Rester dans le réel

Ces temps ci, je dépouille un corpus de sources imprimées : une correspondance complète en trois tomes entre un prêtre et une femme noble, entre 1882 et 1912. Ces ouvrages sont au fonds ancien de la Bibliothèque Municipale de Lyon et font partie de la collection des Jésuites, qui comporte de nombreux documents utiles à ma thèse. Je suis plongée dans cette correspondance depuis près d’une semaine. Mobiliser des sources privées est un travail assez curieux: on passe des heures entières dans l’intimité des personnes. De plus, je « dépouille », c’est à dire que je lis en étant attentive à un certain nombre de questions posées au préalable : j’ai l’impression d’écouter ces personnages me répondre toute la journée. Je suis toujours surprise par mon état mental lorsque je finis la journée : impossible de retourner dans le monde réel sans sas de décompression. Je suis absorbée par la vie des correspondants, comme si je lisais un roman d’aventures. C’est à la fois passionnant et épuisant, car les rebondissements de la vie des uns et des autres ne doivent pas me faire oublier le but de ma lecture et les questions que je leur pose. Il est difficile de rester dans cette lecture « scientifique », difficulté qui naît de mes pratiques de lecture préalables : spontanément, je lis ces lettres comme je lirais des récits de fiction, et j’oublie les personnages réels. J’ai envie de lire d’un trait, de lire immédiatement la dernière lettre pour savoir comment « l’histoire » finit. La lecture-dépouillement est un véritable travail sur soi : j’apprends à me discipliner au quotidien. Lire la dernière lettre, c’est prendre le risque de n’étudier le reste de la correspondance qu’à l’aune de la fin de l’histoire. J’apprends à être patiente, à regarder les vies se construire au rythme où elles s’écrivent. C’est dans cet état d’esprit que j’ai terminé le premier tome vendredi : je suis rentrée chez moi contente d’avoir été efficace. L’année 1886 était prometteuse, et je réfléchissais à ce que je pourrais y trouver la semaine suivante. En attendant, je décide de reconstituer l’arbre généalogique de la correspondante, et je me promène sur les registres d’état civil d’Avignon. Et là, mon bel édifice de patience s’écroule. L’illusion de la fiction se dissipe en un instant, et la comtesse redevient une femme réelle.

 

Sur le registre des naissances, je trouve en marge la date de mort de son premier enfant : 1886.

 

J’ai beaucoup moins envie de lire la suite.

 

 


Une réflexion au sujet de « Rester dans le réel »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *