Chasse interdite

 

Ce billet fait suite à une conversation engagée sur Twitter: j’expliquais que j’avais découvert une très belle lettre dans un fonds privé. Le jeune homme s’ouvrait à son directeur de son attirance pour un camarade de classe :

 

> Vous vous rappelez, mon Père, que je m’étais ouvert à vous, cette année, d’une tentation étrange. J’avais senti grandir en moi et devenir d’une violence passionnée l’affection que je portais à l’un de mes amis.

 

J’ai lu cette missive de deux pages plusieurs dizaines de fois tant j’ai trouvé, au moment de sa découverte, qu’elle résumait bien les problèmes rencontrés par les dirigés quand ils racontent leurs secrets les plus intimes à leurs directeurs de conscience. J’ai eu l’idée d’en proposer une analyse complète sous forme d’un billet hypothèses. C’est une lettre isolée que je ne suis pas certaine d’intégrer à mon corpus, car je privilégie des relations qui se développent dans le temps.

 

Les premiers repérages biographiques m’ont révélé que ce jeune homme triste, à la si belle plume, s’est marié quelques années après avoir écrit cette lettre. Il a eu cinq enfants, qui sont encore vivants (il est mort depuis une dizaine d’années). Il est devenu une figure de proue du catholicisme de gauche des années 20.

 

Je peux tout de même en donner quelques lignes, mais il me semble bien difficile d’expliquer les subtilités de la lettre sans indiquer le moindre élément de contexte, en masquant les lieux et les projets du jeune homme. Il déjoue toutes mes tentatives de découpage de son texte: les précisions qui le rendent identifiable parsèment la lettre. J’ai l’impression d’être à la place des éditeurs des recueils de lettres de direction, qui éliminent toute trace de vie réelle, jusqu’à rendre le propos absurde.

 

C’est une nouvelle expérience pour l’historienne débutante que je suis : comme j’ai du renoncer à faire parler Léopold, je dois renoncer à faire lire E.

 

Travailler les sources privées, c’est travailler environnée de secrets. Le directeur de conscience semble être la personne à qui l’on peut confier ce qui, révélé, mettrait en péril la vie sociale entière: l’adultère, l’homosexualité, la perversion. La partie la plus tardive de mon corpus (années 20) livre des secrets qui pèsent peut-être encore dans certaines familles. Je ne suis pas parfaitement à l’aise avec cela. Je repense souvent à cette phrase de Philippe Lejeune dans un entretien avec Philippe Artières:

 

>…cela donne à l’autobiographe que je suis par ailleurs l’envie de se révolter contre ces historiens prédateurs qui voient en tout animal du simple gibier. L’idée que dans quelques générations on viendra trifouiller dans vos textes pour en tirer des renseignements sur n’importe quoi, sans comprendre que vous parlez de vous, ou en vous reprochant de le faire, cela dégoûterait d’écrire. Pour éviter les malentendus, je mettrai en tête, en grosses lettres : « Je ne suis pas une source » ou « chasse interdite »

 

Je tenterai tout de même, dans les jours qui viennent, de proposer quelques réflexions à partir de cette lettre. Sans considérer pour autant que la « chasse » est autorisée.

 

 


 

Licence CC-BY-NC-SA

Auteur:  Alseson


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *