Organiser le désordre

Le début de l’écriture est la prise de conscience de l’existence d’un immense bordel désordre : le temps d’apprendre à s’organiser, les trois/quatre années de recherche ont permis d’accumuler des notes dans tous les sens, sous toutes les formes, dans une dizaine de cahiers, etc. L’écriture elle-même poursuit ce désordre : des idées émergent au fil du texte, on ne sait pas toujours où placer un passage, on n’a pas envie de rédiger un passage au moment où on devrait, on reconstruit sans cesse la pensée au présent. C’est un exercice qui ne ressemble pas du tout à la rédaction d’un plan détaillé de dissertation…

Pour tenter de me repérer dans tout cela, j’ai essayé de mettre en place une série de « trucs » qui me permettent de me rassurer et de ne pas perdre l’image de ma réflexion à un moment précis de l’écriture. Je n’écris jamais directement dans la feuille Word : chaque petit morceau de sous-partie fait l’objet d’un brainstorming préalable dans un petit cahier bleu que j’ai intitulé « cahier de rédaction ».

20150319_102747

Le stylo et le papier libèrent des associations plus libres, des flèches, des gribouillis, et m’aident à structurer ce que je veux dire. J’écris donc des sous-sous-sous plans dans ce cahier avant de passer à l’écriture dans la feuille de style. Ensuite, je mobilise beaucoup la fonction « révision » de Word : la marge accueille commentaires et suggestions en temps réel. Toutes ces annotations me sont ensuite très utiles quand je reprends mes pages ou que je prévois les recherches complémentaires à faire.  Ce sont les cailloux du Petit Poucet doctorant. Comme on me l’avait suggéré, je conserve dans un document à part tous les passages que je coupe, en indiquant pourquoi je les ai rédigés…et pourquoi je les ai coupés. Du strict point de vue « technique », je varie aussi le support logiciel. Word pour l’écriture de la thèse en elle-même, Bean pour tout le reste. Ce logiciel est beaucoup plus léger et agréable et offre l’avantage considérable de ne pas être Word qui est désormais irrémédiablement associé à la rédaction de thèse !

Capture d’écran 2015-03-19 à 10.26.43

En plus de ces « outils » d’écriture, je continue à tenir mon journal de recherche dans lequel je note les objectifs du jour – le programme de la semaine. J’essaie de me tenir à quelques mots quotidiens : dans des périodes pendant lesquelles j’ai l’impression de ne pas beaucoup avancer (écrire deux pages peut parfois être très long…), cela rend visible le travail. Le cahier bleu et le cahier rose communiquent : il n’est pas rare que je renvoie au cahier bleu quand j’évoque une difficulté particulière de l’écriture.

20150319_102733

Tout cela pour dire que je me rends compte que j’ai trouvé des « routines » rassurantes dans mon travail de rédaction de thèse même si cela doit ressembler, vu de l’extérieur, à un beau désordre. Je voulais le partager avec vous – pour recevoir pistes et conseils – et aussi pour poursuivre notre entreprise collective d’ouverture de l’atelier du doctorant.


5 réflexions au sujet de « Organiser le désordre »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *