Le nouveau cap

Cela fait maintenant un long moment que je n’ai pas alimenté la rubrique “coulisses” de ce carnet de recherche, pas depuis mon recrutement à l’université Rennes 2, en fait. J’ai donc pensé qu’il était temps de donner quelques nouvelles ! Voici dont un petit récit de la transformation toujours en cours d’une docteure-PRAG en maîtresse de conférences.

Le premier trait qui se dégage de ces six derniers mois est la persistance d’un sentiment d’incrédulité, voire d’irréalité. C’est un sentiment partagé avec plusieurs nouveaux collègues autour de moi. On se promène dans l’université en peinant à croire que nous sommes désormais dans l’institution. On pense beaucoup à nos ami(e)s qui auraient mérité ce poste autant que nous. Nous avons tous envisagé la possibilité de ne jamais trouver un poste de titulaire et, pour ma part, je m’apprêtais d’abord à passer trois ou quatre ans à patienter avant de trouver une place. Je contemple régulièrement ce nouveau titre en peinant un peu à m’y projeter car le fossé qui séparait les statuts me paraissait encore énorme il y a six mois. Tout cela oblige d’ailleurs à réorganiser quelque peu mon fonctionnement mental : je dois encore faire un effort conscient pour me projeter, c’est-à-dire pour envisager l’idée que je peux ici poser mes valises – et mes projets – dans la durée. Cela tient, je pense, aux défenses que les doctorant(e)s construisent au long de leur parcours ; pour ma part, j’ai toujours su que je n’appartenais que de façon provisoire aux différentes institutions dans lesquelles je suis passée – il y avait toujours un après, en quelque sorte. J’essaie donc de m’habituer au fait que cet après, qui paraissait lointain, est désormais le présent.

Je prends aussi conscience de la force de différents mécanismes à défaire. Le premier serait la peur. Oui, la peur. Pas la peur de ne pas trouver de poste – j’ai toujours mis celle-ci à distance en considérant qu’on verrait après quelques années, ayant déjà la sécurité d’un poste permanent. Non, la peur… de déplaire, de contredire, la peur qu’une prise de position ne me ferme des portes, la peur… que ceux et celles qui ont du pouvoir n’en usent contre moi. C’est vraiment le point le plus impressionnant. Je me rends compte à quel point les années de doctorat m’ont rendue craintive, prudente, inquiète – parce qu’on m’a tant répété “attention à ne pas faire trop de bruit sur X ou X sujet”, “reste discrète sur ceci ou cela”, “attention cela pourrait peser dans ta carrière”, ces discours évoquant mon comportement ou celui des autres, “il/elle ne devrait pas faire cela, cela peut lui coûter un poste”, “il vaut mieux ne pas contrarier X ou Y”. C’est comme si j’avais intériorisé la docilité et une sorte de conformisme de protection. Avec le recul, je vois à quel point l’expérience de l’université lorsqu’on n’est pas titulaire (et encore, mon poste de PRAG était confortable de ce point de vue là) est une expérience de dressage au silence et à la crainte de déplaire de peur de compromettre son avenir. Pourtant, mes années de thèse puis de PRAG se sont vraiment bien passées ; je veux dire que, à l’exception d’un épisode de pressions, je n’ai pas vécu de situations de harcèlement ou de malveillance délibérée. C’est dire si cette culture de la crainte est enracinée, puisqu’elle touche jusqu’aux doctorant(e)s les mieux protégés.

Le corolaire de cette crainte était la propension à accepter en bloc tout ce qu’on me proposait. C’est aussi toute une organisation du travail et de ses rythmes que je dois revoir. J’essaie d’intégrer l’idée qu’il n’y a plus d’urgence à remplir le CV et que je peux envisager mes recherches dans la durée. Mais on ne se défait pas de ces réflexes d’accumulation immédiate en un claquement de doigt, tout comme il est bien difficile de décider du jour au lendemain d’alléger son emploi du temps. J’apprends donc à refuser quand la masse de travail devient critique, à considérer qu’il y a des priorités sur certaines tâches. C’est un luxe que je n’avais pas étant PRAG – ou en tout cas un luxe que je ne m’accordais pas. Refuser est aussi beaucoup plus facile maintenant que je ne crains plus les conséquences d’un refus : passer à côté d’une opportunité, vexer la personne qui propose.

Tous ces changements affectent la matière même de mes recherches : j’ai le temps de laisser émerger un projet cohérent, plutôt que de devoir le construire de façon rationnelle et organisée pour convaincre une commission. Je n’arrive pas les mains vides et j’ai déjà beaucoup d’idées, mais je leur laisse le temps de flotter pour voir ce qui reste des intuitions et des désirs. Je dois admettre que le cadre de la recherche doctorale me manque car il me permettait d’organiser les tâches et d’avoir des échéances. Je crois que c’est ce dernier mot qui est la clef : il n’y a plus d’échéance et la vie scientifique prend d’autres rythmes.

Du côté de la vie d’enseignante, j’ai très rapidement pris mes marques à Rennes 2. C’est une université vivante, très dynamique, dotée d’une vie culturelle et politique dense. J’aime passer le matin dans le Hall du bâtiment B, sorte de centre névralgique des lieux, pour observer les nouvelles affiches pour des meetings, AG, concerts, festivals, conférences, écouter le piano en libre-service, prendre la température, en fait. J’aime travailler dans l’enceinte de l’université, et c’est un fait nouveau. J’ai un bureau très confortable que j’ai investi à grands renforts de bouilloire, plaid et réserves de douceurs. C’est peut-être le changement majeur de l’année : je sépare le plus possible le temps de travail du temps personnel, n’occupant plus mon bureau de la maison que de façon sporadique. Ce dernier point souligne un aspect important de cette nouvelle expérience : je travaille moins. Si, si. J’ai toujours des pics d’activité et des tâches urgentes, ce n’est toujours pas une promenade de santé, mais, dans l’ensemble, je travaille moins, et moins douloureusement. Pourvu que cela dure…

Rennes, plan de 1830, Périaux



Caroline Muller

Maîtresse de conférences Université Rennes 2

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Marie-Madeleine dit :

    Allons bon ! Il est temps que je te mette la pression ! 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.