La thèse, ce livre de l’intranquillité

Ce carnet de recherche a été fort silencieux ces derniers temps. Vous l’avez peut-être compris via Twitter, j’ai été malade puis très fatiguée, ce qui m’a obligée à prendre plusieurs semaines de congé. C’est une chose étrange que les arrêts forcés lorsqu’on est en plein milieu d’une recherche ; il faut plusieurs jours pour parvenir à couper les réflexions qui se poursuivent à bas bruit dans notre cerveau. Le retour au travail peut aussi être difficile : l’épuisement physique rend toute activité intellectuelle impossible. C’est bien la leçon des deux derniers mois : il n’est pas possible de continuer à chercher lorsque le corps exige du repos. Cela peut paraître évident mais je crois qu’on l’oublie trop souvent… pris dans nos occupations multiples, urgences, priorités – un projet en chasse l’autre… et puis on se réveille un matin épuisé (ou plutôt, on refuse de se réveiller…). De temps à autre, peut-être qu’il faut accepter de se mettre en « veilleuse » – et non en veille… scientifique.

Toujours est-il que je suis de retour – tranquillement. En guise de billet de retour, je vous propose quelques lectures qui, dernièrement, m’ont passionnée, étonnée, enthousiasmée. Pour le plaisir du partage et de la lecture sereine.

 

Siri Hustvedt, La femme qui tremble une histoire de mes nerfs: essai, Arles; Montréal, Actes Sud ; Leméac éd., 2010. Cet ouvrage m’a donné envie de relire les billets de Benoit Kermoal sur l’histoire des émotions (http://reflexivites.hypotheses.org/4889).

 

Michel Foucault, Dits et écrits: 1954-1988. I, I, Paris, Gallimard, 1994. A picorer, quand on a envie de penser. Mon chemin vers la sérendipité.

 

Michel de Certeau, L’invention du quotidien. T 1, Arts de faire, Paris, Gallimard, 1990. Les pages sur l’acte d’écrire ont bouleversé ma manière d’envisager l’épistolaire. Et la langue de Certeau est si belle.

« D’abord la page blanche : un espace « propre » circonscrit un lieu de production pour le sujet. C’est un lieu désensorcelé des ambiguïtés du monde » (p.197)

 

Howard Becker, Les ficelles du métier: comment conduire sa recherche en sciences sociales, Paris, Éditions La Découverte, 2002. Un livre qui peut redonner de l’élan aux intranquilles dont je suis.

 

Miro, Blue II

Miro, Blue II


3 réflexions sur « La thèse, ce livre de l’intranquillité »

  1. Courage! Ton été sera surement plus productif

    Foucault te fera du bien et Husvedt est incroyablement stimulante aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *