Ouvrir les portes et les fenêtres. Six ans d’Hypothèses

Ce texte a été rédigé à l’occasion d’une journée célébrant les dix années de la plateforme Hypothèses. La vidéo sera bientôt disponible sur la maison des carnets, et la présentation associée est ici : Ouvrir les portes.

Je voudrais d’abord dire mon émotion d’être là aujourd’hui et ma gratitude à l’équipe d’Hypothèses : j’ai l’impression d’être une enfant de cette plateforme avec laquelle j’ai grandi comme chercheuse et comme enseignante. J’ai commencé à bloguer en 2012, le premier mois de ma thèse, et aujourd’hui le carnet Acquis de conscience est toujours en activité. La plateforme m’a accompagnée dans toutes étapes de ma vie de recherche, depuis les balbutiements jusqu’à maintenant. Quand je dis que je suis une enfant de la plateforme, je pèse mes mots. Ma recherche n’aurait pas été la même, mon parcours professionnel n’aurait pas été le même sans Hypothèses. – Je ne vais pas parler des opportunités professionnelles (nombreuses) que le blog m’a offert – j’en parle dans un billet. Je fais partie de cette génération de carnetiers et carnetières qui a commencé au moment où le nombre de carnets était encore assez restreint – il n’y avait alors qu’une trentaine de carnets qui touchaient au doctorat, tandis qu’aujourd’hui pratiquement 200). J’ai l’impression d’avoir connu un temps particulier, les prémices d’un moment, d’avoir été portée par un courant d’air qui a commencé à souffler à cette époque-là. Hypothèses et sa communauté ont été ma première maison de recherche quand tout était encore à bâtir pour moi – je voulais donc manifester mon attachement et mon admiration pour l’œuvre que vous avez réussi à construire en dix ans.

J’aimerais maintenant tirer quelques fils à partir de cette trajectoire, du contexte de 2012 au contexte de 2018, évoquer ce qu’est cette pratique d’écriture ouverte et quel sens elle revêt pour moi.

Bloguer, c’est n’être plus jamais seule dans l’écriture

J’ai lancé le carnet comme on lance une bouteille à la mer : j’avais un compte Twitter, j’avais envie de discuter de l’aventure de la thèse qui commençait après une année monacale de concours. J’avais aussi envie d’adresser mon écriture – et je sais désormais que lorsqu’on blogue, on n’est plus jamais seul dans son écriture. Même si le lectorat est réduit, même si on ne sait pas toujours comment ce qu’on écrit est reçu ou compris. On n’est plus jamais seul parce que le geste même de mettre en ligne un billet oblige à réfléchir à un lecteur ou une lectrice virtuelle. C’était très important pour moi dans ces débuts de recherche qui sont des temps de spécialisation – surtout sur un sujet comme le mien, la direction de conscience, qui n’a pas grand’chose d’intuitif pour le plus grand nombre. Je voulais maintenir cette possibilité d’expliquer, d’éclaircir à un public – même très virtuel – qui ne connaissait rien à mes histoires de directeurs de conscience. Les premiers billets ont été très soutenus par la communauté d’Hypothèses sur Twitter – mais d’autres personnes ont accueilli l’ouverture du carnet avec des réactions mitigées : n’est-ce pas une perte du temps, n’est-ce pas de l’orgueil mal placé, n’est-ce pas illégitime, etc. En 2012, bloguer n’avait rien d’évident, il fallait convaincre, il fallait se faire pardonner d’écrire – surtout comme doctorante en première année. De ce point de vue-là, le contexte a changé – j’y reviendrai tout à l’heure. On me reprochait souvent de perdre mon temps. Pourtant, comme l’écrit François Bon, « il s’agit moins du temps que de la fonction » :

Avec ceux qui me disent « Je n’ai pas le temps » ou « combien de temps tu y passes par jour » j’aime bien qu’on y regarde de plus près : le temps que j’y passe par jour, je ne sais plus le mesurer, tout simplement parce qu’il s’agit d’un dédoublement permanent de l’ensemble de mes usages de vie].

François Bon, Après le livre, Paris, Seuil, 2011, p 195-196

Je pourrais préciser : dédoublement des usages de ma vie de recherche. Ces fonctions du carnet se sont démultipliées au fil du temps.

Le doctorat au fil(tre) de soi

Acquis de conscience a d’abord été un carnet de doctorat. De doctorat, et pas de thèse. De doctorat parce qu’il a accueilli bien plus que la thèse ; j’ai coutume de dire que mon véritable itinéraire de recherche est bien plus lisible sur le carnet que dans le manuscrit soutenu en 2017. Un itinéraire de jeune chercheuse, c’est des enthousiasmes, des joies, mais aussi des peines et des fatigues. Le carnet a laissé filtrer ces aventures grisantes ou douloureuses : les premières découvertes, les déclics, le sentiment du surplace, l’angoisse de l’incertitude. Je crois que c’est ce qui caractérise la ligne éditoriale du carnet – je me rends compte que j’écris ce que j’aime lire chez les autres : voir la personne travailler, voir les aspérités des parcours, comprendre en fait comment fonctionne la recherche au filtre de soi. Bien d’autres carnets le font avec brio : je pense à celui de Deborah Dubald, ou encore les enquêtes collectives menées dans la Villa Réflexive. Ce récit de soi est libérateur, pour soi mais aussi pour les autres – voir l’expérience de l’autre aide à réfléchir à la sienne, et à se rassurer en des temps de construction de son identité de chercheur.

À ce moment-là, bloguer, cela a été aussi donner voix à tout ce qui n’était pas le manuscrit terminé mais qui a pétri ma manière de penser – les accidents, le hasard, les réflexions provisoires. Dans le Moi des demoiselles, une enquête sur le journal intime, Philippe Lejeune écrit qu’il aime les raisonnements « avec poutres apparentes » : mon carnet, c’est la charpente de ma thèse. Une sélection de billets a d’ailleurs été intégrée au manuscrit. Le blog est aussi pour moi la possibilité d’expérimenter une liberté d’écriture, intégrer les « écritures périphériques » : celles qui parlent de nos doutes, de nos étapes, des idées qui naissent et celles qu’on abandonne. Je pourrais regrouper tout cela dans ce qu’on pourrait appeler une fonction épistémologique et réflexive du carnet. Le carnet garde la mémoire du chemin parcouru : il a scandé chaque étape du doctorat. Le début de l’écriture, les choix, les cauchemars, la fin de l’écriture, le rendu du manuscrit, la soutenance, jusqu’à la campagne de recrutement finale.

Lorsque mes activités se sont diversifiées – en particulier après mon recrutement comme professeure agrégée à Reims – le carnet a commencé à accueillir des réflexions sur les liens entre histoire et numérique et des billets tournés vers la pédagogie.  Autour de 2015, bloguer est devenu de plus en plus un moyen de prendre part à la conversation – notamment via la plateforme Twitter.

Prendre part à la conversation

Après la petite communauté d’échanges, le lectorat du carnet s’est élargi. et les billets ont commencé à devenir des supports de discussion, à diffuser des retours d’expérience sur des outils – de l’eau au moulin du collectif. J’ai l’impression que le carnet m’aide à prendre part à une conversation plus large, au bruissement autour des questions qui occupent chercheurs et chercheuses en ce moment : à partir de certains billets, j’ai pu discuter de la nature de l’écriture en sciences sociales et humaines, de nos nouvelles pratiques à l’ère numérique. Ce nouvel usage du carnet n’est pas sans risque : il implique d’être visible, donc exposée, ce qui signifie devoir accepter les réactions acides qui se manifestent parfois.

De carnet de doctorante, le carnet est devenu carnet de professeur, aussi carnet de méthodologie, à mesure que je suis allée aussi écrire pour d’autres espaces d’Hypothèses (Devenir Historien/ne, par exemple). Ces billets de présentation d’outils pour la recherche sont aujourd’hui les plus lus du blog. Aujourd’hui, j’écris moins pour me rassurer ou pour apprendre à être lue, que pour partager, discuter, transmettre. Cela se voit d’ailleurs dans l’organisation générale du carnet qui a changé, avec beaucoup plus de passerelles pour se promener dans le contenu (des parcours de lecture proposés sur page d’accueil, le sommaire – je parie sur un changement de mode de lecture, du chronologique au thématique…)

 La conversation se délocalise du carnet pour se tenir sur les réseaux sociaux. J’écris maintenant pour valoriser des initiatives qui m’intéressent où faire connaître des outils utiles aux autres.

Les requêtes du carnet montrent les différentes préoccupations des personnes qui consultent le blog : préoccupations générales (public non spécialiste : « exprimer son affection par écrit », « que signifie l’ignorance des filles » – préoccupations professionnelles (« expérience PRAG ») ou spécialistes (« agentivité et masculinité »).

Paradoxalement le carnet est moins tourné vers la vulgarisation de la recherche proprement dite au moment où le contexte est devenu très favorable. Il me semble que depuis 2012 beaucoup de choses ont changé : la mutation du format de la thèse est en cours, avec une attention collective beaucoup plus grande portée aux enjeux de la diffusion scientifique

Les podcasts, les vidéos Youtube, les réseaux sociaux – des comptes comme « En Direct du labo » – ont installé de nouvelles habitudes et usages qui complètent, prolongent, enrichissent le carnet. Manon Bril (C’est une autre histoire) a par exemple présenté le contenu d’un billet de carnet dans une rencontre de Youtubeurs. Doctorants et doctorantes se sont emparés des possibles du blog, et sont de moins en moins dissuadés par leur entourage.

Quelque chose s’est passé. J’espère y avoir aussi modestement contribué de mon côté. Je regarde maintenant cette grande maison Hypothèses devenue quartier, puis ville, y reconnaît des visages familiers, continue à aller régulièrement rendre visite aux voisins numériques de toujours (les blogs que j’aime et que je lis depuis longtemps – celui de Marie-Anne Paveau ici, et d’autres d’auteurs et autrices dans la salle…), en découvrent souvent de nouveaux au détour des chemins. Merci Hypothèses de m’avoir aidée à ouvrir les portes et les fenêtres. Puisse la plateforme continuer à offrir ces espaces de liberté et de sérendipité.



Caroline Muller

Maîtresse de conférences Université Rennes 2

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.