« Les mémoires constituent de véritables expériences de recherche » : présentation de la base « le XIXe siècle en mémoires »

Ce billet vise à présenter la base de mémoires de recherche « le XIXe siècle en mémoires », initiative de collecte et valorisation des mémoires menée par Jean Le Bihan et Renan Donnerh (Université Rennes 2) ainsi que par Dominique Kalifa et Sophie Lhermitte (Université Paris 1)

Je remercie Jean Le Bihan et Renan Donnerh d’avoir accepté ce petit entretien !

Qu’est-ce que la base « Le XIXe siècle en Mémoires » (19M) ? Comment est venue l’idée de créer une telle base ? A qui est-elle destinée ?

Jean Le Bihan :

            La base « Le XIXe siècle en Mémoires » est une base qui référence le plus grand nombre possible de mémoires de « niveau M » – c’est-à-dire de DES, de maîtrise et de DEA, de master – portant sur l’histoire d’un long XIXsiècle entendu comme couvrant les années 1800-1914. L’idée de créer cette base m’avait été suggérée par la connaissance et la pratique régulière que j’avais déjà de la base THEO (aujourd’hui MemHOuest : https://memhouest.nakalona.fr/),créée quelques années plus tôt par Renan Donnerh. J’étais alors chercheur associé au Centre d’histoire du XIXe siècle et j’ai résolu de soumettre l’idée à Dominique Kalifa, qui l’a trouvée bonne, ainsi qu’à Renan Donnerh, quia accepté lui aussi de s’engager dans ce projet. Nous étions alors en 2010. Aussitôt nous nous sommes attelés à la tâche, qui incluait deux opérations :l’élaboration d’une grille de référencement des mémoires et la fabrication informatique de la base. La première opération, intellectuelle, n’a pas été très longue à mener dans la mesure où nous avons opté pour une grille simple et ouverte, au prix, certes, d’inévitables concessions (ainsi le fait que les espaces géographiques sont référencés selon la carte politique d’aujourd’hui). La seconde, technique, a pris plus de temps car nous avons d’abord songé faire héberger la base sur le site de l’université Paris 1 mais nous avons dû changer de stratégie au bout de quelques mois et nous rabattre sur le site de l’université Rennes 2, où nous pouvions compter sur le renfort – indispensable –d’une collègue informaticienne. 19M a finalement ouvert en 2012 et, six ans plus tard, répertorie plus de 15 000 mémoires. Accessible gratuitement, elle est destinée à tous les chercheurs spécialisés dans l’histoire du XIXe siècle.

Pourquoi est-il important de valoriser ce type de littérature ?

Jean Le Bihan :

            S’il fallait répondre d’un trait, je dirais simplement : compte tenu de sa valeur. Les historiens sont en effet attachés à ce que les mémoires de niveau M constituent de véritables expériences de recherche, appuyées sur des sources et donc productrices de connaissances originales. Certes, il est des mémoires de piètre qualité, dont l’intérêt est faible, voire nul, mais il en est un grand nombre qui apportent leur lot d’informations inédites et quelques-uns sont de véritables mines. Rappelons que ces mémoires sont le plus souvent des monographies, des études de cas, dont le périmètre, s’il est nécessairement restreint, se prête en contrepartie à une investigation spécialement intensive. Ainsi tout chercheur dix-neuvièmiste peut-il trouver dans ces travaux d’autres éclairages sur le phénomène qu’il étudie, à même d’illustrer l’infinie variété avec laquelle le phénomène en question s’est manifesté au cours du XIXe siècle. À quoi il faut ajouter que certains mémoires sont originaux par leur objet même (typiquement ceux à travers lesquels le directeur de recherche a voulu tester une idée novatrice) et peuvent ainsi indiquer autant de pistes de recherche demeurées peu explorées,voire mort-nées.

Comment fonctionne la collecte puis la diffusion ?

Renan Donnerh :

            Nous avons constitué un premier lot de références en extrayant les données qui nous intéressaient des bases Mémorable (mémoires Rennes 2 http://services.univ-rennes2.fr/memorable/interro/accueil.php?act=acc&b=1)et THEO (mémoires sur l’ouest de la France). Ensuite, nous avons entrepris de contacter directement le maximum de centres de documentation en se répartissant les rôles entre Sophie Lhermitte (Centre d’histoire du XIXe siècle, Paris 1 et Paris 4) pour la collecte francilienne, et Rennes 2 pour le reste du territoire, notamment en adressant une lettre circulaire exposant notre projet tous les dépôts d’archives départementales et principaux dépôts municipaux (compris outre-mer) leur demandant leur participation. J’ai ensuite prospecté les sites des catalogues des bibliothèques universitaires pour « cueillir » le maximum de références. Depuis, nous nous efforçons de compléter nos lacunes et d’assurer la mise à jour annuellement en veillant à l’harmonisation des données, particulièrement des indexations.

Quelles sont les prochaines étapes du projet ?

Jean Le Bihan :

            Il faut distinguer plusieurs horizons. À court terme, deux tâches nous attendent. D’abord, dès 2019, assurer le basculement de 19M sur une autre application. Le but de l’opération est d’exposer la base à un moissonnage intensif et de lui assurer ainsi une meilleure visibilité. Ensuite, peaufiner le travail de collecte, au besoin en procédant un nouvel appel systématique en direction des lieux de dépôt qui n’ont pas pu ou pas voulu collaborer avec nous jusqu’ici. À plus long terme, nous aurons certainement à engager une réflexion sur la question clé de l’éligibilité de tous ces mémoires au Prêt entre bibliothèques (PEB) car si c’est une chose déjà utile que de repérer ces mémoires, c’en est évidemment une autre que de pouvoir les consulter aisément. Certes, il y a des mémoires qui peuvent d’ores et déjà voyager par le PEB, principalement ceux que conservent les bibliothèques universitaires ; mais la plupart sont exclus de tout prêt, spécialement ceux conservés dans les bibliothèques de recherche et dans les centres d’archives. Le respect de précautions élémentaires permettrait pourtant d’organiser simplement ces échanges, sans dommage aucun pour les mémoires et au bénéfice de tous les chercheurs. Enfin, à un tout autre point de vue, j’ajouterai que 19M pourra bientôt se prêter à une étude historiographique du plus haut intérêt en tant qu’elle permettra d’examiner comment, depuis des décennies, les étudiants en histoire français ont été initiés à la recherche,et comment s’est donc formée leur culture disciplinaire qui est aussi celle de très nombreux professeurs du second degré.



Caroline Muller

Maîtresse de conférences Université Rennes 2

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Damien P. dit :

    Merci pour ce billet, je ne connaissais pas cette initiative !

    Je suis tout à fait de l’avis exprimé ici : les mémoires de master sont importants à valoriser et sont intéressants à plus d’un titre. Or bien souvent les sujets de mémoire soutenus ne sont pas connus au-delà d’un cercle restreint, c’est dommage ! Heureusement depuis quelques années il y a DUMAS qui permet de combler peu à peu ce vide, avec accès intégral aux mémoires, mais des bases documentaires comme celles dont tu parles ici sont nécessaires pour les travaux plus anciens.
    J’ajouterai même qu’un mémoire de piètre qualité en ce qui concerne la réflexion/les développement peut néanmoins s’avérer très utile si le travail de repérage des sources a été mené correctement et ainsi servir à d’autres chercheurs, en leur donnant des pistes à creuser. Je me souviens avoir consulté il y a quelques années un mémoire de master 1 en histoire de l’art qui n’avait pas été mené à son terme (l’étudiante n’avait pas soutenu) : la liste des sources, avec les informations précises quant aux oeuvres étudiées (date, localisation, informations de vente si vendu aux enchères…) constituait déjà un outil précieux, car ce travail n’avait jamais été fait jusque-là concernant l’artiste en question.

    Est-ce que tu sais si les bases dont tu parles intègrent aussi des références de mémoire disponibles en accès libre sur le web (via Dumas ou d’autres sites, je pense par exemple aux mémoires de l’ENSSIB) ? Ou bien elles ne concernent que les mémoires imprimés non disponibles en version numérique ?

    Damien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.