Léopold a disparu

Si l’historien est un enquêteur de passé, j’ai découvert récemment qu’il devait parfois accepter que des dossiers deviennent des « affaires classées ». Voici donc l’histoire (inachevée) de ma rencontre avec Léopold.

J’ai découvert l’année dernière un ouvrage compilant les lettres de direction de l’abbé Léopold Beaudenom. Les lettres de direction sont les lettres échangées par le directeur de conscience et la personne dirigée. C’est une source centrale pour ma thèse. Léopold Beaudenom est un prêtre né dans les années 1840, qui s’est fait connaître par ses publications, notamment des manuels de formation à l’usage des jeunes femmes.  Il a laissé de nombreuses traces, d’où ma joie lorsque j’ai découvert ses lettres de direction. C’était un personnage connu, mais pas assez pour faire partie des « stars » de la direction de conscience de la fin du XIXe siècle : le CV parfait pour comprendre une pratique de direction spirituelle « ordinaire », en province, menée par un prêtre et non un régulier[1]. De plus, l’existence de ses ouvrages m’autorisait à comprendre les fondements de sa spiritualité, mis en application dans les lettres de direction.

Je me suis rapidement plongée dans ces lettres.  Mon intuition se révélait juste : ces lettres étaient intéressantes, présentant différents types de destinataires, ce qui me permettait par exemple de comparer les discours tenus selon le genre, l’âge et le statut de la personne dirigée. Par ailleurs, le prêtre avait un sens de la formule qui me plaisait beaucoup, ce petit rien qui rend la source si attachante.

Malheureusement, ma joie a été de courte durée. Première ornière : l’absence de noms, de dates, de lieux. L’ensemble de la correspondance avait été anonymé. Dans ce type d’éditions, il est souvent possible de lever l’anonymat par des recoupements. Pour cette correspondance, c’était impossible : je ne disposais pas même des initiales des personnes évoquées.  Dans une optique d’histoire sociale, il est très difficile de travailler avec des personnages dont on ne connaît rien. J’ai seulement pu établir des fiches « Destinataire » à partir du contenu des lettres : le destinataire 1 est une jeune femme riche et mondaine. C’est bien maigre ! Je me suis donc mis en quête des lettres originales. Naïve, j’étais persuadée que l’œuvre d’un prêtre si prolixe et investi dans la pastorale aurait été conservée.

J’ai suivi toutes les pistes qui s’offraient à moi : j’ai cherché des membres de sa famille en Corrèze., sans succès. J’ai contacté sa paroisse d’origine, trois services d’archives diocésaines, écrit à la congrégation dont il avait été l’aumônier. Echec. J’ai également écrit aux éditions du Rocher, héritières de la maison Lethielleux qui avait publié ses ouvrages : aucune trace de Léopold.

Me voilà donc en présence d’une source aussi passionnante qu’inexploitable. Je ne sais comment faire pour étudier ses lettres en dépit de l’anonymat des destinataires. La disparition de Léopold m’a laissé un goût amer et un sentiment de frustration. Je lis et relis les lettres, traquant les indices qui me permettraient de remonter sa piste. Je songe à m’arrêter : il faut parfois savoir admettre que le sentier s’achève, même si la promenade paraissait prometteuse…

 



[1] Les réguliers (religieux vivant selon une règle) ont des traditions particulières lorsqu’ils dirigent les consciences ; certains ordres étaient bien connus pour cela, les dominicains ou les jésuites, par exemple.


Caroline Muller

Professeur agrégée d'histoire Docteure en histoire contemporaine, Université Lyon 2 / LARHRA (UMR5190) PRAG, Université de Reims Champagne Ardenne (URCA)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.