Un usage possible de « Bullet Journal » pour la recherche et l’enseignement

Je vous propose dans ce billet de vous présenter un outil qui m’a bien aidée cette année : le BuJo ou « bullet journal », très à la mode sur des réseaux sociaux comme Instagram. Loin d’être une oeuvre d’art, le mien est plutôt un carnet où je centralise les activités liées à mes différentes vies : personnelle, administrative, enseignante, scientifique. J’ai toujours été une adepte des carnets et des listes que j’empile consciencieusement depuis quinze ans. Je n’avais jamais songé à rationaliser leur usage avant de découvrir le principe du bullet journal.

Vous trouverez ici et ici des vidéos qui en décrivent le fonctionnement général. Je pense que ce mode d’organisation est très utile pour ceux et celles qui ont à remplir des tâches qui se développent sur des temporalités différentes. Par exemple, lorsqu’on écrit dans son carnet « écrire l’article pour la Revue des licornes de France », on sait bien que le nombre d’heures nécessaire n’est pas équivalent à l’entrée « acheter des stylos ».

Depuis un an, j’ai essayé d’organiser ces énormes listes de tâches en tout genre, qui mélangeaient mes lectures personnelles et professionnelles, mes planning, mes courses, mes mails et les cours à reprendre. J’ai adopté deux grands principes :

  • Gérer les tâches en trois temps : sur le semestre, sur le mois, sur la semaine
  • M’obliger à séparer les contenus tout en les ayant tous réunis sur un même support – pour lutter contre la dispersion « carnet personnel », « carnet pédagogique », « carnet de recherche », « autre » (j’ai des tas de carnets entamés et jamais terminés comme ceux décrits par Olivier Cadiot dans Histoire de la littérature récente).

Voici donc quelques éléments sur le fonctionnement de mon système ; peut-être que cela pourra servir à d’autres. Dans la mesure où ma vie personnelle apparaît largement dans le carnet, je floute certaines portions des photographies 😉 J’ai malgré tout hésité un peu à écrire ce billet car j’ai réalisé au fil de la rédaction que nos petits carnets révèlent beaucoup de notre manière d’aménager notre temps et nos vies. Allons-y tout de même !

J’ai commencé par construire un planning des échéances principales du semestre, pour obtenir une vue d’ensemble et identifier les moments « critiques » d’alourdissement du travail :

J’ai ensuite créé différents types de listes mensuelles – j’ai tâtonné – avant de trouver une routine adaptée à mes besoins. J’aboutis à ceci :

Cette double-page donne les repères principaux du mois : j’y reporte les échéances, les jours de cours, les rendez-vous déjà prévus, les tâches à effectuer. À gauche, le calendrier indique les déplacements et les jours « bloqués » qui ne permettent pas de libérer des plages de travail. Cela m’aide à repérer les moments où je risque d’avoir peu de temps et à anticiper. À droite, c’est la liste des objectifs du mois, distribués par types. Ce mois-ci, j’ai vu apparaître « recrutements ». D’habitude, je sépare en « écriture et recherche », « pédagogique », « personnel » et « administratif », selon le volume de la liste. Je laisse de la place en dessous pour ajouter les éléments urgents qui pourraient s’ajouter au fil du mois. J’ajoute des cases à côté des tâches : quand j’ai terminé, je colorie ; quand je repousse, je coche. Je reviens à ce calendrier général chaque fois qu’une page « semaine » s’achève.

Page « semaine »

La page « semaine » suit le même principe avec un découpage plus serré en jours sur lesquels sont réparties les tâches. Je laisse un encadré de tâches « flottantes » à placer quand les activités urgentes sont terminées. Cette page « semaine » permet de découper les tâches « mensuelles » en petites sessions de travail. Quand j’ai un article à écrire, je le détaille en « session de repérage bibliographique », « observation des sources », « plan et brouillon » et ensuite plusieurs plages d’écriture. Quand la semaine est terminée, je reviens à la page mensuelle et je colorie mes petites cases avec une satisfaction enfantine. À la fin du mois, je reporte au mois suivant les tâches que je n’ai pas pu colorier. Ces trois types de pages – semestre/mois/semaine – constitue la charpente du carnet.

J’y ajoute des pages « spéciales » : des listes spécifiques (bonjour les obsessionnel/les des listes), des prises de notes (quand j’en ai assez de me promener avec trois carnets différents), des relevés « d’habitude ». Pour me repérer dans tout ceci, le carnet dispose d’un index :

Chaque mois est identifié par un post-it de couleur.

Je tiens une page spéciale pour identifier les tâches récurrentes du mois et essayer de les placer sur le calendrier dès le début du mois :

Ces pages spéciales ne sont pas toujours liées au travail : je garde trace des livres, podcasts, billets qui me plaisent.

Quand j’essaie de modifier une habitude, j’observe ce qui se produit sur le mois – les directeurs de conscience de mon corpus de thèse ont fini par me prendre au piège de l’observation de soi ! Ce mois-ci, « écran coupé » concerne la tentative de réduire la lumière bleue le soir ; « mails » vise à ménager des plages précises réservées aux mails ; « lecture » à aménager du temps pour lire.

Les pages spéciales intègrent aussi le travail :

Après un an d’utilisation, je peux dire que le système du Bullet Journal a beaucoup apaisé mes angoisses d’oublier un événement ou une tâche importante, ou encore la peur de devoir travailler dans l’urgence. Le gain essentiel est lié à ce rythme semestre/mois/semaine qui m’oblige à faire un point régulier sur l’état d’avancement des projets. Je délègue au carnet un part significative de mon souci. C’est tout à la fois un agenda, un carnet et un journal quotidien de mes occupations – une forme de pratique de soi, en somme.

Plusieurs critiques ont été formulées à l’égard de ces outils d’organisation, accusés de transformer la vie quotidienne en temps « rentable » rythmé « d’objectifs ». il est clair que le bullet journal est certainement plus adapté à ceux et celles qui souffrent déjà d’une forme de stress lié au contrôle de leurs activités. Il est essentiel d’adapter les principes généraux à son fonctionnement intime – l’outil risque sinon de devenir générateur d’inquiétude plutôt que d’apaisement.

De mon côté, c’est la meilleure méthode que je connaisse, jusqu’à présent, pour anticiper les périodes chargées et pour dégager du temps calme tout en prenant conscience de ce qui est déjà fait grâce à l’épaisseur du carnet. Contrairement aux post-it et listes ponctuelles, le journal conserve la mémoire de l’activité passée et aide ainsi ceux et celles qui sont atteints de culpabilité chronique à objectiver leur travail.

 


Caroline Muller

Professeur agrégée d'histoire Docteure en histoire contemporaine, Université Lyon 2 / LARHRA (UMR5190) PRAG, Université de Reims Champagne Ardenne (URCA)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *