Des coûts de la masculinité au 19e siècle

En travaillant en histoire des femmes et du genre, nous mettons fréquemment l’accent sur la construction des modèles de féminité et ses conséquences dans la vie des femmes. Nous analysons les conditions la production des normes de genre et leurs effets dans les pratiques : les inégalités dans la famille, dans le travail, la manière dont le pouvoir est distribué. Grâce à des multiples travaux passionnants, on a désormais une idée de la manière dont fonctionne le système patriarcal au 19e siècle – et de l’oppression subie par les femmes. Dans ce billet, je souhaiterais aborder la question des coûts de ce système pour les hommes. Il n’est pas question ici de symétriser les situations et de dire qu’hommes et femmes ont été également contraints par les normes de genre au 19e siècle mais plutôt d’essayer comprendre les difficultés qu’elles ont pu générer du point de vue des hommes.

D’après John Tosh, la construction de la masculinité dans l’Angleterre victorienne s’articule autour de trois éléments : le foyer, la réussite professionnelle et l’entre-soi masculin (associations, cercles etc.). C’est une définition que je mobilise beaucoup car elle a l’avantage d’être dynamique et de permettre de penser des situations très différentes. Par ailleurs, elle me semble tout à fait transposable à la seconde partie du 19e siècle en France.

La pleine réalisation du modèle de masculinité bourgeois (le modèle dominant) implique de fonder une famille (mariage et sexualité hétérosexuelle) au sein de laquelle on détiendra l’autorité du chef de famille, de montrer une réussite professionnelle et financière, d’être capable de créer et d’entretenir des liens avec les différents groupes qui composent l’entre-soi masculin . Bien sûr, chaque élément dépend étroitement de l’autre : la réussite professionnelle et financière est une réponse pragmatique à l’exigence de pourvoir aux besoins d’une famille.

Qu’en est-il alors de ceux qui, pour des raisons diverses, ne peuvent pas réaliser ce modèle ?

C’est le cas des jeunes hommes dont la famille est ruinée, par exemple celle d’Antoine Manilève. En l’absence de fortune conséquente, il faut alors renoncer à se marier dans son milieu social… car on ne pourrait soutenir l’effort financier pour maintenir le niveau de vie de la jeune femme épousée. C’est le cas des jeunes hommes dont les espoirs scolaires et professionnels sont déçus. De ceux qui ne souhaitent pas ou plus se marier, par absence de goût ou par lassitude après l’échec de tentatives répétées de trouver une fiancée.

Plusieurs correspondances de mon corpus montrent les coûts de la masculinité : le prix payé par le groupe des hommes en système patriarcal. Les normes de genre pèsent sur le destin de ces hommes.

Les jeunes hommes peuvent subir une pression importante pour les engager à se marier même lorsqu’ils s’y refusent. Caroline-Arthémine de Menthon est véritablement obsédée par la question du mariage de son neveu René (1861). Son inquiétude envahit toutes les lettres qu’elle échange avec son directeur de conscience :

Il ne passera que huit jours à Paris il n’y a donc pas le temps de chercher une bonne femme si tant est qu’elle soit à Paris. Mais s’il pouvait voir quelqu’un qui put une fois lui convenir, il prendrait l’été pour y penser, et ns tâcherions de l’embarquer de gré ou de force l’automne prochain, quitte, le pauvre garçon, à faire une traverser ennuyeuse ou agitée, courte ou longue, selon les desseins de la Providence.

Antoine Manilève subit lui aussi des pressions à ce sujet. Il explique l’échec de ses espoirs de mariage par une situation professionnelle trop fragile liée à un classement médiocre à la sortie de Polytechnique.

Je le vois bien maintenant, je n’ai pas assez réussi (1911)

De son côté, son camarade Lucien Laveur envisage de devenir prêtre pour ne pas avoir à affronter le regard de la société sur son statut d’homme célibataire peu heureux en affaires (1911)

Si ma vie paraît de solder par un échec, un avortement absolu, quelle n’est pas ma responsabilité ! N’est ce pas un châtiment très mérité ?

Par orgueil ou folie mystique, je me demande, s’il n’y a pas pour moi une épreuve, si Dieu n’a pas voulu par l’échec de mes tentatives de mariage, par l’insuccès de mes affaires, me réserver, une (?) à ce qu’il veut de moi. La vocation sacerdotale me tirerait d’un métier où je ne fais rien de bon, me dispenserait d’un travail utilitaire dont je m’acquitte si mal. Vous savez qu’à l’heure actuelle, je perds plutôt de l’argent ; ne croyez pas que je risque la faillite, je n’ai qu’un créancier, mon Père, mais je me demande, si les choses continuent, si je ne serai pas obligé de fermer boutique, de constater une grosse perte d’argent… Dans l’avenir  mon existence matérielle sera assurée, suffisamment pour mes (?) je crois… Etre prêtre serait donc une sortie très flatteuse pour mon orgueil, il se trouverait peut être des gens pour croire que j’ai “renoncé à tout” ! …

Il n’y a rien de très original à souligner que les configurations de genre ont un coût pour tous les acteurs. Par contre, il est intéressant de constater qu’on n’a pas appliqué cette analyse de la même façon aux filles et aux garçons quand on a cherché à comprendre quelles alternatives s’offraient à eux. Les historien-ne-s du fait religieux et du genre ont montré que la vocation religieuse féminine ouvrait aux femmes la possibilité d’occuper des places inédites, de voyager, d’apprendre un métier. C’est un des motifs narratifs classiques qui explique le succès des congrégations féminines au XIXe (voir le travail de Claude Langlois). Nous ne sommes pas encore allés jusqu’au bout du raisonnement. Si l’entrée en religion est un moyen de contourner les modèles de genre qui pèsent sur les femmes, elle ne l’est pas moins pour les hommes – ce qui reste encore à analyser et éclairera sans doute les motivations et les logiques de recrutement du clergé et permettra d’explorer plus à fond ce que recouvre « être un homme » dans la seconde partie du 19e siècle.

Appel à participation : Les mises en scène de l’histoire (Université d’été)

Quelques mots sur un projet auquel je participe : l’université d’été de Ferney-Voltaire qui aura pour thème les mises en scène de l’histoire, et plus généralement les relations entre histoire et fiction.

Voici l’appel. Merci de diffuser dans vos réseaux !

L’Histoire, les histoires : mises en récit et mises en scène

Université d’été
ED483, 3LA, Lyon
Ferney Voltaire, 26-29 août 2015
Au moment où les sciences humaines et sociales s’interrogent sur leur rôle dans l’espace culturel et politique et sur les modes de communication de leurs savoirs, il est important de regarder aux manières anciennes et nouvelles de tisser le récit historique, de restituer la trame des événements ainsi que des problèmes des mondes passés et présents. Les sciences cognitives nous permettent aujourd’hui de mieux saisir les manières dont les types de récit et de supports sur lesquels ils sont livrés affectent les destinataires. De même, la réflexion des historiens et des littéraires sur les styles de l’histoire nous interroge sur nos pratiques et sur l’avenir de nos disciplines. De plus, l’usage désormais habituel des supports audio-visuels et du web pour faire de l’histoire et proposer des formes nouvelles de narration, ajoute des éléments de réflexion qui nous semblent fondamentaux sur les effets de ces mises en récit pour les destinataires, qui influencent aussi la manière de faire de l’histoire.Pour des raisons qui relèvent de l’actualité de nos disciplines ainsi que de leurs relations réciproques traditionnelles – faites de familiarité et de complicité, mais aussi de concurrence et d’un défi commun face aux nouvelles technologies – nous avons souhaité mettre au centre de notre réflexion la question de la « mise en récit » et de la « mise en scène » de l’histoire « vraie » ainsi que des produits d’invention ou de ceux qui mêlent le vrai et le fictif.Les journées d’août réuniront ainsi des chercheurs et des chercheuses, juniors et seniors, intéressé.e.s par ces thèmes aussi bien du point de vue théorique que de celui des pratiques de recherche et d’écriture. Leur organisation repose sur deux modalités d’échange différentes : il y aura d’une part des séances animées par des doctorants souhaitant présenter une communication sélectionnée par le comité d’organisation par un appel à communications, sur la base de son intérêt pour les thèmes particuliers des séances. D’autre part, seront organisés des ateliers, animés par deux ou trois doctorants, dans lesquels tous les participants débattront sur un thème et une documentation partagés, afin de comparer et discuter des pratiques de recherche, d’analyse et d’écriture que chaque doctorant affronte lors de la rédaction de la thèse.Les thèmes retenus pour articuler notre réflexion sont les suivants :Mémoire(s), histoire, littérature, images :Quels sont les supports du souvenir et de la mémoire ? Comment les images et la littérature fixent nos perceptions du passé ? Comment pouvons-nous repenser aujourd’hui l’écriture scientifique et ses effets en relation à des publics et des acteurs multiples ? A travers des exemples concrets et récents (comme la commémoration du Centenaire de la Première Guerre mondiale), nous souhaitons saisir les enjeux des mémoires tant dans l’espace public qu’universitaire.Documentaires, docu-fictions, fictions :Capturer une histoire au cinéma peut donner lieu à différentes formes de restitution qui déclinent des types spécifiques de rapports au réel, documentaire à la fiction, en passant par le docu-fiction. Souvent hybrides, elles posent le problème de la restitution du vrai, de la latitude possible de la reconstitution à travers le regard du réalisateur. Ces formes suscitent des problèmes épistémologiques quant à l’histoire puisque naviguant entre réalité et invention. Elles permettent cependant d’aller beaucoup plus loin dans l’appropriation du sujet comme matière à manipuler où le réel peut être confondu avec le fictif. A travers des exemples, nous souhaitons réfléchir aux questionnements soulevés par la « confusion des genres » audiovisuels.
Story-telling et littérarité des sciences humaines et sociales :
Dans un contexte dans lequel le récit a acquis une importance fondamentale dans tous les domaines de la vie publique, les chercheurs s’intéressent de plus en plus au caractère littéraire de leurs productions scientifiques. Il s’agit alors de s’interroger à nouveau sur le rôle du récit pour nos disciplines et sur le caractère scientifique de cette écriture.Faire de l’histoire, produire des histoires : séries télés, supports électroniques, bandes dessinées, théâtre … :
Nous assistons à une multiplication des fictions et des supports sollicitant l’histoire, comme les séries télés, les jeux vidéo, la bande dessinée ou encore le théâtre. Cet axe interroge donc l’acte de production de ces histoires, à travers les choix effectués par des acteurs spécifiques, les outils mobilisés, les publics visés.Nous invitons les jeunes chercheur.e.s intéressé.e.s à envoyer leur proposition de participation (500 mots) avec un court C.V. mentionnant les rattachements institutionnels avant le 20 mai 2015, en utilisant la plate-forme : http://ferney2015.sciencesconf.org/

Histoire(s) de direction spirituelle au XIXe siècle