Histoire&numérique : les résultats d’un semestre d’investigation collective

Vendredi matin, j’ai dit au revoir à une promotion d’étudiants qui me tient particulièrement à cœur : ceux et celles qui étaient en première année quand j’ai été recrutée comme PRAG à l’université de Reims en 2015. J’ai un peu grandi avec eux, puisque je suis passée de soixante quatre heures par an en contrat doctoral à environ quatre cent heures d’enseignement en arrivant à Reims. J’ai eu la chance de leur donner cours en L1, L2, L3. L’année s’est achevée sur la restitution de leurs projets de semestre dans le cadre du cours de cultures numériques pour historiens et historiennes dont j’ai la responsabilité.

Le cadre était très souple : à partir d’une liste de sujets, je leur ai demandé de mener un travail sur le lien entre histoire & numérique, libre dans sa forme, et de venir le raconter ensuite à leurs camarades. La consigne à respecter était d’allier une approche théorique et un apprentissage pratique, tout en tenant un journal de bord. Par exemple, pour « Mémoires des hommes/ Un jour, Un poilu », il fallait qu’ils réfléchissent au rôle de l’indexation collaborative de fiches de « Morts pour la France », à l’usage historique possible des millions de fiches saisies ; mais aussi qu’ils transcrivent eux aussi des fiches et participent au projet. Les travaux proposés s’organisaient autour de plusieurs pôles qui constitueront chacun un billet, car il serait trop long de rendre compte dans celui-ci de la richesse de leurs explorations et conclusions. Un billet concernera d’abord les projets portant sur les fonds d’archives numérisées (Gallica, base Léonore de la Légion d’honneur). Le suivant traitera des projets en « histoire publique » : Mémoires des hommes, Le musée de la Grande Guerre de Meaux, les carnets de baleiniers. Enfin je reviendrai sur les travaux touchant à la diffusion de l’histoire et à la vulgarisation : Youtube, Twitter, le blogging.

Cette série sera publiée dans les jours à venir. Je vous laisse en attendant découvrir les créations des étudiants et étudiantes de Troyes et de Reims.

Sur Youtube et l’histoire, les groupes ont eu l’idée de créer des vidéos synthétisant leurs conclusions. À Troyes, le format du dessin a été privilégié pour questionner les chaînes Youtube consacrées à l’histoire, tandis qu’à Reims c’est la question de la légitimité qui a retenu l’attention.

Du côté de Twitter, des comptes ont été créés et les étudiants et étudiantes ont expérimenté le principe des « fils » de vulgarisation, soutenus par la communauté historienne : vous pouvez observer le compte Histonumérique qui propose des réflexions sur les images colorisées ou les grèves, mais aussi le fil des Twitstoriens qui offre les résultats de leur enquête sur les usages de Twitter.

Pour les archives numérisées, un groupe nous a présenté un journal télévisé de 1912, enrichi de voix off, de vidéos, de musique : voir ici leur présentation (très drôle) du 23 août 1912.

Enfin, plusieurs carnets de recherche et blogs ont servi de supports aux projets : certains se sont intéressés à la transcription des carnets de baleiniers, entre histoire et météorologie. Ils ont intitulé leur projet Mobyclick. D’autres ont préféré produire de riches billets vulgarisant des recherches menées pendant le semestre sur un site, Memoriae Digitalis. Pour des réflexions plus théoriques sur le public et les usages du blogging en histoire, c’est par ici pour Un billet sans escale.

Bonne découverte et à très bientôt pour la suite !

(et merci à tous et toutes pour l’investissement, si vous passez par là ;-))


Caroline Muller

Maîtresse de conférences Université de Rennes 2

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 22/04/2018

    […] Muller, « Histoire&numérique : les résultats d’un semestre d’investigation collective« , Acquis de conscience, 13 avril […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.