Un petit poisson bleu qui va changer vos recherches

Isidore est un moteur de recherche dédié spécifiquement aux sciences humaines et sociales développé par la TGIR Huma-Num. Il existait déjà une version qui était fort commode, jusqu’à ce vendredi 7 décembre et la mise en service de la nouvelle plateforme. Je voudrais vous présenter dans ce billet quelques fonctionnalités de ce moteur rénové pour lequel j’ai eu le plaisir de travailler avec l’équipe.

Un moteur de recherche pour sciences humaines et sociales, c’est-à-dire ?

Les chercheurs et chercheuses mènent des recherches sur de l’information « spécialisée » : articles, ouvrages scientifiques, billets de blogs, thèses sont des productions scientifiques qui apparaissent rarement dans les premières pages de résultat d’une recherche sur Google, moteur généraliste. Des moteurs spécialisés (comme Scholar, par exemple) trient l’information qu’ils proposent aux chercheurs et chercheuses en se concentrant sur les corpus les plus pertinents : ceux des éditeurs scientifiques, ceux de HAL-SHS ou des bibliothèques, par exemple. Cela permet de rendre le travail de sélection de l’information beaucoup plus rapide. Isidore s’inscrit dans cette logique et « moissonne » de l’information spécialisée : des sources pour la recherche (vidéos, images – provenant par exemple de Gallica), des travaux scientifiques publiés ou non : éditeurs scientifiques habituels (Cairn), mais aussi plateforme Hypothèses ou encore réservoir d’information scientifique en libre accès.

Requête « masculinité »
Affichage vignettes

Le moteur se charge de vous trouver ce qu’il juge le plus pertinent et vous propose deux modes d’affichage, la liste ou l’aperçu. Si, jusque là, ce sont les fonctions classiques d’un moteur, Isidore permet d’aller plus loin en classant ses résultats, en les mémorisant, de façon à mieux organiser la veille que chaque chercheur mène pour se tenir à jour des nouvelles publications de sa discipline.

Organiser et systématiser sa veille

Isidore propose de créer un compte utilisateur pour conserver une mémoire de ses recherches et ne pas avoir à saisir sans cesse les mêmes mots clefs ou combinaisons de mots clefs.

Créer son profil utilisateur

Ce profil, une fois créé, permet d’accéder à l’historique de ses requêtes et de les « rejouer » quand on a besoin. Par exemple, j’observe systématiquement ce qui sort sur « confession » ou « direction » de conscience ; désormais, en un coup d’oeil, mon profil m’aidera à voir si de nouveaux documents m’intéressent.

Mon historique

On peut aussi « marquer » ses documents de façon à se constituer une petite bibliothèque de lectures à venir, fonction que j’attribuais auparavant à Zotero.

Ma bibliothèque et les marqueurs associés

On peut aussi faire le choix de « suivre » la publication de certain(e)s auteurs et autrices dont on sait qu’on doit lire le travail ; reconnaissant mes thématiques de recherche à partir de ma production, Isidore m’a ainsi suggéré des historiens du catholicisme :

Auteurs suivis
Auteurs suggérés

Ces outils de « veille » s’adossent au profil utilisateur créé : en aidant Isidore à identifier notre propre production, nos articles, on le guide vers des résultats de recherche plus pertinents. Voici par exemple ma page utilisatrice :

Profil utilisatrice

Une fois les documents dont je suis l’autrice revendiqués, Isidore me replace dans un réseau sémantique en observant qui je cite, les mots clefs fréquents, et me suggère des personnes à suivre. Le moteur m’aide aussi à visualiser mon propre réseau, mes rythmes, les mots clefs qui ressortent :

Données sur ma production

Un outil pour la réflexion historiographique

Ces fonctions sont bien sûr applicables à tous les autres auteurs et autrices. Il est ainsi possible de faire d’Isidore un outil formidable pour le travail historiographique, reconstituer chronologiquement les trajectoires des personnes dont on suit le travail, voir en un coup d’oeil les publications des dernières années, les co-auteurs et autrices, les mots clefs, les revues préférées :

Fiche de Sylvie Steinberg


Il y aurait encore des dizaines de choses à dire et d’idées d’exploitation du moteur ; par exemple, il est possible de partager sur les réseaux sociaux ses lectures par le biais d’un bouton. Ce que nous faisons manuellement quand un article nous intéresse, on peut désormais le faire directement depuis le moteur. On peut choisir de rendre son profil public pour constituer un réseau d’auteurs et autrices.

Bref, bien des tâches à réinventer avec ce petit poisson bleu !

Recherche multilingue
Un poisson bleu dans le navigateur



Caroline Muller

Maîtresse de conférences Université Rennes 2

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 18/12/2018

    […] les sciences humaines et sociales, Human-Num (Carnet Hypothèses) (7 décembre 2018); C. Muller, Un petit poisson bleu qui va changer vos recherches, Acquis de conscience (7 décembre 2018).)) . Je l’ai donc testée pour l’écrivaine Daniel […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.