Des débuts de la thèse

Il y a quelques semaines, à mon retour de vacances, j’ai commencé à réfléchir à l’organisation de ma première année de thèse, m’essayant à établir des plannings et à fixer des échéances. J’imaginais un emploi du temps bien précis et des tâches réparties ; la recette utilisée pour préparer l’agrégation !

Puis la semaine de rentrée s’est chargée de me montrer l’étendue de mon ignorance en ce qui concerne le début du travail de thèse. Le volet administratif s’est d’abord révélé très lourd : les formalités d’inscription en tout genre, le changement de statut ont employé une bonne partie de mon énergie.

Ensuite, les réunions de rentrée se démultiplient jusqu’à mi-octobre ; elles sont essentielles puisqu’elles permettent de rencontrer les collègues, de discuter de projets, de s’intégrer à son nouvel univers. Il faut assimiler rapidement une masse d’informations. Les premières discussions de l’assemblée générale de mon laboratoire me semblèrent parfaitement énigmatiques : il faut apprendre à se retrouver dans le labyrinthe des sigles, ANR, LABEX, PRES, ARC,…

Le retour aux lectures et aux sources est aussi difficile après une année de pause : j’ai besoin de me concentrer sur des plages horaires larges, mais ce travail est sans cesse parasité d’autres préoccupations. Par exemple, je passe un temps fou à organiser ma veille scientifique, et je découvre chaque jour des nouveaux angles intéressants. Ma charge d’enseignement risque elle aussi d’être chronophage, au moins dans les débuts. Ajoutons le volume horaire des séminaires à suivre, à Paris et Lyon, et les sessions de formation doctorale : le temps à consacrer à la thèse devient bien plus modeste que je ne le pensais.

Enfin, la thèse est entrée dans mon quotidien. Ce qui signifie que je dors très mal ! Nous sommes nombreux, paraît-il, à rencontrer ce problème : je ne parviens pas à cesser de réfléchir quand il est l’heure d’arrêter de travailler. Je découvre que la question des horaires est complexe à gérer : la liberté totale dont nous disposons est un grand avantage mais aussi un inconvénient, car nous devons nous donner nos propres limites. Or, je ne sais pas encore à définir mon temps de travail et mon temps de repos.

Bref, le décollage est brutal : c’est le métier qui rentre ?


Caroline Muller

Professeur agrégée d'histoire Docteure en histoire contemporaine, Université Lyon 2 / LARHRA (UMR5190) PRAG, Université de Reims Champagne Ardenne (URCA)

Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. Maël Goarzin dit :

    C’est en effet difficile de trouver un bon rythme, et je n’aime pas non plus être coupé dans mes recherches, je préférerais pouvoir passer une semaine entière sur ma thèse, puis une semaine entière sur le reste (administratif, cours à préparer, etc.). Malheureusement ce n’est pas toujours possible, en tout cas pendant le semestre!
    Pour ce qui est de ne pas réussir à s’arrêter de travailler, ce n’est pas un problème pour moi, et j’ai toujours un carnet à portée de main si jamais une idée me vient! Je fais ça depuis peu, et je trouve que c’est très utile, que ce soit dans le bus, le train, ou avant de dormir, et même au beau milieu de la nuit!
    En tout cas bon courage, et bravo pour on carnet de thèse, qui est très bien rempli!

  2. Aurélien dit :

    Très difficile de faire un planning pour moi aussi, même s’il le faudrait ! Mais parfois, une idée rencontrée dans une source fait passer à quelque chose d’autre, et finalement ce n’est pas désagréable non plus !
    Pour la veille scientifique, Google Reader peut suffire éventuellement (ou un autre du même genre).
    Enfin, ce n’est pas grave que les débuts soient un peu difficiles : petit à petit on prend l’habitude et la jungle s’éclaircit un peu. Enfin je crois….

  3. Maïeul dit :

    Pour ma part n’ayant jamais été capable de suivre un planning (n’ayant jamais passé l’agreg non plus), j’ai définitivement renoncé depuis belle lurette. La seule chose que je m’impose : un certain nombre d’heures par semaine consacré à la thèse proprement dite, hors veille scientifique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *