Appel à participations “Penser, raconter le temps”

Journée d’études organisée par Monica Martinat (ULL2, LARHRA)
Dans le cadre du séminaire itinérant Caen-Lyon-Bergame : Histoire et fiction : la fabrique du réel, responsables Monica Martinat, Pascale Mounier (Université de Caen), Marco Sirtori (Université de Bergamo) et du travail collectif « Une ville, un jour ».

Lyon, 20-21 novembre 2015, ISH.

Contexte

Cette journée d’études se situe à la lisière de deux projets : l’un déjà bien entamé par un trio de chercheurs et chercheuses multi-sites (Caen, Lyon, Bergamo) porte sur les relations entre histoire et fiction et sur le rôle du récit dans la production d’un savoir vrai sur le monde réel ; l’autre, expérimental, s’intitule « Une ville, un jour » et porte sur l’étude d’un jour dans une ville d’Ancien Régime à partir de la documentation conservée produite au jour dit et il est mené par un groupe de Lyon (formé par des historiens et des littéraires).

Proposition

Nous souhaitons réunir à Lyon des chercheurs et des chercheuses qui voudraient mettre en commun des réflexions et/ou des études qui portent sur le temps (et tout particulièrement, mais non pas exclusivement) sur l’unité de temps correspondant à un jour (24 heures). La perspective est résolument inter/pluridisciplinaire : historique, littéraire, cinématographique, sociologique, philosophique…

Comment raconte-t-on le temps ? Comment donne-t-on à voir, selon les supports, le déroulement du temps ? Que se passe-t-il pendant un jour, à des échelles d’analyse différentes (l’individu, la ville, l’état, le monde…) ? Pouvons-nous faire de la journée – une journée « normale » aussi bien qu’une journée spéciale – une unité de temps pertinente d’analyse historique ? Comment le cinéma, la littérature, la télévision, les vidéos… nous racontent-ils le temps ?

Ce ne sont que des questions générales qui peuvent inspirer les intervenants qui voudraient présenter des propositions d’intervention pour cette journée et demi d’études.

Les propositions de communication et/ou de participation doivent être envoyées à Monica Martinat (monica.martinat@univ-lyon2.fr) avant le 20 septembre 2015. Nous souhaitons faire une place importante à la discussion entre les participants. De ce fait, les communications ne devront pas dépasser les 30 minutes.

Les propositions devront parvenir par mail, accompagnées d’un court CV des proposants.

Les frais de voyage, de bouche et de séjour (une ou deux nuits) seront pris en charge pour les participants qui proposent une communication acceptée et programmée. La participation de tous les autres est libre et gratuite.

Penser le temps appel

“La rage du quelquefois”

Lors de la récente soutenance de l’un de mes amis, j’ai été frappée par la remarque de l’un des membres du jury : il lui reprochait – ou constatait – je ne sais pas très bien – que mon ami avait eu tendance, dans l’écriture de sa thèse, à adopter des formulations tout droit tirées de ses sources… à parler dans les mots des acteurs étudiés, en quelque sorte. Il pointait l’usage de certains mots de vocabulaire, de tournures passées.

C’est une remarque qui m’est aussi régulièrement adressée : celle d’utiliser des expressions désuètes ou de mobiliser des termes dont le sens n’est plus évident pour personne sauf l’historien dix-neuviémiste, et encore.

C’est une dimension du travail de recherche qu’on envisage peu au moment de commencer une thèse : la manière dont l’immersion dans les mots d’autrui peut façonner le langage. Une fois qu’on y devient attentif, il est possible de repérer tous les moments pendant lesquels, plus ou moins perceptiblement, on adopte la tournure de pensée ou d’écriture, « l’esprit du temps » étudié. Je n’ose imaginer ce que cela produit chez ceux qui passent leur journée en compagnie d’un seul auteur ; je pense à mon amie Delphine pour Marceline Desbordes-Valmore, ou encore à Yves Moreau et Jacob Spon… Comment alors garder sa voix ? Ces mécanismes d’imprégnation sont discrets mais efficaces.

Pour ma part, je parviens maintenant à pointer l’effet de la compagnie permanente du XIXe siècle. Quelques exemples. Comme mes épistoliers, j’ai désormais la « rage du quelquefois », l’adverbe est partout. Tout comme le point-virgule et l’habitude fâcheuse des phrases balançant entre « il y a / il y a ». Du côté du vocabulaire, j’explique régulièrement ce qu’est un « devoir d’état », expression de directeur de conscience qui est apparue dans mon lexique et s’impose maintenant de manière déraisonnable. Il y a aussi l’exploitation abusive du mot « impression » que mes scripteurs utilisent sans cesse (siècle très impressionnable donc) ; il y a (voyez!) le terme « rapport » pour désigner les relations entre personnes. Je vous laisse imaginer l’effet que peut produire le remplacement du terme « relation » par celui de « rapport » devant un public d’étudiants…

Toujours est-il que, si je n’y veille pas, je me retrouve à parler d’une époque avec les mots de cette époque. Je m’emploie donc à essayer de rester dans une altérité, à rendre à ces histoires leur caractère lointain alors même qu’elles font partie de mon quotidien. Cette tension entre une nécessaire proximité et le maintien d’une distance dans ma pratique de l’histoire n’est possible qu’à la condition de rester réflexif.

en passant

IMG_0293

Quelques mots pour vous donner des nouvelles du bord, nouvelles qui expliquent le silence relatif du carnet depuis quelques semaines. Je quitte l’université Lyon 2 pour rejoindre l’université de Reims Champagne Ardenne où je viens d’être recrutée comme PRAG – un statut spécifique de l’Education Nationale qui permet d’enseigner dans le supérieur. Ce recrutement est un véritable soulagement. Je n’étais pas particulièrement effrayée à l’idée de rejoindre le secondaire : lorsqu’on passe un concours, on sait qu’on devra ensuite respecter le contrat fixé. Cependant, enseigner au collège et au lycée aurait constitué une véritable rupture à la rentrée – je trouve donc plus confortable, pour achever ma thèse, de ne pas changer d’univers, bien que le poste soit exigeant en heures d’enseignement. J’ai pris quelques jours de repos pour fêter cette élection et prendre la mesure des changements à venir.

Du côté de la thèse, j’ai replongé dans la bibliographie en attendant les relectures de mes pages. Le bilan n’est pas mauvais pour une première session de rédaction. Je me rends compte cependant que les plannings détaillés sont de moins en moins efficaces pour moi. Comme l’écrit Mona Chollet dans son dernier – passionnant – ouvrage Chez Soi, « en matière d’écriture, le volontarisme n’est pas ton ami ».

J’aimerais avancer encore avant les congés estivaux – trois semaines cette année pour moi – et les différents projets de la fin de l’été : une université d’été à Moscou et une autre à Ferney-Voltaire. D’ici là, il faudra aussi déménager à Reims et rendre un article…  et peut-être écrire un ou deux billets hypothèses.

Histoire(s) de direction de conscience au XIXe siècle