Claude Langlois, Lettres à ma Mère bien-aimée

Je viens de terminer la lecture de l’ouvrage de Claude Langlois, Lettres à ma Mère bien-aimée, qui m’avait été conseillé par mon directeur. Claude Langlois y livre un commentaire détaillé d’un des manuscrits de Thérèse de Lisieux, assorti d’une enquête brillante sur la construction du manuscrit par la carmélite-écrivaine. A partir de cette enquête, il montre « qu’il faut, si l’on veut comprendre Thérèse, cesser une bonne fois pour toute de la prendre pour une bonne carmélite écrivant sans apprêt au fil de la plume » [1]. Il conteste la vision que ses compagnes ont voulu donner d’elle pendant son Procès de canonisation : « Nous sommes en face d’un écrivain en pleine possession de ses moyens, d’une femme subtile, maligne, rusant sans cesses avec les limites qui lui sont assignées »[2]. On découvre ainsi toute la complexité de son esprit et de son écriture. Au-delà de la découverte du personnage, le lecteur plonge dans l’univers du Carmel de Lisieux et plus généralement dans l’univers conventuel. Le couvent est un lieu de vie, c’est à dire un lieu d’affrontements pour le pouvoir, de compétitions, de jalousies, d’antipathies et de sympathies ; les aspirations spirituelles n’effacent pas les sentiments humains. Au fil de la lecture, j’ai mis à bas mes préjugés sur la vie conventuelle, que j’imaginais lisse et silencieuse. Mais l’essentiel est ailleurs ; si le contenu m’a passionnée, la manière d’interroger le texte adoptée par Claude Langlois a illuminé ma relation aux textes spirituels que je fréquente [3].Voilà ce qu’il faut faire ! Faire l’exégèse de ces écrits parfois si arides, si mystérieux. Il éclaire de façon systématique toutes les allusions, tous les éléments insolites ou incompréhensibles du texte de Thérèse, mobilisant tour à tour la psychologie, la philologie pour proposer des hypothèses d’interprétation. Une attention extrême est portée à la forme : points de suspension, passages à la ligne, pronoms, verbes, modes, rien n’est laissé au hasard et tout devient porteur de sens. Je pense qu’il s’agit d’un livre fondateur pour ma recherche, car il me semble que j’ai trouvé comment faire parler certaines de mes sources, qui me posaient un véritable problème. Un discours de la méthode, en somme.

« J’y indique le levier que j’ai pris pour faire bouger ce texte, ou plutôt la lampe d’Aladin dont je me suis servi, le sésame si l’on préfère pour ouvrir ce qui était, de par la volonté de Thérèse, clos, plutôt enclos »[4]

Claude Langlois, Lettres à ma mère bien-aimée, juin 1897 : lecture du manuscrit C de Thérèse de Lisieux, Paris, Cerf, 2007.

Pour un compte-rendu approfondi:

Bruno Dumons, « Claude Langlois, Lettres à ma Mère bien-aimée Juin 1897. Lecture du Manuscrit C de Thérèse de Lisieux »CLIO. Histoire, femmes et sociétés [En ligne], 31 | 2010, mis en ligne le 17 juin 2010.

[1] P.100.

[2] P.100.

[3] Journaux « spirituels » et lettres de direction : on y exprime ses doutes, ses tourments religieux dans un vocabulaire parfois difficile à comprendre ; la difficulté principale est toujours la même : comment éclairer les propos d’une personne qui cherche justement à dire l’indicible : son rapport à Dieu ?

[4] P.22.


Une réflexion sur « Claude Langlois, Lettres à ma Mère bien-aimée »

  1. Et les images du beau film d’Alain Cavalier qui surgissent, bien sûr, à chaque fois qu’il est question de « Thérèse » si subtilement incarnée par Catherine Mouchet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *