Du lien entre enseignement et recherche

Je suis accaparée ce semestre par une charge d’enseignement conséquente qui ne me permet pas de mener des activités de recherche approfondies. Cette prise de distance – ne pas lire, écrire pendant plusieurs mois tout en enseignant de façon intensive – m’a beaucoup donné à penser sur la façon dont on reste chercheur·e même lorsqu’on est d’abord professeur·e.

Je donne un cours d’histoire du XIXe siècle au fil duquel nous abordons des thèmes variés : histoire matérielle, histoire du travail, mais aussi histoire des sexualités et des émotions. J’ai toute liberté pour le construire. Après trois années et avant le renouvellement des enseignements, j’ai désormais du recul sur l’élaboration de ce cours et la démarche qui la sous-tendait.

Il est évident que mes préoccupations scientifiques irriguent en permanence le choix de mes thèmes, des documents proposés à l’étude dans le livret. J’ai même inclus des extraits de transcriptions de mes sources de thèse : une négociation de mariage dans les élites. Les objets historiques que nous travaillons sont le résultat d’un tri, puisqu’on ne peut pas traiter toute l’histoire du XIXe siècle en un semestre. Ce tri porte les marques de mon intérêt pour l’histoire sociale et l’histoire du genre.

Plus profondément, ma façon d’aborder les objets est modelée par les approches que je développe au fil de mes recherches. Dans mon cours, l’histoire du genre n’est pas une « unité » séparée, ou des sous-parties « femmes » ; la notion de genre est totalement intégrée à des réflexions plus générales sur le travail, l’équipe économique formée par le couple, ou encore le public des pratiques religieuses. J’essaie de maintenir, pour chaque sujet, un regard liant classe et genre. Cela permet de donner des réflexes aux étudiants et de ne pas « réserver » l’approche de genre à des sujets qui traiteraient explicitement de masculinité ou féminité ; plutôt de faire comprendre que l’explication de tous les aspects de la vie sociale et économique est enrichie par une approche sensible au genre. J’essaie de transmettre une histoire qui ne masque pas les rapports de genre – et les femmes – sous prétexte d’universel. De même, j’insiste longuement sur l’histoire des classes populaires, l’histoire ouvrière, l’histoire des mondes ruraux. Je sais que c’est un choix critiquable pour des L1 qui ont besoin de repères en histoire politique ; mais je préfère qu’étudiants et étudiantes commencent l’histoire « par le bas », une histoire qui n’oublie pas l’expérience majoritaire.

Enfin, mes cours sont des lieux de transmission des acquis de ma recherche. Il est possible, même pour les L1 (première année), de « vulgariser » la recherche menée par ailleurs. Ce matin, nous avons abordé l’anticléricalisme : j’ai pu développer mes hypothèses au sujet du lien entre genre, anticléricalisme, famille et politique. Un peu plus tôt dans le semestre, le cours sur le couple et le mariage a été l’occasion de déployer les connaissances fraîchement construites dans mon manuscrit de thèse. Ainsi ne suis-je jamais très loin de mes sources lorsque j’enseigne.

Vue de l’amphithéâtre du jardin des plantes – Gallica


Caroline Muller

Professeur agrégée d'histoire Docteure en histoire contemporaine, Université Lyon 2 / LARHRA (UMR5190) PRAG, Université de Reims Champagne Ardenne (URCA)

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 04/12/2017

    […] Ce billet est le prolongement de celui-ci. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.