Choisir d’écrire

J’ai passé une partie de mon samedi à lire L’histoire est une littérature contemporaine d’Ivan Jablonka. J’en ai d’ailleurs donné de larges extraits sur mon compte twitter, pour ceux qui seraient intéressés. Si les premières parties ne m’ont pas beaucoup enthousiasmée, la dernière section « Littérature et sciences sociales », page 217, a été un véritable choc.

En ces temps de début de rédaction de thèse, je me sentais un peu triste de renoncer à des formes « d’écriture plaisir » : celle du carnet de recherche, des différents cahiers, des fragments semés au fil des mois ici et là. Un certain nombre « d’automatismes » de l’écriture académique me revenaient sans que je les questionne : la tendance à effacer l’auteur de la phrase, la neutralisation de l’enthousiasme, le poliç/ssage de la pensée. A ma grande honte, j’ai même constaté que j’avais été capable d’écrire pendant plusieurs semaines sans me poser une seule fois la question du public…

Et puis j’ai lu les pages de Jablonka sur le plaisir d’écrire, le décloisonnement des disciplines ; et j’ai décidé de faire miennes plusieurs de ses propositions. J’aimerais les évoquer ici avec vous ; puisque ce carnet est dédié à ma thèse, il ne me semble pas impudique de décrire ici le visage que je souhaite lui donner maintenant.

Je vais essayer d’écrire une thèse dans laquelle deux parcours de lecture seront possibles. Il y aurait un chemin « classique » qu’on pourrait décider d’emprunter à la fin de l’introduction (comme dans les livres dont vous êtes le héros…) : poursuivre du côté de la mise en contexte historiographique, des chapitres thématiques et chronologiques qui seraient fournis en notes de bas de page et attirail méthodologique (!). On pourrait aussi choisir un autre chemin : celui de cinq ou six « histoires » de relations de direction de conscience que je raconterais de fond en comble. Dans ces histoires, pas de notes de bas de pages ni de références à de multiples livres. Je veux que les non-spécialistes se sentent à l’aise dans cette partie. Qu’on puisse la lire comme des petites nouvelles. Cela n’empêcherait nullement à l’histoire du genre et à l’histoire religieuse et des mentalités d’apparaître en filigrane, pour expliquer les motivations et les choix des personnages. Celui qui prendrait ce chemin et qui, par hasard, aurait des remords, se reporterait à quelques pages rejetées en fin de partie qui offriraient une bibliographie sur laquelle se fonderait l’histoire racontée. Ces deux « chemins » pourraient dialoguer par un système de renvois : les exemples seraient simplement bien moins développés dans la partie la plus académique, la candidate espérant bien que les lecteurs historiens auraient l’idée d’emprunter les deux sentiers de lecture ! Plusieurs raisons motivent ce choix d’écriture : d’abord, je voudrais un texte « inclusif », qui ne se barde pas de barbelés face au lecteur non-académique qui voudrait pousser la porte (mes parents, peut-être ?). Ensuite, j’ai ce désir de raconter les histoires de ces êtres de chair dont j’ai lu les correspondances intimes. Je ne veux pas simplement les découper en thématiques, les fragmenter au gré de ma démonstration. Raconter est un véritable plaisir d’écriture – et ce plaisir me semble être le meilleur moyen de ne pas trahir ces gens dont j’ai consciencieusement recopié les lettres.

Ensuite, j’aimerais que ma thèse soit un objet… ludique. Ludique et sérieux. Pouvoir évoquer les deux interprétations possibles d’un phénomène, quand j’hésite. Renvoyer à des objets non classiques et non historiens : des citations de romans, de dialogues de films. Arrêter de cloisonner ma pensée ; puisque c’est cette pensée qui produit le raisonnement que je propose, il est malhonnête de choisir uniquement ce qui a trait à ma discipline.

Plus généralement, je souhaite aussi regagner en liberté d’écriture et m’autoriser à jouer plus sur la forme. Je pense adopter résolument le Je.

Cela ira de pair avec l’inclusion dans la thèse du cheminement intellectuel. C’est peut-être la plus grande « révélation » donnée par le livre de Jablonka : les raisonnements « avec poutres apparentes » sont souvent les plus intéressants. En fouillant ma mémoire, j’ai remarqué que les ouvrages de sciences sociales qui ont suscité le plus d’enthousiasme en moi sont ceux qui parlaient de l’enquête. Philippe Lejeune qui découvre, semaine après semaine, des journaux de jeunes filles, pose des questions, évoque ses projets. Il choisit de publier son carnet d’enquête plutôt que le produit « fini ». Cela veut dire qu’on peut réintégrer les « écritures périphériques » : celles qui parlent de nos doutes, de nos étapes, des idées qui naissent et celles qu’on abandonne.


Caroline Muller

Maîtresse de conférences Université de Rennes 2

Vous aimerez aussi...

10 réponses

  1. Thibault Le Hégarat dit :

    Ton idée de plan à double itinéraire est audacieuse. J’ai choisi pour ma part un plan plus classique, hormis que chaque partie thématique se termine par une « étude de cas » si on peut dire. C’est de cette manière que je me rapproche un tout petit peu de ton projet de rédiger des « histoires » ou de « nouvelles » entre les chapitres. Le rapprochement s’arrête là puisque je conserve, dans mes études de cas, une écriture académique comme dans le reste du manuscrit.

    Je trouve que ton idée est idéale pour la biographie, et s’adapte bien à ton objet – très intime – et qui évoque aussi tes sources (les journaux et la correspondance). Je comprends aussi comment cet exercice peut satisfaire un goût du récit… que personnellement je n’ai pas, et ça se voit sur mon carnet.
    Quand je pense à Benoit (enklask) ou à toi, qui vous adonnez au récit sur le carnet, je ne peux m’empêcher de penser que cela tient à votre objet et à vos sources, qui sont à échelle humaine, au niveau de l’individu. Je me dis que cela stimule aussi votre goût du récit. Ce à quoi mes sources ne m’invitent pas (même si je devrais me forcer à l’exercice, juste pour essayer).

    Enfin, ton billet amène une réflexion sur le public-lecteur de la thèse. Pour qui écrit-on? Personnellement, je n’ai jamais envisagé que ma thèse soit lue en dehors du directeur, du jury et de mes relecteurs. Envisager que n’importe qui puisse me lire me conduirait, je pense, à vulgariser davantage mon propos (ce que tu proposes finalement à travers ta future galerie de portraits, ou que nous faisons sur notre carnet). Je visualise un public universitaire, connaisseur du contexte et du sujet, pour m’obliger à être au niveau. Je pense que c’est une attitude qui m’oblige à avoir une écriture « balisée ». Peut être que cela me rassure de savoir que je m’adresse à un public exigeant pour qui les codes sont important. Il est possible aussi que je considère inconsciemment m’adresser à des « relecteurs » qui vont me critiquer (comme pour un article) plutôt qu’à des « lecteurs » à qui je dois proposer un parcours sinon un voyage.

    J’ai donc pour ma part bien intégré les cloisonnements que tu cherches à casser 😉

    Merci en tout cas de donner l’occasion de repenser sa pratique d’écriture à travers ton billet.

    • Benoît Kermoal dit :

      Merci Caroline pour ce très chouette billet où effectivement comme Thibault le souligne , je m’y retrouve parfaitement. La lecture du livre de Jablonka a provoqué les mêmes envies et les mêmes interrogations. C’est effectivement ce que j’essaye de faire également , d’adapter l’écriture et le récit. Je ne sais pas si cela est lié aux sources ou au sujet, mais c’est vrai qu’il me semble important d’essayer de sortir du carcan de l’écriture académique. Même si c’est difficile et si au final il faut respecter ce rite de passage avec tout l’académisme dont il s’entoure. C’est peut-être d’ailleurs pourquoi j’ai dû mal ces temps -ci à écrire, justement parce je ne sais pas quel ton employer. Mais encore merci pour ce billet qui m’incite à m’interroger moins même et à essayer d’avancer. Merci, merci

  2. Maïeul dit :

    D’abord te remercier pour tes commentaires enthousiastes sur Twitter qui me donnent envie de lire cet ouvrage (enfin je dois finir de replonger en adolescence via Harry Potter avant).

    Ensuite te dire comment je t’admire à la foi d’avoir le courage de sortir des chantiers battus, dans un premier travail d’envergure académique, en tout cas considéré comme premier travail, et d’autre part te dire que pour ma part j’en serai bien incapable.

    À la foi pour des raisons personnelles, le seul style d’écriture long (c’est à dire : en dehors des lettres, billets de blog, etc.) qui me convienne étant le style académique (et aussi le style « programmation », les deux se rejoignant chez moi). À la foi pour des raisons d’objet. M’intéressant à l’histoire littéraire (chrétienne en l’occurrence) mon objet est déjà littérature « grand public », si tant est qu’on prenne la peine de la traduire. Donc le lecteur qui veut avoir de la littérature pourra lire les traductions des textes, que je fournirais en annexe. Mais, mais, je me demande quand même si on ne peut pas faire autre chose, mieux…

    Je te rejoins cependant sur l’intégration du « je »… même si je n’aurais pas le courage de passer du « nous » au « je ».

    • Caroline dit :

      merci Maïeul pour ton intérêt 🙂
      chacun fait comme il sent que c’est le mieux pour lui. et tous les sujets ne se prêtent pas de la même façon à tous les projets…

      • Maïeul dit :

        Oui, je sais. Mais cela m’interroge mon incapacité à écrire autrement qu’universitaire (mais étant petit j’avais du mal à lire autre chose que de la non-fiction…). C’est juste une curiosité : dans le style d’écriture, quel est la part du lié au sujet et du lié à l’auteur. C’est un point qui me tracasse aussi du point de vue ce que j’étudie…

  3. z dit :

    C’est très bien évoqué.
    L’angoisse de ne pas donner une vision de l’intégrité des auteurs/oeuvres étudiées, la recherche entre liberté et formalisation en plan de la réflexion…
    Hâte de te lire !

  4. Mélodie Faury dit :

    L’émotion de t’avoir suivie dans cette lecture généreusement partagée sur Twitter et de voir l’effet sur l’écriture, sur ta thèse, sur des formes de libération pour légitimer le « périphérique ». Pour donner de la place à ce qui a de la valeur dans la construction de ta pensée…
    Merci de partager encore avec ce billet :-))

  1. 22/02/2015

    […] Choisir d’écrire | acquis-de-conscience. J’ai passé une partie de mon samedi à lire L’histoire est une littérature contemporaine d’Ivan Jablonka. […]

  2. 07/07/2016

    […] Vous voilà parti pour quelques mois qui seront sans doute intenses et éprouvants, quelques mois de doutes, d’enthousiasme créatif, de désespoir parfois, de tension souvent. Pour finir, je veux vous rappeler qu’il est possible de prendre du plaisir à écrire, et c’est encore la meilleure motivation ! A ce propos, vous pouvez consulter ce témoignage de Caroline Muller. […]

  3. 22/01/2017

    […] pour aucune raison. Comment écrire sa thèse ? Quelques conseils – Comment vivre au quotidien? Choisir d’écrire. J’ai passé une partie de mon samedi à lire L’histoire est une littérature contemporaine […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.