Carnet de campagne

Ce billet livre quelques impressions au sujet de la campagne de recrutement qui s’achève, celle des maîtres et maîtresses de conférence. Il faut d’abord dire à quel point ce statut est convoité, puisqu’en France c’est le seul type de poste qui permet à la fois d’enseigner et de faire de la recherche à l’université publique (hors CNRS, mais c’est un autre cadre). La « campagne MCF » est un objectif tacite pour de très nombreux·ses jeunes chercheur·es qui attendent d’avoir soutenu leur thèse pour se présenter. Les dates sont fixes et correspondent à une période précise de l’année : la liste des postes ouverts est publiée en février, les candidatures déposées dans les semaines qui suivent, puis les présélectionnés se rendent aux auditions.

Pour ma part, tout mon parcours doctoral a été tourné vers ce projet ; je n’ai jamais véritablement envisagé de travailler ailleurs qu’à l’université, tout en me disant qu’enseigner dans le secondaire me conviendrait si ce projet du supérieur échouait. J’attendais donc ma première « campagne » avec inquiétude et fébrilité, d’autant plus que le nombre de postes ne cesse de s’amenuiser chaque année. Les remarques de l’entourage peuvent être multiples et contradictoires dans ces moments : telle dit qu’il « va falloir être patiente », d’autres insistent sur le fait qu’il suffit d’une audition pour que cela fonctionne, d’autres encore soulignent le caractère arbitraire des choix des commissions et l’impuissance à laquelle je serai probablement confrontée. Il y a bien sûr les soutiens inconditionnels mais aussi des formes un peu aigre-douce d’observation de la « course » aux postes, chacun (et moi la première) jugeant des qualités éventuelles des autres et des manques de mon C.V. J’ai eu beaucoup de chance : j’ai été entourée tout au long du processus par mes collègues et ami·es qui n’ont eu de cesse de me faire bénéficier de leurs expériences de recrutement.

Mon idée de cette année – concertée avec mon directeur de recherche qui a été très présent pendant la campagne – était de candidater le plus largement possible pour faire connaître mon dossier. Ces candidatures multiples ont pour conséquence d’énormes ascenseurs émotionnels qui rendent la période difficile à vivre, pour soi et… pour l’entourage : « bon, je ne suis pas auditionnée à Valenciennes » / « je suis auditionnée à Lausanne !!! » / « ça n’a pas marché pour Sciences Po » (celui ci, j’ai mis du temps à m’en remettre car j’étais triste de ne pas pouvoir aller parler avec le comité)/ « Bon, recalée à Lausanne »/ « Je vais à Arras » / « Ils m’auditionnent à Rennes !!! », le tout en l’espace de six semaines environ. Il faut ajouter les journées pour lesquelles on sait que les commissions sont en cours (grâce au wiki auditions ici), et on se demande toujours quel sens donner au silence… on s’écrit entre candidat·es « tu as des nouvelles de Valenciennes ? non ? »… Au milieu de tout ceci, le semestre se termine et il faut garder un peu de concentration pour achever l’année au mieux. Une fois que l’on sait qu’on va passer une audition, ce reste de concentration s’évapore, et commence la valse des projections/refus de projections, et le gros travail de préparation. J’ai passé trois auditions et chacune m’a demandé environ trois/quatre jours de travail en cumulé. J’ai appliqué à la lettre les conseils de Célia Keren sur ce billet. J’en ai aussi profité pour découvrir les vidéos d’Ellie Mackin Roberts au sujet de la gestion du stress et du rapport assez étrange qui peut s’instaurer avec des collègues/copains devenu·es, l’espace d’une semaine, des concurrent·es direct·es.

Bref, après l’échec de Lausanne, puis d’Arras, la non-audition à Valenciennes, je me suis lancée dans la préparation de la dernière audition pour laquelle j’ai passé plusieurs nuits et auditions blanches à réfléchir à ce que j’allais proposer. C’est la première fois de ma vie que j’ai ressenti un tel stress – et les moyens habituels que j’utilise ne fonctionnaient plus très bien. Et puis j’ai pris mon train en écoutant ma « musique de mise sous pression » (on a tous nos rituels, non ?), ai retrouvé une copine pour un thé, ait attendu que ce soit mon tour en écoutant une autre candidate évoquer son expérience passée.

Une demi heure plus tard, je suis sortie de la salle en me disant que je n’avais pas fait une mauvaise audition : les membres ont souri à mes tentatives de plaisanterie et ont manifesté un vrai intérêt pour le projet de recherche que je proposais. Commence alors l’attente – « il est 15h ils ont sans doute terminé » – « à quelle heure vont-ils donner des nouvelles ? » – « est ce qu’il faut attendre un coup de fil ou non ? » (notez qu’il serait confortable qu’il existe une charte qui donnerait des indications précises sur ce qu’on peut attendre… pour savoir interpréter un silence par exemple) – j’étais au bord de la crise de panique à la gare – la douloureuse combinaison adrénaline/fatigue/redescente et la conscience que c’était terminé pour cette année. Et puis finalement, trois heures plus tard, le téléphone sonne alors que je suis dans le TGV :

 

« j’ai le plaisir de vous annoncer que… »

 

Ce qui se passe dans la tête à ce moment là est vraiment curieux, j’avais le sentiment de m’être dédoublée et de me regarder recevoir cette nouvelle – …persuadée que j’étais depuis une heure que c’était fichu, et que c’était bien normal pour une première campagne.

Et finalement le bout du chemin – sans faire de misérabilisme, on sait le coût financier, personnel, psychologique de parcours universitaires d’une dizaine d’années pour lesquels l’avenir n’est jamais assuré… Il me faut ajouter que lorsqu’on est la première de sa famille à obtenir le baccalauréat, la fierté et le soulagement prennent une coloration un peu particulière. Tout ceci m’est passé sous le crâne – et continue de se rejouer sans cesse depuis jeudi – les images de ce chemin – qui commencent tout juste à laisser de la place à la perspective d’une nouvelle vie.

Je voudrais remercier ceux et celles qui m’ont soutenue, portée, aidée, félicitée – de près, ou de loin. Ce carnet a été un lieu très important dans mon parcours (peut être qu’un jour il faudra écrire un billet à ce sujet)

– j’écris donc ici, pour parvenir à le croire,

que la grande bataille est désormais terminée.

 

Un cerf-volant à Berck (mai 2018)

 

 


Caroline Muller

Professeur agrégée d'histoire Docteure en histoire contemporaine, Université Lyon 2 / LARHRA (UMR5190) PRAG, Université de Reims Champagne Ardenne (URCA)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.