Note de service

Je n’écrirai pas de billet fourni cette semaine car je suis à Paris pour trois jours.

Je vais tout d’abord voir si les lettres de direction de Monseigneur d’Hulst ne seraient pas dans les cartons d’Alfred Baudrillart, son successeur. Il s’est chargé de la publication de ses lettres et de la biographie du premier recteur de l’Université catholique de Paris. Je vais donc découvrir les archives de l’Institut catholique de Paris.

Ensuite, cap sur le Saulchoir, centre de conservation de l’ordre dominicain.

Enfin, je me rendrai à la journée d’étude Genre et religion organisée par l’Association Française d’Histoire Religieuse Contemporaine (AFHRC)

Bonne fin de semaine à tous !

Un parfum de scandale ?

« Vous me posez une question à laquelle je suis bien content de répondre, la question des parfums : je n’osais pas l’aborder de moi-même et pourtant les senteurs qui se dégagent de votre papier à lettre m’en avaient plus d’une fois donné l’envie. Votre question porte sur le prix quelquefois considérable de ces petits flacons, la mienne sur l’usage lui-même. Dans votre position et avec votre fortune, vous avez le droit de faire des dépenses de pur agrément; le mieux ne va pas aussi loin que le droit, et j’apprécierais davantage une enfant pieuse qui en réserverait une partie pour le tabernacle où est Jésus et pour les pauvres qui sont ses membres. Ma préoccupation à moi est délicate à exprimer; je suis trop votre père pour ne pas l’oser; comprenez-le donc par ceci : ces parfums violents sont le partage à peu près exclusif de femmes que vous ne devez pas copier. Je crois que c’est en dire assez… » 1

Je vous propose aujourd’hui de nous plonger dans une des lettres de Léopold Beaudenom, que nous avons rencontré dans le billet précédent. Cette lettre est adressée à une jeune femme plutôt aisée et mondaine. Ils abordent des sujets très divers : le comportement en société, les œuvres charitables, les relations familiales. Quand Léopold écrit à de très jeunes femmes, il n’hésite pas à être directif, en particulier au sujet des détails pratiques : voici donc ce qu’il dit du parfum. Voyons ce que nous pouvons tirer de cette lettre. D’après sa place dans l’ouvrage et différents indices, par exemple sur l’état de santé de Léopold, on peut penser que cette lettre a été écrite vers 1900. Les lettres de la jeune femme sont introuvables, comme le reste des papiers du prêtre.

Le texte nous donne des indications sur le fonctionnement de la correspondance entre le directeur spirituel et la dirigée : cette dernière n’hésite pas à poser des questions très précises et concrètes. Son inquiétude concerne le prix de ses coquetteries : est ce bien raisonnable ? Elle partage donc ses réflexions avec Léopold. La mention des senteurs se dégageant du papier à lettres m’a surprise : il est rare que les protagonistes évoquent la matérialité de leurs échanges, si ce n’est pour s’excuser des retards pris par le courrier. Un nouvel angle d’étude s’ouvre : les épistoliers choisissent leur support, et ce choix a un sens qu’il faut élucider. Elle parfume son papier à lettres lorsqu’elle écrit à son directeur spirituel : est-ce une volonté de séduction ? Plus modestement, le désir de lui être agréable ? Parfume-t-elle toujours toutes ses lettres quel que soit le destinataire ? En tout cas, Léopold prend note de ce détail et en profite pour aborder un sujet fort délicat. Fort délicat, parce qu’il a trait à l’intimité physique : l’odeur dégagée par la jeune femme.

En effet, malgré le degré d’intimité des deux personnages, certains sujets restent difficiles à aborder : tous ceux qui touchent au corps. De manière générale, les directeurs peinent à donner des conseils sur cette thématique, pour plusieurs raisons. Une première explication est à chercher du coté des rapports de genre. A la fin du siècle, les jeunes femmes sont habituées à ne jamais parler de leur corps ; la jeune fille idéale vit dans l’ignorance de sa physiologie. On peut d’ailleurs noter que la question de la destinataire porte sur le prix des parfums, et non sur leur emploi ! Dans ces conditions, comment aborder le sujet sans suggérer des pensées inconvenantes à la jeune femme ? Pour un directeur spirituel, parler du corps signifie prendre le risque de faire plus de mal que de bien, de faire naître un malaise profond en voulant corriger une coquetterie. Il faut à tout prix éviter de créer des questionnements autour du corps, et surtout autour des désirs charnels.

D’autre part, le directeur spirituel est bien souvent le seul personnage masculin qui partage une forme d’intimité avec les jeunes femmes : l’intimité de l’âme lorsqu’elles lui soumettent leurs cas de consciences et leurs interrogations, l’intimité du corps car c’est le seul homme avec lequel elles sont autorisées à demeurer seules durant de longs entretiens. Il faut donc prendre en compte le risque inhérent à ce type de relations : la naissance possible de rapports de séduction. Dans ce contexte, les thèmes de l’apparence physique et de la coquetterie sont propices à des dérives, des terrains glissants que les directeurs préfèrent éviter. Léopold prend d’ailleurs toutes les précautions possibles pour éviter tout soupçon : il souligne sa gêne face à ces questions, tout en précisant qu’il parle en tant que père spirituel et non en tant qu’homme. Le rappel de son statut d’homme d’Eglise vise à neutraliser le « masculin » en lui: il ne regarde pas le corps de sa dirigée comme un homme regarderait celui d’une femme. La destinataire aura compris le message implicite : Léopold est un directeur spirituel au-dessus de tout soupçon, « point trop humain » comme le disent pudiquement les manuels de formation. Ce malaise autour des choses du corps a un effet direct sur l’écriture et les modalités des conseils donnés : l’euphémisme ou la litote deviennent des outils privilégiés. On apprend ainsi que les parfums « sont le partage à peu près exclusif » de femmes qu’elle ne doit pas copier. De même, il « croi(t) que c’est en dire assez…. ». La destinataire doit décrypter les allusions de son directeur qui a pourtant pour habitude d’être direct ; elle doit deviner ! En effet, les femmes de son entourage se parfument probablement, comme elle ; il n’est pas certain qu’elle puisse établir clairement de quel type de femme parle son directeur. S’agit-il uniquement des demi-mondaines ? Faut-il élargir le propos à l’ensemble des femmes adoptant des postures de séduction ? Elle n’osera évidemment pas demander éclaircissement.

Léopold a une vision très tranchée de la coquetterie, tributaire d’un modèle bien arrêté de la moralité féminine : le parfum est synonyme de légèreté sexuelle. C’est pour cela que le conseil donné est problématique. Lors des années qui précèdent le mariage, les jeunes femmes bourgeoises de la fin du XIXe fréquentent les bals et sont invitées à séduire « par leur modestie », mais aussi par leur parure et les attraits physiques mis en avant. La poudre de riz et le parfum participent à cette mise en scène des jeunes femmes. Ainsi, lorsque Léopold explique à demi-mot que le parfum est un attribut des femmes légères, il place notre destinataire dans une situation morale très inconfortable. Elle doit composer avec deux images sans nuances du féminin : l’oie blanche ou la prostituée. Les conseils de son directeur se heurtent au réel : elle doit séduire sans chercher à séduire, mais séduire tout de même pour trouver un parti. Comment faire alors ?

Dans le cas de la jeune femme dirigée par Léopold, nous ne saurons pas comment elle s’accommodait de tels conseils. Par contre, l’étude des journaux personnels me permet de découvrir comment d’autres jeunes filles composaient avec les conseils de leur directeur. C’est un élément que j’essaie de garder à l’esprit : ce n’est pas parce qu’un conseil a été donné qu’il a été suivi. Les jeunes femmes font souvent preuve d’inventivité et de souplesse, voire choisissent ce qu’elles souhaitent retenir des échanges avec leur directeur spirituel : ce sera l’objet d’un autre billet !

 1. Léopold Beaudenom, Lettres de direction : lettre n°2, deuxième série, page 28.

 

 

Léopold a disparu

Si l’historien est un enquêteur de passé, j’ai découvert récemment qu’il devait parfois accepter que des dossiers deviennent des « affaires classées ». Voici donc l’histoire (inachevée) de ma rencontre avec Léopold.

J’ai découvert l’année dernière un ouvrage compilant les lettres de direction de l’abbé Léopold Beaudenom. Les lettres de direction sont les lettres échangées par le directeur de conscience et la personne dirigée. C’est une source centrale pour ma thèse. Léopold Beaudenom est un prêtre né dans les années 1840, qui s’est fait connaître par ses publications, notamment des manuels de formation à l’usage des jeunes femmes.  Il a laissé de nombreuses traces, d’où ma joie lorsque j’ai découvert ses lettres de direction. C’était un personnage connu, mais pas assez pour faire partie des « stars » de la direction de conscience de la fin du XIXe siècle : le CV parfait pour comprendre une pratique de direction spirituelle « ordinaire », en province, menée par un prêtre et non un régulier[1]. De plus, l’existence de ses ouvrages m’autorisait à comprendre les fondements de sa spiritualité, mis en application dans les lettres de direction.

Je me suis rapidement plongée dans ces lettres.  Mon intuition se révélait juste : ces lettres étaient intéressantes, présentant différents types de destinataires, ce qui me permettait par exemple de comparer les discours tenus selon le genre, l’âge et le statut de la personne dirigée. Par ailleurs, le prêtre avait un sens de la formule qui me plaisait beaucoup, ce petit rien qui rend la source si attachante.

Malheureusement, ma joie a été de courte durée. Première ornière : l’absence de noms, de dates, de lieux. L’ensemble de la correspondance avait été anonymé. Dans ce type d’éditions, il est souvent possible de lever l’anonymat par des recoupements. Pour cette correspondance, c’était impossible : je ne disposais pas même des initiales des personnes évoquées.  Dans une optique d’histoire sociale, il est très difficile de travailler avec des personnages dont on ne connaît rien. J’ai seulement pu établir des fiches « Destinataire » à partir du contenu des lettres : le destinataire 1 est une jeune femme riche et mondaine. C’est bien maigre ! Je me suis donc mis en quête des lettres originales. Naïve, j’étais persuadée que l’œuvre d’un prêtre si prolixe et investi dans la pastorale aurait été conservée.

J’ai suivi toutes les pistes qui s’offraient à moi : j’ai cherché des membres de sa famille en Corrèze., sans succès. J’ai contacté sa paroisse d’origine, trois services d’archives diocésaines, écrit à la congrégation dont il avait été l’aumônier. Echec. J’ai également écrit aux éditions du Rocher, héritières de la maison Lethielleux qui avait publié ses ouvrages : aucune trace de Léopold.

Me voilà donc en présence d’une source aussi passionnante qu’inexploitable. Je ne sais comment faire pour étudier ses lettres en dépit de l’anonymat des destinataires. La disparition de Léopold m’a laissé un goût amer et un sentiment de frustration. Je lis et relis les lettres, traquant les indices qui me permettraient de remonter sa piste. Je songe à m’arrêter : il faut parfois savoir admettre que le sentier s’achève, même si la promenade paraissait prometteuse…

 



[1] Les réguliers (religieux vivant selon une règle) ont des traditions particulières lorsqu’ils dirigent les consciences ; certains ordres étaient bien connus pour cela, les dominicains ou les jésuites, par exemple.

Histoire(s) de direction de conscience au XIXe siècle