L’affection en partage

Il y a bien longtemps que je n’ai pas écrit pour ce carnet, et encore plus longtemps que je n’y ai pas proposé des réflexions de recherche. La prise de poste à Rennes 2 occupe pratiquement tout mon temps et l’activité du carnet devrait à nouveau se densifier au deuxième semestre avec un volume d’enseignements bien plus réduit.

Quand je n’ai pas le temps de mener des recherches de fond, je développe des petites stratégies pour maintenir tout de même un lien aux sources en (re)lisant des transcriptions ou des textes du XIXe siècle, histoire de maintenir une forme « d’imprégnation » qui m’est nécessaire. Ce semestre, j’ai lu l’intégralité de la correspondance conjugale échangée entre Frédéric et Amélie Ozanam entre 1841 et 1853. Ces lettres ont fait l’objet d’une toute nouvelle édition critique et scientifique sortie récemment1 qui m’a été envoyée par Magdeleine Houssay que je remercie vivement. On y découvre les échanges entre Frédéric et Amélie depuis la décision des fiançailles jusqu’à leur dernière séparation en 1853, sans coupes ou réécritures. Ce couple est bien connu des historiens et historiennes car Frédéric Ozanam est l’un des principaux animateurs du catholicisme « social » et le fondateur des Sociétés de Saint-Vincent de Paul2.

Une nouvelle édition de la correspondance

L’activité charitable du couple n’est pas tellement ce qui a retenu mon attention dans cette lecture – cet aspect de leur vie occupe d’ailleurs une place plutôt secondaire dans leurs échanges épistolaires. On y lit surtout les longues démonstrations d’un amour passionné, les multiples surnoms que se donnent Frédéric et Amélie, mais aussi les petits tracas quotidiens de la vie domestique et les souffrances causées par les fausses couches d’Amélie. C’est une très belle source pour l’étude de la vie conjugale bourgeoise au tournant du siècle : on y voit les traces du modèle de l’amour « romantique » et l’attachement à décrire avec un intérêt sans cesse renouvelé les émotions suscitées par l’autre et l’approfondissement du sentiment.

C’est cependant un autre aspect de leur relation qui m’a frappée : la façon dont leur mariage et leur relation sont sans cesse réintégrées dans un ensemble familial plus large, et dont la qualité du lien varie selon l’état des relations avec les autres membres de la famille. Les rares froissements conjugaux apparaissent quand il s’agit de choisir combien de temps Amélie restera auprès de sa famille à Lyon quand Frédéric est à Paris, professeur à la Sorbonne.

Ce dernier se montre impatient dès l’année de leurs fiançailles : il cherche à plusieurs reprises à faire avancer la date de leur mariage à Pâques, tandis qu’Amélie, plus frileuse, souhaite prolonger encore un peu son « temps de jeune fille » et surtout ne pas affliger ses parents par un départ précipité :

Oh ! Je vous en prie, ne me demandez pas celui de Pâques, vous me donneriez le déplaisir de vous refuser. Quelques uns ici seraient presque de cet avis, et peut-être en priant obtiendriez-vous leur consentement et par conséquent le mien, mais aussi un peu par obéissance, et pour cela, je vous en prie, ne me traitez ni de dure ni de cruelle3.

Quelques jours plus tard, elle essaie de calmer la déception de Frédéric en justifiant son refus :

Savez-vous qu’il me faut la pensée qu’il me sera donné de vous rendre heureux, qu’il me faut l’assurance que vous trouverez un peu de bonheur près de moi ; qu’il faut que je relise souvent ces lettres où vous me le dites, pour que j’abandonne ma vie de jeune fille sans trop de regret. On est si bien sous l’aile de ses parents qu’on n’ose hâter un tems si calme et si serein hors même que l’avenir se présente avec ses charmes aussi. Mais l’avenir n’est-il pas un peu incertain ? Les hommes font beaucoup d’effort pour conquérir mais peu, après.4

La veille du mariage, Amélie rédige une petite note qui est jointe à la correspondance : elle y décrit les sentiments contradictoires qui l’animent, entre espoir de bonheur et déchirement de quitter « sa chambrette », qui symbolise tout à la fois sa vie familiale et une forme d’indépendance, une presque « chambre à soi »:

La voilà finie, ma vie de jeune fille, la voilà finie. Je suis arrivée au dernier soir ; pour la dernière fois je suis dans ma chambrette, pour la dernière fois je suis seule et demain, demain, ma vie sera partagée, il sera toujours près de moi (…) Adieu les jours de mon enfance, adieu ma jeunesse, adieu mes parents. Adieu ma chambrette témoin de mes joies et de mes douleurs, souvent tu m’as vu pleurer. Je vais te quitter, adieu. Demain encore une fois tu me verras parer et je te quitterai couronnée de fleurs5.

Tous deux se marient le lendemain, à la date qui avait été prévue initialement malgré les efforts et négociations de Frédéric pour l’avancer. Le couple file ensuite le parfait amour, bien que l’on perçoive des échos de la douleur d’Amélie d’être séparée de sa famille. En mai 1842, Amélie fait une première fausse couche et se rend chez ses parents le temps de la convalescence. Des tensions émergent autour du partage des affections : quel temps doit consacrer Amélie à ses parents et quel temps revient à son mari ? Frédéric a conscience que la vie parisienne rivalise difficilement avec la quiétude familiale d’Amélie dans la « campagne » de Lyon :

Souvent, ma pauvre amie, je me fais cette question : quelle différence pour toi de l’existence calme et riante que tu mènes maintenant, entourée, fêtée, prévenue, et cette prochaine saison d’isolement et de souci. Pourras-tu t’accoutumer une fois encore aux ennuis de l’absence, aux incommodités d’un humble ménage, aux inégalités d’humeur d’un mari6?

Les lettres suivantes sont de plus en plus insistantes et invitent Amélie à rentrer à Paris : Frédéric évoque l’étonnement de leurs amis face à l’absence d’Amélie, ou encore souligne le malaise physique dans lequel le plonge la séparation. Il finit par exprimer son désaccord quand Amélie lui écrit qu’elle arrivera quelques jours après la date prévue :

Ce matin ta bonne lettre vient me rassurer et je la baise mille fois : mais elle vient aussi me désoler en éloignant le terme de ton départ. Quoi ! tu ne serais pas ici avant le 19, et il faudrait attendre encore 16 jours pour te voir ; ce serait à peu près un mois de séparation (…) Oh ! Mon amie, reviens vite7.

Si Amélie comprend la souffrance de son mari, elle souligne aussi qu’elle a des devoirs filiaux à remplir : tenir ses engagements auprès de ses parents :

Tu voudrais que je partisse (sic) le 10, mon bien-aimé. Parle : si tu es malade, si tu te trouves trop malheureux je partirai à l’instant, me confiant à la garde de Dieu (…) Je te ferai de bon coeur le sacrifice de quelques jours de moins auprès de mes bons parents que je vais quitter pour dix mois, afin de te voir heureux. Ainsi mon bien-aimé, parle et je vole vers toi. Mais quoique ton désir de me revoir soit assez pour moi, tu comprends que je ne pourrais bien expliquer ma conduite à mes parents et que je ne puis vouloir de moi-même me séparer d’eux avant l’époque que vous aviez formellement fixée ensemble sans que tu me l’ordonne (sic) formellement ou que tu ne me dises que tu es réellement malade. Que ce que je te dis là ne t’afflige point, mais comprends combien il me serait pénible de dire à mes pauvres parents que je veux les quitter8.

Cette lettre est assez amusante à analyser : Amélie y donne tous les gages de son amour et de son intérêt pour la demande de Frédéric, tout en s’arrangeant pour ne pas avoir à y répondre favorablement. Elle lui demande tout d’abord de faire usage de son autorité en lui donnant l’ordre de rentrer, tout en sachant que Frédéric répugne absolument à faire valoir cette autorité maritale, comme il l’explique dans plusieurs lettres. Elle l’engage ensuite à écrire à ses parents, à prendre la responsabilité de la décision : on note que les dates de retour et départ sont discutées entre Frédéric et la famille d’Amélie sans que cette dernière n’y prenne part (« l’époque formellement fixée »).

Amélie accorde une grande importance à l’entente entre son mari et ses parents ; son amour pour Frédéric s’approfondit dans cette bonne entente. Elle n’hésite pas à le rappeler à l’ordre lorsqu’il lui paraît s’éloigner de ce principe. Le désaccord autour des dates de départ perdure et s’achève sur un conflit ouvert, Amélie choisissant de maintenir sa décision de partir plus tard que prévu.

J’attends une lettre de toi pour ce soir, mais j’en ai peur et je ne sais si je la désire. Tu me réponds à la nouvelle que ma place est arrêtée le 19 [dans la diligence] et tes lettres depuis quelques tems ne me font rien présager de tranquillisant pour aujourd’hui. Toutes ces dernières m’ont tant agitées que je dors très mal et Maman s’en est bien aperçue, aussi tu n’auras plus le droit de trouver que ses lettres me remuent trop et me font mal. Tout ceci est un avertissement et non un reproche (…) Mais ce qui me fait un véritable chagrin c’est lors que (sic) tu fais de la peine à mes bons parents. Ainsi dimanche, mon pauvre père s’était tellement persuadé que tu ne lui refuserais pas ces quelques jours qu’il te demandait, que je suis sûre que ton refus lui a fait beaucoup de peine quoi qu’il ne m’est (sic) rien dit. Mais lorsque le soir Maman eût fini la lecture de ta lettre, je vis une grosse larme rouler dans ses yeux et il s’enferma dans sa chambre et travailla toute la soirée sans nous rien dire. Si au contraire tu avais écris (sic) tout en fesant bien comprendre que tu étais malheureux, que tu leur fesais le sacrifice de quelques jours, les choses auraient été de même puisque le plan est arrêté, mais tu aurais eu l’honneur et on t’aurait su un gré infini. Car tu ne m’as laissée que pour ma santé et non pour eux. Ces cinq jours de séparation que tu sacrifiais tout à fait pour eux, pour leur bonheur, t’auraient valu de la reconnaissance, beaucoup de tendresse et d’indulgences pour d’autres circonstances dans l’avenir9.

Si Amélie lui assure ensuite qu’il est sa priorité, elle indique cependant avoir à plusieurs reprises pris sur elle pour ne pas manifester de l’humeur à l’occasion d’un conflit qui oppose Frédéric à son frère ; d’une certaine manière, elle rappelle à Frédéric que les concessions doivent s’équilibrer. Il est intéressant de voir à quel point elle se préoccupe de l’image de son mari auprès de sa famille. On rejoint ici les analyses d’Eva Illouz quand elle explique le fonctionnement des écosystèmes familiaux de la bourgeoisie du XIXe siècle. L’opinion des femmes (et des jeunes filles) sur leur mari et leurs prétendants est  le « reflet et prolongement de celle de [leur] environnement social proche. Les sentiments d’une femme pour un homme naissaient avec l’opinion que les autres exprimaient au sujet de celui-ci  »10. La relation d’Amélie et Frédéric se construit, certes, à l’abri de leur maison parisienne et dans leurs petites habitudes à deux – mais elle se nourrit et se tempère aussi au contact des familles :

Il s’agit d’un amour où l’un fait partie de la vie quotidienne de l’autre et de celle de la famille, et où se présentent de nombreuses opportunités d’observer, de connaître et de tester le caractère de l’autre11.


  1. Correspondance Frédéric Ozanam et Amélie Soulacroix, textes rassemblés par Léonard de Corbiac avec la contribution de Magdeleine Houssay, Desclée de Brouwer, 2018. []
  2. Voir la biographie établie par Gérard Cholvy. []
  3. Lettre du 20 mars 1841, p. 187. []
  4. Lettre du 2 avril 1841, p.213. []
  5. Note du 22 juin 1841, p. 338. []
  6. Lettre du 6 août 1842, p. 429. []
  7. Lettre du 3 octobre 1842, p. 483. []
  8. Lettre du 3 octobre 1842, p. 488. []
  9. Lettre du 12 octobre 1842, p. 508 []
  10. Eva Illouz, Pourquoi l’amour fait mal : l’expérience amoureuse dans la modernité, Paris, Seuil, 2012, p. 61 []
  11. Eva Illouz, Pourquoi l’amour fait mal: l’expérience amoureuse dans la modernité, Paris, Seuil, 2012, p. 52. []

Caroline Muller

Maîtresse de conférences Université de Rennes 2

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Marie-Madeleine de Cevins dit :

    Merci de contribuer à la diffusion de cette belle correspondance. Je connaissais (un peu) Frédéric Ozanam sous d’autres aspects. Celui-là complète bien le personnage.

    • Caroline Muller dit :

      Merci beaucoup Marie-Madeleine pour ta lecture !
      C’est une correspondance vraiment fascinante. J’ai d’ailleurs décidé d’aller parler du lien entre construction des émotions et pratique épistolaire à Atlanta 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.