Mémoire de l’enfermement – la prison de la Stasi à Potsdam

Ce billet est un hommage à Susi, Jesper et à son père.

 

Je rentre de quelques jours de vacances à Potsdam où habitent deux amis rencontrés en voyage. Susi et Jesper ont un lien très intime à leur ville et leurs récits sont précieux pour comprendre l’histoire de cette génération qui naît quelques années avant la chute du mur (1989), mais qui a suffisamment de souvenirs de l’époque de la R.D.A (République Démocratique Allemande, Allemagne « de l’est ») pour transformer les lieux de mémoire en préoccupations au présent.

L’histoire au coin de la rue

Le premier mardi gris de janvier, nous nous sommes rendus au Lin denstrasse Memorial, l’ancienne prison de la Stasi1 à Potsdam, qui est située littéralement au coin de leur rue. Le bâtiment a d’abord servi de prison et de cour de justice sous le nazisme (1933-1945) : on y examinait la généalogie et l’hérédité des personnes emprisonnées. Il a ensuite été récupéré par les Soviétiques qui y ont installé un tribunal militaire (1945-1952). Enfin, la prison est devenue un haut lieu de la répression menée par la Stasi à l’encontre de victimes très diverses :

 

Graphique indiquant la répartition des chefs d’inculpation des personnes emprisonnées

 

La répression touchait tous ceux et celles que l’on soupçonnait de critiquer le régime (en acte ou en puissance), d’entretenir des relations avec des opposants, de chercher à quitter le pays.  Le délit « d’espionnage » est une catégorie commode masquant l’enfermement arbitraire dont la prison reste aujourd’hui l’incarnation.

Couverture du guide fourni par le musée

Dans les pas des prisonnier·es

Le bâtiment a la particularité d’être tout à la fois un musée et un mémorial : la prison a été laissée en l’état et les cartons de présentation ont seulement une dizaine d’années. Cela produit une sensation saisissante : nous étions quatre au milieu du bâtiment, entièrement vide, dans les pas des personnes emprisonnées. La visite commence par la promenade extérieure, petites cellules grillagées, dans lesquelles les prisonnier·es avaient la possibilité de voir le ciel une quinzaine de minutes par jour. On entre ensuite dans la prison elle-même, composée de trois étages d’anciennes cellules.

Alignement de cellules au deuxième étage

Les gens étaient emprisonnés dans ces cellules de cette forme :

Le dispositif carcéral n’a cessé de s’affiner au fil des trente années d’existence de la prison. L’objectif de l’emprisonnement est d’atteindre la personne enfermée dans son intégrité physique et psychique, pour la pousser aux aveux – même lorsqu’elle n’a rien commis de répréhensible. L’organisation de la prison répond à cet objectif en privant les prisonnier·es de différents repères. Le rapport au temps est brisé par l’impossibilité d’avoir accès à la lumière ou à l’horloge, par le maintien de lampes allumées toute la nuit dans les cellules. Les liens sociaux sont totalement rompus, l’isolement total ; un système d’avertissement lumineux permet d’empêcher les prisonnier·es de se croiser :

lampe avertissant du déplacement d’un gardien avec un·e prisonnier·e

La lampe s’allume quand un gardien se déplace dans le couloir avec un·e prisonnier·e pour empêcher tout contact. Les cellules sont capitonnées ainsi que les salles d’interrogatoire. Les individus sont rapidement désorientés, d’autant plus que l’emplacement de la prison est secret : beaucoup ne savent même pas où se trouve leur lieu de détention. Cette volonté d’isoler les prisonniers est lisible jusque dans l’organisation des portes des cellules :

Indications sur la personne occupant la cellule

 

Les losanges permettent aux gardiens d’identifier le statut des occupant·es des cellules d’un coup d’oeil, sans que celui ou celle qui rejoint sa cellule ne puisse en prendre connaissance.

À la volonté d’isoler s’ajoute une surveillance si étroite qu’elle dépossède l’individu de toute intimité ; les cellules étaient inspectées toutes les dix minutes la journée, toutes les quinze minutes la nuit par les gardiens, au moyen d’oculus et trappes :

Les gens qui sont passés dans cette prison soulignent qu’après quelques heures, ils perdaient conscience du temps qui s’écoulait ; ainsi certaines personnes disent avoir eu l’impression de passer des mois dans la prison alors qu’il s’agissait de quelques jours.

Cette mise en condition visait à rendre les interrogatoires plus efficaces. En effet, l’objectif de la Stasi était d’obtenir des informations sur toute la population tout en maintenant une terreur annihilant toute velléité de résistance. Les témoignages insistent sur le caractère psychologique des interrogatoires, qui laissaient peu de traces sur les corps, afin que la personne ne puisse prouver la torture une fois sortie de la prison.

Une salle d’interrogatoire – avec fac similés de dossiers de prisonnier·es

Les techniques d’interrogatoire visaient à terroriser la personne, en ne lui révélant pas l’objet de l’accusation :2 :

Au total, plusieurs milliers de personnes sont passées ici. Jesper commente alors en rapportant un propos de son père, lui même engagé dans un mouvement d’opposition : « tout le monde connaissait quelqu’un qui avait été emprisonné ici ».

graphique présentant le nombre d’incarcérations par année

La destinée d’une prison

À partir de 1985, les groupes d’opposition foisonnent et sont de plus en plus organisés. Un mouvement de masse se lève et exige la transformation de la R.D.A en démocratie. À Potsdam, des militants comme Martin Guzeit, Reinhard Meinel ou Jan Hermann unissent leurs forces. Les manifestant·es s’installent au centre ville et exigent des changements malgré la répression féroce qui s’abat. Le 5 décembre 1989, les activistes demandent l’ouverture de la prison de la Stasi et partent à la recherche des dossiers qu’elle renferme. C’est le début de la transformation du bâtiment en « maison de la démocratie », c’est-à-dire en lieu de débats et d’information citoyenne, dans lequel déménagent dès 1990 les groupes d’opposition qui avaient organisé les manifestions.

Aujourd’hui, la prison est devenue musée et mémorial. Le processus de muséification a cependant été très long et marqué par des hésitations. Dès le 20 janvier 1990, les gens faisaient la queue pour entrer dans la prison et espéraient y découvrir un pan de leur histoire maintenu dans l’ombre jusqu’alors. C’est la première fois que les personnes emprisonnées pouvaient parler et donner une signification à ce qu’elles avaient vécu. Le bâtiment ne devient véritablement mémorial qu’à partir de 1995 mais ses horaires d’ouverture sont restreints. C’est finalement à partir des années 2000 qu’historien·nes et autorités de la ville prennent conscience de la nécessaire valorisation du lieu.

Les cartons de présentation et les témoignages intégrés aux cellules datent de ces années là. Ils aident à percevoir le passé des murs. Prisonniers et prisonnières sont présent·es via leurs empreintes digitales :

À l’intérieur des cellules, les victimes évoquent leur emprisonnement grâce à des témoignages vidéos très riches :

Cette visite m’a beaucoup donné à réfléchir sur la démarche qui nous a poussés à nous rendre dans cette prison. Comme vous vous en doutez, ce type de visite ne rend pas léger ; au delà des émotions ressenties, cela pose toutes sortes de questions. Par exemple, je me suis demandée s’il était pertinent que je photographie ; peut-on adopter le geste « touristique » dans une ancienne prison comme dans un musée ? Que faire des fantômes, de la démultiplication des histoires de vie qui s’affichent sous nos yeux, qui racontent la peur, la dépossession, la survie ? Que faire du sentiment d’angoisse qui nous envahit en nous promenant dans ces lieux de claustration ? L’expérience même de la visite vise à réactiver, dans une infiniment moindre mesure, l’expérience de l’enfermement – les odeurs, les lumières, les murs aveugles. C’est un moyen de marquer à tout jamais la mémoire de celui ou celle qui visite la prison au présent.

 

  1. Ministerium für Staatssicherheit, la police politique de l’ancien état communiste []
  2. Comment ne pas voir la similitude avec Kafka… []

Caroline Muller

Professeur agrégée d'histoire Docteure en histoire contemporaine, Université Lyon 2 / LARHRA (UMR5190) PRAG, Université de Reims Champagne Ardenne (URCA)

Vous aimerez aussi...

9 réponses

  1. Hanrion dit :

    Bravo pour ce témoignage. Je ne vois pas en quoi on doit mettre des gants par rapport à cet aspect sombre de l’ Histoire de la RDA. Il existe certainement bien d’autres prisons de par le monde qui doivent témoigner d’une analogue répression. Il suffit d’évoquer d’autres régimes dont la philosophie est proche de celle de la RDA d’avant 1989: Cuba sous Castro, Corée du Nord actuelle, etc. Ce qui est étonnant dans le cas de la RDA, c’est que le régime s’est décomposé sans avoir le temps de masquer les traces de ses crimes. Mis à part la destruction in extremis de ses archives ce qui fait que l’on mettra certainement beaucoup de temps avant de pouvoir les exploiter. En tout cas, je ne comprends assurément pas les accusations formulées par O. Ritz.
    Il est en même temps crucial de parler de tout cela d’autant plus que les jeunes générations qui n’ont pas vécu la réalité du Mur de Berlin pourraient facilement se laisser influencer par certains politiques dont les promesses utopiques si elles étaient appliquées, pourraient aboutir à des conséquences comparables à ce qu’ont vécu les Allemands de l’Est pendant près de trois décennies (1961-1989).

  2. Olivier Ritz dit :

    Depuis sa publication, je suis gêné par cet article. Je risque un commentaire même si ce n’est pas simple, d’autant que je ne suis pas historien. Cependant, est-on vraiment ici dans une démarche historique?

    Tout le suggère: ce texte est écrit par une historienne et il évoque un lieu historique, transformé en musée. Le guide du musée (dont la couverture est utilisée pour illustrer l’article) est co-écrit par un historien allemand, spécialiste de la fin de la RDA. Le musée donne des données objectives sous forme de graphiques (on en voit sur les photographies) et il s’appuie sur les archives qui font d’ailleurs l’importance de ce lieu.

    L’aspect personnel et affectif du texte (la visite avec un ami dont le père a connu des personnes emprisonnées) ne me dérange pas a priori: les carnets de recherche permettent précisément de sortir des formes d’écrit académiques. J’ai plus de mal avec la dédicace qui fait du texte un hommage à cet ami et à son père. Il me semble y avoir ici une confusion entre l’histoire et la mémoire qui caractérise d’ailleurs le lieu évoqué.

    Cette prison est un mémorial (Gedenkstätte en allemand) et pas un lieu d’histoire. On voudrait savoir quelles institutions publiques ou privées ont décidé de sa création, comment il est financé, qui s’en occupe et quelle part les historiens ont pu prendre à son aménagement en lieu de visite.

    L’historien qui est co-auteur du guide, Hans-Hermann Hertle, est un spécialiste de la chute du Mur et de la fin de la RDA. Mais c’est – évidemment – un allemand de l’ouest. Il participe à l’écriture d’une histoire des vainqueurs de la guerre froide, dont l’une des thèses principales consiste à dire que tout ce qu’il y a de démocratique en Allemagne s’est fait à l’Ouest. Le titre du guide est exemplaire: de la maison de la Terreur à la maison de la démocratie.

    La réunification s’est trop faite dans la négation de tout ce qui a été fait en Allemagne de l’Est. Pour justifier l’annexion économique à la RFA et la suppression de nombreuses conquêtes sociales, on a fait et on fait encore des récits très univoques de ce qu’a été la RDA. L’utilisation du mot terreur est significative. Dès lors qu’il y a eu Terreur (en Allemagne de l’Est ou pendant la Révolution française, pour parler de ce que je connais bien), il n’y a plus rien à dire et à réfléchir: il ne reste qu’à se souvenir des victimes et à trembler pour que ça ne recommence pas.

    • Caroline Muller dit :

      gêné ?
      « L’hommage » était simplement un moyen de dire merci à des personnes qui ont consacré du temps à me faire visiter et à m’expliquer.
      Sur l’aspect affectif, c’est un des traits caractéristiques de ce carnet.
      Sur la confusion histoire/mémoire, je ne vois pas très bien le problème : je parle ici d’une expérience de visiteuse à qui l’on fait partager une mémoire ; je ne prétends pas être spécialiste de l’histoire de l’Allemagne et je cite mes sources (ce guide).
      Ce n’est pas un exposé scientifique sur l’histoire de ce musée ; c’est un récit de visite enrichi d’informations de contexte. Par ailleurs, je ne vois pas très bien pourquoi un « lieu d’histoire » ne pourrait pas être aussi un « lieu de mémoire » : des expositions historiques, organisées par des historiens, se tiennent au rez de chaussée. J’ai l’impression que vous m’accusez de ne pas être très claire sur la position depuis laquelle je parle ; or il me semble que je l’explicite dès le premier paragraphe : une visite avec des amis à Potsdam, qui a suscité des émotions. Pas une leçon professorale.
      Maintenant s’il y a des éléments du texte qui sont faux, je vous remercie de m’aider à le corriger !

      quant à distinguer « la démarche historique » du reste, cela me gêne ; pour moi il y a un sorte de sous entendu selon lequel mon carnet aura une ligne éditoriale particulière, dans lequelle je ne parlerais « qu’en historienne ». Ce n’est pas le cas ; je parle en lectrice, en citoyenne, en professeure, en militante aussi (les textes sur les enjeux politiques de l’histoire).
      c’est pour cela que j’essaie de prendre toujours la peine d’expliciter le contexte de mes billets.

      Enfin je vous remercie de suggérer que je n’ai « plus rien à dire ou à réfléchir » 🙂
      Effectivement l’enjeu pour moi était de rendre compte d’une visite, en produisant des images et en évoquant l’expérience de la visite. Je trouve cela un peu excessif d’assimiler la sidération ressentie à un refus de penser.

      • Olivier Ritz dit :

        J’ai surtout des doutes sur ce Mémorial. Lieu de mémoire et d’histoire ou lieu de propagande pour justifier une réunification à sens unique (capitaliste) ? Ne pouvant juger que d’après ce que vous en écrivez et d’après quelques informations en ligne, sans prendre le temps d’une recherche plus longue, je ne sais pas. J’ai l’expérience d’un séjour à Bonn et d’une visite de la Maison de l’Histoire: c’était vraiment une histoire à sens unique. L’Est avait tout faux. L’Ouest avait tout bon. J’ai l’impression de retrouver cela ici. Et puis, encore une fois, je connais trop l’instrumentalisation de la Terreur dans le cas de la Révolution (par l’utilisation du mot, avec ou sans majuscule et par la mise en récit ou la mise en scène des souffrances des victimes), pour ne pas être suspicieux ici. Je ne vous accuse surtout pas! Je suis un fidèle lecteur et j’apprécie votre démarche. Je suis embêté que vous donniez votre légitimité d’historienne et de carnetière à ce Mémorial qui me pose problème. D’autant plus embêté que ce billet est à la une. Mais les lectrices et lecteurs qui viendront en nombre ici participeront peut-être à ce débat pour nous aider à y voir plus clair.

        • Caroline Muller dit :

          j’ai convoqué des spécialistes pour nous éclairer, espérons qu’ils mettent leur grain de sel à la discussion 🙂

        • Caroline Muller dit :

          cela dit, je ne pense pas avoir mis mon esprit critique en veilleuse (regardez les guillemets à « maison de la démocratie ») – j’ai surtout été attentive aux aspects matériels du musée, dans la mesure où je ne comprends pas l’allemand. A l’exception de ce guide, il y a très peu d’informations qui feraient un récit de la réunification ; je n’ai eu à aucun moment le sentiment qu’on essayait d’encourager une lecture manichéenne des événements. Il est cependant certain que, dans la mesure ou c’est un mémorial d’une prison de la Stasi, c’est une plongée dans ce que l’Allemagne de l’Est avait sans doute de plus sombre…

  3. Marion Wesely dit :

    Chère carnetière, cher carnetier,
    Nous avons particulièrement apprécié votre billet. Pour que la communauté puisse plus aisément le découvrir, nous avons décidé de le mettre en Une d’Hypothèses.
    Bien cordialement,
    L’équipe d’Hypotheses.org

  4. Muller dit :

    Merci pour ce témoignage.
    C est important qu il y aie des historiens qui nous racontent peut être ca empêchera que de tels horreurs recommencent.

  1. 31/01/2018

    […] – la prison de la Stasi à Potsdam Caroline Muller, Acquis de conscience, 5 janvier 2018 > https://consciences.hypotheses.org/1100 The Forty Part Motet, une composition musicale de la Renaissance au musée Patrick […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.