Laisser partir

J’ai l’immense plaisir de vous annoncer la parution du livre tiré de mon enquête de doctorat qui a tant occupé les pages de ce carnet. C’est une grande joie pour moi de pouvoir désormais partager les vies de ces personnes dont les préoccupations ont aussi été un peu les miennes pendant ces années. Cette joie est mêlée d’un sentiment étrange, celui de les laisser partir. Ouvrir un livre est toujours le début d’un voyage : on entre en lecture avec ses questions, ses attentes, le sillon des lectures passées, et il y a autant de lectures qu’il y a de lecteurs et lectrices. Le temps est donc venu de les (vous ?) laisser investir ce livre comme il vous plaira, en espérant que vous y retrouverez trace de ce qui vous a plu sur ce carnet.

N’hésitez pas à m’écrire si vous voulez en parler – ici, par mail ou sur l’oiseau bleu. On peut aussi en discuter à l’occasion d’une rencontre organisée par les Presses Universitaires de France le 17 avril à la Librairie des PUF (Paris). A bientôt !


Caroline Muller

Maîtresse de conférences Université Rennes 2

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. HERARD Chantal dit :

    Chère Caroline, J’ai reçu ton livre hier, je ” suis dedans”, je te dirai quand je l’aurai terminé mais je trouve le sujet très intéressant et ton écriture vraiment très agréable !!
    J’ai toujours une pensée pour toi, ponctuellement, je vous revois, Virgile, Marc et toi assis par terre en tailleur autour de l’appareil à pop corn, et d’autres objets usuels de la maison me rappellent ta délicieuse présence chez nous. Des temps heureux disparus, remplacés par d’autres, certes, mais qui laissent une douce nostalgie.
    Toutes mes félicitations pour ta belle réussite professionnelle et à bientôt pour mes commentaires, à la fin de ma lecture. Je t’embrasse affectueusement. Chantal

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.