“Combien de temps tu y passes ?” Petites réflexions sur les outils numériques.

Lors de l’université d’été de Ferney-Voltaire ces derniers jours, j’ai présenté, avec ma collègue Hélène Falavard, un certain nombre d’outils numériques pour la recherche en histoire. Nous avons notamment parlé de l’usage possible de Twitter ou de Storify, des carnets Hypothèses. Lors de conversations informelles, j’ai aussi évoqué Zotero ou Netvibes.

Une question est souvent revenue : « mais combien de temps tu y passes ? »

Qui voulait dire en réalité  : combien de temps tu y perds ?

Cela m’a un peu fait réfléchir sur mes usages du numérique et je voulais partager ces quelques réflexions – qui constituent une forme de réponse provisoire à ces objections.

A quoi ressemble une journée classique de thésarde connectée pour moi ? Cela dépend bien sûr du type de tâche à effectuer, mais essayons tout de même d’y voir plus clair.

D’abord, j’ouvre Libre Office, Bean ou Scrivener, mes trois outils d’écriture. Personne ne conteste plus désormais l’usage du traitement de texte et son utilité – je passe donc très vite.

En parallèle, je lance Zotero. Il n’est plus possible pour moi de m’en passer tant le logiciel a intégré mes pratiques de recherche. J’y répertorie mes notices bibliographiques bien sûr, mais aussi mes notes de lecture, les pdf des articles, mes cours, mes papiers, les pages web utiles, tout ce qui me semble devoir être mémorisé, classé, archivé. Quel est le temps que j’y passe/perds ? Il s’agirait plutôt de comptabiliser le temps que j’y gagne : si on estime que l’opération simple d’écriture d’une référence bibliographique prend une petite minute, et qu’un clic sur le bouton Zotero prend trois secondes – je vous laisse calculer le temps sauvé pour un bon millier de références. Il faudrait ajouter tout le temps économisé à ne pas chercher dans mes dossiers les fiches de lecture ou une référence grâce à l’outil de recherche de Zotero ; le temps économisé aussi dans l’écriture d’un article puisque Zotero permet de citer automatiquement dans les notes de bas de page. Le seul bémol possible serait d’estimer que la facilité de collecte des informations peut nous conduire à en collecter trop.

Plus problématique, l’outil Twitter. Le temps passé sur le réseau est difficilement quantifiable car je le laisse souvent en arrière plan quand je travaille – et aussi parce que c’est un outil que je rattache autant à ma vie personnelle qu’à ma vie professionnelle. Comment donc estimer l’utilité immédiate ? Je ne cherche plus à mesurer la rentabilité ; cela n’a d’ailleurs jamais été le projet quand j’ai commencé à twitter. Je sais simplement qu’il y a là une communauté qui est devenue très importante dans mon environnement de travail, un lieu d’entraide et de partage permanent qui m’accompagne au quotidien. Comme des collègues virtuels, en somme.

Netvibes est plus directement lié au travail de recherche. J’y passe peu de temps : je vérifie deux fois par semaine les nouveautés des flux RSS que je suis. Pour mettre en place ma veille scientifique, j’ai consacré une journée en début de thèse au repérage des principales revues et fils à suivre qui sont désormais tous regroupés. On voit qu’il y a là, une fois de plus, du temps gagné : un coup d’oeil permet d’avoir une vision d’ensemble des nouvelles publications et manifesations, plutôt qu’un long chemin numérique passant par tous les sites.

Enfin, le carnet Hypothèses. La perspective de la perte de temps est le reproche le plus courant, que ce soit le temps de lecture ou le temps d’écriture. Une fois de plus, tout dépend de l’usage de l’outil et de la façon dont on l’envisage. Mon propre carnet a intégré ma pratique de recherche au même titre que le carnet papier. Ce n’est pas un « à côté » un « plus » par rapport à mes autres activités : j’en ai besoin pour réfléchir, comme d’autres ont besoin d’un carnet papier ou d’un journal de recherche. C’est d’ailleurs le principal lieu de mise en forme de mes questionnements méthodologiques. Pour ce qui concerne la lecture des carnets hypothèses, je considère qu’il est essentiel de se tenir au courant des réflexions et des avancées des autres, de la communauté des sciences sociales dans son ensemble. J’ai donc rapidement tranché la question de la perte de temps. Cela fait partie de mon travail – et je dirais même plus, cela m’aide à comprendre – et à aimer – mon propre travail.

Je ne sais pas

“il est vrai que, si l’on avouait naïvement tout ce que l’on ne sait pas, on ne parlerait guère et on écrirait encore moins.”

Histoire de ma vie, George Sand.

Je crois que je vais bientôt créer une catégorie dans ce carnet : la catégorie « je ne sais pas ».

Il y a tant de mystères plus ou moins opaques sur lesquels on se penche lorsqu’on cherche, sans parvenir toujours à les éclaircir.

Pour tout vous avouer, ce billet devait au départ être un billet de contenu, mais au fil de sa rédaction j’ai trouvé ma pensée et mes hypothèses si confuses que c’est devenu un billet de questions.

Il y a donc un mystère qui court depuis déjà deux ans dans ma thèse et je pense que je vais devoir faire appel aux spécialistes de l’histoire de la médecine et du soin. Il s’agit de la place de la souffrance dans les discours des femmes du XIXe siècle. Partout dans mon corpus – dans les lettres, dans les journaux intimes – dans les romans, les manuels de morale – partout, les femmes sont souffrantes ou présentées comme souffrantes. Si j’étais cynique, je dirais que c’est un lieu commun de l’expression de soi. Elles décrivent leurs maux : maux physiques (du rhume à la tuberculose), maux psychiques : « l’irritation des nerfs », « la fatigue des nerfs » etc. Cela m’a frappée à nouveau en lisant les mémoires de Sand. Voici quelques exemples.

La comtesse d’Adhémar à l’abbé Frémont, évoquant le départ prochain de ses enfants : « Le flambeau à quatre branches où s’alimentait ma joie s’éteindra peu à peu : je me trouverai dans la nuit, clouée sur la croix. » (1892)

Monseigneur d’Hulst à miss Bengough : « Vous devez vous soigner à cause de votre mère à qui vous êtes nécessaire. Faites donc tout ce qu’il faut pour ne pas altérer davantage votre santé, et même pour la rétablir. » (1861)

Le même à une autre dirigée : «  Le spleen doit gagner horriblement. Je vous en prie ne lui permettez pas de vous ôter NS et le désir de le servir. Prenez ce spleen comme une pénitence de plus, faite pour vous détacher de vous même. Ce vous-même est un parasite qui a tant de racines et de radicelles qu’il faut une multitude de petits instruments pour l’arracher. » (1882)

La comtesse de Menthon à monseigneur Dupanloup : « Je viens de beaucoup souffrir d’une névralgie et quoique ma tête ne soit pas encore bien solide j’entreprendrai de vous donner des nouvelles de mon coeur. » (1861)

De quoi souffre-t-on ? La liste est longue :

– de peines dites « intérieures » : des peines spirituelles, de difficultés à vivre sereinement sa foi

de peines liées aux enfants : leur éloignement, leur ingratitude

de peines liées à la conjugalité : mésentente avec le mari, dégoût de la sexualité, sentiment de privation de liberté

de peines physiques : du rhume à la tuberculose en passant par les « nerfs irrités ». Ce thème de la maladie nerveuse est récurrent.

Ma question est la suivant : est-ce une période de particulière souffrance des femmes ? Est-ce qu’il y a des siècles plus souffrants que d’autres ? C’est ici que je me noie. Je surnage péniblement en émettant quelques hypothèses.

Le ressenti – et l’expression- de la souffrance seraient étroitement liés à un niveau de tolérance à la douleur et à l’attention que l’on porte à soi. Cette sensibilité plus haute à la souffrance pourrait être le signe d’un changement dans le régime d’attention à soi, dans la construction de l’intériorité des individus. Cette hypothèse là s’intègre très (trop?) facilement au cadre général de ma thèse qui décrit le renouveau de la pratique de la direction de conscience.

Ma seconde hypothèse touche à la question de l’écriture de soi. Dans un contexte où les femmes sont invitées à s’oublier pour le bien de leur famille, l’expression de la souffrance permettrait de légitimer la prise de plume et l’attention à soi. En effet, le premier motif invoqué lorsqu’on écrit au directeur est le désir de soulager ses peines. C’est même la seule justification avancée lorsqu’on écrit sans en avoir l’autorisation explicite, quand le directeur est en vacances par exemple.

Une autre piste croise celle que je viens d’exposer : il y aurait une explication à trouver du côté des modèles de spiritualité présentés aux femmes catholiques. L’un de ces modèles est celui de la « spiritualité victimale » et donne une place centrale à la souffrance comme moyen de rachat et d’expiation des péchés des hommes du XIXe siècle. C’est un outil pour gagner son salut et celui des autres.

Enfin, il est possible que mon diagnostic soit erroné. Il faudrait que j’utilise la lexicométrie pour être sûre de ce que j’avance. Cette récurrence des discours sur la souffrance n’est peut-être qu’une impression de lecture : parce que ce sont des passages difficiles à lire et à entendre, il est possible qu’ils me marquent plus que les autres et qu’ils prennent une place démesurée dans mon esprit.

Tout cela est très confus. Pour comprendre plus précisément ce qui se joue, je devrais probablement me pencher sur l’historiographie de la construction de l’individu moderne ainsi que sur l’histoire de la médecine et notamment des affections psychiques. J’ai entr’ouvert la porte et le vertige m’a saisie devant l’immensité de la bibliographie. Sachant qu’il n’est pas dans mes moyens de maîtriser correctement ce sujet d’ici à la soutenance de ma thèse, je me contente de brosser le tableau clinique et de poser quelques diagnostics possibles, et de dire pour le reste : je ne sais pas.

Corpus en ligne – liste collaborative

Préparant hier un cours d’introduction aux humanités numériques pour mes étudiants de L2-L3, j’ai commencé à chercher une liste synthétisant les corpus de sources mis en ligne. J’ai alors posé la question à Twitter qui, comme d’habitude, s’est révélé précieux. Voici donc le résultat de l’investigation collective, qui pourra être utile. Merci à tous !

Je remercie particulièrement Matthieu de Oliveira (@MatthieudeO) dont le support de cours constitue la majeure partie de cette liste, complétée à l’aide des suggestions des utilisateurs de Twitter.

Cette liste est collaborative et toute suggestion est la bienvenue, par mail ou dans les commentaires.

Dictionnaires et encyclopédies en ligne    

 

Dictionnaires d’hier et d’aujourd’hui : http://www.lexilogos.com/francais_langue_dictionnaires.htm

Le Centre national de ressources textuelles et lexicales : http://www.cnrtl.fr/

Le Trésor de la langue française informatisé : http://atilf.atilf.fr/tlf.htm

Le Dictionnaire des parlementaires français depuis 1789 : http://www.assemblee-nationale.fr/histoire/biographies/index.asp

Les bibliothèques numériques

 

La Bibliothèque nationale de France : http://www.bnf.fr/

Voir également ses expositions virtuelles : http://expositions.bnf.fr/

Gallica : http://gallica.bnf.fr/

Google books : http://books.google.fr/books

La Bibliothèque numérique de Roubaix : http://www.bn-r.fr

Europeana http://www.europeana.eu/portal/

Le SUDOC (catalogue du Système Universitaire de Documentation) : http://www.sudoc.abes.fr/

Les portails de revues scientifiques/historiennes

Les ressources électroniques

Catalogue en ligne des archives et manuscrits de l’enseignement supérieur

Ex. de la BU Lille3 : http://www.calames.abes.fr/pub/#details?id=FileId-143

Patrimoine numérique – Catalogue des collections numérisées

http://www.numerique.culture.fr/pub-fr/index.html

Criminocorpus, portail sur l’histoire de la justice, des crimes et des peines

http://www.criminocorpus.cnrs.fr/

Sources médiévales

http://www.menestrel.fr/spip.php?article903

Sources du XIXe siècle : le projet Nines  http://www.nines.org/

Institut de recherche et d’histoire des textes (plus particulièrement médiévaux)

http://www.irht.cnrs.fr/ et ses bases de données associées

Medium : Base de données sur les manuscrits dont l’IRHT possède une notice, un microfilm ou une reproduction photographique. Les fiches des manuscrits donnent des indications de contenu : ces informations ne constituent pas un catalogage scientifique, mais proviennent soit du catalogue général des manuscrits (CGM), soit des fiches signalétiques des sections de l’IRHT, soit des bibliothèques. La base contient 76 000 références de manuscrits.

http://medium.irht.cnrs.fr

Jonas : Répertoire des textes et des manuscrits médiévaux d’oc et d’oïl ; notices de manuscrits ; fichiers bibliographiques de la section romane de l’IRHT

http://jonas.irht.cnrs.fr

Pinakes : Tradition manuscrite des textes grecs antérieurs au XVIe siècle, recensant 200 000 fiches en 2008, les témoins de la tradition manuscrite de 13 000 œuvres, soit près de 40 000 manuscrits conservés dans 1300 bibliothèques du monde entier

http://pinakes.irht.cnrs.fr

Budé : Budé rassemble des informations concernant la transmission des œuvres antiques et médiévales par les manuscrits et les imprimés anciens pour une période qui couvre la fin du Moyen Âge et la Renaissance

http://bude.irht.cnrs.fr

CartluR : Répertoire des cartulaires médiévaux et modernes : base de données évolutive (et donc dans l’état actuel relativement incomplète voire lacunaire), dédiée aux cartulaires manuscrits. L’aire couverte au géographique : principalement la France et la Belgique ; au chronologique : de la naissance du genre au Moyen Âge à la fin de l’Ancien Régime, soit du IXe au XVIIIe s.

http://www.cn-telma.fr/cartulR/

Liber Floridus : Manuscrits enluminés des bibliothèques Sainte-Geneviève et Mazarine de Paris

http://liberfloridus.cines.fr

Enluminures : Manuscrits enluminés des bibliothèques de France (hors BnF et bibliothèques de l’enseignement supérieur)

http://www.enluminures.culture.fr

Catalogue de manuscrits liturgiques : Notices de manuscrits liturgiques médiévaux et modernes conservés en France, en particulier ceux ne figurant pas dans les catalogues du chanoine Leroquais

http://www.cn-telma.fr/liturgie/

Les chartes médiévales : Plusieurs centaines de milliers de chartes datant de la France médiévale subsistent encore. Dispersées entre de nombreux fonds d’archives et de bibliothèques, inédites ou publiées dans de nombreux recueils et travaux, elles sont difficiles d’accès et n’ont, depuis plus de deux siècles, plus fait l’objet d’une recension systématique. La base de données offre la possibilité d’interroger plusieurs milliers d’entre elles, couvrant de nombreuses régions françaises, et presque toutes antérieures à 1300.

http://www.chartae-galliae.fr/

École des chartes

http://www.enc.sorbonne.fr/

et ses bases de données associées (le plus souvent accessibles via un identifiant spécifique)

http://www.enc.sorbonne.fr/bases-de-donnees.html

La base de données des anciens chartistes

http://theses.enc.sorbonne.fr/sommaire155.html

Les ressources archivistiques en ligne

Portail européen des archives

https://www.archivesportaleurope.net/fr/home

Archives numérisées et disponibles en ligne :

http://www.archivesdefrance.culture.gouv.fr/ressources/en-ligne/

  • – Accès par type de documents
  • – Accès par services d’archives

Archives numérisées de Paris

http://canadp-archivesenligne.paris.fr/

Les bases de données relevant des Archives nationales

http://www.archivesdefrance.culture.gouv.fr/ressources/bases-de-donnees/

Arcade : achat d’œuvres d’art par l’État, 1800-1969

http://www.culture.gouv.fr/documentation/arcade/pres.htm

Archim : images numérisées de documents d’archives

http://www.culture.gouv.fr/documentation/archim/accueil.html

Arno : actes du Minutier central, années 1551, 1751, 1761 et 1851

http://www.archivesnationales.culture.gouv.fr/arn/

Bora : Base d’Orientation et de Recherche dans les Archives (privées)

http://daf.archivesdefrance.culture.gouv.fr/sdx-222-daf-bora-ap/ap/

Étanot : état des notaires de Paris et leurs archives, du XVe siècle à nos jours

http://chan.archivesnationales.culture.gouv.fr/sdx-222-chan-etanot/etanot/

Étarep : état des répertoires des notaires de Paris du XVIe siècle à nos jours

http://www.archivesnationales.culture.gouv.fr/chan/chan/etarep/accueil.html

Léonore : dossiers de titulaires de la Légion d’Honneur, 1800-1976

http://www.culture.gouv.fr/documentation/leonore/leonore.htm

Nat : dossiers de naturalisations, de changements de noms, de titres, 1814-1853

http://www.archivesnationales.culture.gouv.fr/arn/

Priam 3 : inventaire des versements d’archives conservés à Fontainebleau

http://www.culture.gouv.fr/documentation/priam3/pres.htm

Prof : provisions d’offices, 1720-1755

http://www.archivesnationales.culture.gouv.fr/arn/

QUIDAM : dossiers nominatifs des XIXe et XXe siècles

Accès réservés au personnel des archives pour des raisons juridiques

Les ressources iconographiques (images fixes et mobiles)

 

Fonds photographiques conservés dans les services publics d’archives :

http://daf.archivesdefrance.culture.gouv.fr/sdx-23b1-20090531-daf-pleade-2/pl/search-form.xsp?id=BORA_Photo

L’Histoire par l’image (1789-1939) : http://www.histoire-image.org/

L’Institut national de l’audiovisuel (INA) : http://www.ina.fr/

Une déclinaison locale

 

La Base images de l’IRHiS : http://irhis.recherche.univ-lille3.fr/BasesAccueilPhrasea.html

La Base Hommes du Nord de l’IRHiS : http://irhis.recherche.univ-lille3.fr/BasesAccueilHommesNord.html

Du projet local à une base nationale

 

Les Monuments aux morts : http://monumentsmorts.univ-lille3.fr/

Les dossiers scolaires des Polytechniciens sont disponibles http://www.bibliotheque.polytechnique.edu/accueil/patrimoine/ressources-en-ligne/archives-numerisees/archives-numerisees-6558.kjsp

Quelques sites institutionnels de qualité

Le Château de Versailles : http://www.chateauversailles.fr/homepage

Le Musée du Louvre : http://www.louvre.fr/llv/commun/home.jsp

Le Palais Bourbon : http://www.assemblee-nationale.fr/histoire/visite/

La Cité de l’immigration : http://www.histoire-immigration.fr/

http://www.archivesdefrance.culture.gouv.fr/actus/mise-en-ligne?page=2

Ajouts (commentaires, suggestions twitter)

http://www.bibliotheques-clermontcommunaute.net/page/overnia-bibliotheque-numerique-patrimoine
Mise en ligne de documents du fonds patrimoine de la Ville de Clermont-Ferrand

http://mandragore.bnf.fr/html/accueil.html
Les manuscrits enluminés de la BnF

 

Une autre liste suggérée par Léo Botton : http://pireh.univ-paris1.fr/wiki/doku.php?id=repertoire_de_sources_en_ligne

 

Europe et histoire de l’intégration européenne

– Le site du CVCE: http://www.cvce.eu/

– Archive of European Integration (Pittsburgh): http://aei.pitt.edu – archives plus institutionnelles que le CVCE. Il y a aussi de la littérature grise.
– Médiathèque de la Commission de l’UE: http://ec.europa.eu/avservices/index.cfm?sitelang=fr
– les Archives historiques de l’UE ont numérisé certaines sources:http://www.eui.eu/Research/ArchivesHistoriquesDeUE/Index.aspx
– La banque centrale européenne a publié les archives du comité des gouverneurs:https://www.ecb.europa.eu/ecb/history/archive/agendas/html/index.fr.html

Pas spécifiquement histoire de l’intégration européenne, il y a European history primary sources (EHPS), un portail recensant des collections en ligne sur l’histoire de l’Europe: http://primary-sources.eui.eu/ (initié par Serge Noiret et Gerben Zaagsma).

Corpus sonores

deux bases de données mettant ligne des sources enregistrées sur le terrain :
Telemeta (CREM, LESC, MAE) : http://archives.crem-cnrs.fr
Ganoub, phonothèque de la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme :http://phonotheque.mmsh.huma-num.fr

Histoire(s) de direction de conscience au XIXe siècle