Tous les articles par Caroline Muller

Professeur agrégée d’histoire

Doctorante à l’Université Lyon 2 / LARHRA (UMR5190)

PRAG, Université de Reims Champagne Ardenne (URCA)

Du lien entre recherche et enseignement (2)

Ce billet est le prolongement de celui-ci.

La proximité entre la recherche et l’enseignement se prolonge dans bien d’autres aspects du travail en salle de classe. Nos deux exercices traditionnels, le commentaire de documents et la dissertation, sont des moments de réactualisation des gestes historiens – même si on n’en a pas toujours conscience après six heures de méthodologie.

Le plus évident est la réitération, semaine après semaine, de la technique de la critique externe du document proposé aux étudiant·es. Nous avons nos habitudes dans les corpus que nous mobilisons ; certain·es sont spécialistes des images, d’autres des archives administratives, d’autres encore savent décoder des livres de comptes. L’exercice du commentaire est pour moi un temps permanent d’approfondissement de mes propres connaissances. En préparant les cours, je m’inspire des analyses menées par les collègues, de la méthode adoptée par d’autres face à ce type de document que je n’ai jamais eu l’occasion d’exploiter dans ma thèse. Par exemple, j’ai récemment donné à étudier le texte d’une chanson portant sur l’expérience des voyageurs en gare. Pour le cadrage, je me suis inspirée des propos de Darnton qui a demandé à une cantatrice de restituer la mélodie des chansons satiriques qu’il utilise dans son travail. C’était l’occasion de faire le point sur les problématiques liées aux traces sonores et de les faire réfléchir sur la trajectoire de l’objet « paroles de chanson ». Enseigner le commentaire, c’est chercher à placer les étudiant·es dans la situation dans laquelle nous sommes tous face à nos documents. C’est transmettre un geste tout autant qu’un contenu. Dans une moindre mesure, c’est vrai aussi de la dissertation : on y apprend qu’on ne peut rien affirmer sans l’exemple, ce miroir un peu artificiel de la note de bas de page de l’écriture académique.

On renoue également le fil entre recherche et enseignement dès lors qu’on insiste sur des savoirs en construction. C’est d’ailleurs l’une des difficultés quand on travaille avec des étudiants de premier cycle : montrer qu’il existe plusieurs manières d’interpréter un même événement sans leur laisser penser que tout est relatif et qu’aucun savoir ne serait « fiable ». L’expression même de « critique » est souvent mal comprise : les étudiant·es distinguent difficilement le geste critique (s’interroger sur les conditions de production d’un savoir, sur la trajectoire d’une information, sur la solidité des maillons d’une démonstration) et la critique personnelle (considérer qu’un auteur ment, ou qu’un·e historien·ne « se trompe »). Lorsque nous construisons notre cours sur ce fil étroit, nous ne cessons de reformuler pour nous-mêmes les questions qui traversent notre pratique de l’histoire.

Du lien entre enseignement et recherche

Je suis accaparée ce semestre par une charge d’enseignement conséquente qui ne me permet pas de mener des activités de recherche approfondies. Cette prise de distance – ne pas lire, écrire pendant plusieurs mois tout en enseignant de façon intensive – m’a beaucoup donné à penser sur la façon dont on reste chercheur·e même lorsqu’on est d’abord professeur·e.

Continuer la lecture de Du lien entre enseignement et recherche

Les adieux à l’oiseau bleu

Longtemps, j’ai utilisé Twitter avec un grand enthousiasme. J’ai ouvert mon premier compte en 2007 ; j’y partageais mes joies de supportrice de football, mes histoires de cuisine et mes intérêts d’étudiante. Quand j’ai commencé ma thèse en 2012, mon compte était dans le vague, entre le personnel et le public : il faut dire que nous n’étions pas encore si nombreux·ses. Continuer la lecture de Les adieux à l’oiseau bleu