« Aimez les pommes frites si vous voulez »

Lorsque j’ai commencé ma thèse en septembre 2012, je souhaitais peser l’influence que les directeurs de conscience avaient pu avoir sur la société française de la seconde partie du XIXe siècle, par le biais de leurs dirigés. Je voulais notamment me pencher de plus près sur la vision laissée par Michelet de la manipulation des femmes par les prêtres. Je me suis depuis attachée à essayer de définir ce que j’entendais par « influence ». Le Larousse dit :

Þ Action, généralement continue, qu’exerce quelque chose sur quelque chose ou sur quelqu’un : L’influence du climat sur la végétation. L’influence de la télévision sur les jeunes.

Þ Ascendant de quelqu’un sur quelqu’un d’autre : Il a beaucoup changé sous l’influence de son ami.

Þ Pouvoir social et politique de quelqu’un, d’un groupe, qui leur permet d’agir sur le cours des événements, des décisions prises, etc. : On a vu grandir son influence dans le monde des affaires.

Les directeurs de conscience auraient donc exercé une action continue sur leurs dirigés et, grâce à leur ascendant, auraient exercé un pouvoir social et politique qui leur aurait permis d’agir sur les événements.

Cette question du pouvoir est au cœur de ma thèse et je suis encore très loin de comprendre ce qui se joue exactement dans les relations de direction de conscience. Pour réfléchir à cette notion de pouvoir, d’impact, d’influence, j’ai choisi de me focaliser sur les conseils dont les effets sont, a priori, mesurables : les conseils matériels. Dans ces conseils « matériels », j’inclus : les indications sur le sommeil, la nourriture, les lectures, les loisirs – mais aussi tout ce qui touche aux conseils médicaux, professionnels, matrimoniaux. Tous les conseils dont l’application a pu avoir un effet visible dans la vie des dirigé-e-s. La direction de conscience dépasse la sphère strictement « spirituelle » : le progrès passe aussi par la mise en conformité de sa vie quotidienne aux principes du catholicisme. C’est ce qui explique que bon nombre de directives concernent des sujets qui nous sembleraient bien peu spirituels. Il arrive même que les conseils donnés en direction finissent par porter uniquement sur la gestion du quotidien, « dérive » dénoncée par certains :

Séance de bavardage stérile ou de dorlotage amolissant qui flattent l’amour propre ou, tournant au quiétisme, émoussent la responsabilité personnelle ; école de « pieuseté » ou de sentimentalisme où se développe le goût des émotions sensibles ou celui d’une religiosité toute de dévotions extérieures, sorte d’étude de notaire où l’on s’habitue à venir consulter pour les moindres incidents de la vie, les affaires temporelles et les détails de famille ; combien d’autres fausses routes où peuvent s’égarer malheureusement directeurs et dirigés [1]

 Les directeurs de conscience ont pu avoir une influence sur la vie quotidienne des dirigé-e-s, dans sa dimension concrète – à condition que leurs conseils aient été appliqués. Ils se font les relais des prescriptions qu’on peut trouver dans les manuels destinés aux femmes et jeunes filles. On retrouve souvent des prescriptions au sujet du lit : il ne faut pas y rester trop longtemps, encadrer son endormissement et son réveil de pensées pieuses.  Le père Didon écrit à Thérèse Vianzone :

Ne soyez pas trop paresseuse. A moins d’y être retenue par la fatigue, quittez dès le matin votre lit et ne vous y jetez que par un impérieux besoin. [9 juillet 1876]

Il la conseille également sur ses repas :

Aimez les pommes frites si vous voulez, mais ne les mangez qu’avec la permission du médecin et en remerciant Dieu d’avoir fait de si bonnes choses.  [28 mars 1879]

J’ai vraiment regretté de ne pas pouvoir lire la missive de Thérèse : comment en arrive-t-on, dans une lettre de direction de conscience, à détailler le contenu de ses repas ? Les loisirs, et particulièrement les lectures[2], font l’objet d’un encadrement serré. De nombreuses lettres relatent des discussions au sujet de ce qui doit être lu ou évité. Dans l’ensemble, la position des directeurs de conscience est celle énoncée par Léopold Beaudenom :

Quant aux autres lectures de simple agrément, la première règle est d’écarter tous les livres dangereux, et la seconde d’en lire peu : autant qu’il est nécessaire pour se distraire. Je vous conseille de commencer même cette sorte de lecture par un signe de croix, et de la terminer de même. 

Certains auteurs sont visés en priorité. L’abbé Frémont écrit à la vicomtesse d’Adhémar :

 Jugez de cet océan de dépravations littéraires dont Balzac, à ses mauvais jours, Flaubert et l’impertinent et scandaleux Zola ont ouvert, sur nous, les formidables écluses. [30 novembre 1894.]

Lorsque la vicomtesse souhaite se rendre au théâtre, elle consulte toujours son directeur au préalable.

Les choix professionnels font aussi l’objet de discussions et le directeur de conscience peut jouer un rôle central dans la décision d’un avenir. Grâce à leur réseau, certains directeurs sont en mesure de trouver des places à leur correspondant. Alfred Baudrillart propose ainsi un poste dans une compagnie d’assurance à l’un des jeunes hommes dont il s’occupe ; ce dernier répond par la négative :

J’ai reçu hier soir votre petit mot. Votre pensée si affectueuse et si délicate me touche profondément. Je vais réfléchir, mais je ne crois pas pouvoir accepter votre proposition. La théorie juridique des assurances exige des connaissances très solides en droit (…) [juin 1913]

Le père Didon s’emploie aussi à aider Thérèse Vianzone qui vient de décrocher son brevet d’enseignement :

Je vais écrire à Pauline de Metz à votre sujet. Elle pourra vous être utile (…) [juin 1881]

Ce réseau permet aussi aux directeurs de conscience de participer à des négociations de mariage, voire de jouer les entremetteurs. Alfred Baudrillart propose à Antoine Manilève de l’inviter à des dîners au cours desquels il pourrait faire des rencontres en vue d’un mariage ; mais le jeune homme est réticent :

Vous m’avez proposé de me faire inviter à des soirées, j’accepte, et en disant cela, je vous assure que je lutte contre un certain fonds de scepticisme au sujet du résultat recherché. [septembre 1909]

Ils occupent une position privilégiée dans les négociations de mariage. En effet, ils ont une excellente connaissance du marché matrimonial : ils sont consultés lorsqu’on marie son fils ou sa fille. Ils sont au centre d’une économie du secret ; ils sont bien souvent les seuls à savoir exactement quels sont les projets exacts des familles.

Au vu de tout cela, ils ont donc bien eu une influence considérable dans la vie des élites catholiques de la seconde partie du XIXe siècle – pas seulement sur la foi et la spiritualité – mais bien aussi sur les décisions qui engageaient le quotidien et l’avenir.

 

 


[1] Dom Chautard, dans L’âme de tout apostolat.

[2] Je me permets de renvoyer ici à ma communication sur le sujet : https://www.academia.edu/2571274/Lecture_et_direction_spirituelle


Une réflexion sur « « Aimez les pommes frites si vous voulez » »

  1. Ces conseils très pratiques ou « matériels » me rappellent étrangement les conseils donnés ou le situations envisagés par Epictète dans les Entretiens! Et ce sont exactement des conseils de ce type, influençant la vie quotidienne du dirigé, que je recherche dans le cadre de ma thèse. Et en effet, la relation entre le maître et le disciple en philosophie antique peut être rapprochée de celle du directeur de conscience et du dirigé. Il ne s’agit pas seulement de guider spirituellement, mais concrètement, au quotidien… D’où la pertinence de la remarque concernant les pommes frites, que je n’omettrai pas de me rappeler à la prochaine dégustation!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *