Chercheur d’or ?

J’ai consacré la semaine à lire des ouvrages de ma bibliographie.

C’est une partie du travail de thèse de tout doctorant en sciences sociales.

J’avoue que ce n’est pas ce que je trouve le plus exaltant. Cela tient probablement au contenu de ma bibliographie : pour une pépite, je dois survoler dix ouvrages sans intérêt direct pour mon sujet, dans lesquels je glane des allusions à des fonds d’archives ou des références. Cette lecture « en diagonale » est un travail assez pénible. On ne peut tout lire avec attention, car une lecture approfondie, qui permettrait de saisir pleinement ce que veut dire l’auteur, prendrait un temps fou. Mais on doit tout de même rester attentif, à la recherche de ce que j’appelle le « trésor caché ».

Ce « trésor caché » peut se révéler fort utile : dans un ouvrage indigeste, on trouve la « clé » d’un raisonnement, le maillon qui manque depuis plusieurs jours. C’est ainsi que certains livres des plus ennuyeux m’ont déjà aidée dans mes questionnements, beaucoup plus que d’autres ouvrages passionnants. Cette dimension de la thèse me donne parfois le vertige : que se passe-t-il quand on trouve une « clé » essentielle, cachée dans un ouvrage insignifiant, à la fin de sa thèse ?

On peut aussi renverser le problème : pour trouver le trésor caché, il faut savoir le reconnaître. Combien de fois ai-je déjà, tel Perceval, laissé passer mon Graal ? Combien de trésors dans les pages feuilletées très vite et les chapitres abandonnés, jugés inutiles, peut-être trop rapidement ?

Ces demi-lectures me donnent l’impression d’être inefficace, surtout quand je n’ai pas trouvé ma pépite de la semaine, celle qui donne du sens à ces heures à chercher l’aiguille dans la botte de foin.

Mieux vaut alors éviter de penser à la grange… et au temps dont on dispose pour la fouiller !


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *