Le jour où je suis devenue docteure

Deux semaines se sont maintenant écoulées depuis le jour de ma soutenance, le vendredi 29 septembre. Je commence à y penser moins, les contours des souvenirs deviennent plus flous. Je suppose que c’est un signe qu’il est temps d’y revenir et de partager quelques impressions de cette belle journée.

Les jours précédents n’avaient pas particulièrement été reposants : après les cours, j’ai sauté dans le train le mercredi après-midi pour rejoindre Lyon, où j’animais une séance de séminaire le lendemain. J’avais fait le pari que cela m’éviterait de me paralyser en pensant à ce qui m’attendait le vendredi. C’était une bonne idée : cela m’a permis d’échanger avec plusieurs collègues qui m’ont beaucoup rassurée, et les débats m’ont occupé l’esprit. La soirée a ensuite été détendue : on ne dira jamais assez l’importance des amis dans ces moments là !

Le réveil du vendredi a été moins serein : l’air de Lyon a la fâcheuse habitude de provoquer des allergies, et ce jusqu’en septembre. Un comprimé d’anti-histaminique plus tard, j’ai relu mon exposé, modifié quelques mots, survolé un chapitre de livre. Je me suis préparée une feuille d’auto-recommandations à conserver sous les yeux.

mes notes

Mais c’était déjà l’heure d’aller préparer la salle et accueillir mes parents qui apportaient les victuailles du pot. Le stress est monté brusquement pendant le déjeuner : j’ai laissé mes proches et je me suis isolée une demi-heure sur les quais du Rhône Je n’arrivais plus à articuler un mot. À partir de ce moment, la concentration a pris le dessus. J’ai des souvenirs vagues, je vois des visages, je salue, et, très vite, il faut s’asseoir et commencer l’exposé.

J’ai eu la sensation d’entrer véritablement dans la soutenance après la seconde intervention. J’ai commencé à comprendre que je n’avais rien à craindre, c’est-à-dire que l’écoute était bienveillante, intéressée ; en d’autres termes que mon manuscrit avait déjà fait mes preuves. Dans ces conditions, j’ai pu dépasser l’angoisse du cérémonial pour plonger dans les discussions, qui ont abordé tous les points qui me tenaient à coeur ; les questions de méthode, la place du blog, la réflexion sur l’écriture, le lien entre l’histoire du genre et l’histoire du catholicisme, l’interdisciplinarité. Le temps a fui. J’ai pris conscience qu’on approchait de la fin de la soutenance quand Denis Pelletier, président, a pris la parole pour le dernier exposé. C’est aussi à ce moment que j’ai à nouveau perçu la présence du public – dont j’ai totalement occulté les mouvements – et les rires parfois ! – pendant près de 3h40. Tandis que j’émergeais doucement, le jury s’est retiré pour délibérer.

Quelques minutes plus tard, j’étais docteure et très heureuse.

merci Christophe pour les photos !

Mes parents avaient pris en charge l’organisation du pot : j’ai pu tranquillement (!) bavarder avec les amis, collègues, proches venus assister à la soutenance. Je dois avouer que le pot fut une expérience étrange : on voit se mêler toutes sortes de cercles de sa vie qui restent d’habitude nettement cloisonnés. On va de l’un à l’autre, échangeant quelques mots, rassemblant ses idées, essayant de ne pas avoir l’air trop distraite quand un membre du jury revient sur une question posée deux heures plus tôt. On tente de ne pas se laisser dominer par la fatigue, l’émotion … et les bulles.

Le pot bien mérité

 

Pour ceux et celles qui voudraient lire quelques passages des débats, plusieurs twittos ont tenté un live-tweet sous le mot-dièse #consciences. Il faudrait que je m’attelle à créer un storify « souvenirs de soutenance ». Je tiens à remercier tous ceux et celles qui m’ont envoyé des mots d’encouragements et de félicitations – vous avez tous contribué à transformer cette journée en un beau moment. Pour les absent·es, en attendant la mise en ligne de la thèse, je joins à ce billet mon exposé de soutenance.

Je souhaite bon courage à ceux et celles qui se préparent au grand saut en cette saison. Je peux désormais relayer en toute connaissance de cause le meilleur conseil qu’on m’ait donné : profitez-en.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *