Le chemin de l’idée. Pierre Boulez.

L’idée n’existe pas avant d’avoir pris conscience de ses possibilités de réalisation.  Une idée en soi, musicalement, n’existe pas ; elle est réaction à ce qui nous entoure culturellement. (…) Si nous essayons de refaire le chemin qui mène de l’idée à la réalisation, nous n’appréhendons jamais le motif profond : il est brûlé par la réalisation ; il est brûlé, il a donc disparu en tant que tel pour devenir une oeuvre. Une oeuvre réelle est anéantissement du désir premier de l’oeuvre ; elle est le dépassement de l’idée première et sa négation. Dans l’idée de départ, l’oeuvre est imprévisible en tant que telle. Lorsqu’on compare esquisses et réalisations définitives, on est parfois étonné de l’immense marge qui se glisse entre chaque étape de la réalisation. Mais que de différence entre le rien et l’objet, même créé provisoirement !

Tout ce que nous pouvons vis-à-vis d’elle, c’est l’analyser, essayer de reconstituer en sens inverse le chemin de la réalisation à l’idée : une sorte de perversion de l’oeuvre par l’enquête. (…)

Le métier est à la fois prévision et transgression. La connaissance de codes existants permet, en effet, la prévision, elle aide à établir le réseau des déductions possibles, elle aide à fixer les choix, elle aide à supposer comment et de quelle façon l’idée passera de l’imaginaire dans le réel. Mais le métier est aussi transgression des codes, recherche de nouveaux codes individuels ou collectifs, destruction, transformation ou reconstruction des codes anciens pour leur donner un sens différent ou des directions divergentes. Le métier peut donc n’être que de l’habileté si la prévision ne se base que sur la reproduction, l’imitation de modèles. Mais le métier peut être aussi la charnière fondamentale de l’invention si la transgression s’effectue depuis la connaissance (…) Du matériau de départ à la transcription finale, le métier est un moyen d’investigation permanent dans le possible. Il sait à la fois lancer et faire rebondir, rejaillir, créer et transformer, rassembler et disperser. Le métier de l’existant renvoie au métier de l’imaginé dans un va-et-vient perpétuel. L’oeuvre ne peut exister que par cet échange pour aller du connu vers l’inconnu, pour que l’inconnu surgisse du connu, pour que cet enchaînement soit inéluctable et irréversible. (…)

Mais il reste la question : comment vient l’Idée ? J’ai montré que la rencontre avec ce qui nous entoure, et pas seulement culturellement parlant (encore moins en référence à la seule culture musicale), nous révèle notre propre potentiel. Nous ne pouvons, au départ, agir que par référence ; alors autant utiliser cette référence avec le maximum d’acuité pour qu’elle nous aide à découvrir ce que nous sommes : nous ne le saurons tout à fait que par cette différence qui apparaîtra au contact des oeuvres déchiffrées. C’est en ce sens que l’analyse peut jouer un rôle fondamental, si elle reste limitée. J’irais jusqu’à dire que l’analyse n’apprend rien peut-être que nous ne sachions déjà, mais elle nous le révèle et nous en fait prendre conscience. (…) Ce que l’analyse permet, c’est d’abord la révélation de soi à soi, et ensuite elle nous montre les moyens de la réalisation.

1. De l'idée à l'oeuvre.

Pierre Boulez, Jean-Jacques Nattiez, Jonathan Goldman et Michel Foucault, Points de repère. deux décennies d’enseignement au Collège de France, 1976-1995 Tome III, Paris, C. Bourgois, 2005.

Ecrire quand même. Pistes pour l’étude de la place des femmes dans le développement de la littérature catholique au XIXe siècle.

Au milieu des mille exigences de cette fin de semestre, j’ai pris le temps d’une respiration pour replonger un moment dans mon corpus de thèse. Je voudrais explorer dans ce billet quelques pistes de réflexion autour de la prise de plume des femmes des élites du XIXe siècle – et surtout la question de la visibilité de leur écriture, dans un contexte de développement de la littérature religieuse.

Dans mes sources, la plupart des femmes qui écrivent à leur directeur de conscience – ou leur journal personnel – expriment à un moment ou un autre le désir d’écrire, d’écrire pour être lues. Elles souhaitent apporter leur contribution aux débats et polémiques du siècle, que ce soit sur le problème de l’éducation (quelle place doit occuper l’Église dans l’éducation des français-es ?), ou de la « science catholique » qui tente d’accorder les avancées scientifiques et la méthode critique avec la foi et les principes religieux. Elles veulent aussi participer à la diffusion des pratiques de piété et des modèles de spiritualité qui leur tiennent à coeur. Ce désir de s’investir se traduit pas la volonté d’écrire : des manuels éducatifs, des biographies édifiantes, des réfutations aux attaques intellectuelles, de la fiction (romans).

La comtesse de Menthon souhaiterait écrire un ouvrage à destination des visiteurs d’Annecy, afin de leur indiquer des lieux à visiter autour du personnage de François de Sales. Cela prendrait la forme d’une sorte de guide de géographie spirituelle :

Vous déciderez, mon Père, s’il faut s’arrêter à ce projet, ou le laisser la. Je tiens à ce que vous prononciez : votre commandement peut tout enrayer ou tout faire marcher, car vous avez la conduite. Je me sens d’autant plus docile que je n’aime précisément pas le travail. (22 octobre 1862)

Au moment où elle l’avertit du projet, elle a déjà rédigé l’avant-propos qu’elle joint à sa lettre.

De son côté, la vicomtesse d’Adhémar élabore un traité de l’éducation des filles qu’elle soumet à l’abbé Frémont :

Dans sept ou huit ans ma tâche maternelle sera terminée. J’y aurai travaillé pendant vingt neuf ans. J’aurais alors cinquante ans. (…) Mais quel sera ce travail ? Je me le demande depuis longtemps. Mes idées commencent à se classer et je vois que je me consacrerai à l’éducation de la jeunesse. J’avais pensé donner quelques conseils écrits. (13 juillet 1891)

Plusieurs d’entre elles réfléchissent aussi à l’édition future de leur correspondance avec le directeur de conscience : Marguerite Ubicini par exemple.

Face à cela, les réactions des directeurs de conscience sont contrastées. Ils peuvent refuser net. Dupanloup laisse un peu de temps passer avant d’indiquer à la comtesse de Menthon qu’elle doit abandonner son projet :

Quand à mon petit travail je savais bien que nous ne serions pas du tout d’accord, permettez moi de vous le dire mon Père, en toute liberté et avec joie, car cela me donne d’abord la satisfaction d’en rester là. Quoique dans votre lettre vous ne vous soyez pas expliqué, je me doute que je n’ai pas l’esprit assez précis pour bien faire le peu que vous voudriez qui fut fait, qui est un précis très succinct et très net. Je n’ai pas non plus l’esprit assez appliqué pour bien faire ce que j’imaginerais qui est de faire connaître aux étrangers, et encore mieux aux gens du pays, tous les points par lesquels nos saints ont touché le sol de notre patrie. (6 avril 1863)

Ils tentent de canaliser les désirs d’écriture de leurs dirigé-es dans des tâches qu’ils jugent plus adaptées : travaux de traduction ou de synthèse documentaire à partir d’ouvrages déjà existants. Elles sont systématiquement les petites mains des entreprises éditoriales de leurs directeurs : elles transcrivent les lettres, relisent des manuscrits et des textes de conférences (!!), traduisent. Il me semble que ces collaborations n’ont pas été étudiées alors même qu’elles sont la condition nécessaire du développement si rapide de la littérature d’inspiration catholique.

Parfois, ils acceptent le projet soumis par la dirigée : l’abbé Frémont encourage ainsi la vicomtesse d’Adhémar à publier son ouvrage et l’accompagne dans toutes les étapes éditoriales, de la relecture du manuscrit à la stratégie de diffusion.

Dans l’ensemble cependant, les directeurs dissuadent leurs dirigées de se lancer dans de telles aventures. Ils relaient le discours normatif qui vise à inculquer aux femmes l’effacement de soi : signer un livre, c’est déjà se mettre en avant d’une façon jugée inconvenante, c’est revendiquer une individualité et des opinions personnelles qu’on défend hors de la « sphère privée ». Les dirigées ont parfaitement conscience de la nature des réticences de leurs interlocuteurs. C’est la raison pour laquelle elles développent des stratégies visant à convaincre de la pertinence des projets de publication- et surtout de leur compatibilité avec le respect du modèle de féminité catholique. Si certaines d’entre elles choisissent de jouer sur le pouvoir d’un prêtre contre un autre prêtre, d’autres proposent d’invisibiliser le véritable auteur de l’ouvrage : ainsi, le soupçon d’affirmation de soi dans l’espace public – et le risque de péché par orgueil – est minoré. Voici ce que propose Arthémise de Menthon :

Ce que je tiendrais par dessus tout comme nécessité, si je faisais ce livre, c’est que vous m’en gardiez le secret : je considère cela comme un péché et il y faut un coffre à part. Je chercherais un abbé assez humble et assez discret pour en être le parrain, et je le laisserais courir sans plus m’en occuper…

Elle propose de publier l’ouvrage sous un prête-nom. Cette hypothèse est aussi envisagée par la vicomtesse d’Adhémar et par madame Radowska. Pour Dupanloup, ce camouflage ne suffit pas et le projet s’interrompt.

Mais pour les autres ? Combien d’ouvrages ont ainsi été rédigés par des femmes, et ont alimenté le considérable marché de la littérature religieuse du XIXe siècle, tout en n’étant pas signés de leurs auteures ?

Les stratégies déployées par ces femmes pour écrire pourraient avoir eu pour effet direct de les invisibiliser – condition indispensable pour écrire quand même et occuper une place dans l’espace éditorial.

Douze semaines

D’ici une semaine, il sera temps de recommencer à écrire et chercher.

Et j’ai vraiment hâte, malgré un semestre très riche.

A quoi s’occupe une PRAG fraîchement recrutée ? Pour ceux qui voudraient candidater sur ces postes… un petit retour d’expérience des trois premiers mois.

D’abord, le service. 384 heures annuelles. De mon côté, près de 310 heures sur les douze semaines de ce semestre, soit 21/22h d’enseignement hebdomadaires. Le service dépend beaucoup des maquettes de l’université dans laquelle vous êtes recruté-e : à Reims, les étudiants consacrent le premier semestre à la contemporaine ; j’ai donc été particulièrement mobilisée. Je ne dois pas vous cacher que cela a été éprouvant. Pour une jeune enseignante, habituée à ses trois TD/64 heures de cours par an, un tel volume horaire oblige à apprendre à gérer son énergie et sa voix. J’ai appris – un peu rudement – à parler et bouger différemment pour conserver mon attention au groupe de la fin de journée. Mais la brutalité du changement s’est accompagnée d’apprentissages rapides et de la construction d’une expérience très précieuse. Je crois que j’ai véritablement découvert le métier de professeure ce semestre, ce que signifie être quotidiennement au contact des étudiants, de leurs difficultés et enthousiasmes. J’ai par ailleurs développé des capacités qui me seront utiles à l’avenir. J’ai réussi à :

  • Extorquer trois badges différents en trois semaines à l’accueil, parce que je… les perds systématiquement (acte manqué ?) ;
  • Installer tous les mercredis un vidéoprojecteur sur une pile de manuels appartenant aux étudiants de l’amphithéâtre / on peut ainsi dire que Gauvard et Agulhon ont été des piliers du cours de L1 (au sens propre) ;
  • Me faire offrir des cafés/plaindre par mes collègues ;
  • Faire illusion quand j’ai du tenir une réunion d’orientation et d’accompagnement des étudiants de L1 et que je… ne trouvais pas la salle ;
  • Faire illusion quand, la semaine dernière, j’ai oublié d’aller en cours à 12h30 (!!)
  • Préparer un cours magistral de 4h30 à 6h30 du matin (je n’avais pas travaillé sur ces plages horaires là depuis l’agrégation)
  • Canaliser un fou rire quand un gentil étudiant stressé a écrit au feutre indélébile sur le tableau ;
  • Aimer mon métier

:)

Bonne fin de semestre… et à bientôt pour la reprise des billets recherche.

IMG_20151112_132500

Campus Croix Rouge, Reims.

Histoire(s) de direction de conscience au XIXe siècle