“Il dit qu’il voit pas le rapport” – travaux en cours

Il y a quelques jours, rentrée oblige, je mettais un peu d’ordre dans mes dossiers de travail en essayant de voir ce que je pouvais archiver et ce que je devais garder sous la main. Je viens de déménager et les temps sont propices au bilan ; propices aussi au grand soupir : mais qu’est-ce que je fais donc depuis six ans ??! Ne voyez là aucun élan d’autoflagellation : dès 2022, j’avais écrit ici que je prenais désormais le temps de travailler à un rythme plus raisonnable. Mon soupir portait plutôt sur l’aspect hétéroclite des dossiers en cours. Ce billet est donc une tentative d’éclaircissement, pour moi-même et peut-être pour ceux et celles qui suivent mes travaux – des thématiques en cours et des raisons pour lesquelles on dirait que cela part dans tous les sens.

En 2019, j’avais commencé une forme de conversion thématique : après plusieurs années à enseigner l’histoire de la Yougoslavie, j’avais entamé un projet de recherche sur la disparition des Serbes de Sarajevo au moment de la mise en application des accords de Dayton en 1995. J’ai alors beaucoup échangé avec des personnes formidables, à Sarajevo, Paris et ailleurs : qu’ils et elles en soient tous remerciés. Je sais à quel point les chercheurs et chercheuses peuvent solliciter du temps sans toujours faire de retour ou prendre soin de leurs partenaires sur place. Hélas, ce projet de recherche est pour le moment à l’arrêt. A partir de 2020, la pandémie a empêché les séjours en Bosnie-Herzégovine ; puis, en 2021, la mort de ma mère m’a obligée à reconsidérer mes priorités personnelles, en suscitant par ailleurs un besoin de sécurité et de stabilité peu compatibles avec des voyages incessants – sans même parler des exigences de l’université et du peu de temps que nous pouvons libérer sur une année académique pour nous déplacer. Aujourd’hui, je lis – et écoute – toujours avec attention ce qui touche à la Bosnie-Herzégovine, j’enseigne son histoire et je dirige des mémoires liés, mais je n’envisage plus, dans l’immédiat, de développer des recherches à ce sujet.

Je suis alors revenue à des dossiers plus familiers dans le prolongement de mes travaux de thèse, croisant histoire religieuse et histoire du genre. Je travaille en ce moment à deux dossiers principaux.

J’ai déjà évoqué le premier : une histoire matérielle de la confession au XIXe siècle. Le détail du projet est ici. J’ai accumulé beaucoup de matériaux et il faudrait maintenant que je commence à écrire – un article ou un petit livre. Au fil de cette enquête, j’ai croisé Augustine Pépé et les agressions contre les confesseurs à la Belle Époque ; je ne sais pas encore comment je vais articuler cette histoire particulière avec un propos plus général sur la confession.


Le second dossier répond à mon désir de me replonger longuement dans les archives. J’essaie de comprendre les mutations de l’autorité dans les paroisses sur un long XIXe siècle (Révolution aux années 1930) à partir de la série 5V, archives paroissiales, conservée aux Archives départementales d’Ille-et-Vilaine, voisines de l’université. J’observe en particulier comment s’articulent pouvoir spirituel, pouvoir des pères de famille, pouvoir et autorité des femmes. Cela nourrit en retour ma réflexion sur la confession. Je pense que cette question de l’autorité à l’échelle de la paroisse pourra constituer le cœur d’un mémoire d’habilitation à diriger des recherches, mais j’attends d’avoir passé plus de temps aux archives pour me décider.

En parallèle, je poursuis deux projets qui me tiennent beaucoup à cœur mais qui donnent à mon CV une allure un peu étrange (“il dit qu’il voit pas le rapport”)


*Le projet CulturHist (plus personne ne sourit à cette blague, c’est dommage) – Cultures historiennes à l’âge numérique – mené avec Frédéric Clavert est toujours actif : nous préparons pour le 20 novembre une journée intitulée “Des archives et des mots-clés. Moteurs de recherche, interfaces et pratiques numériques discrètes des historien·ne·s” qui aura lieu au C2DH (Luxembourg) et en visioconférence. Nous poursuivons notre investigation dans les pratiques numériques discrètes des historiens et historiennes, pariant que la révolution numérique se loge dans les petits gestes. Nous sommes en train d’écrire un livre de bilan des sept années de ce projet en essayant de naviguer dans la masse de données accumulées.


*Je copilote avec Nicolas Guyard le projet Giraf – Groupe Interdisciplinaire de Recherches sur les Archives Familiales (encore un acronyme qu’on aime bien) Ce petit groupe informel d’amis et de collègues est né de mes réflexions autour de la boîte d’archives laissée par ma mère à sa mort (voir les billets ici). Nous essayons de comprendre comment les fonds d’archives familiaux sont constitués, par qui, pourquoi – et la façon dont la perception des archives évolue dans le temps. Après une première journée prospective à Rennes en 2022, nous aurons bientôt le plaisir de diffuser le programme d’une deuxième journée qui se tiendra à Nanterre le 7 novembre : “La fabrique des archives familiales : construction, trajectoires et transmissions”.

Cette diversité des sujets peut paraître étrange mais correspond au fond à ma trajectoire des dernières années, dans ses accidents et ses nécessités : j’ai besoin de travailler sur les archives familiales car c’est ma façon d’intégrer le deuil et le manque dans ma vie de chercheuse.

Parlant de deuil et de manques, un dernier sujet devrait m’occuper intensément à partir de novembre : ce billet intitulé “La Brûlure” – sans doute le plus diffusé de ce carnet de recherche – est en train de devenir un texte plus long qui sera publié sous une autre forme dans quelques mois.

Je vous livre ici en vrac tout ce qui m’occupe en ce moment : le court, moyen et long terme. Je suis admirative des chercheurs et chercheuses dont les trajectoires sont linéaires, dont les publications révèlent une véritable cohérence de questionnements, qui parviennent à se discipliner une fois le sillon tracé. Bien sûr, il y a des fils rouges sous-jacents dans la multiplicité des dossiers qui m’occupent : le lien à l’archive et ses transformations, l’histoire du genre et des femmes, la nature de l’autorité. Je crois cependant que les épreuves des dernières années m’ont obligée à replacer le principe du curiosité et de plaisir au cœur de mes choix de recherche – je ne sais plus me forcer – ce qui vaut bien un soupir quelquefois.



Citer ce billet
Caroline Muller (2023, 10 septembre). “Il dit qu’il voit pas le rapport” – travaux en cours. Acquis de conscience. Consulté le 26 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/n2qp

Caroline Muller

Maîtresse de conférences Université Rennes 2

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Emmanuel Bodinier dit :

    Bonjour Caroline,
    Cela fait plaisir d’avoir de tes nouvelles et de tes projets. Je comprends bien l’envie de “ne pas forcer” (https://www.lamargehumaine.fr/2021/05/25/sans-forcer-les-choses/).

    Si tu es admirative de celles et ceux qui tiennent une ligne, mon admiration se dirige vers celles et ceux qui font du kintsugi avec leur vie, qui savent transformer la fêlure en or.

  2. Christophe TUFFERY dit :

    Bonjour,
    Je tenais d’abord à vous dire que je prends toujours beaucoup de plaisir à vous lire. Vos billets font souvent écho à mes propres réflexions, doutes, interrogations.
    Par ailleurs, je me permets de réagir à votre phrase “Je suis admirative des chercheurs et chercheuses dont les trajectoires sont linéaires, dont les publications révèlent une véritable cohérence de questionnements, qui parviennent à se discipliner une fois le sillon tracé”. Pensez-vous vraiment que de telles trajectoires linéaires existent et même puissent exister, tant le travail de chercheur est, à mon sens, tout sauf un modèle de linéarité ? Celles et ceux qui l’affirment ne seraient-ils pas dans une réécriture de leur (égo)histoire ? Libres à elles et à eux de l’affirmer, mais j’ai du mal à leur en faire crédit.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search