La science du mariage selon M6. Du 19e siècle au 21e siècle, “Mariés au premier regard”

J’ai découvert récemment une émission de la chaîne M6, “Mariés au premier regard”. C’est une télé-réalité qui propose d’associer des candidats qui ne connaissent pas et qui se découvrent seulement à la mairie au moment de “dire oui”. Passé le quart d’heure d’étonnement – je suis interloquée devant la créativité des producteurs – j’ai cherché à comprendre sur quelles bases ces mariages express étaient assortis. J’ai alors été frappée du parallèle que l’on peut établir entre certains principes de l’émission et la façon dont les mariages sont organisés dans la bourgeoisie et l’aristocratie du XIXe siècle en France. J’ai donc trouvé amusant de vous proposer une petite réflexion sur les logiques du choix du conjoint et la place de l’amour entre le XIXe siècle et le XXIe siècle – non sans avoir dû visionner des passages particulièrement improbables/insupportables 🙂 Voici la bande-annonce de l’émission de 2016 pour que vous ayez une idée plus claire :

Bande-annonce de l’émission (2016)

Vous aurez relevé la place occupée par le registre scientifique dans toute cette histoire : on nous parle de célibataires qui se sont pliés à des “une expérience scientifique”, fondée sur des “tests de compatibilité” rendus efficaces par les “progrès de la science”. L’historienne du XIXe siècle ne peut que dresser l’oreille en entendant se déployer un tel arsenal d’arguments cherchant à démontrer que la science peut tout résoudre, même les questions d’alchimie amoureuse. C’est là une pensée fondamentale pour les hommes et les femmes du XIXe siècle : Ernest Renan pensait par exemple qu’il était possible “d’organiser scientifiquement l’humanité”. Pour les scientistes, tous les problèmes et les souffrances humaines trouveraient leur solution dans les progrès scientifiques.

Mais penchons-nous de plus près sur ce que l’émission entend par “science” :

La “science” présentée dans l’émission

Dans ce premier extrait, “la science” apparaît indifférenciée, réifiée : de quelle science s’agit-il ? De physique quantique ? De mécanique ? Le présentateur souligne par ailleurs l’utilisation d’ “algorithmes scientifiques” pour associer les personnes. Ce passage atteste du maintien d’une forme de scientisme (évoqué plus haut), sans doute réactivé par l’entrée dans l’ère numérique. On y perçoit l’imaginaire du robot ou du chiffre, l’idée que la technologie des “algorithmes” peut transformer jusqu’aux relations amoureuses ; bien sûr, le présentateur ne précise pas que ces algorithmes n’existent pas sans l’intervention humaine qui les programme et les forme1. On entend d’ailleurs un candidat dire qu’il a bien essayé les applications et sites de rencontre sans succès, alors “pourquoi pas la science ?”… ce qui révèle sa méconnaissance du fonctionnement desdits sites de rencontre qui reposent justement sur des algorithmes de “matching”2. Cela donne à la démarche une apparence de neutralité, d’infaillibilité et de rationalité qui s’opposerait aux choix irrationnels des personnes en matière d’amour.

Publicité pour un site de rencontres

J’ai donc cherché à en savoir plus sur cette “science” version M6. Il s’agit en fait de différents tests que les candidats passent sous la houlette d’une “sexologue”, d’un “psychothérapeute conjugal” et d’un “docteur en psychologie”. La production a visiblement congédié le “sociologue” de la première saison, qui n’avait pas grand’chose d’un sociologue mais beaucoup d’un masculiniste.

Les “scientifiques” de l’émission

 

“La science” et les algorithmes sont en fait une série de tests de personnalité, de tests psychologiques ou encore de sexualité (bon, là, je vous l’accorde, on ne fait pas passer de test de sexualité aux candidats du XIXe siècle 🙂 ) Avant même d’entrer dans les contenus de ces tests, on voit bien que la question de la “scientificité”, du régime de vérité scientifique n’est jamais abordée ; ce n’est pas une science réflexive dont on proposerait aux téléspectateurs et téléspectatrices les limites, les procédures d’enquête, les résultats – pas plus qu’on ne s’intéresse à ce qu’est en fait un “scientifique”.

Venons-en maintenant aux critères que ces tests mobilisent pour identifier les futurs mariés. Dans une interview à Science et Avenir, Jean-Claude Kaufman met en cause ces procédés qui relèvent en fait du développement personnel :

Les fameux ‘tests de compatibilité’ sont une imposture à 95%, s’insurge-t-il. Sur le marché, c’est très à la mode. C’est d’ailleurs de cette manière que procèdent de nombreux sites de rencontre qui, en fonction de votre profil et des préférences que vous avez indiquées, vous proposent de rencontrer des profils similaires. C’est rassurant pour bon nombre de gens d’avoir un algorithme qui fait des choix pour vous. Les gens ont une attente très forte pour cela et acceptent ces choix que l’on fait pour eux de manière aveugle et très rapide” poursuit le sociologue. Certes, ces types de tests qui permettent de faire émerger quelques grands traits de personnalité, ne sont pas totalement dépourvus d’intérêt. “Ils permettent d’exclure un certain nombre d’incompatibilités notoires entre des personnes, de ‘déblayer le terrain'” explique le chercheur, “mais promettre de vous donner un ‘taux de compatibilité’ avec quelqu’un est une pure illusion.”

Jean-Claude Kaufman

Sur la base de ces différents tests, les “scientifiques” définissent des profils jugés compatibles. Si la méthode est présentée comme révolutionnaire, elle mobilise en réalité des critères de choix du conjoint tout à fait classiques. Dans le premier extrait, c’est la question de l’attraction physique qui est abordée ; sont ensuite évoquées les “valeurs”, les “croyances” et les aspirations conjugales, le mode de vie des candidats. Sans que nous en ayons toujours conscience, ces différents critères jouent à plein dans les choix sentimentaux que nous faisons, si bien que ce sont la plupart du temps des personnes de milieux socio-professionnels proches qui s’unissent. L’Observatoire des inégalités intitule ainsi son article : “couples : qui se ressemble s’assemble”:

L’amour entre deux personnes n’est pas le fruit du hasard. Les goûts personnels sont orientés en fonction de notre milieu : on aime vivre avec une personne qui partage un mode de vie similaire, des mêmes habitudes de loisirs, des centres d’intérêt, une même façon de parler, etc. Autant d’éléments qui dépendent beaucoup de l’origine sociale.

L’émission ne propose donc pas grand’chose de nouveau, bien qu’elle oblige les candidats à “conscientiser” et expliciter leurs critères. C’est en cela que le mécanisme d’assortissement des candidats dans l’émission ressemble à l’arrangement des mariages des élites du XIXe siècle. Les familles ont pour habitude d’expliciter leurs besoins et les ressources exigées : on voudra tel niveau de fortune, un titre, que le promis ou la promise ne soit pas trop laid/trop petit (pour les hommes), chacun de ses critères pouvant être compensé par un autre. Les portraits des “candidats” jusqu’au début du XXe siècle ressemblent à cela :

Il a une vraie valeur, morale et intellectuelle, c’est un agriculteur distingué très bien posé en Poitou, et il aura au bas mot cinquante mille livres de rente. J’aime peu ces questions de gros sous, mais à l’heure qu’il est où l’on se cote souvent par francs et par centimes il vaut peut‑être mieux le dire. Je ne vous redis pas le bien que je pense de Pierre parce que je crois que vous l’appréciez […]. Pierre n’a contre lui que son peu de fortune tout le reste je puis le dire en toute franchise : antécédent de santé, d’honorabilité, de dignité de vies des ascendants est parfait.

La tante de Pierre au père Janvier (1906)

La prégnance de ces critères est aussi lisible dans l’histoire des petites annonces matrimoniales : je vous invite à découvrir le travail de Claire-Lise Gaillard sur le sujet. L’homogamie – se marier avec qui nous ressemble – est une exigence exposée également dans les manuels destinés aux jeunes hommes. Dans Ce qu’il faut que tout jeune homme sache, le Dr Noslin invite à se défier de l’attirance physique qui ne peut fonder une union solide :

Défiez-vous de ce qu’on appelle : le coup de foudre. La sympathie physique doit toujours se compliquer de sympathie morale, sinon l’amour qui n’est basé que sur l’agrément des traits et la séduction de la personne, s’atténue très vite. Il est bien plus rare de voir la discussion s’établir dans les ménages que des sympathies morales et une grande conformité de goûts viennent cimenter plus solidement. Aussi dès qu’un jeune homme se sent attiré vers une jeune fille qu’il trouve digne de devenir son épouse, il doit sans perdre de temps se renseigner sur ses parents, leurs origines, la façon dont elle a été élevée, toutes choses qui sont, sinon des garanties certaines, du moins de grandes chances de bonheur futur. [Vous avez vu, lui aussi évalue les compatibilités…]
Si ces renseignements sont ce qu’il désire, il sera bon aussi qu’il se renseigne sur les goûts de la jeune fille. Il devra beaucoup réfléchir s’ils sont diamétralement opposés aux siens. En effet, après les premières effusions passées, que deviendra un homme enclin à la gaîté et disposé à la bonne humeur, s’il se trouve en face d’une nature triste, renfermée, portée à la mélancolie et au pessimisme. Il sera découragé dans ses meilleurs élans, dépité dans ses projets, assombri dans ses joies, jusqu’au moment où, l’amour physique étant définitivement parti, il ne se contiendra plus, exprimera hautement son mécontentement, heurtera de front les opinions de sa compagne et installera le désunion dans le logis.
Dr Noslin, https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k56011997

Il est vrai qu’il existe une différence fondamentale entre nos candidats du XXIe siècle et ceux du XIXe siècle : les premiers ont une liberté de choix beaucoup plus large et leurs mariages ne sont pas arrangés par leurs familles. Eva Illouz postule justement que c’est cette liberté de choix qui est en partie responsable des souffrances amoureuses depuis l’avènement du capitalisme3. Dans Mariés au premier regard, c’est finalement à “l’algorithme scientifique” qu’est confiée la sélection, plutôt qu’aux familles des candidats ; ces derniers font ensuite leur choix à la mairie, là où les fiancés et fiancées du XIXe siècle ne peuvent plus reculer devant l’autel à ce stade des négociations. Malgré cette différence très importante, il existe une continuité dans les craintes exprimées aux deux siècles, en premier lieu la peur du célibat qui stigmatise, peur qui s’aggrave à mesure que les années passent dans un marché matrimonial qui n’accorde pas la même valeur aux femmes jeunes et moins jeunes (extrait n°1). Cette hantise du célibat n’est pas une nouveauté : le célibataire, le “vieux garçon” ou la “vieille fille” suscitent des regards de pitié ou de dérision tout au long du XIXe siècle :

Que se passe-t-il maintenant du côté des codes du mariage ? Comment réagissent les familles des candidats ?

Les réactions des familles

Dans cet extrait, les familles manifestent leur désaccord avec les décisions de leurs proches, considérant que le mariage décidé relève de la comédie (“cérémonie, patati patata, excuse moi c’est pfff….”). Ces réactions brutales soulignent l’attachement de la majorité au script rencontre/présentation/mariage – le mariage comme “couronnement” de l’union réussie plutôt que son point de départ. J’ai été assez amusée de la réaction de la grand’mère qui relativise beaucoup le risque d’être mariée à un inconnu : on pourrait presque y lire l’expérience d’une génération qui avait encore, dans les années 1950, peu de temps de “fréquentation” avant le mariage. La scène de jalousie des amies doit elle aussi être décryptée : on peut y lire, par delà les éclats de rire, la pression au mariage et les formes de mise en concurrence des femmes. Au total, l’émission oscille entre un discours sur la nouveauté et l’audace du dispositif (se marier sans se connaître) et la reproduction systématique de tous les codes et rituels qui entourent le mariage traditionnel : la rhétorique du “plus beau jour de la vie”, le choix de la robe de mariée, qui a donné lieu la semaine dernière à une mise en scène des plus sexistes :

La robe trop petite de Marlène “la ronde”

Dans le passage (que vous pouvez aller voir en replay sur M6 si vous le souhaitez !), Marlène essaie des robes de mariée. La voix off insiste très lourdement sur ses “complexes” qui empêcheraient Marlène de trouver un partenaire ; cette question du poids devient un élément central de son parcours – alors même que Marlène est tout à fait dans les standards de poids les plus répandus (et quand bien même…). La séance d’essayage vire à une mise en scène particulièrement choquante de la jeune femme à qui la vendeuse ne fait essayer que des robes trop petites pour elle, avec gros plans sur son visage décomposé à la clef. Bref, “le plus beau jour de la vie” n’empêche pas des rappels réguliers à des normes de féminité présentées comme naturelles, alors même que le physique des fiancés est rarement évoqué sur ce mode. Vous me pardonnerez cette digression mais j’ai vraiment sauté au plafond pendant cet extrait… Revenons à notre sujet. La réaction des familles est brutale car les candidats enfreignent le script rencontre/union/mariage, mais sans doute aussi car ils brisent l’un des présupposés de l’union moderne : l’idée que l’émotion amoureuse, le sentiment, doit prééxister au mariage.

Que devient l’amour dans le mariage de Mariés au premier regard ? Dans l’émission, la voix off nous indique que le sentiment naîtra de la compatibilité – chiffrée – des deux candidats. Autrement dit, et c’est là qu’on retrouve les logiques du mariage du XIXe siècle – l‘amour ne prééxiste pas au mariage, mais il naît d’une union bien assortie. La comtesse de Menthon indique ainsi à son neveu, en 1852, que “l’important dans un mariage est que l’amour soit possible et l’estime bien assurée”. Dans ce régime d’affectivité,

La gradation de l’engagement affectif était soigneusement contrôlée et devait respecter des séquences rituelles connues de tous. Dans cet ordre amoureux ritualisé, les émotions suivaient les actes et les déclarations (ou leur étaient étroitement concomitantes) mais n’en étaient pas, au sens strict du terme, la condition préalable. J’appelle cette organisation des émotions régime de performativité des émotions, c’est-à-dire le régime dans lequel les émotions sont provoquées par des actes et des expressions ritualisés des sentiments.”

Eva Illouz, op. cit, p. 64.

Dans ce script, il faut que tous les critères aient été réunis pour que le sentiment se développe. Loin d’être une pure réaction physiologique, l’émotion se nourrit du respect, de l’estime, de l’intérêt pour l’autre, de la reconnaissance que lui donne l’entourage de la jeune fille ou du jeune homme. Elle n’engage pas seulement deux individus et leur relation intime. L’émotion a une histoire et un contexte qui la rend possible4 .

Dans Mariés au premier regard, on s’unit puis on voit s’il est possible de s’aimer, et non l’inverse. Ce régime d’affectivité est ainsi très semblable à celui qu’expérimentent les jeunes gens des mariages arrangés du XIXe siècle. Dans Mariés au premier regard, les jeunes mariés partent ensuite en voyage de noces et décident de poursuivre ou de divorcer à leur retour ; au XIXe siècle, le voyage de noces, souvent en Italie, a lui aussi pour fonction d’aider les époux à se découvrir loin des contraintes et cadres du quotidien. Le schéma affectif proposé dans l’émission n’a finalement rien d’aberrant quand on observe le temps long des scripts matrimoniaux. Il paraît choquant au premier abord car il déplace l’émotion amoureuse de la condition vers la conséquence, en rendant plus lisibles les critères qui rendent le sentiment possible.

Mariage d’Amélie Juchmès, 1907 (Gallica/BNF)
  1. Voir le brillant travail d’Antonio Casilii à ce propos : En attendant les robots, Paris, Seuil, 2019. []
  2. Voir par exemple le site Okcupid, et bien d’autres []
  3. Eva Illouz, Pourquoi l’amour fait mal, Paris, Seuil, 2012. []
  4. Gabrielle Houbre, La discipline de l’amour: l’éducation sentimentale des filles et des garçons à l’âge du romantisme, Paris, Plon, 1997. []

Caroline Muller

Maîtresse de conférences Université Rennes 2

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.