Enseigner les violences extrêmes. Retour d’expérience.

Ce semestre, j’ai donné un cours sur les massacres de masse de la fin du XXe siècle. J’en ai beaucoup parlé sur Twitter : dans une certaine mesure, on peut dire que cela a été une expérience collective ! Je voudrais dans ce billet proposer un bilan sur cette expérience pédagogique qui n’a pas toujours été de tout repos.

Le cadre et le projet

A la suite des attentats de novembre 2015, j’ai décidé, comme d’autres, d’ouvrir un espace de discussion avec les étudiant·es pendant les TD. Pendant ces temps de discussion, j’ai bien plus écouté que parlé ; et j’ai constaté qu’un mot était récurrent dans les propos des étudiant·es, celui de « barbarie ». J’ai beaucoup réfléchi à cette manière d’envisager les événements et aux solutions possibles pour retrouver une prise intellectuelle malgré l’horreur des images et des faits. C’est ainsi qu’est née l’idée de donner cours sur la violence, sur les violences extrêmes, celles qui sont insoutenables, qui nous vrillent le coeur et l’estomac. J’ai choisi délibérément les objets les plus radicaux car je souhaitais montrer qu’il était possible de conserver de l’analyse même devant ce qui, à première vue, était le plus incompréhensible. J’ai donc proposé ce sujet pour un cours intitulé « Histoire politique du contemporain » (HPC), destiné aux premières années, second semestre.

D’où je partais : enseigner un objet mal connu

A la différence du premier semestre, je m’aventurais sur un terrain que je connaissais peu. Il ne serait pas honnête de dire que je partais de rien : j’ai depuis longtemps un intérêt pour ces questions de violence extrême et j’avais déjà lu un certain nombre d’ouvrages et suivi un séminaire sur le sujet à l’ENS, séminaire qui était alors animé par Boris Gobille. Cependant, ma maîtrise du champ n’était pas suffisante en l’état et la première phase du projet a donc été de lire beaucoup pour essayer de circonscrire les terrains sur lesquels j’étais capable de produire un discours cohérent six semaines plus tard, calendrier oblige. J’ai délibérément exclu l’étude de la Shoah : je souhaitais aborder des événements plus récents et moins connus des étudiant·es : j’espérais de cette façon qu’ils seraient capables de relier plus directement le propos à l’actualité immédiate. C’est la raison pour laquelle j’ai choisi d’étudier le génocide des Tutsi au Rwanda (1994) et le « nettoyage ethnique » en ex-Yougoslavie (1991-1995). Ces deux terrains offraient l’avantage d’avoir fait l’objet de nombreuses études rapidement disponibles. Par ailleurs, il était essentiel pour moi d’intégrer l’Europe afin d’éviter toute forme de mise à distance raciste et/ou essentialiste au sujet des événements du Rwanda. Le choix de deux terrains permettait des comparaisons – offrant la possibilité de réfléchir aux continuités mais aussi à la dimension culturellement codée de la violence. Du côté des approches, j’ai adopté une logique multidisciplinaire, puisant dans l’anthropologie, l’histoire, la sociologie voire la psychologie quand je le jugeais nécessaire ; je ne suis d’ailleurs pas certaine d’avoir exactement proposé un cours d’histoire, au delà de la présentation factuelle du contexte des différents événements. Cette démarche visait à étudier le massacre « au ras du sol » : sous l’angle des tueurs et des victimes, du tissu social déchiré, des motivations de chacun, plutôt que selon des considérations géopolitiques. Nous n’avons rien éludé, qu’il s’agisse des violences sexuelles1, des tortures ou de la participation des enfants aux massacres.

De ma souffrance d’enseignante au malaise des étudiant·es : comment surmonter la violence de l’objet d’études ?

Je n’ai pas immédiatement perçu les implications de ce choix méthodologique, pour moi et pour les étudiants. N’étant pas une « professionnelle du sujet », c’est-à-dire n’ayant pas l’habitude d’être confrontée des heures durant à des lectures très éprouvantes, je n’avais pas de leviers de mise à distance : j’ai vite constaté un phénomène de fatigue, de dégoût et de rejet qui s’installait de plus en plus rapidement au fil du semestre. De ce point de vue là, préparer le cours sur la place et les fonctions de la torture m’a coûté plusieurs nuits. Christian Ingrao m’a alors gentiment donné quelques astuces pour essayer de dépasser cette fatigue psychologique. J’ai compris à ce moment là que le recul des étudiant·es que je percevais depuis une ou deux séances était probablement lié à ma propre attitude devant les objets. J’ai alors pris le temps de parler avec eux de leur réception du cours, de leur éventuel malaise, prenant acte de la dimension spécifique de nos objets plutôt que l’ignorant délibérément2. Il est ressorti des discussions que certaines zones les touchaient plus que d’autres ; par exemple, tous les moments où l’identification devenait trop possible et violente : le cas de violences intrafamiliales ou amicales, la transformation des voisin·es en tueurs, la place des enfants ; bref, tout ce qui participait d’une déconstruction de la figure cinématographique familière du bourreau. Sitôt que les mots ont été posés sur les choses, j’ai pu constater que la dynamique collective reprenait.

Comprendre est apaisant ? Une expérience réussie

Car il faut dire, parlant de dynamiques collectives, que les étudiant·es se sont particulièrement investi·es dans le cours. Comparant le niveau de concentration et de maîtrise factuelle des cours du premier et du second semestre, l’écart était très net. Pourtant, le factuel des événements n’était pas simple à acquérir : il fallait apprendre et situer l’éclatement de la Yougoslavie et ses divers acteurs géopolitiques ; de même pour le Rwanda puisque j’ai exigé d’eux qu’ils connaissent dans l’ensemble l’histoire du pays depuis la colonisation belge. Passées les trois premières séances, l’essentiel des étudiant·es maitrisaient tout cela3 : cela s’est confirmé lors du premier devoir puisque j’ai attribué des notes exceptionnellement élevées. Même constat en fin de semestre lors de la restitution des exposés : la grande majorité des étudiant·es a proposé des travaux de très bonne qualité, certain·es allant même jusqu’à contacter les auteur·es des oeuvres que j’avais demandé d’étudier. Je pense donc que le sujet a suscité dans l’ensemble un intérêt vif malgré l’engagement personnel que cela exigeait. Quelques réserves cependant : lors des dernières corrections, il apparaît qu’une partie des étudiant·es a tendance à revenir sur des formulations ou des approches que je n’ai pas cessé de combattre au fil du semestre : la « nature humaine », « l’incompréhensible », « l’inhumanité », etc. Leur écriture peine parfois à faire disparaître des termes qui dramatisent plutôt qu’ils n’analysent ; comment leur en vouloir ? Je me contente de rappeler dans les marges la démarche qui doit être la leur devant l’objet. En revanche, la majorité des copies conclut en rejetant la plupart des présupposés et des clichés mobilisés pour décrire la violence pendant les discussions sur les attentats de novembre. Ils ont perçu le lien de la démarche avec l’actualité immédiate4. En cela, je crois donc que ce cours a été une réussite.

1

Un certain nombre de problèmes éthiques me sont apparus après le début du cours. Je me suis demandée s’il était moralement acceptable de les forcer à étudier de tels événements, dans la mesure ou le fait même d’assister au cours pouvait constituer une forme de violence ; sur la question spécifique des violences sexuelles, j’ai rendu le cours facultatif estimant qu’il n’était pas de mon ressort de décider ce que chacun.e était prêt à affronter.

2

Je serai bien plus réflexive l’année prochaine : l’expérience m’a montré que ce type de cours oblige à des dispositifs spécifiques, par exemple surveiller son énonciation. J’ai l’habitude, pour parler des groupes, de dire « vous » : « si vous êtes un ouvrier parisien de 1850, où habitez vous ? » etc. Dans un cours sur les massacres, cette forme d’interpellation est impossible. Par ailleurs, les mots sont parfois piégés… ou peuvent faire rire et alléger l’atmosphère. Je me souviens du rire général lorsque j’ai annoncé : « on passe aux violences sexuelles maintenant » (!)

3

j’ai même été vivement impressionnée par leur connaissance de la répartition des populations en Yougoslavie. Ils ont bien souvent appris des chiffres que je n’avais pas eu moi-même le courage d’enregistrer !

4

Mais pas toujours tous au même rythme. Dès la fin du deuxième CM, une petite délégation est ainsi venue me voir : « Madame, est ce que par hasard il y aurait un lien avec l’actualité ?? »

edit : je me rends compte que j’oublie de remercier mon équipier si précieux du semestre, Franck Leprince, qui m’a beaucoup aidée dans les lectures et a pris en charge deux groupes de TD.

PRAG en histoire. Retour sur une année.

La période des recrutements universitaires bat son plein et j’ai pensé que des indications sur le statut de PRAG pourraient être utiles. Je vous propose donc un retour sur expérience, qui bien sûr ne peut pas forcément être généralisé mais qui pourra peut-être aider certains à mieux comprendre en quoi cela consiste.

Qu’est ce que c’est ?

PRAG  (agrégé.e) ou PRCE  (certifié.e) sont deux statuts qui permettent à des professeur.es titulaires d’un concours du secondaire d’enseigner dans le supérieur. Ce sont des postes fixes qui ne sont plus soumis aux mutations, sauf si le titulaire le décide. Nous ne sommes pas inspecté.es, sauf à notre initiative et par un inspecteur/trice général.e. Notre service est de 384h car – en théorie – un PRAG n’a pas d’activité de recherche.

Modalités de recrutement

J’ai été recrutée en mai 2015. La procédure ressemble beaucoup à celle des maîtres de conférence : dépôt d’un dossier, sélection de candidats, enfin audition. En ce qui me concerne, on m’a laissé un quart d’heure pour expliquer mon projet pédagogique et ce que je pouvais apporter au département. Ensuite les membres de la commission m’ont posé une série de questions. Pour préparer l’audition, j’ai observé longuement les maquettes, le fonctionnement du cursus à l’université de Reims. Je me revois apprendre les noms des unités d’enseignement… mais tout cela est plutôt classique, je crois, pour préparer une audition. J’ai insisté sur un aspect essentiel de la fiche de poste : monter, coordonner un enseignement en numérique pour les L2 et L3.

Prise de poste et service

Dès que mon élection a été connue, j’ai tout de suite été intégrée aux boucles de mails et à l’organisation des services. Mes collègues m’ont appelée les uns après les autres pour m’expliquer le fonctionnement de la fac. Dès le mois de juin, je connaissais la composition de mon service, ce qui a été très confortable. Contrairement à d’autres PRAG dans d’autres universités, je n’ai jamais eu le sentiment d’être une variable d’ajustement : je n’ai eu à donner des cours que sur mes domaines de spécialité, et tout a toujours été ouvert à la discussion avec l’équipe. Mon service, le plus lourd de l’équipe de contemporaine (384h) a été consacré à l’enseignement de fondamentale contemporaine (19e siècle, L1), à l’histoire politique du contemporain (j’ai demandé à pouvoir assurer ce cours) et aux cours de culture numérique pour historiens. J’ai été en charge de trois cours magistraux dans trois niveaux, ce qui nuance l’idée selon laquelle les PRAG sont cantonnés aux TD ou cours secondaires. Je n’ai jamais eu non plus le sentiment d’être un membre secondaire de l’équipe, pas plus qu’on ne m’a fait sentir la hiérarchie Prag/MCF. Au contraire, j’ai été systématiquement sollicitée, consultée, intégrée aux décisions et discussions.

384h… et de la recherche

Le statut effraie parfois les doctorant.es et jeunes chercheur.es qui craignent que le service – 384h (un peu plus… quand on fait le choix des heures supplémentaires…) – n’absorbent leur temps de recherche. Il ne faut pas cacher que cela demande une organisation et un rythme de travail soutenu. Je n’ai pas touché à ma thèse au premier semestre. Par contre, j’ai pu reprendre rédaction et activités scientifiques en janvier. La diminution du temps consacré à la recherche est largement compensé, à mon avis, par d’autres avantages. Par rapport au secondaire, ma liberté est à peu près totale : je déplace et replace mes cours à ma guise selon les obligations scientifiques ; le calendrier universitaire est bien plus réduit en semaines. De plus, je travaille au coeur de l’université et je ne perds jamais de vue le laboratoire et les collègues chercheur.es. Mon environnement de travail et mon entourage me paraissent nettement plus adaptés pour poursuivre mes activités scientifiques que si j’avais fait le choix du secondaire. En pratique, je passe ce semestre trois jours par semaine sur ma thèse, l’animation et les projets scientifiques. J’ai sacrifié beaucoup de samedis et pris peu de vacances, en dehors du mois de décembre quasiment blanc qui a permis de reconstituer les réserves d’énergie. Il faut cependant préciser que cette situation est très spécifique : mes cours sont prêts, l’année universitaire prochaine sera donc bien moins exigeante en temps de travail.

Penser à l’avenir

C’est d’ailleurs ce dernier aspect qui avait motivé ma décision de mai dernier. J’ai considéré que ce volume de travail des premiers mois était un investissement de long terme par rapport à un poste d’ATER. Prendre trois postes d’ATER, c’est préparer trois services différents de maître de conférence, sauf à rester dans la même fac. De mon côté, l’essentiel de mon service est prêt pour plusieurs années. Il faut ajouter – last but not least – le confort psychologique de savoir qu’il n’y a pas de déménagement tous les huit mois ou d’avalanches de dossiers à préparer. Cette dimension est loin d’être anecdotique au regard de la précarité morale des jeunes profs promenés au gré des mutations. Je peux donc me projeter sereinement, accumuler de l’expérience en attendant d’avoir soutenu en 2017. Mon expérience est très positive : j’ai le sentiment d’avoir trouvé une place ici qui aurait été inaccessible par le.biais d’autres statuts.

Bon courage à tous ceux qui voudront se lancer dans l’aventure !

Raconter l’histoire à l’ère du numérique (1ère version)

N.B. : ceci est la première version d’un texte qui sera publié dans les actes de l’université d’été de Ferney-Voltaire qui s’est tenue en août 2015. Il est ouvert à toute suggestion de modification et à tout commentaire, n’hésitez pas ! Merci !

Ce texte est issu d’une réflexion engagée lors d’un atelier proposé lors de l’université d’été de Ferney-Voltaire en août 2015. Hélène Bégnis1 et moi avions souhaité présenter aux participant.es quelques outils de narration de l’histoire nés de la révolution numérique. Nous nous étions attachées à décrire le fonctionnement de Storify et des plate-formes Twitter et Hypothèses2. Si nous avions consacré du temps à la présentation pratique, je voudrais revenir ici plus longuement sur l’arrière-plan et le contexte théorique qui permettent de considérer que ces différents outils relèvent d’une nouvelle façon de mettre l’histoire en récit. Ainsi ce texte n’est il pas à lire comme un état exhaustif des questionnements sur les transformations du récit historique3 mais plutôt comme un regard individuel sur les horizons ouverts par l’entrée dans l’ère du numérique4. J’aborderai quelques points saillants de ces transformations : le raccourcissement du délai entre l’élaboration du récit et sa diffusion ; de nouveaux outils et espaces de diffusion ; la façon dont la sérendipité5 offre des points de contact entre récit historique et nouveaux publics ; enfin la manière dont des acteurs inédits occupent désormais un rôle dans l’élaboration et la diffusion du récit historique.

Blogging scientifique et récit historique

Le développement des blogs ou carnets scientifiques en ligne a été permise par le tournant numérique. En France, ce développement a été particulièrement riche autour de la plate-forme Hypothèses qui compte aujourd’hui plus d’un millier de carnets de différentes langues6. Le carnet scientifique a donné naissance à un nouveau format de publication : le billet de blog. Son format est variable mais il est d’ordinaire bien plus court que l’article scientifique classique : « En règle générale, la publication en ligne se fait sur un format court, voire très court, qui correspond à un seul “feuillet” en jargon journalistique, sinon plus court7 ». L’ouverture de mon carnet, en 2012, obéissait à plusieurs logiques : il s’agissait notamment de trouver un format d’écriture qui accompagnerait la thèse sans en constituer le produit fini. La tenue d’un « carnet de thèse » a ainsi pour conséquence de proposer des micro-récits historiques à partir d’un travail de recherche en train de se faire – bien avant que la thèse de doctorat, au bout du chemin, ne soit rédigée et éventuellement publiée. Bien d’autres doctorant.es ont adopté cette pratique, en témoigne le catalogue d’Hypothèses qui présente plus d’une centaine de carnets de thèse8. La communauté historienne, mais aussi un public bien plus large, peut ainsi suivre le développement de recherches de longue haleine et intégrer les questions posées à leurs propres travaux. Les doctorant.es ne sont pas seul.es concerné.es par ce raccourcissement du délai entre l’élaboration du récit historique et sa diffusion : des chantiers de recherche considérables, comme les projets ANR, rendent compte de leur évolution dans des carnets. On peut par exemple citer l’ANR Saint-Simonisme 18-219 ou encore le carnet de CITERE, Circulations, territoires et réseaux en Europe de l’âge classique aux Lumières10.

Ce raccourcissement du délai entre production du récit historique et diffusion est intrinsèquement liée au statut même du billet de blog. Ce dernier ne joue pas le même rôle que l’article scientifique. Le billet aura pour objectif de montrer la progression d’une recherche en cours et les hypothèses suivies, là où l’article cherchera à proposer un récit provisoirement stabilisé de l’histoire, produit d’une recherche plus approfondie et méthodique. Le billet offre une forme de liberté : celle de se tromper, de tâtonner, d’hésiter – là où l’article laisse plutôt la place à des affirmations soutenues par une démonstration rigoureuse. Le temps d’élaboration d’un article scientifique peut être très long. L’écart entre la rédaction et la diffusion dépend étroitement des délais éditoriaux en vigueur dans la revue qui le publiera, mais aussi de la circulation du papier entre l’auteur.e et les différent.es expert.es. Ainsi, là où la construction et la diffusion d’un article scientifique se comptera en mois voire en années, le billet de carnet scientifique présente l’avantage de l’auto-publication et de la concision. Il est aussi possible d’effectuer le chemin inverse : de proposer des billets à partir d’une recherche déjà effectuée. Des carnets peuvent être ouverts après la soutenance de la thèse11 : le billet accompagne alors la transition vers une éventuelle publication car il oblige à ramasser la pensée et à préparer la synthèse qui rendra possible une diffusion plus large. On voit ainsi que le billet de blog est un lieu où se retravaille le récit historique, soit qu’il ne soit pas encore stabilisé, soit que l’auteur cherche à en extraire l’essentiel pour le proposer à un public qui n’aurait pas nécessairement lu une thèse ou un article.

Ce format de billet a donc des effets sur les modalités narratives. Ces effets me paraissent de trois ordres. D’abord, l’exigence de lisibilité influence les choix de sujets ; ensuite, la liberté formelle offerte par le billet conduit à infléchir l’écriture académique ; enfin les billets permettent de proposer au lecteur d’entrer dans l’atelier de l’historien.ne et de faire voir des raisonnements « avec poutres apparentes » : le billet permet de révéler le «  récit du raisonnement historique12 ». La plupart des carnetiers adaptent les sujets choisis au support. Pour ma part, cela m’a conduit à préférer des questions qui n’exigeaient pas des lecteurs une érudition ou une culture technique préalable dont l’absence aurait rendu la lecture trop aride : « il est agréable accueillir le non spécialiste comme un ami13 ». Le modelage du récit historique est aussi influencé par la liberté formelle possible dans un billet de carnet : il autorise une écriture moins cuirassée14, moins soucieuse des codes d’écriture en vigueur dans les thèses ou les ouvrages, moins polie par les exigences de l’écriture « scientifique15 ». L’espace ouvert par l’écriture des billets de carnets scientifiques apparaît bel et bien comme un lieu possible de renouvellement et d’enrichissement des manières de raconter l’histoire. L’entrée dans l’ère numérique a favorisé l’éclosion de plusieurs de ces lieux.

Nouveaux outils, nouveaux espaces de visibilité

S’il n’est pas possible de présenter tous ces lieux, je reviens à présent sur trois d’entre eux : le Storify et son lien avec la plate-forme de micro-blogging Twitter, la plateforme de vidéos Youtube.

Storify est un outil de curation qui permet d’agréger des contenus produits sur les réseaux sociaux :

Capture d’écran 2016-04-27 à 10.38.04

Dans le cas présenté dans l’image ci-dessus, l’historienne Mathilde Larrere16 « twitte », c’est-à-dire rédige des messages en cent quarante caractères, et recompose le récit historique d’événements, à partir de ses propres recherches ou de cours donnés. Lorsque la série de tweets est terminée, il est possible de reconstruire un fil narratif par le biais de Storify, en restituant dans l’ordre chronologique les différents tweets et leurs images, puis de les laisser en l’état sur la plateforme Storify où ils peuvent être consultés comme des « histoires autonomes ». Sur le compte de Mathilde Larrère, on trouve ainsi des cours d’histoire des femmes et du genre, le récit de la Commune de Paris et des Communes de province, le déroulé de la journée qui a suivi la publication de « J’accuse !… » de Zola17. D’autres historien.nes ont commencé à s’intéresser à cette manière de raconter et de diffuser l’histoire. Je me suis moi-même prêtée au jeu en transformant une petite partie de cours en histoire Storify18. L’outil Storify est articulé à Twitter19, outil qui offre aussi, de façon autonome, la possibilité de raconter l’histoire. En effet, les utilisateurs peuvent construire des suites de tweets 20 liés entre eux pour faire le point sur une question. Au cours de la journée internationale des droits des femmes, le 8 mars dernier, plusieurs historiennes ont choisi ce format pour proposer des mini-cours en histoire du genre et des femmes21.

Capture d’écran 2016-04-27 à 11.17.52

Ces outils présentent l’avantage de permettre des récits courts, immédiatement appropriables par un public divers, sous une forme fragmentée dont on peut extraire et faire circuler des phrases sur le réseau. En effet, Twitter fonctionne autour de deux principes : la possibilité d’émettre des messages en cent quarante caractères mais aussi celle de rediffuser les messages d’autres utilisateurs auprès de ceux qui ont choisi de vous lire, par le biais du « Retweet ». Ce mode de partage peut faire voyager les récits à une vitesse saisissante et toucher, par capillarité, de larges pans de la communauté d’utilisateurs de Twitter. Si l’on observe la première image proposée, on voit que le premier tweet de la série sur la Commune a été répercuté à près de 131 reprises, c’est –à -dire que près de 131 utilisateurs ont choisi de proposer à leurs suiveurs cette lecture22. Le micro-récit historique s’inscrit alors dans un écosystème connecté et atteint des personnes qui n’avaient pas forcément un intérêt initial pour l’histoire, le tout grâce à la vitesse et la facilité de diffusion.

La plate-forme Youtube constitue un autre exemple d’espace possible pour raconter l’histoire. La chaîne « C’est une autre histoire » propose des vidéos au format court (moins de dix minutes) et s’intéresse à la mythologie et à l’histoire de l’art. La rubrique « Tu vois le tableau » décrypte de façon ludique les sujets d’oeuvres d’art23. La chaîne est animée par Manon Bril, professeure d’histoire et doctorante. Tout comme Storify et Twitter, Youtube possède une capacité de diffusion qui dépasse les canaux classiques du savoir académique24 ou même de la vulgarisation. « C’est une autre histoire » affiche ainsi plus de trente cinq mille abonnés. Les vecteurs plus traditionnels de diffusion du récit historique n’hésitent d’ailleurs plus à articuler leurs propres formats avec ces nouveaux médias25 et à les valoriser.

Sérendipité : à la rencontre de nouveaux publics…

Le Web favorise la rencontre de l’histoire et du grand public. Un internaute qui ne serait pas particulièrement intéressé par les problématiques historiques peut désormais, au hasard de ses promenades numériques, entrer en contact avec le travail des historien.nes. C’est la sérendipité qui permet cela. Carnets de recherche, tweets et vidéos Youtube inscrivent l’histoire dans l’actualité immédiate et la culture contemporaine. Différents carnets de recherche Hypothèses témoignent parfaitement de cela26. Le carnet Antiquipop se donne l’objectif suivant :

« Recenser les références à l’antiquité dans la culture pop contemporaine (depuis 2000), de donner accès à ce recensement et de permettre au public visé par la culture pop d’accéder à un décryptage de celle-ci afin de mieux la comprendre et l’appréhender27. »

Sur Antiquipop, l’histoire ancienne s’installe au coeur des paroles des morceaux de Booba, de Katy Perry, de la publicité Pepsi ou encore du film Hunger Games. Le jeu du référencement par les moteurs de recherche rend possible des rencontres improbables. Les étudiant.es sont friand.es de tels travaux croisant culture pop et histoire. Plus généralement, les historien.nes peuvent rebondir de façon immédiate sur les événements de l’actualité : on peut citer par exemple le billet de Ninon Maillard28 qui décrypte le 20 avril 2016 le film Dust Breeding de Sarah Vanagt et l’usage de l’image dans le procès de Radovan Karadzic, quelques semaines après la condamnation de celui-ci à quarante ans de prison par le T.P.I.Y pour génocide.

Intéresser des publics innattendus à l’histoire implique aussi de savoir jouer sur les modes de lecture spécifiques au Web. Le projet Mondes Sociaux29 allie deux dimensions : le rebond possible sur l’actualité et un format de lecture qui s’adosse aux habitudes des internautes et intègre la lecture « connectée » et enrichie de contenus externes au site lui-même. Le billet « Restituer le passé sonore de Paris30» de Mylène Pardoen invite les lecteurs à découvrir l’histoire des paysages sonores : le texte est enrichi de liens vers des vidéos, des images et même des gifs, tout en ne cédant rien à l’explication méthodologique et technique du projet de recherche. La mise en texte du récit historique peut être considérablement enrichie par des systèmes de renvois : à d’autres articles bien sûr, mais aussi aux archives numérisées ou à toute ressource immédiatement disponible en ligne. En sus de cette pleine intégration dans un écosystème de lecture connectée, le carnet Mondes Sociaux offre des articles directement liés à l’actualité scientifique ou plus générale. Un billet de septembre 2015 retrace de la sorte les origines de la crise grecque31.

…et de nouveaux acteurs

Ces nouveaux modes de diffusion et de construction du récit historique ne mobilisent plus seulement les chercheur.es faisant partie de l’institution académique au sens plein. On voit se former toute une nébuleuse d’intéressé.es, plus ou moins proches des centres traditionnels de productions de savoir : métiers du livre et du patrimoine, étudiant.es, doctorant.es, ou encore passionné.es tenant différents types de blogs accueillant des formes de récit historique. On peut songer par exemple à la nébuleuse des « Gallicanautes », communauté d’auteur.es de blog qui révèlent les pépites de la plate-forme numérique de la Bibliothèque Nationale de France, Gallica. Ces derniers proposent des micro-récits à partir des ressources de Gallica. Cécile Raymond, bibliothécaire, présente le blog Henry et Raymond comme un « blog d’histoires de nature » :

Cela sonne comme un lieu commun mais l’histoire de l’homme est liée de près à celle de la nature, de son environnement et des animaux qui l’occupent comme lui. Des historiens, tels Michel Pastoureau ou Daniel Roche, se penchent sur ces liens étroits dans des études spécifiques. Sinon, il faut lire en négatif cette histoire, chercher partout l’influence, la contrainte ou l’appui de la nature pour l’homme (…) J’essaie donc de mettre en valeur ce lien majeur entre l’homme et la nature, dans des billets qui traitent tantôt d’histoire de l’art, tantôt davantage d’histoire culturelle, sans suite logique et sans plan prédéfini.

Tous ces renouvellements s’inscrivent de manière plus générale dans le tournant épistémologique des « humanités numériques » et la transformation du métier d’historien.ne32.Le numérique offre des opportunités de raconter différemment l’histoire, sans pour autant renoncer aux formats académiques classiques ; ces adaptations et appropriations de l’espace du numérique par les historien.nes pourraient être fructueuses à bien des égards. Tout d’abord, c’est un lieu de questionnement vis-à-vis de la crise de la diffusion traversée par la discipline historique. L’érosion de la diffusion des écrits des historien.nes ne serait plus nécessairement le signe d’un désintérêt mais peut-être celui d’un déplacement du public vers les formes de savoir proposées en ligne qui ne sont pas encore articulées aux ouvrages et articles imprimés. De plus, espaces et outils numériques rendent possible la libération de la créativité des historien.nes en allégeant, pour un temps et dans des formats précis, les contraintes académiques – leur permettant d’aborder des sujets qu’ils n’auraient pas pu partager et interroger dans des cadres plus formels. Tout cela pourrait permettre de participer à faire du Web un lieu de l’intelligence collective historienne.

***

1 Hélène Bégnis était alors documentaliste du Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes (LARHRA).

2 Ces outils font l’objet de développements quelques lignes plus loin.

3 Sujet dont je ne suis absolument pas spécialiste.

4 Il convient cependant de dire à qui appartient ce regard : doctorante, je me suis assez rapidement investie dans différents espaces en ligne. Je pense par exemple à la communauté Twitter et à son groupe d’historien.nes ; mais aussi au blogging scientifique puisque j’ai ouvert mon carnet Hypothèses, Acquis de conscience (consciences.hypotheses.org) au début de ma thèse en 2012. Ce carnet comporte plus d’une centaine de billets. Je suis donc partie prenante du paysage que je m’apprête à décrire.

5 Faculté, état d’esprit, art de réaliser une découverte scientifique dans des circonstances inattendues. Par extension, trouver un élément intéressant sur le Web sans l’avoir spécifiquement cherché. Voir l’article « Sérendipité » du Wiktionary : https://fr.wiktionary.org/wiki/sérendipité.

7 François, Blogging scientifique : la taille des textes, http://politbistro.hypotheses.org/844, ( consulté le 25 avril 2016).

8 Je pense par exemple au carnet de Benoît Kermoal, Les socialistes au combat, 1914-1940, http://enklask.hypotheses.org/ ; ou encore à celui de Thibault Le Hégarat, Les représentations du patrimoine culturel à la télévision française et la construction d’un regard (XXe siècle) http://tvpatri.hypotheses.org/

9 ANR Le Saint-Simonisme 18-21 http://stsimonism.hypotheses.org/

10 ANR Circulations, territoires et réseaux en Europe de l’âge classique aux Lumières http://citere.hypotheses.org/

11 Le carnet de Stéphanie Chapuis-Després en fournit un excellent exemple : Prendre Corps, Genre, Identités et représentations http://corpsgir.hypotheses.org/

12 Ivan Jablonka, L’Histoire est une littérature contemporaine: manifeste pour les sciences sociales, Paris, Éditions du Seuil, 2014, p.  297.  Ces billets laissent entrevoir la subjectivité de l’historien.ne au travail : je pense par exemple au texte de Benoit Kermoal, Les papillons et l’estomac, http://enklask.hypotheses.org/935.

13 Idem, p. 295.

14 Sans références ou notes de bas de page, par exemple.

15 Pour toutes ces questions qui ont trait à l’écriture académique et à son statut – ou non – spécifique – je renvoie à Ivan Jablonka et Éditions du Seuil., L’Histoire est une littérature contemporaine…, op. Cit., aux compte-rendu et débats nombreux suscités par l’ouvrage. Il est d’ailleurs à noter qu’un atelier de lecture et de réflexion au sujet de cet ouvrage avait été organisé à l’université Lyon 2 en amont de l’université d’été et que cela avait donné lieu à des discussions aussi fermes que passionnantes.

16 Mathilde Larrere est maîtresse de conférences en histoire contemporaine à l’université de Paris Est Marne la Vallée.

18Le procès de Drazen Erdemovic, une suite de tweets racontant le procès d’Erdemovic au TPI pour la Yougoslavie, pour ses actes commis à Srebrenica en 1994. https://storify.com/caro_ligne/le-proces-de-drazen-erdemovic-1996

20« Rant » ou « Thread »

21 Voir par exemple les fils d’ @eventyr et @amalasonthe.

22 Un exemple précis rendra peut-être l’explication plus claire : à l’heure actuelle, si je choisis de « retweeter » le message d’un autre utilisateur, cela signifie qu’il sera potentiellement lu par les 1500 abonnés à mon fil.

23 « L’annonciation. Tu vois le tableau #5 » https://www.youtube.com/watch?v=-Xgz_xKi03U

24 D’autres usages de Twitter sont aussi possibles. La leçon inaugurale au Collège de France de Patrick Boucheron a été abondamment partagée sur Twitter en direct, les utilisateurs reprenant des phrases de l’historien et les diffusant au fil de son exposé.

25 Manon Bril et Ugo Bimar (chaîne youtube Confessions d’histoire) ont été invités dans l’émission la Fabrique de l’histoire le 8 mars 2016.

26 Voir le carnet « Mesures du rap » https://nycthemere.hypotheses.org/ ; le carnet Antiquipop http://antiquipop.hypotheses.org/

27 À propos | Antiquipop, http://antiquipop.hypotheses.org/a-propos, ( consulté le 27 avril 2016).

28« Voir, croire, savoir… L’image-preuve dans le procès de Radovan Karadzic », https://imaj.hypotheses.org/1387

29 Mondes sociaux. Magazine de sciences humaines et sociales http://sms.hypotheses.org/

30 Mylène Pardoen, Restituer le passé sonore de Paris, http://sms.hypotheses.org/5930, ( consulté le 27 avril 2016).

31 Alexandre Massé, Les origines lointaines de la crise grecque, http://sms.hypotheses.org/5266, ( consulté le 27 avril 2016).

32Un entretien avec Claire Lemercier fait la synthèse de ces transformations : Elisa Grandi, Emilien Ruiz, Ce que le numérique fait à l’historien.ne: entretien avec Claire Lemercier, Diacrone, 2012. Voir aussi Pierre Mounier (dir.), Read/Write Book 2 : Une introduction aux humanités numériques, traduit par traduit par Laurence Allard et al., Marseille, OpenEdition Press, 2012 ; Frédéric Clavert et Serge Noiret, L’histoire contemporaine à l’ère numérique =contemporary history in the digital age, Peterlang, Bruxelles, 2013.

Histoire(s) de direction de conscience au XIXe siècle