle