Le cours « de numérique » est un cours comme les autres

Depuis quelques jours, plusieurs micro-événements m’ont beaucoup donné à réfléchir à la question du lien entre « histoire » et « numérique ». D’abord, mon départ de l’université de Reims pour l’université de Rennes oblige mon département à recruter des vacataires et un·e futur·e remplaçant·e : j’ai eu à esquisser les compétences « idéales » d’un·e historien·ne enseignant les cultures numériques et, chemin faisant, j’ai aussi pu observer la perception de ce cours par des candidats et par les collègues. D’autre part, j’ai déjeuné récemment avec un ami historien qui a glissé dans la conversation, alors que nous évoquions d’éventuels projets collectifs, que « le numérique n’était pas trop son truc ». Le point commun de ces deux anecdotes est que, si tous reconnaissent la légitimité des questionnements sur le numérique et la place qui leur est faite dans les maquettes de formation, il reste que prononcer le mot de « numérique » mobilise immédiatement l’imaginaire du « spécialiste » ou du cours « technique ». Pourtant, « l’histoire à l’ère du numérique »… est celle de tous les historien·nes.

Tous les chercheur·es, ou presque, utilisent aujourd’hui un ordinateur, écrivent des articles à l’aide d’un traitement de texte, puisent dans les bases de données scientifiques en ligne (Cairn, Persée), dans les sources numérisées (Gallica, Europeana…). On scanne, on prend des photographies de livres, on gère des bibliographies, on veille sur les réseaux sociaux, on consulte Calenda et autres H-France. De plus en plus nombreux sont ceux et celles qui construisent leurs propres bases de données : prosopographie, images, correspondances – et l’interrogent ensuite pour créer des visualisations, faire des statistiques ou tout simplement retrouver un document précis. À des degrés divers, il me semble que toutes les sciences sociales et humaines peuvent se reconnaître dans certains de ces gestes : la « numérisation » du métier est en cours. Le projet « goût de l’archive à l’ère du numérique » mené avec Frédéric Clavert s’intéresse à ces transformations des cultures sensibles et pratiques des historien·nes, mais bien des textes posent des questions transposables à d’autres disciplines.

Comment expliquer alors cette idée que le numérique serait une histoire de spécialistes ? Il faudrait ici faire l’archéologie des liens entre histoire et informatique et de l’émergence de l’histoire sérielle et quantitative ; cette histoire longue a, me semble-t-il, durablement contribué à enraciner l’idée que « l’informatique » serait une « science auxiliaire » de l’histoire. Le glissement sémantique plus récent « informatique = numérique » a renforcé cette vision. Le « numérique » est perçu comme un champ à part de l’histoire, un outil, ou reste encore souvent synonyme de travail sur des masses de données et d’histoire quantitative. Il suffit d’observer les maquettes de formation en histoire pour s’en rendre compte : les cours sur le sujet ne sont pas intégrés aux cours d’historiographie ou d’histoire « générale » – ce sont des modules séparés. Comme Émilien Ruiz, je crois qu’il faut repenser la formation des étudiant·es :

Cessons par exemple de renvoyer la formation à l’usage des bases de données de revues et aux catalogues de bibliothèques aux cours d’ « outils numériques » pour les intégrer à nos enseignements de méthodologie ou à nos TD associés aux enseignements sous-disciplinaire.

Cette vision des cours « techniques » est aussi ce qui repousse les collègues et les conduit à penser qu’il faut des spécialistes pour les assurer.

Il faut dire aussi que la structuration du champ des « humanités numériques » n’a pas aidé à déconstruire cette idée. Petite précision préalable : je n’ai aucun intérêt à défendre ici, je n’ai participé à aucune querelle sur le sujet ; j’étais trop jeune en 2010 pour être présente aux grands temps de fondation des humanités numériques, n’étant entrée véritablement en recherche qu’en 2012-2013. Cette expression « d’humanités numériques » continue à effrayer : on craint que les budgets – maigres – ne soient phagocytés par des ingénieurs déguisés en historiens, ou encore que le « numérique » nous éloigne de notre coeur de métier1. Mon propre cheminement témoigne aussi de cette inquiétude de ne pas avoir les compétences nécessaires pour comprendre la démarche des humanités numériques : j’ai mis du temps à me pencher véritablement sur le sujet, considérant que c’était trop « technique » pour moi. Quelques années plus tard, je vois toute la richesse des propositions des chercheur·es qui ont fondé cet espace des humanités numériques, tout en prenant des distances. S’il existe désormais des masters excellents qui allient théorie et pratiques, je ne suis pas sûre que créer des formations « séparées », des recherches estampillées « humanités numériques » soient le meilleur moyen de mettre en oeuvre l’intégration complète des questionnements liés au numérique pour le métier d’historien·ne. On retrouve là un paradoxe bien connu quand on veut rendre légitime un combat. Pour que les autres prennent conscience de l’importance du tournant numérique, il a fallu le visibiliser ; et la visibilisation passe par l’insistance sur les spécificités, sur la construction d’une voix singulière, autonome, appuyée sur des groupes ; c’est aussi le moyen de trouver des financements. Il était donc certainement nécessaire de passer par cette étape du champ séparé des « humanités numériques », même s’il a peut-être contribué, en retour, à instituer l’idée que c’est un monde à part, et retardé l’intégration aux pratiques et formations disciplinaires classiques.

[edit de 14h30 suite à conversation] Il faut dire cependant que cette construction « comme discipline à part entière » a permis de créer des postes spécifiques, essentiels au bon fonctionnement de centres de recherches – et qu’aujourd’hui encore, certaines méthodologies de recherche exigent des profils plus « spécialistes », dont le parcours est moins « linéaire » que le mien (master/agrégation/doctorat), qui ont développé une expertise – par exemple pour le machine et deep learning, ou encore en TEI (merci à Frédéric Clavert pour cette remarque). Ce constat n’empêche pas, à mon avis, de penser la nécessaire intégration des humanités numériques dans les disciplines traditionnelles.

Vous noterez d’ailleurs que la catégorie même « d’histoire et numérique » de mon carnet en ligne pourrait poser problème : si je plaide pour une intégration complète, il faudrait la renommer « histoire à l’ère du numérique », « l’ère du numérique » étant le nouvel environnement des chercheur·es.

C’est la raison pour laquelle tout le monde peut l’enseigner et, pour être un peu provocante, je dirais que tout le monde devrait l’enseigner. Si on sort « le numérique » du cours technique, il existe de multiples espaces où il serait pertinent de l’intégrer et, d’abord, dans les cours généralistes et théoriques : si nous enseignons les révolutions industrielles, comment continuer à faire l’histoire du vingtième siècle sans enseigner la naissance d’Internet et un minimum d’histoire technique ? (oui, vous noterez que les historiens du contemporain sont un peu plus visés que les autres 🙂 ) Il faudrait que nous aidions les étudiant·es à se repérer dans le monde des données, les outiller pour comprendre l’histoire du temps présent, ses enjeux politiques, éthiques et citoyens. Pour cela, nul besoin d’être « spécialiste » : nous enseignons tous et toutes des sujets dont nous ne sommes que des passeurs et passeuses : un cours se prépare, et heureusement. Il a suffisamment d’articles et de livres à disposition pour que chacun puisse intégrer ces problématiques dans les cours d’histoire générale.

Le cours d’épistémologie et d’historiographie est un autre espace d’enseignement dans lequel le « numérique » devrait entrer de plein droit. Enseigner les nouveaux gestes, les questions de diffusion du savoir scientifique, la trajectoire des informations, etc. Cela permettrait, au passage, de veiller à ce que les étudiant·es gardent une conscience critique des méthodes quantitatives à l’heure où les grands corpus en ligne font naître la tentation d’un nouveau scientisme2. Là aussi, pas besoin de spécialistes ! Avant d’être chargée du cours de cultures numériques à Reims, je n’étais absolument pas formée et encore moins technicienne : j’avais un intérêt pour le sujet, un blog, mais ce sont les lectures qui m’ont aidée à construire les cours, comme pour tous les autres cours. Un cours d’histoire à l’ère du numérique, au moins pour le niveau licence, ne demande pas plus d’investissement que tout autre enseignement nouveau à bâtir. Tout·e historien·ne est capable d’enseigner un tel cours, à condition de s’appuyer sur les ressources à disposition et de mettre en perspective sa propre expérience.

[edit : un billet détaillant quelques ressources pour se familiariser avec le sujet en vue de l’enseigner est en préparation. En attendant, voir la bibliographie introductive préparée par les étudiants de Lille ici.]

  1. À noter qu’au vu des textes reçus sur le Goût de l’archive, il y aurait toute une réflexion à mener sur ce qu’est le coeur de métier… []
  2. Nous en parlions la semaine dernière lors d’une journée d’études à Lausanne. []

Caroline Muller

Professeur agrégée d'histoire Docteure en histoire contemporaine, Université Lyon 2 / LARHRA (UMR5190) PRAG, Université de Reims Champagne Ardenne (URCA)

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Merci pour ce billet très intéressant qui montre parfaitement la place que devrait avoir les techniques numériques appliquées à l’histoire. Dès le manifeste des humanités numériques en 2010 (et même avant), la question d’enseigner des humanités numériques a été posée. Certains — parfois tactiquement, ont construit des parcours humanités numériques propres, plus ou moins accrochés dans les disciplines académiques. Je n’ai jamais été amateur de cette voie là. Donc merci pour ce billet qui explique très bien que « le numérique » est entré « dans le cartable de l’historien ». Je retiens l’évolution positive de l’enseignement de l’histoire à l’ère du numérique.

    Cependant, qu’en est-il des différents types de contenus qui sont proposés en L1, L2, L3, puis en M1 et ensuite en M2 ? Quelle place donner à l’apprentissage de méthodes, de cas d’usages (ou de projet), voir d’un langage de programmation (ou de traitement simplement). Quelle progressivité donner ? Comment doser les choses ? Ce sont des questions qui me semble être importantes. Comme on lit des textes en paléographie médiévale pour « entrainer l’oeil », faisons-nous traiter des données sérielles avec un « OpenRefine », ou à l’aide d’exercices ciblés utilisant Python (par exemple). J’ai l’impression que les bases peuvent être vu très tôt (dont la fabrication de bibliographies structurées), mais qu’en M2 il serait nécessaire de savoir coder un peu pour être un peu (ou un peu plus) « libre » dans le traitement des données. Souvent, c’est l’accumulation de pratiques, d’essais, de tentatives qui permettent de sédimenter un savoir. Je me pose aussi la question — dans les universités pluridisciplinaires, de former des équipes d’étudiant mixant historiens et informaticiens (venant d’un IUT par exemple) pour former des ateliers de pratiques (traitement, nettoyage de données, analyses, critiques des données et des outils). Je rêve un peu sans doute. Mais pour avoir vécu cela moi-même entre 1997 et 1999 avec l’équipe du SIRA d’AUSONIUS, je pense qu’il doit y avoir des choses à initier. .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.