Se confesser au XIXe siècle (2/2)

Dans le précédent billet, je vous faisais part de mon étonnement à la lecture de lettres d’un abbé qui évoquait son confessionnal. Je voudrais maintenant tenter de proposer une analyse plus détaillée de ces extraits. Notre abbé écrit entre 1870 et 1890 ; il est vicaire dans une paroisse huppée de Paris.

La dénonciation du catholicisme mondain

Notre abbé critique violemment « les dévots ». Il considère qu’une partie des catholiques qu’il voit en confession utilise la religion comme moyen de distinction sociale, comme outil de construction d’une réputation de respectabilité. C’est une conviction largement partagée par le clergé du temps. Ces personnes choisissent de venir se confesser aux heures où ils sont certains d’être vus ; se rendent aux messes et prédications les plus suivies. La religion est intégrée aux rituels mondains. Plusieurs prêtres soulignent cette impression d’être instrumentalisés, et c’est ce qui fait sortir notre correspondant de ses gonds.

Je n’ai pour ainsi dire vu que des personnes qui venaient se confesser sans trouver leurs fautes.

J’ai déchiré trois mouchoirs et les boutons de ma soutane dans mon exaspération…

Heureusement qu’il y a des grilles car je tordrais le cou à ces femmes là.

Il y a des personnes qui ne comprennent rien, c’est comme si on parlait à une bûche !

Dans les sources, il est assez rare qu’un prêtre évoque aussi directement son exaspération et sa frustration. On imagine aisément le décalage qui a pu exister entre la volonté des confesseurs de soutenir et de fortifier la foi, et l’attitude des pénitents, qui oublient parfois ce qu’on attend d’eux au confessionnal (l’aveu des fautes). Cet écart pourrait nous aider à comprendre les spécificités du catholicisme des élites du XIXe siècle ; c’est une des pistes que je vais essayer de suivre dans ma thèse.

Que vient on chercher au confessionnal ?

Bien sûr, il faut prêter attention au biais des sources : l’abbé parle surtout des problèmes qu’il rencontre, ce qui provoque probablement un « effet loupe ». Il ne faudrait donc pas déduire de cette série d’anecdotes concerne tous les catholiques.

Si les motifs des demandes peuvent sembler incongrus, il faut les prendre pour ce qu’ils sont : ils ont provoqué, à un moment de leur vie, une interrogation ou une hésitation que les protagonistes ont pensé résoudre en recourant à l’abbé. Ces « cas de conscience » apparaissent paradoxaux : que dire de ces personnes qui pensent pouvoir acheter l’absolution du prêtre ?

A propos des annulations de mariage : “C’est comme les canonisations, cela coûte très cher !”

On m’a offert mille F pour avoir la permission de commettre un péché mortel.

Quand je refuse l’absolution, elles vont aux autres prêtres.

 Cela paraît étonnant : si l’on pense pouvoir acheter l’absolution, cela peut signifier qu’on ne lui accorde pas une valeur spirituelle très élevée. Pourtant, on prend la peine d’essayer de l’obtenir, en dépensant de fortes sommes, en changeant de prêtre, cela montre qu’on y tient…  On préfère d’ailleurs mobiliser des ressources extérieures (l’argent, la personne du confesseur), plutôt que de se changer soi.

Je tente de démêler les motivations des pénitents, mais j’ai des difficultés à en saisir la cohérence. Peut-être qu’en relisant des ouvrages sur « l’économie du salut » et les indulgences, je trouverai des pistes.

Le confessionnal est aussi un lieu où s’expriment des questions parfois cocasses :

Une femme me demande si elle peut communier avec de fausses dents.

On peut formuler deux hypothèses. Soit cette femme est une « scrupuleuse », c’est à dire une femme qui vit dans la peur permanente du péché ; soit elle utilise des prétextes pour venir au confessionnal rencontrer l’abbé.

L’espace du confessionnal

En effet, se rendre au confessionnal est un acte qui peut être éminemment mondain : on est sûr, à certains heures, de rencontrer des personnalités, de pouvoir échanger des nouvelles, par exemple dans la file d’attente. Les créneaux horaires sont d’ailleurs tacitement répartis entre les heures « des domestiques » et des autres. Le confessionnal de notre abbé est très couru, les gens peuvent attendre des heures, ce qui déclenche des conflits qu’on imagine difficilement aujourd’hui :

Hier on s’est disputé, chamaillé, une personne a été mordue au sang dans mon confessionnal.

Il est obligé de demander le silence aux personnes qui attendent :

Voulez vous confesser à ma place ?

Le confessionnal, et ses alentours, constituent un espace paradoxal : c’est le lieu du secret, de l’intime, du caché ; mais c’est aussi un lieu où l’on avoue ses fautes au vu et au su de tous !

Certains cherchent d’ailleurs à en tirer parti en s’approchant du confessionnal ; évoquant une mère venue espionner sa fille, il raconte l’en avoir dissuadée :

Je lui ai aplati la porte sur le nez en lui marchant sur le pied.

Succès et désaveu du confesseur

La personnalité de l’abbé ne plaît pas toujours. Confesseur star, des nombreuses personnes viennent le consulter en fondant beaucoup d’espoir dans ses conseils. Or, son style de confession est plutôt sévère, il n’aime pas à être trop indulgent, ce qui fâche certains pénitents qui le lui font savoir :

Une dame que je connais très peu m’a fait envoyer un cercueil doublé de violet… elle m’a trouvé lugubre sans doute !

On lui reproche aussi son allure austère, qui ne cadre pas avec les habitudes de luxe de pénitents :

On m’a fait envoyer un peigne et une brosse.

 On pourrait tirer bien d’autres choses encore de ces extraits ; l’histoire sociale de la confession est encore à construire. En tous cas, il me semble essentiel de reconsidérer ce dossier, car cette pratique a irrigué le quotidien de la société française tout au long du XIXe siècle. Guillaume Cuchet a d’ailleurs choisi ce thème pour le séminaire qu’il organise cette année à l’EHESS. Suite donc au prochain épisode !


2 réflexions sur « Se confesser au XIXe siècle (2/2) »

  1. J’ai beaucoup aimé vos deux billets ! 🙂 Et comme prêtre, je peux vous dire que ça n’a pas beaucoup changé… ;-))

    1. merci beaucoup pour votre retour 🙂 n’hésitez pas à me faire des remarques et à me donner des précisions si vous le souhaitez 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *